4.2.2 Emploi

 

 

4.2.2.1 L’adjectif « démonstratif » ne s’emploie pas avec les parties du jour présent, sauf  avec « ci nût-ci » ; « ci nût-là ».

 

     Ex :

odjoûrdu au matin

ce matin

odjoûrdu à doze eûres

ce midi

odjoûrdu (d’ l’) après l’ din.ner ou odjoûrdu après non.ne ou odjoûrdu d’ l’ après-l’din.ner 

cet(te) après-midi

odjoûrdu au nût

ce soir

 

 

4.2.2.2 Avec les noms des parties du jour autres que du jour présent, on emploie le mot « djoû ».

 

Ex :

ci djoû-là au matin

ce matin-là

ci djoû-là à doze eûres

ce jour˗là, à midi

ci djoû-là d’ l’ après l’ din.ner ou : ci djoû-là d’ l’après-non.ne

ce jour-là, dans l’après-midi ou cet(te) après-midi

ci djoû-là au nût

ce soir-là

 

 

4.2.2.3 Pour rendre l’idée : « di ç’ sôte-là », le wallon emploie « come ça » ou « insi », et le français un « démonstratif ».

 

Ex : Dj’ a lî bran.mint dès romans come ça.  (F) J’ai lu beaucoup de ces romans.

 

 

4.2.2.4 Le « démonstratif » exclamatif accompagnant un « que » exclamatif, que le français emploie, n’existe pas en wallon.

 

Ex : (W) Qu’ il èst rètu ! ou Qu’ il èst stokasse !   (F) Ce qu’il est robuste !

 

 

4.2.2.5 « voci », « volà », « vo-r’-ci » (revoici), « vo-r’-là » (revoilà) s’emploient surtout avec des pronoms, mais aussi avec des noms. C’est une espèce d’adverbe « démonstratif ».

 

Ex : Vo-r’-ci co m’-n-ome !

 

Exemple d’auteur 

 

« Choûtez matines ! Vo˗r’˗ci l’ Noyé ! » (Calozet 1987, 188) (C)

 

 

4.2.2.6 L’adjectif « démonstratif » peut être sous-entendu dans une maxime.

 

Ex : Faît qui sét, faît qui dwèt !

 

 

4.2.2.7 Au français « tous ceux qui » et « toutes celles qui » correspondent respectivement « tos lès cis qui » et « totes lès cènes qui » ou, dans les deux cas : « tot quî qui ».

 

Ex : Totes lès cènes qu’ ont faît polenut-z-èraler.

 

Exemple d’auteur

           

« On mousseut o l’ maujon, tot quî qu’ aureut v’lu… » (Laloux 1964d, 219) (C)