3.3 Emploi 

 

 

3.3.1 Liaison d’adjectifs

 

Le wallon a une construction différente de celle des langues avoisinantes.

Deux épithètes ne sont normalement pas reliées par « èt ».

Ex :

on grand fwârt ome   

un homme grand et fort

one djon.ne fringuète feume

une femme jeune et coquette

dès bèlès grandès feumes    

des femmes grandes et belles

 

Exemples d’auteurs 

                       

« lès bèlès p’titès blankès maujos do payis d’ Nameur » (Eugène Gillain) (C)

           

 Mais : « C’ èsteût on clér èt tchôd dîmègne do mwès d’awous’ .» (Renkin 1979, 321) (E) 

 

Attention : Il ne faut pas confondre la terminaison de l’adjectif féminin pluriel « -ès », avec la conjonction « èt ».

 

En wallon, sauf avec les adjectifs de couleur qui s’ajoutent, on ne relie jamais deux adjectifs se rapportant au même nom par « èt ».

 

Remarques

 

1 Dans certains groupements avec « bia (bê (E)), bon, clér, hôt, tchêr » qui signifient « fwârt », on emploie « èt ». Ces groupes se sont “figés dans une valeur quantitative et sont devenus de véritables adverbes”: bia-z-èt (assez, relativement). (Remacle 1952, 178) (E)

 

Ex :

bia-z-èt …

Tout ça èst bia-z-èt bon. (bel et bien) (Coppens 1959, 36) (O)

Vos contes sont bias-èt-bons. (id.)

 

bia-z-èt grand     

 

Il è djà bê-z-èt grand (Il est déjà assez grand.) (Remacle 1952, 178) (E)

 

I fêt bê-z-èt bon. (Il fait assez bon.) (id.)

 

on bê-z-èt grand tchèna (un panier assez. grand) (id.)

 

Le sens de « bê » s’étant complètement effacé, le mot ne change pas devant un qualificatif féminin : Èlle è bê-z-èt grande, et l’on dit couramment, en unissant « beau » à son antonyme, I fêt bê-z-èt lêd. (Il fait assez laid.) 

De plus, bê-z-èt forme si bien un bloc qu’il en arrive à s’employer isolément :

– Fêt-i freûd?  – Ay, bê-z-èt. (Fait-il froid? Oui, assez.) (ex. unique, probablement individuel) (id.)

 

avec un adverbe:

I v’néve bê-z-èt reûd. (Il venait assez vite.) (id.) 

bê-z-èt bin (pas mal) :

I gn-a bê-z-èt bin dès frûtèdjes. (Il y a pas mal (passablement) de fruits.) (id., 179) (E) 

bon-z-èt …     

Il peut aussi se traduire par « assez », quoique sa valeur quantitative soit un peu plus forte et se rapproche de « bien » :

 

bon-z-èt craus     

 

Il è bon-z-èt grand. (Il est assez grand, bien grand, vraiment grand, déjà ce qu’on peut dire grand.)

 

brêre bon-z-èt hôt (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

 

cori bon-z-èt reûd (id.)

 

bon-z-èt tchêr    

 

I l’ a vindou bon-z-èt tchîr. (Il l’a vendu bien cher.) (Remacle 1952, 179) (EW)

clér èt ….  

clér-èt-nèt’    

hôt èt …

hôt èt clér

 

djåser hôt-èt clér (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

tchêr èt …

tchêr èt vilin

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« ‘là saquants djoûs qu’ c’ èst l’ èstè bon-z-èt tchôd .»  (Laloux 1969, 37) (C)

 

« Èle ni dwèt nin awè waîtî à on franc po lî d’ner one saquwè d’ bia-z-èt tchêr .»   (Awoust 1989, 9) (C)

 

« Tout ça èst bia-z-èt bon .»  (Deprêtre-Nopère 1942, 16) (O)

 

« Lès fils à pilots arlocheneut èt ç’ n’ èst nin co là si auji à s’ in discramyî, avou l’ kèpi, l’ tunike èt tout l’ bataclan, surtout pou l’ marèchal di lojis qu’ èst bon-z-èt cras .»   (Bal 1951, 5) (O)

 

 

2 Plutôt que « soûrdèche-moya (C) (« soûrd-mouwê » (E)) » et « soûrdèche-moyate » (« sourd-mouwale » (E)) (sourd˗muet (sourd˗muette), le wallon dira « soûrdèche » èt moya » (f. soûrdèche èt moyate) ( « soûrdaude èt mouwale » (E)). (pour l’est-wallon: Bertrand-Duchêne, s.d., 70)