3.1 Formes

 

 

3.1.0 Comparaison

 

En anglais, l’adjectif qualificatif ne varie jamais, qu’il soit épithète ou attribut. 

En néerlandais et en allemand, il reste invariable quand il est attribut et varie seulement quand il est épithète.

En wallon, comme en français, italien, espagnol (langues romanes), il s’accorde toujours, qu’il soit épithète ou attribut, en genre et en nombre au nom auquel il se rapporte.

 

Ex :

 

 

wallon

français

italien

masc. sg.

bia (C, O; bê (E, S))

sètch (C, E, S; sètch, sèk (O))

beau

sec

bello

secco

fém. sg.

bèle

sètche (C, E, S; sètche, sèke (O))

belle

sèche

bella

secca

masc. pl.

bias (C, O; bês (E, S))

sètchs (C, E, S; sètchs, sèks (O))

beaux

secs

belli

secchi

fém. pl.

bèles

sètches (C, E, S; sètches, sèkes (O))

(bèlès, sètchès: voir ci-dessous)

belles

sèches

belle

secche

 

 

3.1.1 Formation du masculin: remarques

 

 

3.1.1.1 Liaison

 

1) On ne fait pas de liaison après « coût », « frèd », « grand », « gros », « pitit », « tchôd ».

Ex : on p’tit / èfant; on grand / ome

 

Quand un adjectif qualificatif épithète terminé par « -s » précède un nom masculin commençant par une voyelle, on ne fait pas de liaison ; celle-ci se fait au pluriel.

Ex : on malureûs / èfant.

                                     

Mais : dès malureûs-èfants.

N.B. Cet adjectif se rencontre aussi après le nom qualifié.

 

2) « pôve » (poûve (Copp. 1959, 34) (O)) reprend le « r » du latin « pauper » devant le mot « ome ». Il réapparaît aussi dans les dérivés : « pôvriteûs », « pôvriteûsemint », « pôvrité », « apôvri », …

 

Ex : ou pôvre ome (un pauvre homme) (Francard 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

« … Tot l’ monde crîye su li r’çuveû dès contribucions, pôvre ome qui n’è pout rin èt qu’ n’ èst nin l’ mwins’ à plinde… » (Gillain 1932, 93) (C)

 

 

3.1.1.2 Variantes

 

1) On dit « fwârt », mais « on cofe-fôrt », emprunté au français. On dit aussi « on fôrt » pour un  endroit fortifié.  (F) un fort

 

2) « bia (E, S bê) » n’a qu’une forme au masculin, contrairement au français: on bia (bê) èfant.

Mais « novia » (novê (E, S), nouvia (O)) devient « novèl » dans: à l’ Novèl-An, li djoû d’ novèl an, dès cârtes di novèl an, on bê novèl an (de belles étrennes). (Bertrand-Duchêne, s.d., 68) (E)

 

 

3.1.1.3 Masculin pluriel: remarques

 

1) Au masculin pluriel, les adjectifs déjà terminés par « s » restent invariables.

Ex :

spès:        li spès timps, dès spès cârtons

honteûs:   on honteûs tricheû, dès honteûs vijins

 

2) Au pluriel, on fait la liaison comme en français entre un adjectif épithète se terminant par une voyelle prononcée et -s et le nom suivant commençant par une voyelle.

Ex : dès bias-èfants, dès laîds-ouys, dès mwaîs-ègzimpes;

dès bês-ûs, dès djintis-èfants, qués poûris-ovrîs ! (Bastin 1909) (E)

 

 

3.1.2 Formation du féminin

 

3.1.2.1 A l’audition, la différence est qu’on entend toujours la consonne finale à la forme du féminin devant le -e de la terminaison.

La règle générale pour la langue écrite est qu’on ajoute « -e » à la forme du masculin.

 

Ex :

brèyaud (pleurard)

baståd (E)

beûrlåd (E) (-lâd (S))

brognåd (E)

bèrdèlaud (C, O)

brèyaude

baståde

beûrlåde

brognåde

bèrdèlaude

chik

chike

ègzak (exact)

ègzak

grand

grande

Grèk

Grèke

long

longue

naturél

naturéle

nayif (naïf)

nayife

nwâr (C; neûr (E), nwâr, -êr (O), nwar, neûr (S)) (noir)

nwâre (C), neûre (E)

parèy

parèye

publik

publike

régulier

réguliére

reûd (E) (raide)

reûde

sot

sote

vif

vife

vî(y) (vî, vièy (Coppens 1959, 34) (O); vî, vîye (Francard 1994) (S)) (vieux)

vîye (C, O; E vîle ou vèye; vîhe (RCW, 1997) (E); viye, vièye (Copp. 1959, 34) (O); vî (Francard 1994) (S))

 

 

3.1.2.2 Féminin singulier: cas réguliers

 

 

1) Certains adjectifs qui ont déjà -e au masculin, ne changent pas : bièsse, laudje, nawe, rôse, tèribe, traîte, …

Ex : dè l’ tinre tchau (de la viande tendre)

 

 

2) Les adjectifs, dont la consonne finale se prononce déjà au masculin, ne changent pas leur prononciation.

Ex :

amér

amére

bleuw (bleû (E, (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S)) (bleu)

bleuwe (bleûve (E), bleûse (Malmedy) (RCW, 1997) (E),  bleûse (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S))

loûrd

loûre (= nin malin) (mais E, (Francard 1994) (S): loûde, comme coûrt > coûte)

nwâr (noir)

nwâre

vèt’(vèrt (Francard 1994) (S) (vert)

vète

 

 

3) Les adjectifs en « -é (ou en -è) » prennent « -ye ».

Ex :

binamé (cher, bien˗aimé)

binaméye

nosé (mignon)

noséye

aprèstè (sud du C) (préparé)

aprèstéye

Il èst fayé. (légèrement malade)

Èle èst fayéye. (Balériaux, s.d.) (O)

chalè (boiteux)

chaléye (Balériaux, s.d.) (O)

alevè (élevé, éduqué)

alevéye (Coppens 1959, 34) (O)

 

Mais afronté (effronté) > afrontêye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

 

 

4) Les adjectifs en « -i » prennent « -îye ».

Ex :

auji (âji, âhi, êji ((Franc. 1994) (S)) (facile)

aujîye (C, O) (âji, âhi, êji ((Franc. 1994) (S)

bèni (béni)

bènîye / bènite (« bènîye » est la forme de l’attribut ; celle de l’épithète est « bènite »)

Lès baguètes di Sinte-Brîye sont bènîyes avou dè l’ bènite eûwe.

djinti (gentil)

djintîye

djoli (joli)

djolîye

apoûvri (appauvri)

apoûvriye (Coppens 1959, 34) (O)

djauni  (jauni)

djauniye (Copp. 1959, 34) (O)

 

Mais sûti (intelligent) > sûtèye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

       djouli (joli) > djoulive, djinti (gentil; actif, laborieux) > djintive (Bastin 1965, 44) (O)

 

 

5) Les adjectifs en « -î » prennent « -îye ».

Ex : bârdouchî (= fin fou), bârdouchîye; rauyî (arraché), rauyîye

 

Mais: faukî (fauché) > faukèye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

          måssî (sale) > måssîte (ou måssèye) (id., 68) (EW)

          batijî (baptisé) > batijéye (Coppens 1959, 34) (OW)

 

 

6) Les adjectifs en « -u » prennent « -we » (parfois ils changent « -u » en « -euwe » ou « -ûwe » (nord du CW (Léonard 1952, 16))).

Ex :

bètchu (=à ponte) (E, S: -ou)

bètch(e)uwe (E -owe, S -oûye)

bossu

boss(e)uwe (-ssûwe (Balériaux, s.d).,  -ssuwe (Coppens 1959, 34 (O))

crantchu (= rapia)

crantch(e)uwe

longu (= pus long qu’ laudje)

long(ue)uwe

tièstu (E, S: – ou)

tièst(e)uwe (-tuwe  -tûwe (Balériaux, s.d.) (O)) (E -owe, S -oûye)

timpru

timpr(e)uwe  (-rûwe (Balériaux, s.d.) (O)) 

 

Ainsi:

on longu clau (un clou long); one longueuwe pwinte

on timpru pron.ne (une prune hâtive); one timprûwe bioke (Léonard 1952, 16) (C)

 

Mais « tot nu » fait toujours « tote neuwe ».

 

 

7) « -in » et « -on » se dénasalisent au féminin.

Ex :

fin

fine (C, O, S; fène (E))

malin

maline (malène (E), -ine ou -ène ((Balér., s.d.) (O), -ine     (Copp. 1959, 34) (O))

vaurin

vaurine ((Léonard 1952, 16) (C), (Coppens 1959, 34) (O))

bon

boune (, bone)  (boune  (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S))    

hèsbignon

hèsbignone

walon

walone

 

Remarques

 

  1. a) Parfois, on n’a pas de désanalisation. « -in(t) » fait « -in.ne ».

Ex :

ançyin

ançyin.ne  (anciyin.ne  (Bertr.-Duch., s.d., 66) (E)) 

contint

contin.ne (C, E; -ène, -tin.ne, -tinte (Balér., s.d.) (O))       

håtin

håtin.ne (E)

înocint ((è)- (E) ou: i- (RCW, 1997) (E))

înocin.ne (è- (EW) ou inocéne, inocêne  (RCW, 1997) (E); inocint, -in.ne, -ène (Balériaux, s.d.) (O)

londjin

londjin.ne (C, E, S)   

plin

plin.ne (C, S; plinte (E), plène (Coppens 1959, 34) (O))

 

fîve-lin.ne (fièvre lente)

 

Mais : 

dêrin  (dernier)

djèrin (E)

dèrnî  (O)

dêrène ((Léonard 1952, 16) (C),

djèrène ou -ine (Royal Club Wallon, 1997) (E),

dèrnière (Coppens 1959, 34) (O)

vijin (vwèsin)  (voisin)

 

vèjin, vèhin, vwasin (S)

vijène (vwèsine, aussi: vwèsène) ((Léon. 1952, 16) (C), (Balér., s.d.) (O),

vèjine, vèhine, vwasine (Francard 1994) (S)

 

 

  1. b) Parfois, « -yin » fait « -iène » .

Ex :

ançyin (ancien)

anciène  (C,  (Balér. s.d., (Copp. 1959, 34) (O), (Franc. 1994) (S))  

djupçyin (bohémien)

djupciène

italyin

italiène                 

musucyin

musuciène

tchitcholyin (péjor.) (italien)

tchitcholiène

 

 

8) Les adjectifs en « -s » doublent le « -s » ou le changent en « -c » devant le « -e » du féminin.

Ex :

craus (E crås; O cras, S crâs) (gras)

crausse   (E cråsse; O crasse, S crâsse)     

doûs (doux)

doûce        

faus (C, O; E fås, S fâs) (faux)

fausse   (C, O; E fåsse, S fâsse)

spès (épais)

spèsse

 

Ainsi: in cras stofé, ène crasse bîre; in gros balon, ène grosse bièstrîye (Balériaux, s.d.) (O)

 

 

9) Les adjectifs en « -is » font au féminin « -îje ».

Ex : gris > grîje (C, (Balériaux, s.d.) (O); grîse (Francard 1994) (S)); pris > prîje

 

10) Les adjectifs en « -aîs » font « -aîje ».

Ex :

mwaîs (C, måvas (E), monvés (Copp. 1959, 34), mwaîs (O), mâvês (Francard 1994) (S)) (mauvais)

mwaîje (C, O; måle (E), monvée (Copp. 1959, 34) (O), mâvêse (Francard 1994) (S))

 

 

11) Les adjectifs en « -eû(s) » font « -eûse » au féminin.

Ex :

bribeû (mendiant)

bribeûse    

hébreû

hébreûse        

curieûs

curieûse        

malureûs

malureûse

 

ine ramehieûse pitite båcèle (E) (une petite fille qui remue)

 

En est-wallon, « mèyeû » (meilleur) peut ne pas varier au féminin: ine mèyeû(se) plèce (une mielleure place). (Bertrand-Duchêne, s.d., 68)

 

 

12) Les adjectifs en « -teû(r) »  font « -teûse » ou « -trèsse » (péjoratif).

Ex :

minteû(r)

minteûse      

minterèsse (plus péjoratif) (CW, SW)

voleû(r)

voleûse 

volerèsse (plus péjoratif)

 

 

13) Les adjectifs en « -an » font « -ante ».

Ex : payisan > payisante (C, E, O; _, pè- (Francard 1994) (S))

charlatan >  charlatante    (Coppens 1959, 34) (O)

    

14) Les adjectifs en « -anc » font « -anke ».

Ex : blanc > blanke, franc > franke (C, E, S; -che O)

 

Ainsi: èn-ome franc, ène franche coumére (Balériaux, s.d., 8) (O)

 

 

15) Les adjectifs en « -and » font « -anse ». (On écrit aussi: « scrans ».)

Ex : scrand  (fatigué) > scranse (C, O)

 

16) En est-wallon, « principå » (principal) fait « principåle », « bleû » (bleu) devient

« bleûve ».

 

 

3.1.2.3 Féminin singulier: cas irréguliers

 

 

1) Une série d’adjectifs forment leur féminin irrégulièrement.

Ce sont :

bia (C, O; bê (E, S)) (beau)

bèle

boûria (bou- (Balériaux, s.d.) (O); bôrê ((Francard 1994) (S)) (bourreau)

boûria (ou boûriate) (bouriate (Balériaux, s.d.) (O))

coût (_, coûrt (Léonard 1952, 16) (C), côrt (Royal Club Wallon, 1997) (E), coûrt (Francard 1994) (S)) (court)

coûte, mais courte (au jeu de balle pelote) (C) (coûte (EW, (Franc. 1994) (S)), côte (RCW, 1997) (E); coûte, courte (Balér., s.d.) (O))

cron, crom’ (E croum’, O, S cron) (courbé)

crompe (C, (Balér., s.d., (Copp. 1959, 34) (O))

cwêye (ou cwè) (E keû, cwè (O), cwèye (Copp. 1959, 34) (O), cwè (Franc. 1994) (S)) (coi, tranquille)

cwêye (E keûte; cwèt, cwèye (Balériaux, s.d., Coppens 1959, 34) (O))

deur, dûr (Balériaux, s.d.) (O), dur (Coppens 1959, 34) (O) (dur)

deurte, dûre (Balériaux, s.d.) (O), dûrte (Coppens 1959, 34) (O)

flamind

flamindje (C; Balériaux, s.d., Coppens 1959, 34 (O); flaminde (Franc. 1994) (S))

fwârt (E fwért; fwart (Royal Club Wallon, 1997) (E); foûrt (Coppens 1959, 34) (C); fwart (Francard 1994) (S)) (fort)

fwate (E fwète; fwate (Royal Club Wallon, 1997) (E); forte (Coppens 1959, 34) (O); fwate (Francard 1994) (S))

meûr (CW, (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S); mûr (Balériaux, s.d.) (O)) (mûr)

meûre (C; _, meûrte (Balériaux, s.d., Copp. 1959, 34) (O); meûse (Franc. 1994) (S))

moya (E mouwê) (muet)

moyale (ou moya) (EW mouwale; moya (Coppens 1959, 34) (O))

mwârt (E mwért, S mwart) (mort)

mwate (C, S; E mwète)

noû (nieu (Coppens 1959, 34) (O)) (neuf)

noûve (C; O,  nieuve (Copp. 1959, 34) (O))

novia (E, S novê; O nouvia) (nouveau)

novèle (C, E, S; O nou-)

rossia (E rossê, O roucha) (roux)

rossète (C, E; rouchate (Balériaux, s.d.) (O), roussète (Coppens 1959, 34) (O))

tot seû

tote seûle

sô (C, E, S)

sôle (C, E, S)

sûr (C, S; seûr (Coppens 1959, 34) (O))

sûre ((C, S); _ surte (Balériaux, s.d.) (O), seûre (Coppens 1959, 34) (O))

sûr (sûr, aigre) (Coppens 1959, 34) (O)

sûrte (Coppens 1959, 34) (O)

vért (E, vèt’ (C); vèrt (S))

vète (C, E, O, S)

vû (E; vûde (C, S))

vûde

 

Egalement:

preumî (C; _, -miè (Francard 1994) (S)) (preumier)

preumêre (C), preumîre (Balériaux, s.d.) (O), preumîre, -uère (Francard 1994) (S)

promî (Coppens 1959, 34) (O)

promière, comme: dèrnî > dèrnière (Copp. 1959, 34) (O)

 

 

2) Remarques

 

  1. a) « fou » (aussi: « fô » (Léonard 1952, 16) (C)) a comme féminin « sote » (C, E, O, S) ou « èwaréye ».

 

  1. b) « mèyeû » (meilleur) reste normalement invariable au féminin ; « mèyeûse » (-eûr, -eûte (Francard 1994) (S)) est vieilli.

 

  1. c) « moya » (muet) reste normalement invariable au féminin, mais « moyale » s’entendent assez souvent. « moya » s’emploie surtout comme attribut et « moyale » comme épithète. Il ne varie que comme attribut.

Ex : Èles sont tortotes moyas. (ou « moyales »)

One moyale feume, c’ è-st-one saqwè d’ râre.

 

Plutôt que de dire « one moya feume », on dira « one feume qu’ èst moya » (ou   « moyale »).

 

Exemple d’auteur

 

« Èle coloûtrèt intur lès crwès /  En trèvautchant l’ vîye cimintiére, / Pus d’meurèt moyale on bokèt .» (Bodard 1956a, 39) (C)

 

 

  1. d) La forme « brune », féminin de « brun » se rencontre aussi au masculin (rarement).

 

Exemple d’auteur

 

« A sêze ans, i n’ faut po ça qui do ièsse riwaîtî pa deûs grands nwârs-ouys qui r’lûjenut dins on brune visadje… » (Gillain 1932, 52) (C)

 

 

  1. e) les participes passés devenus adjectifs

 

1 Les participes passés des verbes de la première conjugaison

(a) c’est-à-dire dont le participe passé se termine par -é ; de la première conjugaison

(b) c’est-à-dire dont le participe passé se termine par -î ; et de la deuxième conjugaison

font comme les adjectifs ayant les mêmes terminaisons.

Ex : on pèlé navia, one pèléye pome.

                                   

Exemples d’auteurs

 

« L’ ome a do mau d’ fé riper s’ vûwe… / Lès mwins, lès-ouys, lès-acostés, / Lès djambes crwèjeléyes, qu’ i continûwe… » (Robe 1982, 4)  (C)

 

« Enfin, à in toûrnant dè l’ vôye, catchî pa saquante-âbes tout twârdus, dj’ aporçû in p’tit

pont avou sès pîres di taye toutes discârbotéyes, èt d’ssus l’ parapète in vîy ome,… »             (Mathieu 1982) (O)

 

 

2 Les participes passés des 3e et 4e conjugaisons prennent :

 

-e

couvièt (couvert)

couviète (ou: couviéye (sud du C)) (Léonard 1952, 16) (C)

 

douvièt (ouvert)

douviète (ou: douviéye (sud du C)) (id.)

-te

èlî (trié)

èlîte

 

rèlî ou rilî (trié)

rèlîte ou rilîte

 

riçû (ou: ricî) (reçu)

riçûte (de « riçûre » (ou: ricîte de « ricîre ») *

 

sû (ou: sî) (suivi)

sûte (ou: sîte)

 

tcheû (tombé)

tcheûte

 

mais : scrît (écrit)

scrîte

-we

tchèyu (tombé)

tchèyuwe

 

vèyu (-ou (E)) (vu)

vèyuwe (-owe (E))

 

* Attention : A ne pas confondre avec « ricût » (recuit) qui donne « ricûte », de « ricûre » (= cûre on deûzin.me côp)

 

Exemple d’auteur

 

« Pourvu qu’il eûche richôrbu sès pîds, ! » di-st-èle, co à mitan èdwârmuwe .» (Viroux 1982, 15) (C)

 

3 En est-wallon, dans la région de Spa, Stavelot, Malmedy, Vielsalm (Remacle 1937, 41-42) (E), tous les adjectifs-participes passés et ceux de forme analogue en « -é, -i », ou ne changent pas au féminin : one trawé(e) tchâsse; one âhi(e) ustèye, one vîhe fème èst  tote bahou(e) (baissée, courbée) ; èlle èst djinti(e) (gentille) ; du l’ crou(e) tchâr (de la viande crue).

Au pluriel, l’uniformité subsiste, car ces adjectifs ne prennent pas l’ « -è » qui affecte le féminin à ce nombre (ex. dès djônès fèyes).

On dit donc: dès trawées tchâsses ; dès-âhies-ustèyes, dès bètchoues pîres, dès r’ tchâfées crompîres, dès djinties bâcèles.

 

En sud-wallon, on a aussi: « Il è la potche trawé. » (Il a la poche trouée.) (Francard 1994) (S)

 

 

  1. f) « blanc mwârt » ne se met au féminin que comme épithète ; il reste invariable comme

attribut.

Ex : one blanke mwate djin.

 

Mais : « Èlle èsteûve blanc mwârt ». On dit aussi : « Èlle èsteûve blanke come one mwate ».

 

 

  1. g) « diméye » devient « dimèye » dans « dimèye eûre ». Mais : « One êure èt d’méye »

 

 

  1. h) « grand » ne varie pas dans « grand-mére,  grand-mèsse, grand-tchôse (EW grand-tchwè), à grand-pon.ne (Remacle 1952, 137) (EW), lu pus grand dès pârts (le plus grand nombre, la plupart) (Remacle 1952, 137) (EW) ».

 

N.B. : « grand-route » n’existe normalement pas en wallon ; on dit « route ».

Le français « route » ou « chemin » est en wallon « vôye », du latin « via ».

 

On dit aussi dans des propositions négatives (Remacle 1952, 139) (E):

On n’ a nin grand ovrèdje.

On n’a pas grand ouvrage, pas beaucoup d’ouvrage.

I n’  fât nin grand timps .

Il ne faut pas beaucoup de temps.

 

De même,

– devant un pluriel :

I n’ passereût djà grands matons.  (matons s’emploie génér. au plur.)

Il ne saurait passer beaucoup de grumeaux.

I gn-aveût nin grands djins.

Il n’y avait pas beaucoup de gens.

Ici, on pourrait aussi comprendre « grand djint »; cf I gn-a du l’ djint (Il y a du monde.)

 

– dans une phrase interrogative :

Gn-a-t-i grand dévôcion à fé l’ boutchî?

Y a-t-il grand intérêt, grand plaisir, à faire le boucher?

 

 

Nous disons : « one matante tauye » pour le français « une grand-tante ».

Nous disons : « Grande Place » ou « Grand Mârtchi » pour le français « Grand-Place ».

 

 

  1. i) L’adjectif « seû » (seul) donne l’épithète « seûl » devant un nom masculin singulier.

Ex : C’ èst d’ trop po on seûl ome.   

I n’ dimeûre pus on seûl sôdâr.

 

Comme attribut, il est toujours accompagné de « tot » et à la forme « seû » au masculin     singulier et « seûs » au masculin pluriel.

Ex : On-ome tot seû, c’èst nin on mwin.nadje.

Nos-avans d’mèré tot seûs, m’ fré èt mi.

 

Au féminin singulier, on a « seûle » et au féminin pluriel « seûles », que l’adjectif soit épithète ou attribut.

Quand il est attribut, il est accompagné de « tote » au singulier, qui fait « totes » au pluriel.

Ex :

Èle si sinteûve si tote seûle, avou s’-t-ome prîjenî èt sès bèlès-djins què l’ waîtin.n di  crèsse.

Lès deûs soûs d’mèrenut totes seûles è l’ grosse cinse.

oune mwêjon tote seûle (une maison à l’écart) (Francard 1994) (S)

C’ è-st-oune pôve djin qui vike tote seûle. (id.)

 

Remarque

Dans la région de Faymonville (Bastin 1909, 329) (E), on utilise « fis seu » (fils unique) et « fèye seûle » (fille unique).

 

On dit aussi « méreseû », ce qui signifie « tout-à-fait seul ». Il varie comme « seû » et n’est jamais accompagné de « tot ». Il peut cependant être renforcé de « fin », qui varie.

Ex : Dji m’ sin si byin méreseû au monde !

Dji su mèreseû, nos-èstons mèreseûs. (Balériaux, s.d., 9) (O)

Is-astine là miéreseûs. (Coppens 1959, 34) (O))

 

Cependant, en sud-wallon, on trouvera « tot méreseû ».

Ex : Vos p’loz v’ni, dju sû tote méreseûle âdjoûrdu. (Francard 1994) (S)

Il èst tot méreseû avâr là. (Il vit tout seul.) (Francard 1994) (S)

 

En est-wallon, dans la région de La Gleize, on dira: « (Il èst) mére-seû ou mére-du-Dju-seû, fém. -seûle (litt. mère ou mère de Dieu seul, -e, càd. absolument seul(e). (Remacle 1952, 181) (E)

Il existe aussi « mérenu, mièrenu » (tout nu). Le premier élément de ces expressions est le nom d’origine ‘mère’ (latin matre) (en allemand: . mutterallein; en néerlandais: moederzielalleen).

 

Exemple d’auteur

 

« Mins à l’âdje qui lès cines qu’avint faît leûs paukes avou lèye bèrcint dèdjà èt co binl’ pus vî qui satche su leû d’vantrin, lèye, èlle aveut stî tote seûle, fine mièrseûle, po todi… » (Laloux 1969, 57) (C)

 

  1. j) Avec « cru », quand on ne s’attend pas à son emploi ou par blague, on emploie « tot », qui varie.

Ex : Li cas, c’èst qu’ vosse tchin a mougnî m’ pouye, èt tote creuwe, co bin !

 

 

3.1.2.4 Féminin pluriel

 

 

1) Au féminin pluriel, l’adjectif épithète prend l’accent grave sur le « -e » de la terminaison.

 

Ex : dès vîyès feumes; dès bèlès blankès scaroles, dès tèribès-afaîres,

dès tènès lèpes, dès vikantès coleûrs, dès souwèyès preunes, totes lès d’mèyès-eûres (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

Vo-ne-là dès brâvès djins ! dès fwètès-éwes ! C’ èst dès fwêrès brâvès djints. C’ èst dès vrâyès-inocênes. (Bastin 1909) (E)

lès Clérès Fontènes (toponyme) (Carlier 1985) (O)

mès djon.nès-anéyes (Balériaux, s.d.) (O)

 

Cette règle est d’application en Wallonie et dans la Picardie septentrionale.  En Belgique romane, il est attesté dans tous les dialectes wallon, en rouchi (nom donné au picard en Hainaut) et en gaumais : par exemple, on relève pour « des lignes vertes » en français « dès vêrtès lignes » à Ellezelles (Hainaut) et « dès varteus roûyes » à Rossignol (Gaume) . « Mais la vitalité de « -ès » varie beaucoup selon les régions : elle paraît faible dans la moitié occidentale du Hainaut et la moitié méridionale du Luxembourg; elle demeure intense dans le domaine proprement wallon, surtout dans la zone liégeoise; (…).  Les écrits de Joseph Calozet montrent qu’à Awenne (SW) tout en demeurant usuel, « -ès » est déjà moins régulier : lès grossès pîres (les grosses pierres), dès tchôdès cènes (des cendres chaudes) mais sès p’titès câréyes fignèsses (ses petites fenêtres carrées), avou quékes choupeléyes (avec quelques pelletées); le liégeis dirait:  cwårêyès fignèsses et quékès houpeléyes . (Remacle 1952, 141)

 

Au nord de la commune de Bastogne (Rachamps, Noville), « l’on entend encore régulièrement des finales en -ès our les adjectifs antéposés:  dès grandès-ièbes /-t-/ (de grandes herbes), dès doûcès poumes (des pommes douces), dès bonès djins (de bonnes gens), etc. Au centre, cet usage se limite à quelques expressions figées, comme ‘lès crâssès tripes’ (littéralement : ‘les trippes grasses’ ; désigne le boudin à déguster après l’abattage du cochon).

Dans le sud (Lutrebois, Livarchamps), les formes en –ès sont absentes. » (Francard 1982b, 141) (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Gn-aveûve on côp on cinsî èt one cinserèsse di nosse payis qu’ avin.n cink fèyes, totès bèlès bauchèles bin come i faut ;…»  (Gillain 1927, 135) (C)

 

« P’tits-èfants, p’titès rûses, grands-èfants, grandès rûses ! » (Gillain 1932, 97) (C)

 

« Waîte bin qu’ is crwèyint co aus sôrcîres èt aus vîyès matènes, lès lurons ! » (Laloux 1969, 71) (C)

 

« Dins   one   novèle   cité,   avou   totès min.mès maujos, gn-a on djon.ne mwin.nadje   qui   vint d’ amwin.nadjî . » (Viroux 1983d) (C)

      

 « Tot r’waîtant mès p’titès marayes / Qu’ ont dès noûvès tayes .»  (Bacq 1978, 20) (C)

 

 « Lès p’titès fouyes ni montît nén fwârt waut, ni tchèyant qu’ dès bassès couches .»  (Fedora 1984, 18) (O)

   

« Eûreûs lès cias qui n’ faîyenut nin dès trop grossès frawes, qu’ is r’grèteront tote leû vikaîrîye !»   (Mayence 1984, 5) (O)

    

 « Hé ! Gamin ! Çoula t’ dîreût-i ‘ne saqwè, on qwârt di kilo d’ balètes divins  tès p’titès rôsès fèsses ? »  (Houbart-Houge 1981, 27) (E)

 

 

Mais : dès plates-bindes (emprunté au français)

 

Exemple d’auteur

 

« Lès plates-bindes sont rimplîyes di pinséyes di totes lès coleûrs .» (Houziaux 1964, 23) (C)

        

 

2) Devant une voyelle, on fait la liaison.

Ex : dès bèlès-imaudjes (de belles images)

Fez dès neûrs-oûys. (E) (regarder d’un air irrité)

 

Exemple d’auteur

 

« Passéyes lès bèlès-idéyes, / Qui d’ meûre-t-i d’ nosse pinséye ? » (Michel 1995, 10) (C)

 

Mais si le nom commence par la demi-consonne « y », la liaison ne se fait pas : dès vîhès / ièbes, de même que dès / ièbes. (Bastin 1909) (E)

 

 

3) Quand l’épithète est séparée du nom qu’elle qualifie par une virgule ou un ou plusieurs mots, sauf si c’est un autre adjectif épithète, elle ne prend pas l’accent grave et le -s est, bien sûr, muet.

Ex : Dès grandes, d’ umâdjes.

Èles sont blankes, lès maujones.

Blankes come lès maujones.

Totes blankes, lès maujones sont-st-ascropûwes li long dès vôyes. (Toutes blanches, les maisons sont accroupies le long des routes.) (Grignard 1908) (O)

 

 

4) Quand l’adjectif attribut précède le nom qualifié, il ne prend pas l’accent grave devant un nom féminin pluriel.

                                   

Exemple d’auteur

 

« Saveut-èle, è d’vant, qu’ on n’ distère nin totes faîtes lès pîres di taye come on rauye lès bétrâles ? »  (Laloux 1969, 68) (C)

 

 

5) Masc. « -d » muet > fém. « -d(-)» /t/

Ex:

ine ronde danse, dès rondès /-t-/  danses (E)

ô freud vint, do l’ freûde éwe ; ô loûrd cwér, dès loûdès /-t-/  djins ; ô grand èfant, dès grandès /-t-/hâyes. (Bastin 1909, 329) (E)

 

 

6) Masc. « -g » muet > fém. « -gu(-)» /-k(-) /

Ex :

ine longue sipritche, dès longuès sîses (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

 

 

7) En est-wallon, « -sse » se transforme au pluriel en « -zès ».

Ex : dè l’ grosse teûle, dès grozès féves (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

 

Et « noû > noûve /f/ » (neuf > neuve) devient « noûvès » (dès noûvès mâhons (de nouvelles maisons)) au pays de La Gleize. (Remacle 1952, 137) (E)

 

 

8) « -dje » /t∫/ devient « -djès » /t∫ɛ/.

Ex: ine rodje narène. dès rotchès tchifes preunes (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

dès sâvadjès bièsses  (Remacle 1952, 137) (E)

 

 

9) Dans les groupements figés du type « qualificatif + nom » (Remacle 1952, 143) (E),  il arrive aussi que « -ès » manque.

Ex; : dès rodjes-faces (des rouges-gorges)

A côté de « dès djônès fèyes » (des jeunes filles), on note « Èles sont co djônes fèyes. » (Elles sont encore jeunes filles, càd. célibataires.)

 

 

3.1.2.5  Adjectifs invariables

 

 

1) Certains noms devenus adjectifs de couleur sont invariables, comme « greunat, kaki,        maron,…»  Ils sont toujours attributs.

Mais : « mauve, orandje, rôse » varient.

Ex : Èlle aveûve one cote greunat. Èt ièsse di doû !

Avou dès solés maron, ça va co.

 

Mais : dès mauvès fleûrs; dès rösès rôses

 

 

2) « iute » (/ oûte (S)) (terminé (anglais: over)) est un adverbe, qui remplit une fonction d’adjectif attribut et reste invariable.

Ex : V’là co ç’ mwès-ci oûte. (Voilà encore ce mois terminé.) (Francard 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

 « On n’ s’ ode jamaîs do pwin èt, l’ dicauce iute, disgostè dè l’ taute èt dès vitoulèts, on s’ ridâre co voltî su l’ pwin .»  (Gillain 1932, 62) (C)

 

« oute » est un adverbe probablement d’origine picarde. Il s’emploie comme adjectif attribut au jeu de balle pelote.

Ex : Di vôy lès quate bales oute, il a djuré èt clatchî s’ calote à l’ têre.