Li walon, one langue / Le wallon, une langue - Grammaire contrastive wallon - français : morphologie (Roger & Johan Viroux)

2 MORPHOLOGIE

 

La morphologie wallonne se distingue de la morphologie française en de nombreux points.

 

Ainsi, 47 différences fondamentales ont été répertoriées.

 

2.1 Phénomènes généraux

 

2.1.1 Homonymie

 

Différence 1

La langue wallonne n’est pas exempte d’homonymes, mais en a beaucoup moins que la langue française. Ils sont de plus en partie différents. (Bertrand, 1979, 1/2; Didier,1972)

 

français

wallon

 

ache – hache

hach (EW) – hatche

aile – elle

éle – èl(l)e

aine – haine

in.ne –hayîme (EW)

alêne – haleine

alène – halin.ne

allée – aller – hâler

aléye – aler – håler (EW)

amande – amende

amande – aminde

amen – amène/amènes/amènent

âmèn’ – amwin.ne(s) / amwin.nenut ou amwin.nenuche (subj.)

an – en

an – en / è

ancre – encre

anke – intche

ancrer – encrer

mète à l’anke – passer à l’ intche

antre – entre – entre(s)/entrent

(…) – inte / ètur – intère(s)/intèrenut ou intèrenuche (subj.)

août – ou – où

awous’ – ou, ou bin – èwou(-ce)

apprêts – après

aprèstadjes – après

au / aux – aulx – eau – haut – ho! – oh! – ô – os (pl)

au(s/auzès) – as – êwe – hôt -eûw! – ô – ô – ouchas

aurais – aurai : j’aurais – j’aurai

dj’aureu – dj’aurè

aurifier – horrifier

(ôrer) – èspaweter

autan – autant – ôtant

(…) – ostant – ritirant

autel – hôtel 

auté – hôtél

auteur – hauteur

auteûr – hôteû

avant – avent

divant – Lès-Avints

ayions – ayons: que nous ayions – ayons!

qui nos-eûchanche – eûchans! (CW)

bon – bond

bon – r(i)bond

bord – bore

bôrd/bwârd – bôre

bouchée – boucher – boucher

bouchîye – boutchî – stoper

boue – bout – bous/bout

broûs – dibout – boû/boût

bouleau – boulot – boulot

bôlî –  mèstî – boulot

c’était – s’était

c’èsteûve – s’aveûve

ça – çà – sa

 ça, çola – çà –  si, s’, si-t-  

camp – quand – quant (à)

camp – quand / qwand (EW) – tant qu’ (à)

canaux – canot

canâls – canot

car – car – quart

ca – câr – quârt/qwårt (EW)

cartier – quartier

cwårdjètî (EW) – quaurtî / qwårtî (EW)

ce – se

ci …-ci; ci …-là  – si, s’ 

céleri – sellerie

célèri – sèlerîye

celle – cèle(s)/cèlent – scelle(s)/scellent  – sel -selle

li cène – catche(s)/catchenut ou catchenuche (subj.) – sèle(s)/sèlenut ou sèlenuche (subj.)– sé – sèle

cent – sang – sans – sens/sent

cint – song – sins – sins/sint

cerf – serre – serre(s)/serrent

ciêr – sêre – sère(s)/sèrenut ou sèrenuche (subj.)

ces – saie – sais/sait – ses – s’est – c’est

cès (-ci/là) – såye (EW) – sé(s)/sét – s’ a – c’ èst

cet/cette – sept – set

ci(t-) (-ci/là) – sèt’ – sèt’

chair – chaire – cher/chère – chère

tchau – chaîre – tchêr(e) – fricasse (EW)

chat – chas – shah

tchèt – trau – shah

chaud – chaux – chaut

tchôd – tchaus’ – (…)

chaume – chôme(s/nt)

strin (toit de chaume) ou steûle (éteule) – chôme(s)/chômenut ou chômenuche (subj.)

cheik – chèque

cheik /εjk/ – chèke

chlore – clore

clôre /o/ – clôre (le ‘ô’ de ‘tchôd’)

cire – cire(s/nt) – cirre – sire

cire / cére (EW) – cire(s)/cirenut ou cirenuche – (…) – sîre

clac! – claque – claque – claque(s/nt)

clak ! – clape – clake – clatche(s)/clatchenut ou clatchenuche (subj.)

clic! – clique

clik ! – clike

cœur – chœur

keûr / coûr (EW) – keûr

coi – quoi

keû (EW) – qwè

coin – coing

1) cwin; 2) cwane; 3) cougnèt – cwagne

coke – coq – coque

coke – cok – scaugne (CW) / hågne (EW)

collet – collais/t/aient – colley

hatrê (EW) – coleûve/coleûve/colin.n – (…)

comptant – contant – content

comptant – contant – contint

cor – corps

côr – cwârp

cote – côte – cotte

cote – cwasse / tiène / côte – cotrê (EW)

cou – couds/coud – coup – coût

cô – keûd(s) / keûd – côp – costindje (CW / costèdje (EW)

cour- courre – cours – cours/court/courent – court – court (tennis)

coû – coûre – coûrs – coûr(s)/coûrenut ou coûrenuche (subj.) – coût – coûrt

couvant – couvent

covant – covint

couvée – couver

covéye – cover

croisé – croisée (1 carrefour ou  2 fenêtre)) – croiser

crwèsé – 1 crwèjelante (SW) ou 2 fènièsse (CW) – crwèser

croie/s/ent – croîs/croît – croix

crwè(s)/crwèyenut ou crwèyenuche (subj.) – cré(t) ou crèche – crwès / creûs (EW)

cuir – cuire

cû(r ) – cûre

cygne – signe

cîne (EW) – sine / sègne (EW)

dans – d’en

dins; è; o – d’è(nn’)

défaire – défère/s/ent – déferre/s/ent

disfé – dèfère(s)/dèfèrenut ou dèfèrenuche (subj.) – disfère(s)/disfèrenut  ou disfèrenuche (subj.)

défais/défait – défet

disfaîs/disfaît – (…)

déférer – déferrer

dèfèrer – disfèrer

défilé – défiler

dèfilé – dèfiler

dégoûter – dégoutter

disgoster – sgoter

desceller – desseller

dissèler – dissèler

dessert – desserre/s/nt – dessers/dessert

dèssêrt – dissère(s)/dissèrenut ou dissèrenuche (subj.) – dissiè(ve)/dissièt ou dissiève

do – dos

dô – dos

du – dû

do (CW), dè (EW) – divu

dur – dure/s/nt – durent

deur – dure/s/durenut ou durenuche (subj.) – ont d’vu

eau – haut – os

êwe – hôt – oucha / ohê (EW)

enter – hanter

grèfer – håbiter (EW)

étai – étais/t/aient

stipe – èsteûve /èsteûve / èstin.n

étang – étant – étend/s

vèvî – èstant – stind/stinds

être – être – hêtre

(i)èsse – (one) saquî – fau (ou hèsse)

étrier – étriller

stri – striyî

euh – eux – oeufs

eu – zèls (zias (OW), ieûs’ (OW) – oûs

face – fasce – fasse/s/nt

face – (…) – faîye/faîyes/faîyenuche

faim – fin – feins/feint – fin

fwin – fin –  fé lès qwanses/ fét… – fin

faire – fer – ferre/s/nt

fé – fiêr / fièr – fère/s/fèrenut ou fèrenuche (subj.)

fait – fais/fait – faix

faît – faî/faîs/faît – fa

faîte – faite/s – fête – fête/s/nt

crèsse – faîte/s – fièsse – fièstéye/s/fièstéyenut ou fièstéyenuche (subj.)

faon – fend/s

djon.ne cièr – find/s

fausse/s/nt – fosse

fausse/s/faussenut ou faussenuche (subj.) /o/ – fosse (‘o’ de ‘boss’ en anglais)

fermant – ferment – ferrement

sèrant – louwin – fèradje

fil – file – file/s/nt

fi – file – file/s/filenut ou filenuche (subj.)

flac! – flaque

flatch ! – basse

flamand – flamant

flamind – flamant

foi – foie – fois

fwè – féte – côp

for – fore/s/nt – fors – fort – fort

(…) – fore/fores/forenut ou forenuche (subj.) – sauf – fwârt – fôrt

forais/t/aient – forêt – foret

foreûve/foreûve – grand bwès – forèt

frai – frais – frais – frais

froyadje – fris’- costindjes

fumée – fumer

fumêre / foumîre (EW) – fumer / foumer (EW)

gai(e) – gué

gaîy(e) – wé

genet – genêt

spagnolî – djinièsse

goûte/s/nt – goutte

gostéye/gostéyes/gostéyenut ou gostéyenuche (subj.) (ou saye/sayes/sayenut ou sayenuche (subj.)) – gote

grâce – grasse

grâce – crausse

guais – guet

(…) – awaîte

guère – guerre

wêre – guêre

hockey – hoquet

hockey – licote

hors – or – or – ores

foû – ôr – portant – asteûre

houe – houx – où – ou – août

hawe – grète-cu – èwou / wice (EW) – ou – awous’

il(s) – île

i(s) – île

joue – joue/s/nt – joug

massale – djoûwe/djoûwes/djoûwenut ou djoûwenuche (subj.)

la – là – l’a

li, l’ – vêlà – l’a

laie – lai – lait – laid

trôye di singlé – (…) – lacia – laîd

lard – lare

laurd / lård (EW) – lâre

leur – leur – leurre – leurre/s/nt

leû – lzeû – atrape – lure/lures/lurèt (EW)

lie – lie/s/nt – lis/lit – lit

fondrèyes (EW) – lôye/lôyes/lôyenut ou lôyenuche (subj.) – lîs/lît – lét

lui – luis/t

li / lu (EW) – lûs/lût

lut – luth – lutte

(…) – lut’ – lûte

luter – lutter

stoper – lûter

ma – m’a

mi, m’ – m’a

mai – maie – mais – mes – mets/t – mets – m’ est – m’ ais – m’ ait – maye

maîy / mây (EW) – mê (EW) – mins – mès – mèts/mèt – amagnî (EW) – m’ èst – m’ eûche (CW) – m’ eûche – (…)

main – maint

mwin / mangn (OW) – pl : mwints

maire – mer – mère

mayeûr – mér – mére

maître – mètre – mettre

maîsse – mète – mète

mal – mâle – malle

mau – maule –  male

mante – mente/s/nt – menthe

afûleûre (EW) – mintiche/mintiches/mintiche ou mintichenuche (subj.) – minte

marchant – marchand

rotant – mârtchand

marché – marcher

mârtchi – roter

mari – marri – marie/s/ent

ome – pèneûs – mârîye/mârîyes/mârîyenut ou mârîyenuche (subj.)

maure – mords/d – mors – mort

maure – agne/agnes – môrs – mwârt

mite – mythe

mote – mite

moi – mois

mi – mwès/meûs (EW)

mon – m’ont

mi, m’ – m’ont

mot – maux

mot – maus

mur – mûr – mûre

meur – meûr – meûmeûre

ni – n’y

nu – n’î

nom – non

nom – non

noue – noue/s/nt – nous

lètche (EW) – nuke/nukes/nukenut ou nukenuche (subj.) – nos

nuit – nuis/t

nût / nut’ (EW) – nû/nûs/nût (arch.) (EW)

occident – oxydant

ocsident – ocsidant

on – ont

on – ont

on + V; on n’

on-z- +V; on n’

oui – ouï – ouïe – ouies

oyi/ayi (OW) /awè (EW)/ ây (SW) – oyu – oya – wîyes

paie/paye – paie/s/ent – pais/paît – paix

paye – paye/payes/ payenut ou payenuche (subj.) – paîs

pain – peins/t – pin

pwin – pond/s (EW) – pin

pair – paire – perd/s – père

paîr – paîre – pièd/s – pére

pan! – pan – paon – pends/pend

pèn’ ! – pagna (chemise) ou bokèt d’ meur (pan de mur) – pawon / påwe (EW) – pind

panne – paonne

pane – frumèle påwe (EW)

panse – panse/s/ent – pense/s/ent

panse – bindeléye/s/bindeléyenut ou bindeléyenuche (subj.) – pinse.s/pinsenut ou pinsenuche (subj.)

panser – penser – pensée

bindeler – pinser – pinséye

par – pare/s/ent – pars/part – part

pa (ou pâr, dans des cas précis) – agadeléye /s/-enut ou –enuche (subj.) – m’ èva/t’ èvas /  èva – paurt

parc – parque/s/ent

pârk – pârkéye/s/pârkéyenut ou pârkéyenuche (subj.)

pari – parie/s/ent

wadjûre – wadje/s/wadjenut ou wadjenuche (subj.)

peau – pot

pia / pê (EW) – pot

peine – peine/s/ent – pêne – penne

pwin.ne / pon.ne (EW) – (<fé dè l’ pon.ne) (EW) – lançant (CW), pièle (EW) – pène

pèle/s/ent – pelle

pèle/s/pèlenut ou pèlenuche (subj.) – chipe

peu – peux/peut

wêre – pou/pous/pout

pie – pie – pis – pis

agasse – (couleur) (…) – pés (vache) – pîre / pés (EW)

pinçon – pinson

pièrcèt / piçon (EW) – pinson

pli – plie – plie/s/ent

pli / pleû (EW) – playis’ – plôye/s/plôyenut ou plôyenuche (subj.)

plutôt – plus tôt

putôt, pus rade – pus timpe

poids – pois – poix

pwèds – pwès / peûs (EW) – aurpi / hårpih (EW)

poing – point – point

pougn – pont – pont

pool – poule

pool – pouye / poye (EW)

porc – pore – port

pourcia / pourcê (EW) – pôre – pôrt

pou – pouls

pû / piou (EW) – pôs’ (EW)

près – prêt – prêt

près – prèt’ – prustadje

prix – prie/s/ent – pris/prit/prît

pris – prîye/s/prîyenut ou prîyenuche (subj.) – prinda(s)/prinda/prindasse (EW)

puis – puis – puits – puy

pwîs / adon – pou – pus’ – (…)

quand – quant – qu’en

quand – tant qu’ – qu’è(nn’)

raid – raide

raîd’ – rwèd(e) / reûd(e) (EW)

raisonner – résonner

raîsoner – si toner

rang – rend(s)

rang – rind(s)

ras – raz

ras’ – (…)

reine – rêne – renne

rin.ne – bride – rène

ris (de veau) – ris/rit/rient/rie/ries/rît/ri – riz

(…) – rîs /rît / rîyenut ou rîyenuche (subj.); rîye/rîyes; riyiche; rî – riz

rôti – rôti (p.p.) – rôtie

rosti – rosti (p.p.) – rostîye

roue – roux

reuwe – rossia / rossê (EW)

ru -rue – rue/s/ent

ri – reuwe – hine/s/hinèt dè cou (EW)

sain – saint – sein

hêtî (EW) – sint – tète

salle – sale

sâle – man.nèt (ioûrd (OW), måssî (EW))

saut – seau – sceau – sot

saut / hope (EW) – saya – sau – sot

scie – si – si – sis

sôye – si – si – (…)

seiche – sèche – sèche/s/ent

(sèche) – (…) – sètchi/s/sètchichenut ou sètchichenuche (subj.)

serai – serais : je serais – je serai

dji sèreu – dji sèrè

si – s’y

si, s’ – s’î

soi – soie – sois/t/soient

li(-min.me) – seûye (EW) – fuche/fuche/fuchenuche (CW)

son – sont

si, s’ – sont

sou – sous – saoul / soûl

sou – dizos – sô

souris – souris/t/sourie(s/ent)/souri

soris – sorîs/t/sorîye(-s/sorîyenut ou sorîyenuche (subj.))/sorî

statue – statue/s/ent – statut

stateuwe – (statûwe/s/statûwenut ou statûwenuche (subj.)) – statut

suie – suis – suis/t

soûfe (EW) – so – sû/sûs/sût

sur – sûr – sûr (aigre) – surent

su – sûr – seur – ont seû

ta – t’a

ti, t’ – t’a

tache – tâche

tatche – bèsogne

tan – tant – taon – temps – tend/s

chwaches / hwèces (EW) – tant- tayant – timp – tinkîye/ts

tante – tente – tente/s/ent (1 inciter ; 2 essayer)

matante – tente – 1 tinte/s/tintenut ou tintenuche (subj.) ; 2 saye/s/sayenut ou sayenuche (subj.)

tard – tare – tare

taurd – târe (masse) – grand mèhin (EW)

taure – tord/s – tore – tors – tort

(…) – twad/s – (…) – twârdu – twârt

taux – tôt

taus – timpe

té – thé

té – té

tête – tète/s/ent

tièsse – tète/s/tètenut ou tètenuche (subj.)

toi – toit

twè (ti) twèt / teût (EW)

ton – t’ont

ti, t’ – t’ont

toue – tout/tous – tout – tout – toux

touwe – tot/tos – tot – tos’

trop – trot

trop – trotadje

tu – tue/s/ent – tus/tut

ti (vos) – tûwe/s/tûwenut ou tûwenuche (subj.) – têha (EW)

vaine – veine

(…) – win.ne / von.ne (EW)

vair – ver – verre – vers (poésie)- vers – vert

(…) – viêr – vêre – vêrs – viès – vèt’ 

vaux – vaux/vaut – veau – vos

vaus – vaus/vaut – via / vê (EW) – vos (’o’ de ‘boss’ en anglais)

verseau – verso

(vèrsau) – vêrso

vice – vis – visse/s/ent

vice – vis’ – vistréye/s/vistréyenut ou vistréyenuche (subj.)

vie – vis/vit – vis/vit/vît

vîye ou vikaîrîye ou vikadje – vike/s – vèya/s/vèyasse (EW)

vin – vingt

vin – vint’

voeu – veux/veut

veû – vou/vous/vout

voie – voie/voies/voit/voient – voix

vôye – vôye/s/vôyenut ou vôyenuche (subj.) – vwès

vos – veau

vos – via / vê ( EW)

voue – vous

vowe (EW) – vos

 

 

2.1.2 Etymologie

 

Différence 2

Dans plusieurs mots, le wallon respecte la forme latine originelle, contrairement au français.

  1. : (L) « libellus » > (F) « niveau »  – (CW) « livia » (« livê » (EW) (cf anglais : « level »)

              « mespila » >      « nèfle »                 « mèspe » (cf néerlandais : « mispel »)    

              « nivicare » >      « neiger »               « nîver »

 

 

2.2 Catégories grammaticales

 

2.2.1 Article

 

2.2.1.1 Article défini

 

Différence 3

Le wallon a la même forme de l’article défini au masculin et au féminin singulier.

 

ex. (W) li gamin                                        (F) le garçon

             li bauchèle (CW), båcèle (EW)          la fille

 

NB :  Correspondent à « li » : « èl » dans une bonne partie de l’ouest-wallon ; « lu » dans une partie de l’est-wallon et du sud-wallon.

Cependant, on entend une distinction entre « li » (masculin) et « la » (féminin) dans une bonne partie du sud-wallon.

 

Différence 4

En wallon, les combinaisons de l’article défini avec des prépositions sont différentes du français.

Prenons des exemples tirés de l’ouest-wallon (à Jamioulx : Bal,1993,23-25) :

 

« à » + article défini

pl: « à lès »: + C; « à lès- »   + V :

  1. : « nè l’ moustrèz nin à lès djins » (ne le montrez pas aux gens), « nos-l’dîrons à lès-

        èfants » (nous le dirons aux enfants), « vos wéterèz à lès vatches, à lès-aumâyes » (vous

        regarderez aux vatches, aux génisses) (= vous garderez les vaches, les génisses).

NB : « à l’s »: pas dans ce parler.

 

Aussi: « aus » + C, « aus-»  + V:

  1. : « disèz-le aus parints » (dites-le aux parents), « d’nèz-in aus-autes ètou » (donnez-en aux

        autres aussi);

        « èl tâye aus fréjes » (la taille (coupe de taillis) aux fraises: là où les fraises abondent, fig. 

        pays de Cocagne), le l.-d. « à l’ fosse aus r’nauds » (à la fosse (combe) aux renards),

        « aus laudjès basses » (aux larges flaques (mares)).

« as » (/a/ + C, /az/ + V): dans des constructions marquant une généralité, une indétermination: « tinde as fuwants » (tendre aux taupes).  (– « wétî à lès vatches »: des vaches bien déterminées, « wétî as pidjons »: on surveille le vol de pigeons).

 

Même type d’observation dans l’est-wallon avec le professeur Remacle (1952,110-111). Dans le wallon de La Gleize, une distinction analogue à celle notée à Jamioulx (ouest-wallon), qui se marque par l’opposition entre « azès », forme vivante de l’article défini contracté pluriel, à pleine valeur définie, et « âs » qui « s’emploie surtout maintenant dans des cas particuliers où la nuance définie de « les » manque de précision et dans des expressions figées ».  Remacle cite (ibid.) une observation identique faite par l’abbé Bastin dans le parler de Faymonville (région de Malmédy). 

Idem en sud-wallon (à Tenneville : Francard,1980,202), en ce qui concerne les formes combinées dans cette zone. Tandis que le wallon correspond au français pour la traduction de « du »  ((W) do: « i vind do bûre ») et « des » ( (W) dès, dès- + V: « li stâve dès vatches », « li tchan.me dès-èfants »), il faut noter un usage différent pour

– « de la »:

(SW) do l’ + C:                         I vind do l’ crin.me.  (F: Il vend de la crème)

       V + do l’ + s initial + C :   lès bancs do l’ sicole; d’nè do l’ sipècheûr (les bancs de

                                                  l’école ; donner de l’épaisseur)

– « dans la » :

(SW) dins l’  ou o l’ + C:          I gn-a do sâbe dins l’ souke. (Il y a du sable dans le sucre)

                                                  I gn-a trop d’ sè o l’ sope. (Il y a trop de sel dans la soupe)

                                                  Dji va o bwès. (Je vais au bois.)

                                                  Il èstéve dins l’ (ou o) bwès. (Il était dans le bois.)

– « par le, par la »:

(SW) po l’ + C :                        I l’ tènéve po l’ brès, po l’ mwin. (Il le tenait par le bras, par   

                                                  la main.)

(CW) pa li + consonne de nom masculin > pau :

                                                  Passez pau djârdin (Passez par le jardin.) ; tinu pau brès (tenir

  par le bras)

   « par les » :

(SW) po lès:                               I l’ tènéve po lès tch’vès. (Il le tenait par les cheveux)

(CW) pa lès + consonne > paus, pauzès : Èle l’ a pris paus tch’vias. (Elle l’a pris par les

                                                   cheveux.)

                                                   Il èrva pauzès pîd-sintes. (Il retourne par les sentiers.)

 

Remarque

Les prépositions en « -r » 

1 Les prépositions « por » (pour), « sor » (sur), « vèr » (vers), « atoûr » (à) ne s’ emploient que devant les formes fortes monosyllabiques des pronoms personnels; ailleurs, elles perdent l’ « r » final, ce qui n’est pas le cas du français. (cf Bastin,1909,387)

  1. : (CW) por mi, sor twè, vèr vos, c’ è-st-atoûr zèls à djower

        (F)  pour moi, sur toi, vers vous, c’ est leur tour de jouer 

Mais (CW) po nos-ôtes, vè vola, atoû m’ papa

          (F) pour nous, dans cette direction, autour de mon père.

 

NB : A La Gleize (EW), « atoûr à, âtoûr » (autour), « duzeûr » (au-dessus), « vêr » (vers) sont des adverbes ; « atoû », « âtoû du », « duzeû », « vè » des prépositions.

  1. : « toûrné âtoû d’on-âbe » (tourner autour d’un arbre), mais « dju n’a nin toûrné âtoûr » (je suis allé droit au fait), « i n’ fât nin alé atoû » ou « vè lès crompîres » (il ne faut pas toucher aux pommes de terre), mais « i n’ fât nin alé atoûr » ou « vêr » (sans complément); « duzeû l’ mâhon, mais il èst d’zeûr ». (Remacle,1937,54-55)

 

  1. :

(CW) « On n’a nin âssez por zèls di bènite eûwe. »  (E. Gillain, Au culot do feu, p.19)

(F) On n’a pas assez d’eau bénite pour eux.

 

 

Remarquons le même phénomène avec l’adverbe « co » (encore) devant une voyelle.

« Ô! c’ èst cor on souvenir byin dous! (Pourtois Louis, Cougnous, p.98, in: Gaziaux, 1998)

Oh, c’est encore un souvenir bien doux !

« cor one miète » (Laloux,1969,15)

(On rencontre aussi « co one miète »)

encore un peu

 

 

2.2.1.2 Article indéfini

Différence 5

En français, l’article indéfini ne se distingue pas de l’adjectif numéral cardinal : « un » ; en wallon, l’article est « on » (« in » (OW)) et le numéral est « onk » (« yink » (OW)). [1]

  1. : (F) un garçon ; un, deux, trois, …

       (W) on gamin ; onk, deûs, trwès, …

De même qu’en néerlandais: art. « een » – adj. num. card. « één » ; en allemand : « ein(e) » –

« eins » ; en anglais : « a(n) » – « one » .

  1. :

(CW) « Dj’ a stî è scole au maîsse Bèguin, onk dès mèyeûs maîsses di ç’ timps-là, … » (Gillain,1932,30)

Je suis allé à l’école chez le maître Beguin, un des meilleurs maîtres de cette époque.

(SW) « Si pa dès côps, i gn-aurot unk qui s’rot pou morë, … » (O. Marchal, Arduine, Otchamp dins la nîve, AL)

(F) Si, par hasard, quelqu’un était sur le point de mourir, …

 

 

2.2.2 Adjectif

 

2.2.2.1 Adjectif qualificatif[2]

 

Différence 6

Les formes irrégulières de l’adjectif qualificatif ne sont pas toutes les mêmes en wallon qu’en français.

 

  1. :

IRREG. (C)

fwârt   – fwate

moya  – moyale

rèlî      – rèlîte

rossia  – rossète                                              

REG. (F)

fort   –  forte

muet  – muette

réélu  – réélue

roux  –  rousse   

REG.

fris – frisse

malin  – maline

sètch –  sètche

IRR. 

frais   –   fraîche

malin –   maligne

sec     –   sèche

 

 

Flexion (dès bèlès fleûrs, ..) : voir 1.3.10

 

 

2.2.2.2 Adjectif possessif

 

Différence 7

La forme de l’adjectif possessif est la même pour le masculin et le féminin aux 1e, 2e et 3e personnes du singulier; en français, la forme est différente.

 

ex.: 1e p. sg.      (W) mi

(F) mon (m. et f.)       ma (f.)

      2e p. sg                ti

       ton (m. et f.)        ta (f.)

      3e p. sg                si                      

       son (m. et f.)        sa (f.)

 

Différence 8

« Notre » et « votre » se diront en wallon « nosse » et « vosse » devant une consonne, « noste » et « voste » devant une voyelle (Francard,1980,214).

  1. : (F) notre maison            –  (W) nosse maujone (CW), nosse mohone (EW)

               votre arbitre                        voste ârbite

 

NB : Dans une bonne partie de l’ouest-wallon, on dira « no-n- », « vo-n- »  respectivement au lieu de « voste » et de « noste ».

  1. :

(OW) « El tchanson qui diskint d’ vo-n-alène … / …c’ è-st-à ’ne rouséye qu’ èle èrchène… » (Henry Pierre, Soul’rîye, p.108, in: W+ L)

(F) La chanson qui descend de votre haleine /

 C’est à ‘une’ rosée qu’elle ressemble.

 

 

Différence 9

L’adjectif possessif français « leur » se dira tantôt « leû », tantôt « leû-z- »  (« -z- »  de liaison) :

– devant consonne : « leû » (sg.), « leûs » (pl.) ;

– devant voyelle : « leû » (pl. « leûs ») + /z/ de liaison. (Francard, ibid.)

ex : (F)  leur problème, leurs problèmes          (W) leû problème, leûs problèmes

              leur auto                                                    leû-z-auto

              leurs autos                                                 leûs-autos

 

Différence 10

Soudure de l’adjectif possessif

Le français possède des exemples de soudure de l’article comme « lierre » (< « *l’ierre » (hederam)), « luette » (< « *l’uette » (uvettam)), « tante » (< « *t’ante » (amitam)), « ma mie » ( < « *m’amie »), « madame ».

Le wallon surenchérit avec un adjectif possessif, comme dans : « matante » (tante), « mononke » (oncle), « mamesèle » (demoiselle), « ma-seûr » (religieuse). On obtient alors les combinaisons suivantes, inexistantes en français :  « mi matante », « nosse mononke », « one mamesèle », « one grande madame », voire « matante ma-seûr » (tante religieuse). (Houziaux,1950,5; Somme,1997,199)

 

 

2.2.2.3 Adjectif démonstratif

 

Différence 11

Le wallon ne possède pas d’adjectif démonstratif neutre quant à l’éloignement.

Le français a un déterminatif pour un déterminé rapproché (ce ..-ci), un autre pour un déterminé éloigné (ce …-là) et un autre sans liaison de sens avec le rapprochement ou l’éloignement : ce, cet, cet, ces.

En wallon, ce déterminatif n’existe pas et on doit opter pour le rapprochement ou l’éloignement. Il en va d’ailleurs de même en néerlandais, en anglais, en allemand et en italien.

  1. : (F) ce GSM                    (W)   ci GSM-ci (de même : cisse GSM-ci, èç GSM-ci)                                   

               cet homme                         cit-ome-ci ((EW) cist-ome-ci, (OW) èç’-n-ome-ci)

 

(SW) « Lès djins d’ asteûre su d’mandant bin quî-ce què ça plèt èsse, èç’-t-ome-là qui passét inlà. » (Poncelet Jean-Michel, Lès Blancs Cayoûs, AL)

(F) Les gens de maintenant se demandent bien qui pouvait être cet homme qui passait là-bas.

(SW) « I nous-avét bin u, ç’ bon parwassyin-là! » (Hector Léon, La vatche dou keurè d’ Sint-Piére, AL)

Il nous avait bien eu, ce bon paroissien!

(SW) « Ç’ monse deu tchin-là è co bawé toute la noûtie. » (Twisselman,1994,21)

Ce satané chien a encore aboyé toute la nuit.

 

 

2.2.2.4 Adjectif numéral cardinal (cf 2.2.1.2. Diff. 5)

 

 

2.2.3 Nom

 

Différence 12

Les noms de métier en -î donnent -erèsse au féminin .

ex :

(W) bolèdjî / bolèdjerèsse

       boutchî / boutcherèsse.

(F) boulanger / boulangère

      boucher / bouchère

 

Différence 13

Singulier – pluriel

Le pluriel des noms communs ne se distinguent pas du singulier en wallon, contrairement aux formes correspondantes en français.

  1. :

(W)  on-ouy  – dès-ouys

        on tch’vau  – dès tch’vaus

        on bocau – dès bocaus

        on-oû – dès-oûs

(F) un œil – des yeux

      un cheval – des chevaux

      un bocal – des bocaux

       un œuf – des oeufs

 

Différence 14

Dérivation

En wallon, la racine garde la même forme tant dans le mot de base que dans le dérivé, contrairement au mot français correspondant. 

  1. :

(W) peûmon  – peûmonîye

        nèveû  – nèveûse

        satch  – satchîye

        auji  –  malauji

(F) poumon – pneumonie

      neveu – nièce

      sac – sac

      facile – difficile

 

Autres exemples :

nuk > nuker

nœud > nouer

vîy > viyèsse

vieux > vieillesse

minti > minte

mentir > mensonge

song > son.ner

sang > saigner

swè > swèlant

soif – altérant

 

 

2.2.4 Pronom

 

Les pronoms en wallon ont souvent un fonctionnement morphologique différent de leurs correspondants en français.

 

 

2.2.4.1 Pronom personnel

 

Différence 15

Les formes suivantes, tirées du sud-wallon (Francard,1980,204-213), que l’on retrouvent dans leur ensemble dans les 3 autres dialectes, fonctionnent différemment de leur forme correspondante en français.

 

JE

« dji » 

devant consonne : « dji vinrê » (je viendrai), « dji f’zéve do pwin » (je faisais du pain);

« dj’ » 

devant voyelle : « dj’ ènn’ ê onk » (j’en ai un), « dj’ ê moussè foû » (je suis sorti);

devant consonne, en débit rapide : « dj’ va o bwès » (je vais dans le bois);

« djo » 

(SW), lorsque « je » est suivi de « le », « les », « lui », « leur » : « djo lès-ê pièrdou » (je les ai perdus), « djo l’zî dîrê » (je le leur dirai) (correspondant à « djè » dans d’autres régions).

ME

(régime, antéposé au verbe)

« mi »

« m’ »

 

 

 

 

 

 

« èle mi veut voultî » (elle m’aime);

devant voyelle : « èle m’ a apicè po l’ brès » (elle m’a pris par le bras) ;

derrière voyelle et devant consonne : « ni m’ di nin dès mintes » (ne me dis pas de mensonges).

ex. : (EW) « Mame, dinez me on pètård, dji l’ a bin mèrité ! » (Warnier,1988,11) (Maman, flanquez-moi une gifle, je l’ai bien mérité !)

MOI 

(régime, postposé au verbe)

« mu »

 

« dène mu ça » (donne-moi ça) ;

 

« m’ » 

derrière voyelle : «lèyez m’ trankile ! (laissez-moi tranquille)»

MOI 

(régime prépositionnel, ou détaché)

« mi »:

« c’èst por mi » (c’est pour moi) ; « mi, dji pinse qui … » (moi, je pense que)

TU

NB : tutoiement et vouvoiement en wallon : cf 3.2.3.1

« to » 

antéposé, devant consonne : « to vinrès » (tu viendras); « to pous dîre » (tu peux dire);

« tu » 

postposé, après consonne : « pinses tu ? » (penses-tu ?);

« t’ » 

antéposé, devant consonne, en débit rapide : « t’ vinrès avou nos-ôtes » (tu viendras avec nous);  antéposé, devant voyelle : « t’ ènn’ as minti » (tu a menti).

« -se »

Après une forme verbale terminée par une voyelle, la 2ème pers. sing. est rendue par la forme ordinaire du verbe, augmentée de « se » : « vous se beûre one jate ? » (veux-tu boire une tasse ?), « il èst mwart, sés se » (il est mort, tu sais).

TOI

(régime, postposé au verbe)

« tu » 

après consonne : « r’wête tu d’ abôrd » (regarde-toi d’abord); après voyelle : « t’tu » : « tin t’tu bin » (tiens-toi bien).

TOI

(régime prépositionnel, ou détaché)

« ti »

« addé ti » (chez toi); « wête à ti » (prends garde) ; « ti èt rin , c’ èst l’ min.me » (toi et rien, c’est la même chose) ;

« twè »

« twè » est ressenti comme ‘plus poli’ que le précédent.

TE

(régime, antéposé au verbe)

« ti »

« èle ti veut voultî » (elle t’aime); « dji n’ ti prindrê rin » (je ne te prendrai pas); 

« t’ » 

devant voyelle : « i n’ t’ ême nin, sés-se » (il ne t’aime pas, tu sais); derrière voyelle et devant consonne : « i t’ porminerè » (il te promènera).

NOUS (sujet)

« dji » (SW), « nos » (ailleurs)

Comme dans le sud-est de la Belgique romane, « nous » sujet est remplacé par « je» : « dji beûrans » (nous boirons) ; « dj’ ons moussè foû » (nous sommes sortis). Ailleurs, on dira la plupart du temps « nos ».

NOUS

(tonique, non conjoint)

« nos-ôtes » 

« c’ èst da nos-ôtes » (c’et à nous) ; « nos-ôtes, dji d’meûrans su l’ tièr » (nous, nous habiterons le long du chemin escarpé).

NOUS

(régime antéposé, ou postposé au verbe)

« nos » 

« i nos r’wête » (il nous regarde); « i n’ nos djâze pus » (il ne nous parle plus); « vind nos ç’ tchamp-là » (vends-nous ce champ-là).

VOUS

(sujet, antéposé au verbe)

« vos » ou « v’ » 

 

devant consonne : « vos vinrez » (vous viendrez) ; « v’ dîrez à Tchofile qui … » (vous direz à Théophile que … )

« vos- » ou « v’s- » 

devant voyelle : « vos-ârez do l’ baguète » (tu auras des coups de baguette); « v’s-av’ rêzon » (vous avez raison).

VOUS

(sujet, postposé au verbe)

« ve »

« vinrez ve ? », « savez ve ? »

ex. : (SW) (le voisin à sa voisine) « Avoz ve dit qu’ à ma djambe, dju sofère la passion? » (Ninah l’Ardennaise, Lu r’warit tot, in: Francard, 1982) (as-tu dit que ma jambe me fait beaucoup souffrir ?)

VOUS

(régime réfléchi antéposé au verbe, devant consonne)

« v’ »

« vos v’ lèvez trop târd » (tu te lèves trop tard)

ex. : (EW) (p.18) « Elle èsprinda, v’ di-dje ! » (Boussart,1976,17-18) (elle s’est allumée, te dis-je !)

 

VOUS

(régime postposé)

« ve » 

« téhez ve » (tais-toi)

VOUS

(tonique, non conjoint)

« vos-ôtes »

« amon vos-ôtes » (chez vous) ; « c’ èst nin po vos-ôtes » (ce n’est pas pour vous) ; « vos-ôtes, c’ èst nin l’ min.me tchôse » (vous, ce n’est pas la même chose).

IL

(sujet, antéposé au verbe)

« i »

devant consonne : « i n’ vinrè nin » (il ne viendra pas) ; « i ploût » (il pleut);

« il » 

devant voyelle : « il avéve fwin » (il avait faim) ; « il èstéve brani » (il s’était altéré (le bois))

IL

(sujet, postposé au verbe)

« i  » 

« vinrè-t-i ? » (viendra-t-il ?)

ELLE

(sujet, antéposé au verbe)

« èle »

devant consonne : « èle bache » (elle baisse) ; « èle ranawîe » (elle ravaude) ;

« èlle » 

devant voyelle :  « èlle avéve fwin » (elle avait faim);  « èlle èstéve pièrdouye » (elle était perdue).

 

ex. : (SW) « Èlle ont mètou lès deûs gamines dins chake cwane… » (Dedoyard,1998,7) (elles ont mis les deux fillettes dans chaque coin)

(EW) « … èt volà qu’ èlle aspite foû d’ l’ êwe: … » (Maquet,1987,34) (et voilà qu’elle sort précipitamment de l’eau …)

ELLE

(sujet, postposé au verbe)

« èle »

« pinse-t-èle ? » (pense-t-elle ?)

N.B. IL et ELLE, pronoms sujets, présentent une aphérèse à l’intérieur des phrases (entre voyelles) ; d’où les formes « ‘l » (il) et « ‘lle » (elle) (exemples : cf 1.3.8). 

LUI

« lu » 

tonique non conjoint : « i vinrè tot seû » (il viendra tout seul); « dji va addé lu » (je vais chez lui);

« lî »

régime indirect, antéposé au verbe : « i lî a vindou on tchamp » (il lui a vendu un champ) ; « i lî prindrè tot » (il lui prendra tout) ;

« lî » 

régime indirect, postposé au verbe : « dène lî do pwin » (donne-lui du pain) ; « dènez lî do pwin » (donnez-lui du pain).

ELLE

(tonique, non conjoint)

« lèye »  

« lèye, c’ èst l’ mére da Tchofile » (elle, c’est la mère de Théophile) (vocatif) ; « ç’ èst por lèye » (c’est pour elle) (complément prépositionnel).

SOI (tonique)

 

est remplacé par  LUI :  « tchakin por lu » (chacun pour soi) .

SE (réfléchi)

« si » 

devant consonne : « Tchofile si bat toudi » (Théophile se bat toujours); « èle si marîe d’mwin » (elle se marie demain);

« s’ » 

devant voyelle : « èle s’ a pièrdou » (elle s’est perdue);

« s’ » 

après voyelle et devant consonne : « i s’ bat sovint » (il se bat souvent) ; « nosse tchèt s’ a stronlè » (notre chat s’est étranglé).

ex. : (CW) « Gn-aurè dès banses èt pèrson.ne ni s’è vôrè passer . » (Dji vos l’sowaîte do fond do keûr, VA 31/12/98) (il y en aura des tas et personne ne voudra s’en passer)

LE, LA

(régime direct, postposé au verbe)

« lu » 

après consonne : « sogne lu bin : c’ èst t’ pére » (soigne-le bien, c’est ton père) ;

« le » 

après voyelle : « tin le bin » (tiens-le bien); « lèyez le trankile » (laissez-le tranquille).

LE, LA

(régime direct, antéposé au verbe) 

« li » 

devant consonne : « Li pôve fème ! Tchofile li bat sovint ! » (la pauvre femme ! Th. la bat souvent !) ; « èle li trompe » (elle le trompe);

« l’ » 

 

 devant voyelle : « i l’ ême bin » (elle l’aime bien) ; « èle l’ a pièrdou » (elle l’a perdu(e));

après voyelle et devant consonne : « i l’ mougnerè » (il le mangera); « i l’ tènéve po l’ brès » (il la tenait par le bras).

ILS

(sujet, antéposé au verbe)

« i » 

devant consonne : « is n’ vinrant nin » (ils ne viendront pas) ; « is tchèssant l’ singlè » (ils chassent le sanglier);

« il » 

 

devant voyelle : « il avint fwin » (ils avaient faim); « il ont pièrdou leûs-èfants » (ils ont perdu leurs enfants).

ILS

(sujet, postposé au verbe)

« is »

« vinrant-i ? » (viendront-ils ?)

ELLE (sujet, antéposé au verbe)

« èles » 

devant consonne : « èles mougnint do l’ sirôpe » (elles mangeaient du sirop) ;

« èlle » 

devant voyelle : « èlle avint fwin » (elles avaient faim); « èlle ont moussè foû do l’ mohon » (elles sont sorties de la maison).

ELLES

(sujet, postposé au verbe)

« èles »

« vinrant-èles ? » (viendront-elles ?)

L’aphérèse notée pour les formes du sing. touche également les formes du pluriel : « ‘l » (ils) ; « ‘lles » (elles) : « quand ‘l (ou : ‘lle) avint fini d’ bate, is (ou : èles) riv’nint … » (cf 1.3.8)

EUX

(tonique non conjoint)

« zês » 

(ou « zèls (EW, CW), « zias » (OW))

 

« dji sê ça mî qu’ zês tortos » (je sais cela mieux qu’eux tous); « c’ èst por zês » (c’est pour eux).

ex. :  (EW) « … treûs ou qwate mèyes di feumes èt d’ omes qui n’ savît nin trop’ çou qu’ advinreût d’ zèls. » (J. Houbart-Houge, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L)

(trois ou quatre mille femmes et hommes qui ne savaient pas ce qu’il adviendrait d’eux)

ELLES

(tonique non conjoint)

« zèles » 

« djo l’zî dîrê, à zèles » (je le dirai à elles); « zèles, èles vinrant » (elles, elles viendront).

ex. : (CW) « Èt djë l’zi aveû trëcoté èt l’zi fé fé à zèles ossë totès bounès lokes. » (Gaziaux,1987,306) (Et je leur avais tricoté et je leur avais fait faire, à elles aussi, rien que de bons vêtements)

LEUR

(régime indirect, antéposé au verbe)

« lèzî » 

après consonne : « èle lèzî dènerè dès djambons » ; « Tchofile lèzî afoumerè l’ lârd ! »

« l’zî » 

après voyelle : « i l’zî prindrè tot » ; « on l’zî minerè lès bièsses ».

ex. : « Ile lèzî chèrva one grande platenêye du bolêyes å riz. » (C.Feller,1906,128) (il leur servit un grand plat de bouillie de riz)

LEUR

(régime indirect, postposé au verbe)

« lèzî » 

après consonne : « dène lèzî on kilo d’ tchâr »(donne-leur un kilo de viande) ;

« l’zî » 

après voyelle : « prinds l’ zî on bokèt d’ tâte » (prend-leur un morceau de tarte)

 

SE (réfléchi)  

« si » ou « s’ » 

(voir le singulier ci-dessus) .

LES

(régime direct)

« lès » 

devant consonne :  « i lès vindrè » (il les vendra); « i lès râyerè » (il les arrachera);

« lès- »

 

devant voyelle :  « mi pére lès-a côpè » (mon père les a coupés); « Tchofile lès-a pièrdou » (Th. les a perdus);

« lès-» ou « l’s-» 

après voyelle et devant voyelle : « i lès-a pièrdou » ou « i l’s-a pièrdou » (ce dernier dans un débit rapide) (il les a perdus).

 

Formes combinées

 

ME LE,

LE MOI

« mo l’ » 

« dis mo le ! » (dis-le moi);  « i mo l’ dîrè » (il me le dira) 

(« mo l’ » (SW), « mè l’ » (CW) : cf aussi Phonologie Diff.24)

« m’ l’ » 

entre voyelles : « i m’ l’ a pièrdou » (il me l’a perdu).

 

JE LE

« djo l’ » 

« djo l’ dîrê » (je le dirai); « djo l’ vou bin » (je le veux bien)

((CW) « djè l’ dîrè » : cf aussi Phonologie Diff.24)

TE LE

«to l’ »

« i to l’ dîrè » (il te le dira); « mi pére to l’ dèn’rè » (mon père te le donnera) ((CW) i tè l’ dîrè » : cf aussi Phonologie Diff.24)

« t’ l’ » 

entre voyelles: « i t’ l’ apice po l’ brès » (il t’attrape par le bras).

IL(S) LE

« i(s) l’ » 

« i l’ mougne » (il le mange); « is l’ mougnant » (ils le mangent).

 

DE LE

« do l’ » 

« il èst timps do l’ dîre » (il est temps de le dire) 

( (CW) « … dè l’ dîre » : cf aussi Phonologie Diff.24)

« d’ l ‘ » 

entre voyelles : « il èst timp d’ l’ aveûr » (il est temps de l’avoir).

 

NE LE

« no l’ »  

« i no l’ dîrè nin » (il ne le dira pas); « i no l’ pinse nin » (il ne le pense pas) ((CW) « i nè l’ … » :  cf aussi Phonologie Diff.24)

« n’ l ‘ » 

entre voyelles : « i n’ l’ a nin avou » (il ne l’a pas eu).

 

ON

« on » 

devant consonne : « on vinrè » (on viendra); « on mougne » (on mange).

« on » + « z » de liaison

devant voyelle : « on-z-a pièrdou » (on a perdu); « on-z-oyéve do brut » (on entendait du bruit).

EN et  Y :

 

 

EN

 

 

 

 

 

 

 

 

M’EN

postposé

« è » 

devant consonne : « il è va » (il s’en va); « il è mougne, dès crompîres » (il en mange, des pommes de terre);

« ènn’ » 

devant voyelle : « Tchofile ènn’ a pièrdou one » (Th. en a perdu une) ; « i gn-ènn’ a brâmint » (il y en a beaucoup);

« ‘nn’ » 

après voyelle et devant voyelle : « i ‘nn’ av’ assè »(il en avait assez) ; « li tchèt ‘nn’ a stronlè one » (le chat en a étranglé une);

N.B. présence d’un « -z- » de liaison : postposé au verbe : « mougne-z-è » (manges-en); « mougnez-è » (mangez-en);

« m’ è » 

« wâde m’ è on bokèt » (garde-m’en un morceau); « prinds m’ è on kilo » (prends-m’en un kilo).

Y

 

IL Y A

 

 

IL Y EN A

« î » 

devant consonne : « dj’ î su » (j’y suis); « il î vinrè » (il y viendra);

« î »

(+ « -y -» pour combler l’hiatus) : devant voyelle :

« il î(-y-)èst » (il y est); « on-z-î(-y-)aspoye li tchâr » (on y place la viande);

« i gn-a »  ou « gn-a »

« (i-)gn-avéve deûs mohons » (il y avait deux oiseaux); « gn-a co dès djins qui n’ djâzant nin l’ francès, dins ç’ viadje-là » (il y a encore des gens qui ne parlent pas français, dans ce village) ;

« i gn-an-è »;

mais « (i) gn-a pus » ou « (i) gn-a pupont » (il n’y en a plus) ; « i gn-a co » (il y en a encore) et « i gn-a co pont » (il n’y en pas encore).

 

Remarque

Le type (IL) Y A pour  IL Y A apparaît lorsque le verbe est à l’infinitif : « i c’mince à ‘nn’ aveûr » (il commence à y en avoir) .  Le « y » est fondu dans « ‘nn’ ».

 

 

Différence 16

Correspondant au pronom sujet et au pronom personnel complément prépositionnel « lui » du français, le wallon emploie « li » (« lu » (une partie de l’EW, SW)) ; correspondant à la même forme du français avec la fonction de complément indirect, le wallon emploie « lî ».

  1. : (F) Lui n’est pas venu. (W) Li, i n’ a nin v’nu.

              C’est pour lui.                  C’ èst por li.

              Je vais lui donner ça.       — Djè va d’ner ça.

 

Différence 17

Le français emploie la même forme « elle » comme sujet, sujet accentué et complément prépositionnel ; le wallon emploie « èle » dans le premier cas, et « lèye » dans les deux autres.

  1. : (F) Elle vient. (W) Èle vint.

             Ma femme, elle, l’a dit.    Mi feume, lèye, èle l’ a dit.

             C’est elle.                          C’ èst lèye.

             C’ était pour elle.              C’ èsteûve por lèye.

 

Différence 18

Le français a la même forme « leur » pour l’adjectif possessif de la 3e personne du pluriel et le pronom personnel complément indirect de la même personne ; le wallon a la forme « leû » pour l’adjectif possessif et « l(è)zeû » (ou « l(è)zî ») pour le pronom.

  1. : (F) Ils trayent leur chèvre. (W) Is moudenut leû gade.

             Je leur donnerai tout.            Djè l’zeû dôrè tot.

 

 

2.2.4.2 Pronom possessif

 

Différence 19

A La Gleize, le professeur Remacle cite des groupements originaux, inexistants en français.

  1. : « Leû nosse, du vatche, l’ ont-is co? » /leur nôtre = celle que nous avions vendue/; « nos deûs sînes »: (nos deux /vaches/ que nous avons eues de lui. (1952,342)

 

 

2.2.4.3 Pronom démonstratif

 

Différence 20

Le pronom démonstratif est formé différemment en wallon et en français. 

Au français « celui (celle(s), ceux) » correspondent en wallon l’article défini « li » (lu, èl) (pluriel : « lès ») suivi du mot démonstratif proprement dit « ci » (« cia » (CW)) (pluriel : « cis » (cias, …), « cén » (OW). Au féminin singulier, on dira « li cisse » (« lu cisse », « li cène », « èl cène »). Au féminin pluriel : « lès cisses » (« lès cènes »).

  1. :                                                      

(CW) « … sins compter lès cés quë sont là mièrseûs dins leû tchapèle … » (Moureau,1943,870-873)

(F)… sans compter ceux qui sont là-bas, tout seuls dans leur chapelle ..

« Asteûre, li ci qui vout, i l’ va acheter à s’bolèdjerîye. » (Lès Rwès, VA 11/1/99)

Maintenant, celui qui le veut va l’acheter à la boulangerie.

(EW) « … pace qui l’ ceu qu’ lès-a tèhou,

c’ èst Tch’hon-Djôzèf di mon Tiyou. » (Tyou,1929,126)

… parce que celui qui les a tissés s’appelle Jean-Joseph ‘di mon Tiyou’.

(OW) « In grand bos / Pus grand qui lès céns di-d-pâr-ci … » (M.-F. Fichet-Doffiny, Afrika, p.66, in: W+ L)

Un grand bois, plus grand que ceux de nos contrées…

« Si d’ aroûs vingt-ans èt mès pougns sèrés, du disfindroûs l’ cîn qu’ èst rwè su l’ pavé. » (Heiremans Robert, Vingt-ans, p.100, in: W+ L)

Si j’avais vingt ans et si mes poings étaient serrés, je défendrais celui qui est le roi sur le pavé.

(SW) « Èt lès cis qui n’ plint nin-z-î aler ârint bin v’lou ‘nna vèy! » (Hardy Camille, S’ lès rotches, in: Francard,1982,95)

Et ceux qui ne pouvaient y aller auraient bien voulu en voir !

« Iène dès prèmîres rimètes qu’ i wêtot d’ sawèr rudîre tot seû, ç’ astot la cé quu Bobone du B’jin lî avot apris … » (Louline Vôye, Marîye à l’ trique, AL)

Une des premières compositions rimées qu’il essayait de redire seul était celle que lui avait appris sa grand-mère de Vezin.

 

Différence 21

Suivant Remacle, on insère couramment certains mots entre les deux éléments composant le pronom démonstratif  « lu ci » (EW) (= li ci, li cia (CW)). (1952, 351)

  1. (W) lès treûs pus bês cis qu’ dj’ a vèyou (F) les trois plus beaux que j’ai vus

             lès treûs cès du d’zos                               les trois du dessous

 

Différence 22

On trouve des cas en wallon où le deuxième élément du pronom démonstratif (ci) est précédé de l’article indéfini « dès ». (Remacle,1952,352)

  1. : (W) Il a ruv’ni avou d’ cès du Spâ.            (F) Il est revenu avec certains de Spa.

 

(CW) « … n-a d’djà dès cës qu’ ont r’vënë. » (Gaziaux,1987,154)

Certains sont déjà revenus.

(EW) « – Et vos savez bin wice qu’ ènn’ a, insi? / – Oy, nosse dame. / – Dès cis avou dès blancs peûs, dè mons? » (Grafé, Li håmustê, p.37-41,1987)

Et vous savez donc où il y en a (s.-e. : du gui)? – Oui, madame.

Du moins ceux avec des fruits blancs ?

 

Différence 23

On peut remplacer le premier élément du pronom démonstratif par un adjectif possessif : « mi ci », « mès cis », … (Remacle,1952, 353) 

  1. (W) Dj’ a mètou mès cis d’ dîmègne. (F) J’ai mis ceux (= souliers) de dimanche.

 

(EW) dès rubarbes come nos cèsses da Moutchèn’

(F)     des rhubarbes comme celles que nous avions eues de Mutschen.

 

(CW) Volà dès canadas come nos cias d’ l’ anéye passéye.

(F)     Voilà des pommes de terre comme celles que nous avons eues de l’année dernière.

 

Différence 24

Parfois, le deuxième élément du pronom démonstratif est précédé de l’adjectif indéfini pluriel « quékes ».

Ainsi, à Oreye et à Liège, on entend: « Enn’ a quékes cis qui travayèt co. »  (* Il y en a quelques ceux qui travaillent encore) (Certains travaillent encore). (Remacle)

 

 

2.2.4.4 Pronom relatif

 

Différence 25

Pronom relatif sujet / objet

Le français fait une différence entre « qui » (sujet) et « que » (complément).

Le wallon ne la fait pas.[3]

  1. : (F) la femme qui vient (W) li feume qui vint              

              l’homme que je vois                                           l’ome qui dj’ vè                       

              le fermier qui arrache ses pommes de terre        li cinsî qui rauye sès canadas

              le maraîcher que nous avons interpelé               li cotelî qui nn’ avans arin.né

 

Différence 26

Il est à noter que l’ « i » du relatif sujet est élidé devant une voyelle.

  1. : (W) li feume qui vint (F) la femme qui vient

               l’ ome qu’ a v’nu                                                l’homme qui est venu

 

Différence 27

« Dont » comme complément d’objet indirect correspond à « qui » en wallon.

Le wallon emploie « qui » quand le français emploie « dont » complément d’ objet indirect.

  1. : (W) lès meûbes qu’ on-z-a dandjî. (F) les meubles dont on a besoin

 

(CW) « Gn-a tant d’s-afaîres qu’on-z-a co dandjî! » (L. Somme, Dji vos l’sowaîte do fond do keûr, VA 31/12/98)

Il y a tant de choses dont on a encore besoin !

(EW) « Gn-a dès bonèts qui t‘ dîreûs dès clokes, …! » (Maquet,1987,157)

Il y a des bonnets dont tu dirais des cloches.

(SW) « Quî qu’ ç’ astot, çu comis-là qui vous d’jîz t’t-à l’eûre? » (Mahin,1984,43)

Qui était ce commis dont vous parliez tantôt ?

 

On emploie aussi dans ce cas « qui + ènn’ ». (cf 4.4.6)

  1. : (W) lès meûbes qu’on ‘nn a dandjî.     

 

 

2.2.4.5 Pronom interrogatif  (cf 4.4.7)

 

Les interrogatifs sont « quî » et « quu » (EW, notamment La Gleize) : « quî av’ vèyou ? »; « quu vous se ? » Le neutre « qwè » est emprunté du français « quoi ».

L’ « i » de l’interrogatif est long d’une façon générale.  (Remacle,1937,47)

 

 

2.2.4.6 Pronom indéfini

 

Différence 28

En français, l’adjectif « tous » et le pronom « tous » ne se distinguent pas par la forme, contrairement à leurs formes corespondantes en wallon :

(F) tous  (adjectif)   –  tos (OW : tous)

      tous   (pronom) –  tortos (OW : tèrtous ; EW : turtos)

 

  1. :

(CW) « Djè l’ sé bin, on-z-èst tortos lès min.mes. » (Moureau,1943,870-873)

(F) Je le sais bien, nous sommes pareils.

(OW) « Is sont tèrtous d’ acôrd : (…). » (Renard,1890,88)

Ils sont tous d’accord.

(EW) « Èles sont turtotes blanc-mwètes come dès makêyes. » (Maquet,1987,26)

Elles sont toutes cadavériques comme des fromages blancs et mous.

 

Différence 29

Le pronom indéfini « nul » ne se différencie pas morphologiquement de l’ adjectif indéfini  correspondant. En wallon, le pronom « nuk » (CW) (nouk (EW)),[4] noulu (EW), nèlu (CW), nulu (OW), nolu (SW)) (féminin : « nune » (CW), nole (EW)) se distingue de l’adjectif  « nul » (fém. nule) (CW) (nou + C, nol + V (fém. nole) (EW), nul (fém. nule) (OW, EW)).

  1. : (EW) I gn-a nou risse.     (F) Il n’y a aucun risque.

                  I n’ va noule pârt.          Il ne va nulle part.

 

                  Nouk du zèls n’îrè.       Aucun d’entre eux n’ira.

                  I n’ a pus nouk.             Il n’a plus personne.

 

(OW) « Vos l’s-avîz plantè què dj’ n’ aveu co nus-ans. » (Bal Willy, p. 23-24, in: W+ L)

(F) Vous les aviez plantés alors que je n’étais pas encore né.

« D’ é voleû passer pou vos dîre bondjoû més i gn-aveut nèlu. » (P. Defagne, Dictionnaire des patois (sic) de Fagne et Thiérache, 1984)

J’ai voulu passer pour vous dire bonjour mais il n’y avait personne.

(SW) « Gn-è pus nolu qu’ î vint (…). » (p.311, in : Rigaux Jean-Claude, Nosse viè laveû, p.309-311, in : Francard,2002)

 

Il n’y a plus personne qui y vient.

 

 

2.2.5 Verbe

 

2.2.5.1 La conjugaison

 

Différence 30

Unification des formes au singulier

D’un point de vue oral, en wallon comme en français, à l’exception des auxiliaires « être » et « avoir », le singulier de l’indicatif présent est unifié.

Pourtant, le verbe « aller » connaît deux formes au singulier de l’indicatif présent, son correspondant wallon « aller » n’en possède qu’une.

  1. :

(F) je vais

      tu vas

       il va

(W) dji va

        ti vas

        i va

 

Le singulier est également unifié en wallon à l’indicatif futur simple (excepté l’ind. futur en sud-wallon, forgé sur « avoir » : dji tchanterê, dji mousserê, dji dîrê (Francard, 1980, 228 & 239).

Ce n’est pas le cas du français.

  1. : (F) (W)

je recevrai

tu recevras

il recevra

dji r’çûrè  (EW : dji r’cîrè)

ti r’çûrès           ( ti r’cîrès)          

i r’çûrè              ( i r’cîrè)

je serai

tu seras

il sera

dji sèrè

ti sèrès

i sèrè

 

Différence 31

En français, le verbe « asseoir » possède deux conjugaisons différentes (j’assieds, … ; j’asseois, …). En wallon, son correspondant « achîr » (EW : « assîr ») n’en possède qu’une.

 

Différence 32

Participe passé

Contrairement au français, les participes passés de la plupart des verbes en -ir sont, en wallon, identiques à l’infinitif présent.

 

  1. : (F) mourir – mort                (W) moru (EW : mori)   – moru (mori)

             partir     – parti                         paurti (EW : pårti)  – paurti (pårti) 

             finir       – fini                           fini                          – fini

 

NB : venir – venu en français pour vinu (vini) – vinu (mais en EW, le partic. passé : vinou).

         tenir – tenu                             tinu (tini) – tinu                                                     tinou.                 

 

Différence 33

Le participe passé d’ « awè » (aveûr) (EW) est invariable.

  1. : (W) « Bran.mint s’plindenut dè l’ vîye èt is l’ont portant come is l’ont faît. » (Gillain

              Emile, Sovenances, p.95)

        (F) Beaucoup se plaignent de la vie et ils l’ont pourtant comme ils l’ont faite.

 

        (W) I l’ (= Îvone) a vèyu.

  • Il l’ (= Yvonne) a vue.

 

 

Les temps composés

 

Différences 34-35

C’est l’auxiliaire « avoir » qui est utilisé pour la formation des temps composés, même là où le français emploie « être », c’est-à-dire

  • 1) pour les verbes pronominaux : exemples en sud-wallon : « i s’ a batou » ; « i s’ a côpè »; « i s’ a pièrdou » ; en centre-wallon : « Avoz d’djà v’nu à Cêle ? » (Houziaux,1964,13) ; en est-wallon : « i s’ a sâvé », « is s’ ont pièrdou » (il s’est sauvé, ils se sont perdus) ;

 

  1. :                                             

(EW) « I s’ a lèyî r’freudi à-z-aler rider. » (Houbart-Houge,1973)

(F) Il s’est laissé refroidir en allant glisser.

(OW) « Adon qu’ is s’ arinetèt foûrt bîn contintè d’ène soupe … » (Hennaut,51,1995)

Alors qu’ils se seraient fort bien contentés d’une soupe, …

(SW) « Èt i s’ avot foutu la chike,… » (Binsfeld Franz, Come in toûr du macrâle, AL)

Et il s’était saoulé, …

 

  • 2) pour certains verbes intransitifs : en sud-wallon : « il a v’nou » ; « il a mourou » ; « il a div’nou » ; « il a intrè », etc. ((F) il est venu, il est mort, il est devenu, il est entré) ; en est-wallon : « il a mouri » ((F) il est mort).
  1. :

(EW) « Èlle èsteût d’djà rèvôye qwand dj’ a riv’nou … » (Seret,1988,30)

(F) Elle était déjà repartie quand je suis revenu.

(OW) « … il aveut v’nu au monde dins-ène cinse, li ètou. » (Fauconnier,1993,77)

Il était né dans une ferme, lui aussi.

 

Précisons toutefois que, dans cette dernière catégorie, lorsque le verbe n’indique plus une action, un changement d’état mais l’état lui-même, l’auxiliaire « être » apparaît dans les formes wallonnes (comme en français) : (sud-wallon) « il èst riv’nou » (vs « il a v’nou »), « il èst rintrè » (vs « il ont rintrè a doze eûres ») (Francard,1980,231) ; (est-wallon) comparons « dju l’a vindou » et « il èst vindou », et surtout « il a couri à Spâ » et « il èst couri à Spâ ».

 

  1. :

(SW) « Nosse pére èstot v’nu po m’ mostrer comint ç’ qu’ i falot fé. » (A. Schmitz, Li prèmî côp qui dj’ é sèmé, AL)

(F) Notre père était venu me montrer comment il fallait s’y prendre.

 

Rapprochement avec les langues germaniques :

Les verbes d’action se conjuguent toujours avec « awè » (aveûr (EW)) comme en anglais, mais pas comm en néerlandais ni comme en allemand :

  1. : (W) Dji m’ a trèbuké èt dj’a tcheû. = (E) I have stumbled and (I have) fallen.

         (F)  J’ai trébuché et je suis tombé.

         (N) Ik heb gestruikeld en ben gevallen.

         (D) Ich habe gestrauchelt und bin gefallen.

 

Cependant, les verbes réfléchis fonctionnent de la même façon en néerlandais, en anglais, en allemand et en wallon, mais pas en français, qui se sert de l’auxiliaire « être » :

         (W) Dji m’a brouyî.

         (N)  Ik heb me vergist.   

         (D)  Ich habe mich geirrt.

         (F) Je me suis trompé.

 

Différence 36

Les temps surcomposés sont sensiblement plus courants en wallon.

  1. :

(CW) « …, quand dj’ a sti arëvé, lë lend’mwin, … » (Gaziaux, 1987,162)

(F) Quand je fus arrivé, le lendemain, …

(OW) « Douwârd a ieû scrotè lès treûs quârts di s’ brikèt su cénk munutes di timps. » (Mathy,1958,37)

Edouard eut fini de décrotter les trois-quarts de son briquet en cinq minutes.

(SW) « Pou l’ êdè, èle avét lu Zîré, (…) qu’ èle avét rascudu dupûs quu s’ valèt avét stu tuè à l’ guêre du quatörze. » (Culot Calixte Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Pour l’aider, elle avait Désiré, qu’elle avait recueilli depuis que son fils eut été tué à la guerre de quatorze.

 

 

2.2.5.2 Utilisation des temps dans les propositions subordonnées (cf 4.5 Verbe)

 

 

2.2.6 Adverbe

 

2.2.6.1 Adverbe de négation

 

Différence 37

A la locution adverbiale « ne … pas », correspond la locution  « ni .. nin ».

  1. : (W) Èle ni mougne nin ; i n’ èst nin mwart ; i n’ pout mâ  (Francard, 1980, 220)

         (F)  Elle ne mange pas ; il n’est pas mort ; il ne peut mal.

 

(OW) « Dji vos souwéte di n’ awè dandjî d’ vos sièrvu d’ tot çoula ! » (Fedora, Amon l’ apotikêre, El Bourdon, s.n.., p.17)

(F) Je vous souhaite de ne pas avoir besoin de vous servir de tout cela !

(SW) « I n’ trouverot ni eune pîre frèche au fond d’ l’ éwe. » (Twisselman,1994,116)

Il ne trouverait pas une pierre humide au fond de l’eau.

 

Différence 38

A la locution « ne … pas de » (littéralement :  ne … point de (littéraire ou régional)) avec le partitif « en » correspond « ni … pont di » avec « è(nn’) » .

A « ne … pas un », nous avons « ni …nin on(k) ».

  1. : (W) Dji n’ è veu pont.

        (F)  Je n’en vois pas. (litt. ou rég. : … point)

 

        (W) I n’ ènn’ a pont (ou I n’ n’ a pont).

  • Il n’en a pas.

 

(OW) « El mitolojîye n’ a pont scrît d’ pâje à l’ ombe dè nos-anciènès fosses (…) » (p.15, in : Quinet C., MA, 1, 2002, p.15-16)

(F) La mythologie n’a pas écrit de page à l’ombre de nos anciennes mines.

« … di ç’ timps-là, gn-aveut pont d’ buldôzêr. » (Haentjens Hector, El tchapèle Notrè Dame du Roûs, El Bourdon, s.n.., p.7)

En ce temps-là, il n’ y avait pas de bulldozer.

 

Différence 39

A la locution « ne … plus (de) » correspond le wallon « ni … pupont (di) ».

  1. : (W) Gn-a pupont. (F)  Il n’y en a plus.       

       Dji n’ è veu pupont.                                    Je n’en vois plus.

 

(OW) « Li p’tit boulome (…) / N’ a pont d’ tchapia pou l’ plouve, / (…) Nén ène mastoke dins s’ boûsse, / Dins s’ keûr, gn-a pupont d’ place, … » (Bossart Pol, Li p’tit boulome, p.38, in: W+ L)

Le petit bonhomme n’a pas de chapeau pour la pluie, pas une pièce de monnaie dans sa bourse, dans son cœur, il n’y a plus de place.

 

 

cf 4 Syntaxe Diff.198 : « sins pont … di » ; Diff. 226 : « ni pont di … ni pont di » ; Diff. 227 : « ni mauy pont di ».

 

Différence 40

Pour nier un élément de proposition ou de phrase, que l’on oppose à un premier, on emploie « nin », tandis que le wallon utilise l’adverbe « non » (ou « nèni », « non.na ») (opposé à « oui » (ou « si ») pour répondre négativement à une question.

  1. : (W) C’èst m’colon èt nin l’vosse.             Nin sins rûses. 

        (F)    C’est mon pigeon, non le vôtre.         Non sans difficultés.                                       

        (NL) Het is mijn duif, de uwe niet.             Niet zonder moeite.

 

cf 4 Syntaxe Diff. 246 : « pus nin onk / one ».

 

Différence 41

Accolé directement à un adjectif, le wallon emploie « nin », le français « non ».

  1. : (W) one nin seûte lèçon. 

        (F)    une leçon non sue 

        (NL) een niet gekende les

 

 

2.2.6.2 Autres adverbes

 
Différence 42

Existence d’un double adverbe pronominal : « ènnè ».

Les adverbes pronominaux sont « è(nnè) » (en) a une forme remarquable : le latin « inde » donne « è » : « dj’ è vou » (j’en veux), ou devant voyelle « ènn’ » : « dj’ ènn’ a ». La contamination des deux formes en produit une nouvelle, « ènn-è »,  qui renferme donc deux fois le pronom : « dj’ ènnè vou », « i ‘nnè vout ». (Remacle,1937,53)

  1. :

(CW) « È (ou : ènnè) vouros se? » (Gaziaux,1987,69)

(F) En voudrais-tu?

 

Différence 43

« Tot » est invariable dans le sens de l’allemand « lauter »:

« tu fês tot bièstrèyes » (tu ne fais que des bêtises), « c’èst tot sotes », « il a tot rodjès bièsses », « ç’ a stou spiyi à tot bokèts » (tout en morceaux) (EW). (Remacle,1937,49)

 

Différence 44

« Tot » modifiant le sens d’un adjectif féminin pluriel prend ou ne prend pas la finale « -ès » distinctive de ce genre à ce nombre, suivant que l’adjectif modifié est qualificatif ou prédicat :

« èles sont totes pitites, totes sotes, totes rondes », mais « dès totès p’tites, dès totès p’titès crompîres, dès totès rondes ». (EW) (Remacle,1937,49)

 

Différence 45

« Tous seuls » et « toutes seules » sont « tos-èt seûs » et « totes-èt seûles ».

Le féminin montre qu’il faut analyser ces expressions comme suit : « tous et seuls » (tos-èt-seûs), « toutes et seules » (totes-èt-seûles). Pour les expliquer, on pourrait songer à une analogie avec « tous, toutes ensemble », mais ceux-ci se disent « èssonle, èssonle », sans liaison de l’ « s » final. (EW) (Remacle,1937,49)

 

 

2.2.7 Préposition

 

Voir ci-dessus l’article défini précédé d’une préposition.

 

 

2.2.8 Conjonction

 

2.2.8.1 Conjonctions de coordination

 

Différence 46

La locution « èt si » ( (F) « et ») entre deux impératifs est notée dans une bonne partie du domaine wallon.

  1. : (CW) Mougne èt si t’ taîs. (F) Mange et tais-toi.

 

(EW)  « Èle ni poléve dimoni cou so hame, ossu s’ louka-t-èle si lès boûkètes avît tchôd assez so l’ djîvå èt s’ gosta-t-èle li såce dè l’ robète. » (J. Houbart-Houge, 1973)

Elle ne pouvait rester assise, aussi elle regarda si les crêpes (faites avec de la farine de sarrasin) étaient suffisamment chauffées et elle goûta la sauce du lapin.

(SW) « D’ on bond, Fifine (…) tapache tot bas (…) èt si crîe : « Tas d’ vos p’tits marticots, sèroz l’ uch do corti. » » (Matante du Djîvroûle, La vèspréye, AL)

Soudain, Fifine jette tout par terre et s’écrie : « Bande de garnements, fermez la porte du jardin ! »

 

 

2.2.8.2 Conjonctions de subordination

 

Différence 47

Après un complément de temps, la relative est introduite par « qui ».  En français, par « où ».

  1. : (W) s(i) en cas qui                                 (F) dans le cas où

                S’en cas qu’vos l’vièrîz, dijoz-lî!         Dans le cas où vous le voyiez, dites-le lui !

                au cas qui                                              au cas où

                au momint qui                                       au moment où

                one anéye qu’il a faît sètch                   une année où il a fait sec

                li djoû qu’ il a tant ploû.                       le jour où il a tant plu

               Gn-a dès djoûs qu’ ça va mia.               Il y a certains jours où cela va mieux.

 

(CW) « … i n’ èst nén co quèstion di d’viser do timp qu’on n’ vièrè pupont d’ guêres. » (E. Wartique, in: CW 12/54, p.186)

Il n’est pas encore question de parler du temps où il n’y aura plus de guerre.

 

(EW) « On djoû d’ djulèt’ qu’ i tokéve lès qwate solos (…), dji touma båbe à båbe avou lu  … » (Grafé,1987,30)

Un jour de juillet, où il faisait très chaud, je tombai nez à nez avec lui.

(SW) « Èle n’ av jamês vèyou tant dès djins â momint qu’ èle passéve. » (Dedoyard,1993,12)

Elle n’avait jamais vu autant de gens au moment où elle passait.

 

 

Elision de la conjonction « si » (cf 1 Phonologie Différence 14)

 

 

 

 

 

 

 

[1] En ouest-wallon, aussi  « yun » dans le cas suivant : (OW) « Batisse, c’ èst yun d’ cès-là. » (p.39, in : Ecomusée régional du Centre, Prèmî-n djoû d’ fosse, 1985, Collectif dialectal du Centre)

 

[2] Voir le chapitre consacré à la phonologie en ce qui concerne la forme plurielle des adjectifs épithètes en « –ès ».

[3] « Qui » et « quu » (que) (Remacle,1937,par.30) (EW – La Gleize) : « djûdi qui vint », « ci qu’ a v’ni », « cisse quu vos v’loz »; « qui » (CW) ; « qui, quu » (SW) ; « qui, què » (OW), « qui » (EW).

 

[4] Aussi en CW: « I gn-a nèlu à l’ prinde po fé ça » (Nul ne peut le prendre pour faire cela).