4.2.1 Formes 

 

La forme ne dépend pas du nom déterminé, au contraire du français, du néerlandais, de l’allemand, de l’italien, etc. mais contrairement à l’anglais, la forme varie en wallon d’après l’entourage phonétique, c’est-à-dire d’après le son initial du mot qui suit ou le son final du mot qui précède.

 

Formes du singulier

 

 

proximité relative

éloignement relatif

 

1 au début d’une proposition ou cons. + _ + cons. 

CI … -CI

(C, S; cisse … -chal (E); ci …-ci, √®√ß’ …-ci (Bal√©riaux, s.d.), √®√ß’ … -ci (Coppens 1959, 44) (O))

CI¬†… -L√Ä

(C, S; cisse… -l√† (E), cisse-vol√† (Remacle 1952, 345) (E))

ci feume-ci,

ci tch’vau-ci

ci bauchèle-là

cisse m√Ęhon-vol√† (Remacle 1952, 345) (E)

ci / √®√ß’ gamin-ci (Bal√©riaux, s.d.) (O)

√®√ß’ tch√®vau-ci (Coppens 1959, 44) (O)

2 voy. + _ +  

 

 

 

une cons. seule

√á‚Äô … -CI

(C, S; √ß’ …-chal (E); √ß’ …-ci (Bal√©riaux, s.d.), ‘√ß- …-ci (Copp. 1959, 44) (O))

√á‚Äô … -L√Ä

(C, E, O)

po ç’ gamin-ci

po ç’ gamin-là

√† ‘√ß-m√©so-ci (Coppens 1959, 44) (O)

une cons. non liquide suivie d’une liquide (l, r)

 

 

avou ç’ plome-ci

avou ç’ plome-là

dj – ou tch-

 

 

su ç’ tchaur-ci

à ç’ djeu-ci

su ç’ tchaur-là

à ç’ djeu-là

3 au début d’une proposition ou cons. + _ + voy. 

CI-T- … -CI

(cist- … -chal (E); ci-t-… -ci (Bal√©r., s.d.), √®√ß’-n- (Copp. 1959, 44) (O); cist- … -ci (Francard 1980) (S))

CI-T- … -L√Ä

(cist- -là (E))

ci-t-ome-ci

ci-t-√®mantch√Ľre-ci

ci-t-ome-là

ci-t-√®mantch√Ľre-l√†

√®√ß’-n-ome-l√† (Coppens 1959, 44) (O)

4 voy. + _ + voy. 

√á‚Äô-T- … -CI

(C, S; √ß’-t- … chal (E); √ß’-t-…-ci (Bal√©r., s.d.), √®√ß’-n- …-ci (Copp. 1959, 44) (O))

√á‚Äô-T- … -L√Ä

(C, E)

po ç’-t-ome-ci

avou¬† √ß‚Äô-t-afa√ģre-ci

po ç’-t-ome-là

avou √ß‚Äô-t-afa√ģre-l√†

po √ß’-t-e√Ľre-l√† (E)

 

 

Formes du pluriel

 

 

proximité relative

éloignement relatif

 

1 en général

C√ąS¬† ….. -CI

(C, O, S; c√®s …-chal (E))

C√ąS¬† ….. -L√Ä

(C, E, O, S)

cès feumes-ci

cès gamins-là

2 devant une voyelle

C√ąS-¬† ….. -CI

(C, O, S; c√®s- … -chal (E))

C√ąS-¬† ….. -L√Ä

(C, E, O, S)

cès-omes-ci

c√®s-√®mantch√Ľres-l√†

 

Remarque

 

Quoique l’adjectif d√©monstratif soit le plus souvent suivi d’un adverbe ¬ę -ci ¬Ľ ou ¬ę -l√† ¬Ľ, il continue √† s’employer seul, sans aucune pr√©cision locale, dans certaines conditions.¬† Par rapport √† l’usage le plus ordinaire et le plus r√©cent, ces cas nous apparaissent comme des survivances relativement exceptionnelles, m√™me s’ils sont illustr√©s par des phrases tr√®s vivantes. (Remacle 1952, 357) (E)

 

Cet adverbe de lieu manque notamment (Remacle 1952, 357-359) (E)

1 dans un certain nombre de clich√©s ou d’expressions, qui sont pour la plupart des indications temporelles :

aste√Ľre (contraction de √† ciste e√Ľre ‘√† cette heure’)

maintenant

spécialement en est-wallon:

 

cisse nut’

cette nuit

ciste an.né

cette année

cisse samin.ne

cette semaine

√® cisse s√Ęhon

en cette saison

c√®s djo√Ľrs pass√©s

ces jours derniers

cès-ans passés

ces dernières années

On s√®mere√Ľt on bok√®t du r’gon √®t √† c√®s djo√Ľrs on ‘nn’ are√Ľt.

On s√®merait une parcelle de seigle et √† ces jours [= √† la m√™me √©poque de l’ann√©e prochaine] on en aurait.

du ci c√īp

de ce coup, càd. cette fois

√† ci cost√© (du l’ v√īye, etc.)

de ce c√īt√©-ci (du chemin, etc.)

 

2 dans des expressions exclamatives, o√Ļ il poss√®de, m√™me quand il n’est pas accompagn√© d’un mot comme ¬ętout ¬Ľ ou ¬ę quel ¬Ľ, une forte valeur intensive :

 

Tote ciste ivi√™r qu’ il a toum√© du l’ nut’!¬†

Toute cette neige qu’il est tomb√© la nuit!’

Louke on p√ī, (totes) c√®s tch√Ępin.nes !

Regarde un peu, (toutes) ces grives!

C√®s djins (ou: Ci monde) qu’ i gn-ave√Ľt !

Que de gens (ou que de monde) il y avait !

C√®s d√īses, qu’ il ave√Ľt co, don !

Quelles √©levures il avait encore, n’est-ce pas !

√ąy! c√®s p’tits, c√®s p’tits !

Oh! quels petits!’

 

3 en région malmédienne:

 

Montoz po cisse v√īye !

Montez par ce chemin !

èsse qwite de ci sotê

être quitte de ce gnome

avou on bourt√™ √®t l’ cr√®me deu ci djo√Ľr.

avec une baratte et la crème de ce jour

On m√®t√©ve co l√®s s√Ęrots du ci timps.

On mettait encore les sarraus, en ce temps-là.