Joseph Noël / Les processions et la marche militaire de saint Feuillen à Fosse, 1956 

tambour-majôr (tambour-major)

Joseph Noël à p'tit zwâve / en petit zouave)

sint Fouyin èt sès deûs fréres (st Feuillen et ses deux frères)

sauvadjes omes èt sapeûrs (hommes sauvages et sapeurs)

Qui était saint Feuillen ?

(p.13) 

(p.14)

(p.15)

(p.16)

(p.17)

(p.18)

(p.19)

(p.20)

(p.21)

(p.22)

(p.23)

(p.24)

(p.25)

(p.26)

(p.27)

(p.28)

(p.29)

(p.30)

(p.31)

(p.32)

(p.33)

(p.34)

(p.35)

(p.36)

(p.37)

(p.38)

(p.39)

(p.40)

(p.41)

(p.42)

(p.43)

(p.44)

(p.45)

(p.46)

(p.47)

(p.48)

(p.49)

(p.50)

(p.51)

(p.52)

(p.53)

(p.54)

(p.55)

(p.56)

(p.57) Joseph Noël déraille ici à cause de sa francophilie. Comme quoi même un bon historien peut sombrer de temps à autre dans le mensonge...

(p.58) Chanson écrite sur le thème du criminel de guerre Napoléon (par francophilie maladive ou par ignorance de l'histoire, ou plutôt les deux)

(p.59)

(p.60)

(p.61)

(p.62)

(p.63)

(p.64)

(p.65)

(p.66)

(p.67)

(p.68)

(p.69)

(p.70)

(p.71)

(p.72)

(p.73)

(p.74)

(p.75)

(p.77)

(p.79)

(p.80)

(p.81)

(p.82)

(p.83)

(p.84)

(p.85)

(p.86)

(p.87)

(p.88)

(p.89)

(p.90)

(p.91)

(p.92)

.

(p.93)

(p.94)

(p.78)