3.3.4 Certains adjectifs s’emploient après les noms de mesures comme attributs précisant la quantité.

 

Ex :

hôt (haut)

Cès-aubes-là (= séquoyas) sont co d’ pus d’ cint mètes hôts .

laudje (large)

À l’ adrwèt do cabarèt, li vôye èst bin chîs mète laudje.

lon (loin)

I court toudi deûs-eûres lon. (Il court toujours deux heures loin, c-d-à. à deux heures de distance.) (Remacle 1952) (E)

long (long)

C’ è-st-on pîd long èt deûs’ lâdje . (Remacle 1937, 65) (E)

mèyeû (meilleur)

I fêt on paletot mèyeûr volà qu’à Hokê . (Il fait un paletot meilleur ici qu’à Hockai, càd. il fait plus chaud de l’épaisseur d’un paletot ici) (id.)

spès (épais)

I gn-a treûs deûts (doigts) spès . (id.)

vî (vieux)

Ci maujo-là èst bin cint-ans vîye.

 

I n’ è rin grand; il è cink ans pus vî qu’ mi . (id.)

 

I n’ èsteût rin pus vî qu’ mi. (id.)

 

A cette règle, se rattache l’emploi de « çoula » (cela). (Remacle 1937, 65) (E)

Ex :

Il èsteût çoula (avec un geste) grand.  

Il èsteût çoula (id.) pus grand.

Dj’ ènn’ arè çoula pus’. (d’autant plus)

L’ afêre îrè çoula mî. (d’autant mieux)

 

Avec des compléments de mesure, on emploie les verbes « awè » (avoir) et « ièsse » (être) avec un adjectif, qui a une valeur d’attribut.

Ex : awè cint-ans vîy = ièsse cint-ans vîy

     Li vôye èst bin dîs mètes laudje.

     È m’ cauve, dj’ a do vin qu’ a bin trinte ans vîy (ou qu’ èst bin trinte ans vîy).

 

     On dit, en effet « awè trinte ans » et « ièsse vîy ».

 

     Exemples d’auteurs

 

« Mi fré Victôr a stî au catrèsime èt fé sès paukes à Fosses ; trwès quârts d’eûre long, tos lès djoûs, pa tos lès timps ! »  (Gillain 1932, 29) (C)

 

« Do tchin.ne qu’èst deûs cints-ans vî, ça è-st-ossi deur qui do l’ cwane èt ça chètèle co pus aujîyemint qu’ do blanc bwès .»  (Laloux 1969, 165) (C)