3.3.7 Remarques

 

3.3.7.1 Après l’expression « awè l’ aîr », l’adjectif attribut s’accorde toujours avec le sujet.

 

Ex : Il a l’ aîr malin             (F) Il a l’air intelligent.

       Èlle ont l’ aîr malines.  (F) Elles ont l’air intelligent ou :  Elles ont l’air intelligentes.

 

3.3.7.2  L’adjectif « nu » ne se rencontre jamais devant un nom comme en français : nu-bras, nu-jambes, nu-pieds, nu-tête.

Donc « neuwe » (nue) est accompagné de « tote », « nus » de « tos », « neuwes » de « totes ».

On dit : 

avou sès brès tos nus

les bras nus

avou sès djambes totes neuwes

à tièsse neuwe

à tièsse neuwe

nu-tête

à cu tot nu

le bas du corps dévêtu

à pîds d’tchaus

nu-pieds

è chape

pieds nus dans des chaussures

 

Exemple d’auteur

 

« Sèt’ samwin.nes après l’acopladje, li fumèle mèt au monde di quate à iût djon.nes, tos nus, sins pikots .» (Chapelle 1984, 10) (C)

 

3.3.7.3 L’adjectif « seû » doit aussi être accompagné de l’adverbe « tot », qui varie. Donc « tote  seûle », « tos  seûs », « totes  seûles ».

 

Ex :

Dji d’ meûre tot seû. (J’habite seul.) (Léonard 1952, 18) (C)

Avoz bin wasu passè pau bwès tote seûle ? (Avez-vous osé traverser le bois seule ?) (Léonard 1952, 18) (C)

 

Exemples d’auteurs

 

« … ç’ a stî por lèye tote seûle ; … » (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Pwîs c’ è-st-ène saqwè d’ awè in p’tit scrèt por lèye tote seûle .» (Wartique 1954, 183) (C)

 

 

« Tot travayant, po ièsse eûreûs, /  I n’ faureûve jamaîs ièsse tot seû ! » (Arte 1983, 10) (C)

 

 

Remarques 

 

  1. a) On emploie « tot », qui varie, même dans « à mitan tot nu ».

 

  1. b) « fis tot seû » et « fèye tote seûle » se disent pour (F) « fils unique » et « fille unique ».

 

N.B. : On dit aussi, pour la rime : « Il / Elle èst fis / fèye unike, il / èlle aurè l’ tchambe èt l’ botike .»

 

 

3.3.7.4 « djèrmwin » (germain) ne sert que dans « cousin djèrmwin », « cousène djèrmwin.ne », « cousins djèrmwins », « cousènes djèrmwin.nes ».

 

 

3.3.7.5 « d(i)méy » (demi) s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie, qu’il soit placé avant ou après.

 

Ex : on d’méy aumon ; on d’méy gamin ; on d’méy ome

       one diméye ârmwêre ; one diméye djoûrnéye ; trwès-eûres èt d’méye

 

Mais : on d’mè djoû ; one dimèye eûre

 

 

3.3.7.6  « grand » reste invariable quand il précède un nom féminin auquel il est relié par un trait d’union.

 

Ex : dès grand-méres ; grand-mèsse ; nin grand-tchôse

 

Exemple d’auteur

 

« Nos d’vins paurti tot timpe au matin po-z-ariver po grand-mèsse à Sint-Djan, su l’ Mârtchi dès Djotes .»  (Gillain 1951, 10) (C)

 

N.B. : 1) fé dîre dès grandès mèsses.

          2) one grande djin ( = une personne adulte: elle peut être petite).

 

 

3.3.7.7  « plin » (plein) peut être préposition. Il reste alors invariable.

 

Ex : Èlle a des confètis plin sès tch’vias. (comme en français: … plein les cheveux)

 

Cependant, on voir des formes variables dans:

I gn-aveût plin.ne lu mâhon. (Il y en avait plein la maison.) (Remacle 1952, 189) (E)

Il a dès-cents plin.nes sès tahes. (Il a de l’argent plein ses poches.) (id.)

“Je vous salu Marîye pleine de grâce, dj’ a dès pouces plin.nes mès tchâsses.” (parodie de l’Ave-Maria) (J’ai des puces plein mes bas.) (id.)

 

On voit deux participes passés subir une cristallisation analogue à celle de « plein » (id., 187):

Gn-a dès frambâhes tot couvri l’ hoûrlê. (Il y a des myrtilles « tout couvert » le talus.)

Gn-aveût dès poumes tot tchèrdji lès mèlés.(Il y avait des pommes « tout chargé » les pommiers.)

 

 

3.3.7.8 « possibe »

 

1) reste invariable après : li mèyeû (le meilleur); li mia (le mieux); li mwins’ (le moins);

li pus   + adjectif ; li pus + adjectif ;

li mwins’ + di + nom ; li pus + di + nom :

Ex : Sauclez vos poûrias l’ mia possibe. (= li mia qu’ il èst possibe)

 

2) change quand il se rapporte à un nom pluriel.

Ex : Waîtîz di r’trover totes lès-èreûrs possibes ! (qui sont possibles)

 

 

3.3.7.9 Dans une série d’expressions, un adjectif féminin s’emploie seul.

 

Ex :

On ‘nn a one boune avou m’ fré qu’ pièd l’ tièsse.

On est dans l’embarras avec mon frère qui perd la tête !

Il èst dins sès bounes adjoûrdu . =  Il èst bin toûrné.

Il est de bonne humeur aujourd’hui.

È bin, vos l’ avoz faît coûte ! = Vos n’avoz nin d’mèré longtimps èvôye !

(litt. Eh bien, vous l’avez faite courte!) …,  vous n’êtes pas resté longtemps parti!

Dji nè l’ frè nin longue . = Dji n’ dimeûrerè nin longtimps évôye.

(litt. Je ne la ferai pas longue.) Je ne resterai pas longtemps parti.

Si vos v’loz bin, dji va dîre li mène. = Dji va dîre ci qui dj’ pinse di ça.

Si vous voulez bien, (litt. je vais dire la mienne) je vais dire ce que j’en pense.

Dji sin qui mi-âme è-st-à s’ dêrène .=  Dji sin qu’ dj ènn’ a pus po longtimps.

Je sens que (litt. mon âme est à sa dernière) je n’en ai plus pour longtemps.

 

Exemples d’auteurs

 

« Nos ‘nn avans faît one bèle, lès-amis, di-st-i l’ Crolè .» (Laloux 1969, 52) (C)

 

« Ê, là, Monseû l’ curè ! I ‘nn a dès bones, li ! » (id., 104) (C)

 

« Mi pôve pa a ieû fwate à fé po nos-alèver avou s’ mèstî d’ blankicheû .»  (Gillain 1932, 110) (C)

 

« A l’ longue dès longues, Marîye criyeut : « Lèyoz là ci p’tit-là ! » (Houziaux 1964, 31) (C

 

« Là d’ pus d’ trinte ans qu’i ‘nn aveut pus faît one parèye .» (Laloux 1969, 95) (C)

 

« Ni royans nin, s’apinse lès vîyès djins, on-z-î pièd l’ sène ! » (id., 181) (C)

 

 

N.B. Après « awè » (avoir), on emploie un adjectif de forme masculine invariable, qui a valeur d’adverbe.

Ex :

awè auji

awè bau (F) avoir beau

awè deur

awè malauji

 

Exemples d’auteurs

 

« Â ! qu’ dj’ a ieû deur ! »  (Laloux 1969, 97) (C)

 

 

3.3.7.10 « djon.ne ome » et « djon.ne comére » signifient parfois « qui n’ èst nin mârié(ye) », d’où : « on vîy djon.ne ome », « one vîye djon.ne comére » (= on-ome ou one comére qui n’ sont nin mâriés à one âdje qu’ on l’ èst d’abutude).

 

Exemple d’auteur

 

« Èt l’ vîy djon.ne ome s’ aveut lèyî apassè, amôdurè .» (Laloux 1969, 25) (C)

 

 

3.3.7.11 Certains adjectifs ont une forme de diminutif.

 

masc.

fém.

bladje

bladjot

bladje

bladjote

fin

finot

fine

finote

 

 

3.3.7.12 Le wallon emploie parfois : préposition + adverbe, alors que les autres langues emploient un adjectif.

 

Ex : li djoû di d’vant  (F) Le jour précédent   (N) de vorige dag   (E) the previous day  (D) der vorige Tag

li dîmègne d’après      (F) le dimanche suivant  (N) de volgende zondag  (E) the next Sunday  (D) der nächste Sonntag

 

Exemples d’auteurs: 

 

« Li dîmègne di d’vant, après veupes, lès gamins s’avint rachonè o Fond èt il avint c’minci à toûrnè po l’ Grand Feu. »  (Houziaux 1964, 98) (C)

 

« Nosse Sint-Nicolès ! On-z-avèt mètu l’ djoû di d’vant d’zos l’ tchiminéye dès pèlakes di canadas totes novèles, on p’tit satchot d’ laton èt one grosse cârote sicrèpéye .»   (Gillain 1932, 109) (C)

 

« Li dîmègne d’après, èmon l’ Lèstin… », i parèt qu’on-z-a faît lès rogâcions, là maurdi, pâr nêt ! »  (Laloux 1969, 52) (C)

 

 

3.3.7.13 Nous employons souvent un complément prépositionnel ou une proposition déterminative au lieu d’un adjectif.

 

Ex :

one vôye di têre

(F) un chemin de terre

(N) een aarden weg

one bèsogne di diâle

une besogne considérable            

veel werk

on pîd-sinte à catoûs

un sentier serpentant

een kronkelend pad

                       

                                       

3.3.7.14 « bia » signifie parfois « grand »

 

Exemple d’auteur

 

« C’ è-st-on bia maleûr ! »  (Houziaux 1964, 16) (C)

 

 

3.3.7.15 fé + DO (masc), DE L’ (fém.) + adjectif (qui reste toujours au singulier) (faire le …).

 

Ex :

malin

fé do malin (C, Rem. 1952, 173) (E); fé du malin = fé l’ malin (Copp. 1959, 41) (O)), fé dè l’ maline

Ex : Il ont v’ lu fé do malin.

bièsse

fé dè l’ bièsse = fé l’ bièsse (Copp. 1959, 41) (OW) (fé du l’ bièsse (faire la bête) (Rem. 1952, 173) (E))

malâde

I f’séve do malâde. (Il faisait le malade.) (id.)

sot

I f’séve do sot. (Il faisait le fou.) (id.)

 

Exemple:

 « Ni faî nin dè l’ bièsse, / Célèsse, Célèsse, /  Ni faî nin dè l’ bièsse, / Célèsse, choûte ti pa ! »           (chanson)

    

 

3.3.7.16 Après les adjectifs de dimension, on a la préposition DI suivie d’un nom.

 

Ex : Gn-a trop spès d’ bûre su vosse pwin, spaurgnîz-le !

       Gn-a bin chîs mètes laudje d’ êwe èt d’ broûs.

 

 

3.3.7.17 Beaucoup d’adjectifs peuvent devenir adverbes. Ils sont alors invariables.

 

Ex :

bas

causer tot bas

bia (beau)

I n’ louke nin bê. (litt. Il ne regarde pas beau, càd. il n’a pas un beau regard ; impersonnel: le temps a mauvaise mine.) (Remacle 1952, 180) (E)

bon

C’ èst dès djins qui magnèt bon. (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

clér (clair)

oyî clér (id., 70) (EW)

coût (court)

rèsponde tot coûrt (id., 71) (E)

craus (gras)

djâzer crâs  (parler gras, càd. gauloisement) (Remacle 1952, 180) (E)

deur (dur)

trîmer deûr (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

Su père li trote dor. (Son père lui pète dur, càd. lui est sévère.) (Rem. 1952, 180) (E)

drole

aler drole (C)

I va drole. (Il se passe des choses bizarres.) (Remacle 1952, 180) (E)

fris’ (frais)

one (vatche) fris’ vêléye

dè lècê fris’ moudou (du lait fraîchement trait) (id., 186) (E)

gaga

causer gaga

gamin

I djâse si gamin. (Il parle si puérilement.) (id., 180) (EW)

grand 

= bran.mint. Il est alors accompagné d’une négation.

Gn-a nin grand bèsogne.

Gn-aveûve nin grand djint à l’ ètèremint.

I n’ gangne nin grand tchôse.

gros

I beûrèle dèdja si gros. (Il mugit déjà avec une voix si grosse, si grave.) (d’un jeune taureau) (id.) (E)

hôt (haut)

causer tot hôt

laîd (laid)

I louke lêd. (Il a un laid regard.) (id.) (E)

laudje (large)

taper laudje (C)

I tape lâdje. (Il jette large, càd. il mène grande vie.) (id.) (E)

mètchant

I nîvetèye mètchant. (Il neigeotte méchant, càd. il tombe une petite neige sèche et froide.) (id.) (E)

modu (trait)

do (lacia) tchôd modu

moya (muet)

causer moya (= causer avou dès sines, come on moya)

nwâr (noir)

ièsse boté nwâr

ponu (pondu)

on(-ou) vîy ponu

ruche (rèche)

On-z-a du l’ chance qwand qu’ on n’ è nin rèspondou au rèhe. (On a de la chance quand on n’est pas répondu un peu rèche, càd. quand on ne vous répond pas un peu sèchement.) (id.) (E)

tchêr (cher)

coster tchîr (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

vî (vieux)

Is djâsèt vî. (Ils parlent vieux, càd. d’une façon archaïque.) (Rem. 1952, 180) (E)

 

  1. B. : On dit parfois : dès rôses qu’ odèt bones. (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

 

 

3.3.7.18 Les noms « maîsse » (litt. maître) et « mére » peuvent avoir la valeur d’un adjectif qualificatif et signifier respectivement « principal » et « extrême ».

 

Ex :

one maîsse couche (= une branche principale)

li maîsse viène (= la principale poutrelle)

à l’ mére copète ( = tout au sommet)

au mére coron dè l’ reuwe (= tout au bout)

 

 

3.3.7.19 A la Gleize a été attestée une expression composée d’un nom et d’un qualificatif d’un type fort répandu dans les langues germaniques (allemand: hundsmüde, néerlandais: hondsdol):

(Il èst) tchin-mêgue (litt. chien maigre, càd. maigre comme un chien, extrêmement maigre).  (Remacle 1952, 187) (E)