3.2 Place de l’adjectif épithète

 

 

3.2.1 En général, il se place devant le nom qu’il qualifie.

   

Avec 86,14 % des adjectif analysés (771 adjectifs antéposés sur 896), le professeur Marc Wilmet (ULB) concluait que la séquence adjectif + substantif était majoritaire en langue wallonne. Pour les 13,86 % restants, l’ordre substantif + complément était dû soit à l’imitation française, soit à des règles en usage en wallon. (Wilmet 1981,474)

 

En ouest-wallon, sous l’influence du français, on trouvera plus fréquemment l’ordre adj. + nom qu’en centre-wallon et en est-wallon, voire en sud-wallon.

Ex : in ome tièstu (un homme têtu); ène lumiêre aveûlante (une lumière aveuglante); dès puns târdus (des pommes tardives) (Coppens 1959, 38) (O) (en sud-wallon: dès târdis crompîres (Francard 1994))

 

 

3.2.1.1 Comparaisons

 

(W) one rodje maujone

Ce n’est pas le cas dans les autres langues romanes: (F) une maison rouge  (I) una casa rossa  (Esp)  una casa roja, mais bien dans les langues germaniques: (N) een rood huis  (E) a red house   (D)  ein rotes Haus  (Dk) et rød hus

 

Dans les langues germaniques, il se place devant le nom et rarement après le nom, comme « alone »  en anglais, « alleen » en néerlandais.

En français, le même adjectif se place parfois devant et parfois devant le même nom qualifié !

En wallon, il se place normalement devant.

 

 

3.2.1.2 Exemples

 

on-auji ègzamin

one deure tièsse

li mwate saîson

do sauvadje pilé

à basse mèsse

à djonds pîds

dè l’ mwate tchau

one sètche flate

dè l’ bènite eûwe

à drwète mwin

on mwinre vatche

do sètch pwin (Mais : do pwin r’ssètchi)

li blanc filé

one ècomèléye (h)auspléye

one nète tchimîje

one sicrandichante maujo

one bleuwausse blame

one èdjaléye Didine

do nwâr cafeu

li strwèt djeu

do bolant bouyon

dès fènéyès (h)ièbes

one pèléye makète

do strwèt laurd

do bolant cafeu

li Florîye Pauke

li Pèneûse mamwin.ne

dès taurdus vias d’ mârs’

dè l’ bolante eûwe

one florîye potéye

dès plats pîds

one tchaurnéye bauchèle

do bolant lacia

dè l’ frède eûwe

on plat twèt

do tchôd cafeu

do bon mârtchi papî

on gâté bokèt

one poûrîye pome

dès timprus canadas (ou, plus rare : dès sogneûs canadas)

on bwagne clau

à l’ gauche mwin

on rèfwârcî gamin

one trawéye mémwêre (Mais : Potche trawéye !)

 on bwagne mèssadje

awè dès longs dints

lès Rèlîs Namurwès

dès vêrnîyès panes

dè l’ clére eûwe

on machuré visadje

on rodje-cu

ièsse su des tchôdès breûjes

 dès couduwès pomes

on malade tchin

lès Romans Scrîjeûs

etc.

lès coûts djoûs

dès matès panes

dès grimaces di rossia tchin

lès banaules corons d’ Tchèslèt (Stainier 1982) (O)

on craus boû

do mau-aîtî timps

dès r’pwèsantès vacances

dès djaunès fleûrs (Copp. 1959, 36) (O)

dès ronds soukes (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

ine cwårêye tièsse (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

du sètch fourâdje (du fourrage sec) (Copp. 1959, 36) (O)

lu rodje cok (Francard 1994) (S)

 

 

On en trouve aussi de nombreux exemples dans la toponymie :

Ex :

li Bachî Tchin.ne

Li Saut

Sart-Bernard

li Frèch Trî

Li Rou 

Le Roux

li Frède Bîje

Li Saut-Sint-Lorint

Sart-Saint-Laurent

li Bossu Pont

Fosse

Fosses-la-Ville

 

Nwârefontin.ne

Noirefontaine

li Pont do Nwâr Tchin

M’tèt

Mettet

li Sètch Pachi

Malon.ne

Malonne

li Sètch Ri

Fosse

Fosses-la-Ville

li Vète Vôye

Li Banbwès

Bambois

li Vindu Bonî

Li Banbwès

Bambois

 

N.B. Dans les noms de lieux, le complément déterminatif, qui joue le rôle d’adjectif épithète, se  place aussi devant le nom déterminé. L’adjectif épithète lui-même ne forme parfois qu’un          tout avec le nom déterminé.

 

Ex :

Clérmont

= clér + mont

Clermont

Cornimont

= mont da Cornil 

Cornimont

Crès-In.mna

= craus + In.mna  

Cras-Avernas 

Dotchamp

= tchamp da Dodon

Dochamps

Èrnonhé

 = li hé (brouwîre (EW), brouwêre (CW)) da Ernon

Ernonheid

Godarvile

= li villa da Godard

Godarville

Raucoût

= li coût, ç.v.d. li maujo d’ campagne da Rudolf

Rocourt

 

Beaucoup de ces noms ont été déformés dans leur « traduction » en français, de même que les lieux-dits de chez nous.

Ex:

Raucoût est devenu

Rocourt

Crès-In.mna

Cras-Avernas

Baye

Evrehailles

Li Banbwès   

Bambois

Inzèsmonts                             

Aisemont

Cokiamont

Cocriamont  (Li Rou / Le Roux)

Lotia

Lotria  (Li Rou / Le Roux)

Li Saut à (l’) Statche

Sart-Eustache.

 

    Heureusement, certains lieux-dits ont échappé à la fureur linguistique iconoclaste comme « Pontaury », « Colonri », etc.

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Qu’aveut on si amitieûs visadje. »  (Laloux 1969, 157) (C)

 

« …il aveût ‘ne tièsse come on boulèt ås bèyes, dès-ouys qu’ abroketèt foû come on crapaud, ine aplatèye narène, forêye di deûs lâdjes traus à rat’ni dè l’ gotîre… »    (Carpentier 1921, 431) (E)

 

« Dji  n’ a co måy vèyou on si maketé marcou di m’ vèye ! »   (Houbart-Houge 1981, 4) (E)

 

« Pou racléri d’ ène trake toutes vos nwârès-idéyes… »  (Dullier 1984, 10) (O)

 

«… Mète autoû di s’ fauteuy leûs bias roselants visadjes, … »  (Bernard 1944, 6) (O)

 

«… ; èt tot d’on côp, li p’tit blanc da mon-n-onke gârdiè, su l’ Bati, s’ a mètu à awetè avou s’ tanisse grêye pitite gueûve .»   (Laloux 1969, 184) (CW)

 

« …one jate di tchôd lècê »  (Piron 1978) (CW)

 

« Adiè, lès tchôdès-après-non.ne / Dès cèréjes, dès timpreuwès pron.nes .»  (Bacq 1978, 39)  (CW)

 

« Come i fieut trop spès dins lès toûrnantès montéyes do doksâl, èt trop frèd su l’ plantchî,… »

(Houziaux 1964, 51) (CW)

 

« Do l’ chîje , su l’ tauve do l’ trankile cûjène, il aprète si sogne po l’ londemwin èt i tchaubore di rodje intche lès rédaksions d’ sès-aplopins. »   (Houziaux 1964, 198) (CW)

 

« Dins lès stauves, on pleut veûy, clawéyes dizeûs l’uch, lès triyangulaîrès-imaudjes da Sint-Bauyî, quausu d’ tos costès,… »  (Laloux 1969, 42) (CW)

 

« Lu Walone tchanson du m’ payis »  (in: Lu vî sprawe, 1973, p.133) (EW)

 

 « Nosse bia Walon payis »  (Brogniez s.d.) (CW)

 

 

3.2.1.3 Remarques 

 

 

1) Le placement de l’adjectif qualificatif épithète devant le nom qualifié se fait en wallon plus systématiquement qu’en picard, où cette construction existe.

 

Ex : picard

« neuf capiau »  (J. Dauby, Le Livre du rouchi, p.43)

« noirtés guifes », (id. p.146)

 

 « A sès ferniêtes qu’ ale mèt sès blancs ridaus …» (Jules Mousseron, A l’ ducace, édité par J. Dauby, p.21)

       

« Èt pi l’ aprézeut d’vant chès coûrts joûrs,… »   (Sylvie Davergne, Ch’lanchron 16, 1984, p.9)

 

2) Ce placement est plus systématique dans l’est-wallon, surtout en ce qui concerne des participes passés et les longs adjectifs.

 

Ex: est-wallon, par exemple dans les toponymes:

è l’ârs bwès, è banâ bwès, èzès abatous fas, è l’ âsse hé, è bordjeûs fa, à l’ broûléye côpe,           à l’ côpéye rotche » (Remacle 1937, 277, 280, 286, 313)

 

on pièrdou timps (un temps perdu), on-ètrindjîr nom (un nom étranger), dès r’tchâfés cropîres (des pommes de terre réchauffées), dè cût pan (du pain cuit)  (Remacle 1952, 143) (E)

 

On dit aussi en centre-wallon : « Dès brûléyès spènes, ça done dè l’ boune potasse. », « Dès (h) apés stos d’ (h)aye, c’ èst d’ hasârd si ça n’ crève nin .», etc.

   

3) Le superlatif relatif se met toujours devant le nom qualifié.

Ex : Li pus vîy ome do viladje                      (F) L’homme le plus vieux du village

       Li pus p’tit bokèt, c’èst por mi

 

4) Lors d’une succession d’épithètes antéposées, l’ordre est fixe: celui censé être le plus objectif, le plus précis, le plus descriptif est le plus proche de ce nom.

Ex :

one pitite vîye blanke maujone

 

one bèle grande hôte fleûr

 

on bê noû manèdje (Remacle 1952, 149) (E)

une belle maison neuve

on bê p’tit gros cwâré tchin (id.)

un beau petit gros chien carré

on grand vî lêd c’twért bwès (id., 150)

un grand bois laid, vieux et tortu

dès grandès wautès sètchès ièrbes (Copp. 1959, 38) (O)

de grandes hautes herbes sèches

 

Trwès bèlès vètès sètchès chètes èt one bèle vète sètche chète à l’ copète. (virelangue)

 

Exemple d’auteur

 

« On-z-aveûve èdaumè one botèye d’ on fayè bon mârtchi p’tit porto .» (Evrard 1971) (C)