Les écoles soi-disant catholiques, antichrétiennes

Expériences vécues par … Mussolini en Italie et  Julie Muller-Barthélemy au Grand-Duché.

1890s

in: Pierre Milza, Mussolini, , Libr. Arthème Fayard 1999

 

(p.24) Les deux années scolaires passées auprès des bons pères de Faenza furent sans doute déterminantes dans la formation de la personnalité du jeune Mussolini. Déjà passablement porté à la révolte, celui-ci fut doublement poussé dans cette voie, d’abord parce qu’ayant joui jusqu’alors d’une grande liberté, il se trouvait du jour au lendemain soumis à la stricte discipline des salésiens, ensuite parce que, « en hommage à l’égalité évangélique prêchée et pratiquée par le Christ », ces derniers avaient, au réfectoire, divisé leurs élèves en trois tables : celle des « nobles » dont les parents acquittaient 60 lires de pension mensuelle, et celles des élèves qui payaient les uns 45, les autres 30 lires, Mussolini rele­vant de cette dernière catégorie, la plus nombreuse. Cette injus­tice affichée sans complexe ne pouvait que développer chez lui les tendances anticléricales qu’il avait héritées de son père, ainsi qu’une haine tenace des possédants qui survivrait à sa rupture avec le socialisme.

Le personnel enseignant du collège comprenait des prêtres, qui officiaient dans les grandes classes, et des laïcs qui avaient la charge de l’école élémentaire. Le directeur était un religieux « épouvantablement maigre », dont l’aspect de « squelette ambu­lant » suffisait à effrayer le jeune garçon. Le jour où, à la suite d’une visite d’Alessandro au collège, Benito l’entendit déclarer, parlant de lui au censeur : « E il figlio di un capo popolo! C’est le fils d’un chef du peuple ! », il sut qu’il n’avait pas grand-chose à attendre de la bienveillance des pères. Et de fait, si l’on suit ce qu’il dit dans ses Mémoires de son séjour à Faenza, il n’y eut plus guère de jours où il n’eût à subir quelque vexation ou punition sans objet, à commencer par la mise au coin permanente dans la cour de récréation.

 

1950s

 

Julie Muller-Barthélemy, Erënnerungen aus engem beweegte Joerhonnert, éd. RBS, izerg 2009

 

(p.115) D’Meedercher sinn nach e bëssen an d’Nilles-Schoul op der Stroossbuergerplaz gaangen. De Kaploun, deen hinnen de Reliounsunterricht gehal huet, ass sech bei àis virstelle komm.

,,Si sinn an deene bronge Guiden », huet hie gesot.

Jo », sot ech, stéiert dat Iech? »

Déi brong Guiden deemools waren d’Campeuses bronzées an hir Cheftaine war d’Colette Flesch.

,,Neen, awer bei mir an der Klass si se alléguer an den Jefcisten, Jeunesses féminines catholiques. »

,,Och wann et Iech net passt, eis Kanner bleiwen op jiddwer Fall bei de bronge Guiden. A wann ech eppes héieren, dass si doduerch leide bei Iech an der Relioun, dann huele mer se och aus der Relioun eraus. »

 

1950s

 

Julie Muller-Barthélemy, Erënnerungen aus engem beweegte Joerhonnert, éd. RBS, izerg 2009

 

(p.51) Meng Schoulzäit

 

(…) awer si ass krank ginn an net méi zréck komm. Am 2. Trimester krute mer dunn eng Ersatz, d’Joffer Anna Ternes. Si ass awer nom 5. Schouljoer net méi erëm komm, well si zu Mis gesot hat:

,,Gehorsam ist besser wie Opfer und Gebet. » Dat huet dem Dechen net gefall!

 

1950s

 

Muller-Barthélemy, Erënnerungen aus engem beweegte Joerhonnert, éd. Julie RBS, izerg 2009 – racisme francophone

 

(p.55) Zu Ettelbréck war awer eng Schwëster Irène, déi huet zwee Joer gehalen, déi „ cours supérieur » geheescht hunn. Ech hunn déi zwee Joer gemaach, an dat zweet Joer ofgeschloss mam klengen Examen vun der Langue française zu Nanzech. Dee groussen Diplom vun der Langue fran­çaise dat Joer huet d’Cecile Majeres-Serres kritt. Mir zwee sinn déi eenzeg vun deenen zwou Klassen, déi nach liewen. Ech hunn et ni bereit bei der Soeur Irène geléiert ze hunn. An deenen zwee Joer war d’consigne du français, do hu mer souguer an der Paus franséisch geschwat. Mir hunn ëmmer eng carte rose  kritt an op (p.56) där leschter déi ech kritt hunn stung hannendrop: ,,Julie obtiendrait la carte blanche, si elle observait toujours la consigne du français. »

 

Canada (Ontario) - Enfants indiens violés dans un pensionnat catholique

(LB, 21/10/1996)

2007 - La Soutane (Albin Georges)

(in: VA, 09/11/2007)

Pédophilie chez les Frères Maristes

(VA, 07/04/2010)