3.3.3  Un adjectif qualificatif au début d’une proposition

 

 

3.3.3.1 Un adjectif qualificatif ne commence pas une proposition, sauf s’il est suivi de la conjonction « qui ».

 

Ex :

(W) « Elle èstin.n vûdes èto, lès potches èt lès mwins do cia qu’ tos lès plaîjis èt lès cadaus mi v’nin.n. »

(F) « Vides, elles l’étaient aussi, les poches et les mains de qui me venaient pourtant toutes grâces et toutes libéralités. »  (Colette)

(N) « Leeg waren ook de zakken en de handen van wie mij nochtans alle gunsten en giften kwamen.

 

« Dès d’sârteûs, gn-aveûve po fé.

« Nombreux étaient les déserteurs ».

« Talrijk waren de vaandelvluchtigen ».

 

Mais : Sèré qu’ dj’a stî !     Bièsse, qui t’ès !

 

Exemples d’auteurs

 

« Lwagnes, qui nn’ ans stî .» (Laloux 1969, 13) (C)

 

 

3.3.3.2 Il existe une tournure, dans laquelle l’adjectif épithète commence la proposition : devant l’article indéfini suivi d’un nom.

 

Exemples d’auteurs

 

« Mwaîs, on-ome ! » (Laloux 1969, 64) (C)

 

« Bin binauje, on-ome, sobayi, l’ Oscâr-Antwane, quand il a stî vî assèz po fè on mwârt ; … » (Laloux 1971, 13) (C)

 

« … ;  fiér, on-ome, di fè di s’ ian’ avou s’ bèle camusole :… » (Laloux 1971, 19) (C)