Secteur de la distribution des eaux: impérialisme français et collaboration francophile

1979

La ratification des traités belgo-néerlandais tributaire .. de la France?, LB 25/09/1979

 

« La Fédération maritime d’ Anvers a pris l’ initiative d’ organiser une confrontation » autour des projets des traités d’eau belgo-néerlandais. »

 

Le baron Clerdent, président du comité européen pour l’ aménagement de la Meuse a démontré que, selon lui, la clé du problème mosan est la construction d’ un réservoir sur la Houille, à la frontière belgo-française.  Ces travaux devraient être entrepris en France et des initiatives compensatoires seraient alors arrêtées en faveur de nos voisins du Sud. »

 

1987

Quel avenir pour notre eau? 1. L’ arrivée des Français, le départ des Bruxellois, AL 17/02/1987

 

« On constate que plusieurs sociétés multinationales – françaises notamment – s’ intéressent de très près, depuis quelques mois, à la politique de l’ eau en Belgique, font des approchent et des propositions et s’ installent même sur le terrain. »

 

« On a d’abord vu « La Lyonnaise des Eaux » s’ associer à Intercom et mettre sur pied « Aquinter ».  la « Compagnie générale des Eaux » annonce son intention de faire de même en s’ installant au coeur de Liège, où elle vient de racheter l’Hôtel de Sélys, pour y installer le siège de ses futures activités en Wallonie. »

 

Pourquoi ces appétits français sur notre réseau de distribution d’ eau?

« Il faut sans doute voir dans la démarche du sud l’ intention de multinationales de développer leurs différentes affaires, car ces sociétés ne se préoccupent pas seulement de distribution d’ eau, elles exercent également leurs activités dans d’ autres domaines tels que l’électricité, les câblages, la télédistribution, même les pompes funèbres. »

 

1990

J.-M. B., Goldine a versé de l’ argent à Close, LB 07/06/1990

 

« L’ancien échevin PRL Georges Goldine, représentant à Liège des intérêts de la firme française « Compagnie générale des eaux », a avoué avoir versé deux millions de francs au bénéfice du bourgmestre de la ville, M. Edouard Close. »  la CGE était partie prenante dans le marché des horodateurs.