3.2.2 Il y a des cas où l’adjectif se place derrière.

 

 

3.2.2.1 Le participe passé employé dans certaines expressions stéréotypées (mot grec qui signifie simplement « figées », qui ne changent pas »).

 

Ex :

on quinkèt alumé

on gamin falu (= one bauchèle sauvadje come on gamin)

do pwin rosti

one tchèyêre caneléye

on dint gâté

djouwer au « cinsî rwiné »

dè l’ twale ciréye

dè l’ vôte lèvéye

do bûre salé[1]

on fougnant crèvé

do papî machî[2]

on papîscrît (= un manuscrit)

fé l’ pouye crèvéye : si plinde di pus qui d’ drwèt

dîmègne passé

on pîd stwârtchî

on feu douvièt

dè l’ soupe passéye

do pwin tchamossé

à pîds d’tchaus (= distchaussîs)

li samwin.ne passéye

one salade toûrnéye

do djambon èfumyî

lès condjîs payîs

one vèsse mau toûrnéye

dè l’ bèsogne faîte

do pwin pièrdu

on-èfant tro(u)vé

on costume faît fé (– tot faît)

dè l’ djote ritchauféye

ine åme dånêye (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (EW)

ène comike invencion (Eugène Rousseau, Comèdîye èn èn-ake, Nameur 1914) (C)

l’ élècteûr capacitaîre (Wilmet 1981, 475) (E)

lès fonts batismals (Wilmet 1981, 475) (E)

 

Ex : C’ èst do pwin bènit . (C’est bien mérité.)

       « Quand lès mouchons tchanteûs s’ taîjenut, c’ èst po dè l’ plouve. » (adage)

 

Exemples d’auteurs

 

« Autoû do quinkèt alumé, lès-èfants djouwèt one paurt à l’ kine ou sèt’ rôyes au

   couyon. » (Houziaux 1964, 83) (C)

 

« Li pèpin-maurtin à s’ cwârps arondi, lisse èt r’lûjant au d’dizeûs .» (Chapelle 1983a, 9) (C)

 

« Mi -min.me, djè lî di : « Ça, c’ èst du pwin bènit .» (Renard 1890, vers 178) (O)

 

« Quausu tos lès djoûs, c’ èsteut mirauke, s’ i gn-aveut nin d’ on costè ou l’ ôte on via crèvè,

   qu’ on-z aveut èrtchi su l’ ansègnîye qui igneut à l’ frèdeû .»  (Laloux 1969, 42) (C)

 

« Ça r’lût, min.me si c’èst do keûve doré ! »  (Burnay 1970, 61) (C)

 

 « Ci djoû-là, deûs seûrs di Sint-Vincent, ont apwartè on bia câde doré .»  (Houziaux 1964, 29) (C)

 

« … au culot do feu douvièt .»  (Gillain 1927, 86) (C)

 

« Sinon l’ mouchwè, sovint roudje à blancs pwès, qui r’ssère leûs tch’vias, on lès pudreut pou dès   gamins falus .»  (Fédora 1974, 75) (O)

 

« Li gout d’ cafeu gripe lès montéyes / Avou l’ cia dès-ous fricassés .»  (Bacq 1978, 36) (C)

 

« Nos-alons fé lès vôtes lèvéyes, pace qui c’è st djène .»  (Piret 1957, 33) (C)

 

 « Dès djins qu’ avint achetè à l’ Rèvolucion dès têres do l’ cure daus Péres di Lèfe, dès « Bins  Nwârs », qu’ on d’djeut. »  (Laloux 1969, 39) (C)

 

« Nameur ! Avou sès wôtès maujones, dès laudjès reuwes pavéyes .»  (Gillain 1951, 11) (C)

 

« Abêye ! volà qu’i r’vint d’ l’ovrèdje à l’ nut’, avout s’ sauro pèlé,… »  (Gérard 1979, 237) (E)

 

« Dj’avans faît dès crompîres pètéyes avou dès sorèts .» (Henin 1974, 219) (C)

 

« Su lès fosses rinètyîyes », su lès paukîs tondus .»   (Houziaux 1951, 38) (C)

 

« Èle crét là, woù-ce qu’on n’ cultive nin, tot près dès bwès r’tirés, su lès-uréyes .»     (Chapelle 1985b, 15) (C)

 

« Pus, il a apris à djouwè au « cinsi rwinè .» (Houziaux 1964, 37) (C)

 

« … li pîd do l’ crwès èsteut gârni d’ saquants p’titès fètchîres souwéyes .»  (Houziaux 1964, 29) (C)

 

« …, i gn-a quétefîye onk, qu’ èst maîsse po r’fè lès maus : fè vêlè lès vatches, sègni lès laîdès cwachûres èt lès pîds stwartchis ; … »  (Laloux 1969, 91) (C)

 

« Pus, i vaurè mia l’ sipani èt n’ lî d’nè qui d’ l’ aîwe sucréye jusqu’à tant qu’ dji r’vêrai .»  (Houziaux 1964, 30) (C)

 

 

3.2.2.2 Certains adjectifs se placent aussi normalement derrière le nom qualifié

 

1) Ex : 

 

one fotche cheûrèsse

li fîve lin.ne

on mouchon tchanteû

on cousin djèrmwin

on nombe paîr

do suke vanilé

one cousène djèrmwin.ne

one sôye ricèperèsse

on tonia wîde

on faît-èsprès

li vinrdi Sint

one botèye wîde (aussi : one wîde botèye)

on djoû ètîr

on-ome sô

one banse sèmerèce (u panier qui sème) (Wilmet 1981, 475) (EW)

on nombe impaîr

one feume sôle

 

 

 

2) Remarques

 

  1. a) Certains adjectifs peuvent se placer avant ou après le nom auquel ils se rapportent.

 

1 Les participes présents

 

Certains participes présents se placent indifféremment devant ou derrière le nom qualifié, mais généralement devant. 

cf (F) un charmant garçon = un garçon charmant

 

Ex : on bin pwârtant gamin = on gamin bin pwârtant

        do crèchant timps = do timps crèchant

 

Mais toujours :  

one aloyante sauce

one flaîrante afêre

one plaîjante bauchèle

dè l’ bolante crache

one montante vôye

dès vèyantès coleûrs

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Il avetéye sès pîds èdjalès à one bolante brike ; one ôte à s’ dos. » (Laloux 1969, 156) (C)

 

« Lès pus clapantès fauves dè l’ gazète Spirou .»  (Houbart-Houge 1981) (EW)

 

« Lu Rènant-Djwif »  (le Juif errant) (Bragard 1979b, 361) (EW)

 

« Waîtîz-me, dji n’ so qu’ in pôve honteûs / Qu’ a dispinsé s’ dêrène mastoke / À s’ abiyî d’ plaîjantès lokes  /  Po clawer l’ bètch auzès fouteûs .»  (Félix 1957, 7) (OW)

 

 

 De même :

à solia pontiant (au soleil levant)

Il ont paurti à solia pontiant.

à solia crèchant (au soleil propice à la croissance des plantes)

I faut fautchî à solia crèchant

à solia lûjant (au soleil luisant)

Nos-avans fèné tot l’ timps à solia lûjant.

à solia coûtchant (au soleil couchant)

À solia coûtchant, nos rintérerans lès bièsses.

 

Exemples d’auteurs

 

« Lès matantes ont si peû qu’ Îvone n’aureut dès-idéyes mâriantes .» (Laloux 1969, 128) (C)

 

« …èt l’ mayeûr, in gros baudèt qu’avèt l’ pwèl rilûjant .» (Wartique 1954, 161) (C)

 

« A l’ toûrnéye sûyante, li curè n’ èsteut nin là .» (Laloux 1969, 23)  (C)

 

N.B. On dirait tout aussi bien : « dès mâriantès-idéyes » et « à l’ sûvante toûrnéye », mais il            faut changer l’article pour dire « on r’lûjant pwèl ».

 

Par contre, on dit toujours : à pania volant (en pans de chemise).

 

 

2 On a aussi  bien « parèy(e)(s) » (pareils(le)(s)) devant que derrière le nom qualifié.

Ex : on parèy ome ou on-ome parèy; à dès-ocâsions parèyes ou à dès parèyès-ocâsions

 

Egalement: li Djudi-Sint (le Jeudi˗Saint) = li Sint-Djudi (Léonard 1952, 15) (C)

 

3 Il existe des paires oppositionnelles.

 

li drwète mwin; li gauche mwin

 

Ex : causer à l’gauche mwin (plaisamment) = parler autrement que le wallon

à mwin drwète (= sur la droite);  à mwin gauche (= sur la gauche)

 

 

on fayé ome (un homme mauvais, fourbe)

on-ome fayé (un homme qui a une maladie passagère : rhume, grippe, indigestion,…)

 

NB « ièsse malade », c’est être affecté d’une maladie qui dure (asthme, diabète, leucémie, sclérose, tuberculose,…).

so l’ min.me momint (au sens du latin « idem »)

so l’ momint min.me (au sens du latin « ipse ») (Wilmet 1981, 476) (EW)

ène seûle fîye (seule de son espèce)’

 

ène fîye seûle (seule de sa substance) une fille sans frère ni sœur (Wilmet 1981, 476)  (OW)

 

  1. b) Si « vûde » (vide) ne vient jamais devant « tonia », c’est sans doute par l’influence du français « tonneaux vides ».

 

  1. c) On dit plus souvent : « one ricèperèsse » (sorte de grande scie) que « one sôye (scie) ricèperèsse ».

 

  1. d) Quand on dit « one frisse vêléye » (litt. une fraîche vêlée), on ne peut dire si c’est un raccourci pour « one frisse vêléye vatche » ou pour « one vatche frisse vêléye »

Derrière, il serait pourtant plus normal d’avoir « one vatche frissemint (ou : novèlemint)  vêléye ».

 

Exemples d’auteurs

 

« Mins dji n’ sèrè vêci qu’ à l’ vièspréye tote basse, savoz ; ca i gn-a one, di vôye .»,

   (Laloux 1969, 23) (C)

 

« Lès gamins èstin.n’ en trin do r’copyi, su one fouye èsprès, gârnîye d’one umaudje di coleûr, one lète di Novèl-An po leûs parints .» (Houziaux 1964, 56) (C)

 

« C’èst co li qu’ faît tchaîr lès-èfants dins lès corwéyes èt l’zî foute li fîve lin.ne. »

(Laloux 1969, 191) (C)

 

« Moman vièrè tot l’ min.me tot d’ sûte li place wîde su l’ drèsse .» (Wartique 1954, 87) (C)

 

 

  1. e) Dans certains de ces cas, l’adjectif a nettement une valeur d’attribut.

Ex : 

awè s’ tièsse pèsante 

 

Ci mouchon-là faît s’ nid fond.   

fé djoûrnéye plin.ne 

     fé cu blanc 

awè l’ brès long 

awè s’ gosî sètch 

     awè sès djambes flauwes (mais : dès flauwès djambes)

awè s’ pwin (qu’èst) cût èt sès bougnèts (qu’ sont) sètchs » = ièsse chapé, pace qu’on-z-a po fé.

« Vaut mia ça qu’one djambe câsséye èt lès bokèts pièrdus.

     (expression courante) = qui d’ awè one djambe qu’ èst câsséye èt lès bokèts qu’ sont

    pièrdus.

 

Exemples d’auteurs

 

« … vos-îroz dins on bûrau mète dès chifes dins dès colones èt vos-auroz one boune pitite 

   place èt vosse pwin cût pus taurd .» (Gillain 1932, 53) (C)

 

« … li, qui m’a si souvint seû rinde èl vîye lidjêre, … »  (Willame 1979, 300) (O)

 

« Mins l’ pôve djin… on n’èst nin cor après l’ rid’djunè, èlle a d’djà l’ timps long : èle transit après à l’ nêt »  (Laloux 1969, 7) (C)

 

« I gn-a qui s’ contintenut avou one boune pitite place po ièsse à iute èt à pîds sètchs ; … » (Gillain 1932, 51) (C)

 

« Lès prumîs timps, ça faît on drole d’èfèt ; on-z-a l’ cu strwèt, quand on-z-î soudje. »

(Félix 1953, 66) (C)

 

 

  1. f) On emploie beaucoup plus souvent qu’en français ou en néerlandais une proposition relative déterminative ou un complément déterminatif ou circonstanciel, car le wallon dispose de moins d’adjectifs. Le français, au lieu de les fabriquer en a d’ailleurs emprunté un nombre considérable au grec et au latin classique.

Que ferait notre langue si elle était admise dans l’enseignement ?

 

Ex :

one maladîye dès peûmons.

une maladie pulmonaire (L) pulmo = (F) poumon

On aurait dû avoir normalement: poumonaire.

Il a one saqwè au keûr.

Il a une affection cardiaque. (G) kardia = (F) cœur

li vikadje dins lès prîjons

la vie carcérale (L) carcer = (F) prison

I vos r’mêrcit avou tot s’ keûr.     

Il vous adresse un merci cordial (ou : un cordial merci). (L) cor = (F) cœur

 

En wallon, souvent, on a aussi « qu’ èst », « qui sont », « di »

Ex :

Il a on dint qu’ èst gâté.

Il a on dint d’ gâté.

Il a une dent cariée.

 

 

  1. g) L’adjectif épithète se trouve aussi derrière le nom qualifié dans certaines expressions, qui sont des dénominations officielles ou commerciales empruntées au français ou à une autre langue.

Ex : li pârti comunisse, li Scole Mwèyène, èl Cwos-Roudje (la Croix-Rouge) (Bastin 1965, 48) (O), one cârte postâle, one route provinciâle, li journâl pârlé (en wallon, ce devrait être « gazète causéye » ou mieux « causéyegazète »), on-addjèctif qualificatif

 

N.B. Auparavant, on utilisait « li Jendârmeurîye Nâcionâle ». On dit aussi plaisamment « li Nâcionâle Jendârmerîye », parce qu’on avait dédaigneusement « traduit » de la sorte pour les Flamands, alors que la vraie traduction est « rijkswacht ».

 

    On dit aussi : on feu rodje. Il est clair que c’est un emprunt au français, le mot wallon étant : one lume.

Ce n’est d’ailleurs pas un feu, mais une lampe.

Les « feux de la circulation » se traduit par : lès lumes do trafik.

Il n’y a pas de circulation, personne ne tournant en rond » ! « Circuler » vaut dire : tourner en rond.

 

Exemples d’auteurs

 

« Li moman freûve dès pwins d’ amandes avou do mièl ârtificiél (dji n’a seû scrîre « laume  

   ârtificièle »,ces deûs mots-là n’ vont nin èchone). (Gillain 1932, 111) (C)

 

« … caurlî dè l’ Crwès Rodje di Fosse, mimbe do Consèy d’ Administrâcion d’ li Scole

   wèyène di Fosse,… »  (Duriaux 1985, 2) (C)

 

« … c’ è-st-one bèle èglîje romane, dins l’ jenre dè l’ cine d’Hastîre. » (Houz. 1964, 19) (C)

 

 

  1. h) Nous avons cette construction aussi dans les noms géographiques qui nous a été apportés par l’école.

Ex : li Rèpublike Fèdèrâle, lès-Ètats-Unis

 

 

  1. i) Se placent aussi derrière le nom qualifié les adjectifs de nationalités ou d’habitants d’une région ou d’une localité.

Ex :

on rèstaurant chinwès

one vatche jêrséye

dè l’ vodka russe

ène clé anglèse (Bastin 1965, 48) (O)

on mot néèrlandès

etc.

 

Mais : li Roman Payis do Brabant, lès Romans Scrîjeûs d’ Auve, lès Walons Scrîjeûs d’après l’ Banbwès.

 

 

  1. j) Plusieurs adjectifs de couleur qui s’ajoutent sans s’influencer se placent après le nom qu’ils qualifient.

Ex : on mayot bleuw èt blanc

ine sitofe gros bleû, dès dj’vès clér breun, ine coleûr gris soris (Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (E)

 

Mais : on gris-bleuw tricoté (Donc pas « gris èt bleuw », mais « gris qui tire après l’ bleuw »)

 

Dans les adjectifs composés formés de deux adjectifs, le premier joue ordinairement le rôle d’adverbe et reste invariable.

Ex : Èlle èsteût blanc-mwète di sogne.

Is sont reûd-sots onk di l’ ôte.

Vos rêsons sont bê-z-èt bones. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

 

Mais en ouest˗wallon, on aura:

Il a tcheûd rwèd moûrt. (Il est tombé raide mort.)

Èle a tcheûd rwède moûrte. (elle est tombée raide morte.) (Coppens 1959, 36) (O)

 

Mais bien dans :

Èle dimeûre tote fène seûle.

Èlle a toumé tote longue sitindowe. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

Dans ce cas, la suite d’ajectifs est précédée d’une forme de « tot ».

 

  1. k) Certains adjectifs précédés d’un adverbe on d’une préposition se placent après le nom.

Ex : Gn-a d’djà on pwin d’ disforné.        one djoûrnéye di iute         à cu tot nu

       on dint d’ rauyî                                  dès-èfants tot seûs

N-a brâmint dès djins d’ malådes. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

 

Mais : one tote noûve marone, on tot nosé èfant, on tot ratchitchî visadje

 

On peut être en présence d’une expansion adjectivale du pronom indéfini:

Ex : C’ èst âk du râre, lès bons marieûs. (C’est quelque chose de rare, les bons partis.) (Wilmet 1981, 476) (S)

 

  1. l) L’adjectif qualificatif suivi d’un complément se place après le nom.

Ex : on-ome adwît d’ bouter, on pîlaud apris à tchanter, on voleû contint d’ li.min.me

lès grossès pîres totes vètes di mosse (Wilmet 1981, 476) (C)

on coûr plin d’ corèdje (Wilmet 1981, 476) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Li fautcheû a dès longuès grêyès pates, qui pwatenut on cwârps arondi come one bole .» (Chapelle s.d.) (C)

 

« Dès pazias bwardès d’ paukîs l’ dispaurtèt è quate cârès .»  (Houziaux 1964, 23) (C)

 

« On vaurlèt d’ l’ Abîye arète li câriole couviète d’one grîje twale pa-d’vant l’uch d’èmon F

    Françwès .»  (Awoust 1983, 10) (C)

 

 

  1. m) L’adjectif qualificatif se place après le nom s’il est précédé d’un adverbe intensif modifiant cette épithète.

Ex : lès hâyes totes vètes, si-abon tot neûr, dès-eûres totes ètîres, dès-apwérts tot rôses, ine linwe tote grévieûse, tote sètche, dès rècènes fines blankes (Wilmet 1981, 476) (E)

dè pan tot sètch (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

ène jate toute èscayetéye (une tasse toute écaillée) (Coppens 1959, 36) (O)

 

 

  1. n) L’adverbe comparatif modifiant l’épithète se place avec celle-ci après le substantif.

Ex : dès p’titès mins pus blankes qui l’ lècê qu’ èle buvéve ; sûvant s’ vôye li pus dreûte qu’ i pola ; l’ même aneûtîe si doûce qu’ one carèsse ; visèdjes … freûds come dè l’ pîre (Wilmet 1981, 476) (E)

 

 

  1. o) L’adjectif qualificatif suivi d’un caractérisant indirect (« complément déterminatif » ou subordonnée relative) se place après le nom auquel il se rapporte.

Ex : on p’tit ome gnèrveûs qui sopéve pahûlemint ; dès djeûs inocints quu nolu n’ èssègne ; on vint fris’ qui done li tchau d’ pouye ; leû tchau blatchote di plante sins seûve (Wilmet 1981, 476) (E)

 

  1. p) L’adjectif qualificatif suivi de « âssez » se place après le nom.

Ex : on tchin.ne grand âssez

       Dji n’ conè pont d’ djint maline âssez.

 

 

  1. q) La construction : épithète + nom + épithète du français n’existe pas en wallon.

Ex :

(F)  de vieilles maisons sales

(W) dès vîyès man.nètès maujos

une belle robe bleue

one bèle bleûve cote (Rem. 1952, 143) (E)

one lêde mâssî rowe

une laide rue sale (Rem. 1952, 143) (E)

 

Attention : Il a s’ man.nète tchimîje. (Elle était sale.)

                  Il a si tch’mîje man.nète. (Elle l’est devenue.)

 

 

  1. r) Avec certains verbes réfléchis prenant le sens de « devenir en faisant », on a un adjectif attribut.

Dans ce cas, la construction avec un verbe réfléchi correspond à la construction :  

si fé + adjectif + è + participe présent (se faire … en …)

 

Ex :

malade

si broufyî malade = si fé malade è broufiant

 

si rîre malade = si fé malade è riyant

On s’ a ri malâde. (On a ri très fort.) (Remacle 1952, 171) (E)

mwârt (mort)

si bwâre sô mwârt = si fé sô mwârt è bèvant

 

si crèver mwârt = travayî à s’ fé moru

 

si disbautchî mwârt = si fé moru è s’ disbautchant

cron (courbé)

si rîre cron = si t’nu cron d’ rîre

Ex : Dji m’ a rî tot cron quand dj’ l’ a vèyu ariver.

drompu (avec une hernie)

si rîre drompu = si fé one drompure è riyant

maflé (à bout de souffle)

si couru maflé = si couru dju d’ alin.ne

rond

si din.ner tot rond = mindjî télemint qu’ on-z-èst tot rond

brouyî (brouillé)

si studyî brouyî = divenu fou à studyî

djus (litt. en bas)

si bouter djus = bouter télemint, qu’ on-z-èst dju d’ sès fwaces.

bossu

I s’ royéve tot boussou. (Il riait si fort qu’iol en était tout bossu.) (Remacle 1952, 171) (E)

rodje(rouge)

I s’ a mâvré tot rodje. (Il s’est fâché tout rouge.) (Rem. 1952, 171) (E)

 

Voir en néerlandais: zich krank lachen, en allemand: sich tot lachen (si rîre malade), en allemand : sich buckelig machen (si rîre bossu), etc. (Remacle 1952, 172) (E)

 

Cette formation existe aussi avec des verbes non réfléchis.

Ex :

Èle l’ a tèté mwârt. (= au point de le faire mourir)

On l’ a boûriaté forbu. (= au point de l’épuiser)

Il è crèhou grand. (Il a atteint une forte taille.) (Remacle 1952, 169) (E)

Si fis lî a kèkyî s’ boûse plate.

Si feume lî fout s’ djambe djus.

 

Avec un verbe transitif direct, on peut avoir un attribut du complément direct.

Ex : docsiner mwârt = bate télemint qu’ on-z-è môrt

        bate on saquî stropyî = bate télemint qu’ il è d’meûre sitropyî

        tchaufer one saqwè flitche = tchaufer télemint qu’ ça d’vint flitche

 

N.B. Cette construction se rencontre – rarement – avec des noms ou avec une proposition elliptique.

Ex :

si bouter one drompure       

travailler au point d’en avoir une hernie

si mwaîji one tchôde fîve    

se fâcher au point d’attraper une fièvre chaude

si studyî one méninjite

étudier au point d’attraper une méningite

si studyî dès blancs tch’vias

attraper des cheveux blancs à force d’étudier

si bouter s’ sîdje foû

travailler au point de s’expulser le rectum

 

 

 

[1] Le contraire est « do bûre sins saler »

[2] « machî est emprunté au français ; dans notre langue, on dit « mawyî »