3.4 Renforcement 

 

 

Un adjectif peut être renforcé par un adverbe, un autre adjectif ou même un nom. Ceux-ci prennent dans ce cas une valeur d’adverbe.

 

 

3.4.1 Adverbes

 

 

3.4.1.1 « au d’là » (placé après l’adjectif) (très, extrêmement)

 

Ex : bètchî au d’là      binauje au d’là       fayé au d’là     minâbe au d’là

 

Exemple d’auteur

 

    « Èt l’ uch s’ a douvièt tot doûcemint en èrtchant, come dimèfiant au d’là… » (Laloux 1969, 55) (C)

 

N.B. « au d’là di » se place devant l’adjectif.

 

Ex : au d’là d’ binauje       au d’là d’ minâbe     au d’là d’ tchêr

 

 

3.4.1.2 « fin » (qui varie) (complètement)

 

Ex :

fin blanc (f. fine blanke)

fin djon.ne (f. : fine djon.ne)

fin méreseû (f. fine méreseûle)

fin cras (f. fine crasse) (Copp. 1959, 37) (O), fin crâs (vraiment gras) (Rem. 1952, 187) (E)

fin fou (f. : fine sote)

Èlle èst fène sote. (Elle est complètement folle. (Rem. 1952, 187) (E))

fin frèch (f. : fine frèche)

 

Exemples d’auteurs

 

« Fin drwèt jusqu’au coron, vos-auroz stî l’ dêrin dès vikants au mitan d’ totes lès poûssêres

   di ç’ qu’ a stî one bèle pitite maujone .»  (Léonard 1953, 125) (C)

 

« … ;  i douve sès-ouys, il èst fin mièrseû .» (Carpentier 1971, 109) (C)

 

 

3.4.1.3 « mwârt » (qui varie) (« mwate, mwârts, mwates ») (complètement)

 

Ex :  mwârt sicrans ou scrans mwârt  (très fatigué, épuisé)   mwârt sô       ou sô mwârt     mwârt tané     ou tané mwârt

Il èsteût mwêrt sô. (Il était ivre mort.) (Remacle 1952, 187) (E)

mwêrt nâhi (mort fatigué,c-à-d. très fatigué) (id.) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« A one eûre, i rintreûve, mwârt odé, mins contint d’ awè r’vèyu cor on côp lès campagnes

   dins totes leû ritchèsse di l’ èsté .»  (Gillain 1927, 131-132) (C)

 

« Èt nos-èralin.n mwâts naujis d’ awè couru èt potchi dins l’ bwès, avou nos djambes totes

  digrètéyes pa lès fètchêres èt lès caclindjîs .» (Rase 1989, 1989) (C)

 

N.B. Avec « rwèd », « mwârt » se place toujours derrière.

 

N.B. Familièrement, « crèvé » remplace « mwârt ». Il varie aussi.

 

Exemples d’auteurs

 

« … i faît lès qwances do ièsse crèvè-odè .»  (Laloux 1969, 53) (C)

 

 

3.4.1.4 « pâr » (placé devant ou derrière l’adjectif) = « pâremint » (absolument) qui se place devant l’adjectif.

 

Ex :

pâr bolu = bolu pâr

pâr prèt’ = prèt’ pâr

pâr sot = sot pâr

pâr cût = cût pâr

pâr rosti = rosti pâr

pâr wîdî = wîdî pâr

 

Exemples d’auteurs

 

« A qwè bon aler pâr trop rade ? / On l’saurè todi vite assez ! »  (Bodard 1956a, 39) (C)

 

« Aloz lî rademint qwêre one jate di tchôd cafè ; ça l’ rimètrè pâr .»  (Laloux 1974, 40) (C)

 

« Is sont pâr trop bièsses, à l’ difin .»  (Laloux 1969, 68) (C)

 

 

3.4.1.5 « pêrcé » (qui varie) (complètement)

 

Ex :

pêrcé binauje

fém. : pêrcéye binauje

pêrcé bleuw

pêrcéye bleuwe

pêrcé fou       

pêrcéye sote

pêrcé ritche

pêrcéye ritche

pêrcé sot

pêrcéye sote

    

Exemples d’auteurs

 

« Tot l’ djârdin, pèrcé  frèch, qui sgoteut .»  (Laloux 1969, 82) (CW)

 

« Djan-Pière ènn’ èsteut pèrcé lwagne .»  (Houziaux 1964, 30) (CW)

 

« C’ èst l’ campagne, i faît pèrcé bon.»  (Petrez 1953, 148) (CW)

 

 

 

3.4.1.6 « foû » (avec négation) (très)

 

Ex : Is n’ sont jamaîs foû spès.

 

Exemples d’auteurs

 

« Nin foû grande, Ane d’ èmon l’ tonelî. Portant, li seûl côp qu’ is s’ avint rabréssi avou li    P’tit Bêrt, c’ èst lèye qu’ aveut d’vu abachi sès lèpes su lès sènes .»  (Laloux 1969, 131) (C)

 

 

3.4.1.7 « sâcrè » (prend la marque du pluriel ; pas de féminin) (sacré)

 

Ex : C’ è-st-one sâcrè soyante.         Sâcrès volerèsses, qu’ èles sont !

 

 

3.4.1.8 « rude » (très) + adjectif qualificatif (+ adjectif qualificatif + …) + nom

 

Ex : Vos-avoz on rude bia cu d’ polin !

Dès rudes gros-âbes ! (Des arbres rudement gros !) (Remacle 1952, 151) (E)

one rude fène sitofe (une étoffe rudement fine, un tissu très fin) (id., 149-150) (E)

 

 

3.4.1.9 « rudemint »  (diantrement, très) + adjectif qualificatif seul

 

Ex : Il èst rudemint disvoyî.            Ça èst rudemint bia.

 

 

3.4.1.10 « crâne » (invariable) (très)

 

Ex : È bin, c’ èst do crâne fèné wayin !

 

 

3.4.1.11 « rwèd » (/ reûd (E)) (qui varie) (tout à fait)

 

Ex :

rwèd fou

fém. : rwède sote

rwèd mwârt

rwède mwate

rwèd sauvadje

rwède sauvadje

 

Il a stou twé reûd mwêrt. (Il a été tué raide mort.) (Remacle 1952, 187) (E)

Il èst reûd sot. (Il est complètement sot.) (id.) (E)

 

 

3.4.1.12 « fameûs » (variable)

 

Ex : dès fameûsès bounès doréyes (des tartes fameusement bonnes) (Rem. 1952, 151-152) (E)

 

 

3.4.1.13 « tèribe » (variable)

 

Ex : one tèribe bèle bièsse (une bête terriblement belle, une fort belle bête) (Rem. 1952, 151) (E)

Il aveût on tèribe lêd pîd. (Il avait un pied salement arrangé.)  (id.)

 

 

3.4.1.14 « nwâr » (/ neûr (Rem. 1952, 187 (E))

 

Ex : Il èst tot neûr èdjalé. (Il est tout noir gelé, càd. tout à fait gelé.)

neûr nâhi (très fatigué), neûr djinti (très gentil), neûr mêgue (extrêmement maigre)

 

 

3.4.1.15 « poûri »

 

Ex : Il èst poûri crâs. (Il est excessivement gras.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.16 « pètant »

 

Ex : pètant noû (flambant neuf) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.17 « fini »

 

Ex : Il èst fini bièsse. (C’est un parfait imbécile.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.18 « d(i)foncé »

 

Ex : Il èst d’foncé ritche. (Il est extrêmement riche.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.19 « èwaré » (/ èwèré (E))

 

Ex : Is n’ sont nin por si èwèrés grands. (Ils ne sont pas vraiment si étonnamment grands.) (Rem. 1952, 187) (E)