Vie associative et aliénation française

 

1983

Vandendries Jean, La « Courtoisie française » au secours des malvoyants, LS 16/11/83

 

La « Courtoisie française » s’installe chez nous. Dans le collimateur, les écoles fréquentées par des enfants handicapés de la vue.

Les statuts de cette association, initialement appelée Ordre, parurent en 1952.

Le futur président du Sénat Alain Poher en avait accepté la présidence d’honneur.  Sept ans plus tard, le général de Gaulle lui accorda son patronage.

Elle regroupe de dix à quinze mille membres en France, bien sûr, mais aussi dans des pays aussi lointains que le Brésil, le Canada, le Sénégal et le Zaïre ou aussi proches que l’Italie, l’Espagne et la Belgique.

Son objet est double : d’une part, mettre tout en oeuvre pour maintenir la tradition de courtoisie, créer et entretenir un climat d’amabilité, favoriser les qualités de bonne humeur, complaisance, honnêteté et dignité qui en découlent; de l’autre, donner au mot – accueil – la signification qu’il doit avoir, faciliter les contacts par une meilleure connaissance mutuelle.  Une des actions essentielles prend pour cibles les jeunes.

 

UN DÉCODEUR BRAILLE…

La délégation belge de la Courtoisie française a été officiellement installée en juin dernier à Longueville (Chaumont-Gistoux).  Elle se compose du président (qui est notre confrère) Claude Louis Devillet, du secrétaire Ludo Delvaux, du trésorier Alain Terwagne et de la commissaire aux comptes Evelyne Hauwaert.

Outre la gestion quotidienne de leur association, ils prennent contact avec différents établissements scolaires dont des élèves sont dignes d’être récompensés.  Tel a été le cas en décembre 1992 et le 12 novembre dernier au Ceria.  Quatre élèves ayant terminé leurs études et choisis par la direction ont reçu un diplôme d’encouragement pour la convivialité dont ils ont fait preuve tant à l’égard de leurs condisciplines que dans l’apprentissage de leur profession.

De plus – et surtout – la Courtoisie française est entrée en relation avec les directeurs d’écoles s’occupant d’enfants mal ou non voyants.  Son premier geste a bénéficié à un établissement communal liégeois, l’Irhov (Institut royal des handicapés de l’ouïe et de la vue) qui a été doté d’un « Braildec -, un appareil dont la valeur dépasse les soixante mille francs.

Il s’agit d’un décodeur d’écriture braille – écriture au sens large puisqu’il est aussi performant pour

l’orthographe que pour le calcul – qui la – transfère » dans – notre » écriture.  Le grand mérite est

de permettre aux enseignants d’apporter des corrections immédiates.

 

… ET D’AUTRES PROJETS

 

– Notre but, souligne le président Devillet, heureux, et on le comprend, de s’être vu décerner la trente et unième étoile d’argent remise depuis 1948, est d’aller à la rencontre de la divine d’écoles de ce type, qu’elles soient du régime linguistique francophone, néerlandophone ou germanophone.

 

Ce but ne pourra se réaliser que grâce à des fonds qui, en France, ont été récoltés au bénéfice

 

d’oeuvres humanitaires telles la recherche sur le cancer, les handicapés, les villages d’enfants, les paralysés, l’aide au)c lépreux, les grands accidentés de la route, etc .

 

L’orientation actuelle se marque de plus en plus vers des opéra. tions ponctuelles : appareillage électrique pour petite myopathe, imprimante pour jeune aveugle, participation à l’achat d’une voiture indispensable à un couple dans le besoin.

 

La récolte de ces fonds?  La .remise de médailles (payantes), une cotisation, la participation à deux galas annuels de printemps et d’automne.  La Courtoisie française… belge n’en est qu’à ses débuts.  Elle compte douze membres en règle de cotisation.  Claude Louis Devillet étoffera les rangs mais il prend le temps de la réflexion, ainsi que l’y a encouragé Edmond-Gabriel Desprat, le président national français.

 

Adhérer à la Courtoisie française, c’est rejoindre les rangs de ceux qui, obstinément, veulent croire à la possibilité d’un avenir meilleur.

 

JEAN VANDENDRIES

Informations comolémet7taires: 13, ruelle des Bois, 1325 Longueville.  Tél. : 01088.01.25, Fax. 010-88.01-55.

 

2000s

Association Franco-Européenne de Waterloo, 7 fontaine Fonteny, 1332 Genval – 02/652.115.15 (001-2331314-92)

 

 

2000s

www.maison-condorcet.be

Maison de la Laïcité (Hamme-Mille)

 

Maison de la laïcité D’Alembert (ASBL) (Braine-l’Alleud)

 

2003

Bastogne – Amicale / Un rendez-vous des anciens de la Légion, AL 24/07/2003