4.1.2 Remarques 

 

4.1.2.1 Avec « vos » poli, mis pour une 2ème personne du singulier, on se sert de « vosse », « voste », « vos » et « vos-».

Ex : (Èst-ce qui vos) vêroz avou vosse feume ?

 

           

4.1.2.2  L’adjectif possessif peut ne pas indiquer une possession, mais toutes sortes de sentiments.

 

Ex : Ewoù è-st-èle, nosse Claudia ? (d’un membre de la famille)

Tin, là nosse Michèl ! (pour exprimer de l’amitié à son égard)

Oyi, m’ fis ! (à quelqu’un qui n’est pas le fils, nuance d’amitié)

Bondjoû, mi p’tit gamin ! (id.)

Dîre sès vraîs à one saquî. (pour attribuer sans équivoque)

 

 

4.1.2.3 L’adjectif possessif s’emploie devant le nom d’un membre de la famille, d’une partie du corps, des facultés, des vêtements, d’une maladie qui dure ou qui a des hauts et des bas.

 

Ex :

Mi cousin Djan s’ va mârier. 

Le cousin Jean….

Si matante ni va nin rwèd.                        

Sa tante n’est pas bien.

Nos-avans dès-agaces à nos-artias. (Bastin 1965) (O)

Nous avons des cors aux orteils.

dimèrer avou s’ bètch è l’ êwe

rester le bec dans l’eau.

awè mau sès bodènes, sès brès, sès dints, sès djambes, si dos, sès gngnos, sès pîds, s’ tièsse, si vinte,…

avoir mal au(x) …

dimèrer avou s’ bouche au laudje

rester bouche bée

rèspirer pa s’ bouche 

respirer par la bouche

I n’ a qui ç’ mot-là è s’ bouche.        

Il n’ a que ce mot à la bouche

awè s’ pupe è s’ bouche

… en bouche

stinde sès brès à one saquî

tendre les bras à …

taper sès brès au hôt

jeter les bras en l’air

crwèjeler sès brès

se croiser les bras

(Di)nez me vosse brès !

Donnez-moi le bras !

ièsse o pènin djusqu’à s’ cô.        

…jusqu’au cou

awè one broke è s’ cu

en être pour sa peine

tchèssî on côp d’ pîd è s’ cu

… au cul

tchaîr su s’ cu

… sur le cul

awè su s’ gros dint    

avoir une dent contre

crwèjeler sès djambes

se croiser les jambes

Mètez l’hote à vo dos. (Bastin 1965) (O)

Mettez la hotte au dos.

Èles ont dès bâgues à tous leûs dwèts. (id.)

Elles ont des bagues à tous les doigts.

rissuwer s’ front

s’essuyer le front

Dj’ é ‘ne tatche à m’ machèle . (Bast. 1965) (O)

J’ai une tache à la joue.

Sèrez vos-ouys ! (Sèrez vos-îs! (O))

Fermez les yeux !

awè tchôd sès pîds     

… aux pieds

Dji n’ î a mauy mètu mès pîds.

… mis les pieds

mète si pîd su l’ costé (sing. !)

se mal conduire

ritchaîr su sès pîds

… sur ses pieds

one foto su pîd

… en pied

mostrer s’ pougn

montrer le poing

awè sès pougnes su sès hantches

… les poings sur les hanches

waurder s’ pougn è s’ potche (sing. !)

… le poing en poche

dwârmu avou sès pougns sèrés

… à poings fermés

tchèssî s’ pougn su s’ nez

(ou : è s’ gueûye) à    

… sur le nez (ou : la gueule) de

bouchî s’ pougn su l’ tauve (sing. !) 

taper du poing…

fé d’ sès pîds èt d’ sès pougns

jouer des.. et des …

dès cents plin.nes sès tahes (Remacle 1937, 44) (E)

de l’argent plein les poches

Il a ‘ne bosse à s’ tièsse. (Bastin 1965) (O)

Il a une bosse à la tête.

toûrner s’ tièsse su l’ costé      

… la tête de côté

awè s’ tièsse qui toûrne

… la tête qui tourne

I n’ a nin douvièt s’ trape.     

… ouvert le bec

dwârmu su s’ vinte             

… sur le ventre

Is-ont mau leû vinte. (Coppens 1959, 45) (O)

Ils ont mal au ventre.

 

Egalement:

Dj’ a mau mès caurs. (litt. J’ai mal ‘à’ mon argent. = Je suis avare.)

 

En français, le possessif est remplacé par l’ article toutes les fois que le rapport de possession est évident et surtout devant les noms qui désignent une partie du corps.

Le wallon, lui, conserve ordinairement l’ adjectif possessif .

 

Ex :

Dj’ a freud mès pîds. (Dj’ a freûd mès pîds. (E))

J’ai froid aux pieds.

 

Dj’ a mau mès rins . (Dj’ a må mès rins . (E))

Je souffre des reins.

I pwète si brès’ . (Bertr.-Duch., s.d., 74) (E)

Il porte le bras.

I n’ a rin so s’ tièsse . (id.)

Il n’a rien sur la tête.

Ave co må vos dints ? (id.)

Avez˗vous encore mal aux dents?

 

Mais la règle n’ est pas absolue (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)) et c’ est ainsi qu’ on dit :

 

Clô t’ djêve ou dji t’ twètche li bûsê .

Ferme ta boîte ou je te tords le cou.

Il a l’  tièsse tot près dès dj’vès .

Il a la tête tout près des cheveux.

I s’ a creûhelé lès brès’ tote li sinte djoûrnêye.

Il s’est croisé les bras toute la sainte journée.

Dj’ a co cist-afront-là so li stoumak.

J’ai encore cet affront sur l’estomac.

 

 

Exemples d’auteurs 

 

« On fréve si baube è s’ riwaîtant dins l’ pot dè l’ sitûve… » (Gillain 1932, 117) (C)

 

« Au plèyant d’ leûs brès, come dès crèchinces .» (Laloux 1974, 193) (C)

 

« On-z-amwin.ne si-t-ome adlé l’ tchèrète, on lî lôye sès mwins pa-drî s’ dos… » (Awoust 1983, 10) (C)

 

« Où-ce què tu coûrs insi, hon, Dèdèfe ? On dirwat qu’ t’ as l’ feû à t’ cu ! » (Letellier 1979, 123) (O)

 

 

4.1.2.4 L’adjectif possessif avec « chake », « chakin »

 

1) idée de singulier

 

+ si / si-t- (si chacun n’en a qu’un(e))

Chake si toû, come à cofèsse.

On-z-a chake su pan. (On a chacun son pain.)  (Remacle 1952, 337) (E) 

Chakin n’ vèyeûve qui s’-t-avantadje.

+ sès / sès- (si chacun en a plusieurs)

 

chake sès dèfauts (Coppens 1959, 46) (O)

Chakin sès-afaîres !

 

2) idée de pluriel (après un pronom au pluriel)

 

+ leû ou leû-z- (si chacun n’en a qu’un(e))

Is faîyenut chake leû lét.

Is studyin.n chakin è leû tchambe.

+ leûs ou leûs- (si chacun en a plusieurs)

Is disfindenut chake leûs parints.

Is n’ ont qu’à prinde chakin leûs târtènes.

 

 

4.1.2.5 Quand plusieurs possesseurs possèdent chacun en exemplaire de la chose dont on parle, on emploie le singulier, de même qu’en néerlandais et en allemand. En anglais, dans ce cas, on emploie le pluriel ; en français, indifféremment le singulier ou le pluriel.

 

Ex : (A plusieurs élèves, qui possèdent chacun un livre)

  1. a) (W) Purdoz vosse lîve ! (N)   Pak je boek !       (D)   Nehmt euer Buch !

Mais : (E) Take your books !  (F) Prenez votre livre ou: Prenez vos livres.

 

  1. b) (W) Lès gamins r’tirenut leû calote.

(N)  De jongens nemen hun pet af.  (D)  Die Jungen nehmen ihre Mütze ab.

Mais : (E) The boys take off their caps.  (F)  Les garçons enlèvent leur(s) casquette(s)

 

 

4.1.2.6 L’adjectif possessif avec « pus » + adverbe dans quelques expressions

 

Ex :

di sès pus fwârts

= li pus fwârt qui t’ sés

Il a criyî d’ tos sès pus fwârts.

 

di m’ pus auji

= li pus aujîyemint qui dj’ sé

 

di s’ pus rade (ou: di sès pus rades)

= li pus rade qu’i sét

I l’ faut vôy rècouru d’ sès pus rades, on côp qui s’ feume èst po rariver.

 

 

L’usage est même généralisé dans la zone wallonne orientale . (Remacle 1952, 340) (E)

vosse pus grande dès deûs djunis (la plus grande de vos deux génisses)

mu pus vî dès fréres, su pus vî dès fis

 

Ce placement de l’adjectif possessif s’y retrouve dans d’autres formules.

Ex : Ceu fout m’ prumî dès sognes. (Ce fut la première de mes besognes.) (Gueuzaine-Waimes, in: Remacle 1952, 341) (E)

 

Exemples d’auteurs 

 

« Abîye ! Abîye ! Dji néye ! », criyeut-i d’ sès pus fwârts en fiant po s’ rissatchî .»  (Houziaux 1946, 22) (C)

 

« Lès-èfants lès siyint au cu en criyant d’ leû pus fwârt : « Pârin ! Mârine ! Potche trawéye ! »  (Houziaux 1946, 27) (C)

 

 

4.1.2.7 L’adjectif possessif s’emploie après « tot, tote, tos, totes ».

 

Ex : fé tot s’ possibe.

mayî avou totes sès fwaces (aussi : mayî d’ totes sès fwaces)

di tot m’ keûr.

Dj’a tot m’ timps.                   (F) J’ai tout le temps.

awè tote si lîbêrté.                  (F) avoir toute la liberté

 

Il va même jusqu’à s’employer après « tot, …s » et avant « pus ». (Coppens 1959, 46) (O)

Ex:

Is-ont raconté tout leû pus bia. 

 

Ils ont même rconté ce qui était leur

plus beau côté, le plus avantageux pour eux.

Vos n’ alez qu’ à daler tout vos pus doûcemint.

Vous n’avez qu’à aller aussi doucement que vous le voudrez.

Dj’ aî criyî d’ tout mès pus foûrts.

J’ai crié de toutes mes forces.

Nos l’ avons djèté tout no pus lon.

Nous l’avons jeté aussi loin que nous le pouvions.

Il a couru tout sès pus râde.

Il a couru aussi vite qu’il pouvait.

 

 

4.1.2.8 L’adjectif possessif peut déterminer un pronom démonstratif.

 

Ex : Vindoz, s’ i faut, mins waurder vosse cia di Stièrlinsaut ! (= tèrin)

Mètoz vosse cène po l’ dîmègne ! (= marone)

Dji n’ vous nin sès cias qu’ sont poûris. (= canadas)

 

 

4.1.2.9 Le français renforce l’adjectif possessif par « à moi », « à toi », etc. ; le wallon renforce par un pronom personnel.

 

Ex : Mi plaîji, mi, c’ èst d’ lès fé plometer.  (F) Mon plaisir, à moi, c’est de les faire se battre.

 

Mais, comme le wallon n’a malheureusement pas d’adjectif possessif spécial pour un possesseur masculin ou féminin à la 3ème personne du singulier, comme le néerlandais, l’anglais ou l’allemand, nous sommes obligés de préciser le sens de « si » en ajoutant, soit le pronom « li » ou « lèye », soit « da li » ou « da lèye ».

 

Ex : Si passemint d’ timps, li, c’ èsteûve lès cautes.

Djè lès conecheûve bin, pace qui dj’ aveûve travayî avou s’ fré da lèye.

Quand is s’ ont mârié, il avin.n chakin one maujo: li sène da lèye èsteûve au Banbwès, èt l’ sène da li à D’vant-lès-Bwès.

 

 

4.1.2.10 Il y a une différence entre « mi-n-ome », qui devient « m’-n-ome » après une voyelle, d’une part, et « mi-y-ome », qui devient « m’-y-ome », d’autre part.

 

« Mi-n-ome » est péjoratif et signifie : « ce type-là » ; « mi-y-ome » veut dire : « mon mari ».

Le pluriel de « mi-n-ome » est « mès-n-omes ». Le pluriel de « mi-y-ome » est « mès-omes », qui signifie : « les hommes sur qui je peux compter », « les hommes qui travaillent pour moi », « les hommes de mon peloton », « les hommes de mon équipe », « les hommes qui vivent chez nous » (par exemple le mari et le(s) fils), etc.

 

 

4.1.2.11 Dans l’expression « è l’ maujone », l’article correspond à un adjectif possessif : « m’ » ou « nosse ». Le tout signifie donc « è m’ maujone » ou « è nosse maujone ».

 

  Ex : È l’ maujone, on m’ ratind.

Nosse pus djon.ne èst co è l’ maujone.

 

 

4.2.2.12 L’emploi de l’adjectif possessif peut avoir une nuance péjorative.

 

Ex : Èwou-ce qu’il èst, vosse bia Djôsef, qu’ i choneûve qu ’i n’s-aleûve  vinu aîdî ?

Si madame, èle li faît ranchî !

 

 

4.1.2.13 Par contre, par emprunt au français, le wallon connaît un emploi déférent de l’adjectif possessif dans : madame, mossieû, mamezèle, monsègneûr, ma-seûr (= (F) sœur en religion), monfrére (= (F) frère employé parfois avec « vosse » seulement ; après les autres possessifs, on a simplement « fré »), Mon Diè, Note Sègneûr, Notrè Dame.

 

Ex : Li ma-seûr qui dirije li scole.

Vos prîyeroz m’ bondjoû à vosse monfrére, qui là longtimps qui dj’ n’a pus vèyu !

 

Nous avons emprunté au néerlandais « mènîr » (de « mijnheer ») et au français « monsieû » (prononcer /mõsjø/), qui désignent un homme important.

 

Ex : C’ è-st-on mènîr, asteûre ; il a acheté on tchèstia èt l’ cinse qui va avou.

I faît voltî do monsieû, vosse cousin !

 

 

4.1.2.14 Dans de rares occasions, le wallon n’emploie pas l’adjectif possessif en rapport avec une partie du corps.

 

     Ex : Li djin di Spî aveûve on bas front.  (F) L’homme de Spy avait le front bas.

 

awè l’ brès long

awè l’ cu strwèt

awè dès longs dints = 1. awè fwim ; 2. awè d’ l’ imbicion

voler lès quate foutènes (ou : lès quate fiêrs) è l’ aîr

taper l’ cote sur l’ haye

awè l’ fleûr su l’ oûy : ièsse bin pwârtant

pèler l’ vinte da : soyî : sôler

 

 

4.1.2.15 On fait une distinction entre : « Dinez lî l’ mwin ! » (= Saluwez-le !) et « Dinez lî vosse mwin ! » (I l’ va carwaîtî, sognî, lâver, etc.)

 

 

4.1.2.16 Dans certaines expressions, le wallon n’emploie pas l’adjectif possessif, alors que le français l’emploie.

 

     Ex : à place : (F) à sa place

 

Chake à toû. 

Chacun à son tour. 

(N) Ieder op zijn beurt.

Il a causé do mia qu’ ‘l a seû.  

(N) Hij heeft gesproken zo goed als hij kon.

Il a parlé de son mieux

 

Dj’ a faît conechance avou li. 

(N) Ik heb met hem kennisgemaakt.

J’ai fait sa connaissance.

 

Comme on le voit, le néerlandais a, la première fois, choisi, la même solution que le français, mais les deux autres fois, il fait comme le wallon.

 

 

4.1.2.17 En ouest-wallon, dans les régions de Binche, Chapelle-lez-Hermaimont, Leernes et Nivelles, on utilise « leû(s) » pour traduire «son, sa , ses ».

Ex :

Chacun tînt à leû payis.

Chacun tient à son pays.

I faut laver leûs mangns.

Il faut se laver les mains. (litt. laver ses mains)

I faut mète leû bèle caskète.

Il faut mettre sa belle casquette.