2.3.2 Différences d’emploi entre le wallon et le français

 

 

 

 

 

2.3.2.1 Dans certains cas, le wallon emploie toujours l’article partitif, alors que le français ne l’emploie pas ou pas toujours.

 

 

 

1) devant épithète  + nom

 

 

 

Ex :

 

Dj’ a do bon toubak.

J’ai de bon tabac .(Académie)

dè l’ boune tchau 

« Cela fait de bonne viande de boucherie .» (Vercors, Les armes de la nuit, p.102)

do twârt à 

faire (du) tort à

magni do bon pan (Rem. 1937, 43)

manger de bon pain

du l’ mâle bîre (Rem. 1952, 104)

de la mauvaise bière

dès bias djoûs

de beaux jours (Coppens 1959, 19) (O) (toutefois ‘des’ en français populaire (Rem. 1952, 104))

I m’ a faît do mau.

I n’ m’ a nin faît do mau.

Il m’a fait du mal.

Il ne m’a pas fait de mal.

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

 

 

« On bwèt dè l’ vîye keûte, dès pintes di bîre di Lovin, dès canètes di « houpe », dès p’titès gotes di pèkèt ou d’absinte èt dès vêres di brandevin .»  (Awoust 1981, 9) (C)

 

 

 

« I faît do rude timps .»  (F) Il fait très beau (temps)   (Laloux 1969, 8) (C)

 

 

 

 

 

2) après :

 

bin

Gn-aveûve assez bin dès djins .

Il y avait pas mal de gens.

 

Il a v’ni bin dès côps. (Rem. 1952, 107) (EW)

Il est venu bien des fois.

bran.mint (= bêcôp (Rem. 1937, 43) (E))

bran.mint dès djins

Il ont bêcôp do foûre. (Rem. 1937, 43) (E)

beaucoup de gens

Ils ont beaucoup de foin.

 

On-z-a brâmint dès djoûrs. (Rem. 1952, 105) (E)

 

byin (bîn (Copp. 1959, 19) (O)) (= bran.mint)

Il ara bîn dès djins. (Coppens 1959, 19) (OW)

Il y aura beaucoup de gens.

tant

Ni fians nin tant do brût !

 

 

Gn-a tant dès-ans ! (Rem. 1952, 105) (E)

Il y a tant d’années !

télemint 

Il a télemint ieû dès danses, qu’i s’a djoké.

 

 

 

 

Remarque

 

 

 

Le professeur Rem. (1952, 107) (E) a signalé la postposition possible de « bêcôp » (beaucoup).

 

Ex :

 

Gn-a dès pèrés bêcôp èn-Andrîmont.

Il y a beaucoup de poiriers à Andrimont.

 

 

 

Et après: wêre (guère) et on pô (un peu) au pays de La Gleize (Stoumont) (Rem. 1937, 43) (E):

 

Ex :

 

I n’ a wêre dès cents (ou: wê d’ cents).

Il n’a guère d’argent.

Lèyoz-me on pô do timps.

Laissez-moi un peu de temps.

 

 

 

Remarque

 

 

 

Dans cette région, on entendra  toujours « so pô d’  timps » (en peu de temps), avec « pô » non précédé de l’article, et « on pô do timps », avec « un » devant « pô ».  Mais l’expression « wê d’ timps » (guère de temps). (Rem. 1952, 106) (E)

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

 

 

« Pwîs dj’ a pièrdu m’ fis, pwîs co m’ deûzyin.me ome, là d’djà bran.mint dès-ans .»

 

(Laloux 1974a, 143) (C)

 

 

 

« Bran.mint dès djoûs d’ nwâre bîje … » (Bernard 1944, 6) (C)

 

 

 

3) avec des adjectifs substantivés

 

Ex : è fé dès bèles ; è raconter dès vètes

 

devant « ôtes », ou « ôtès »

 

Ex :

 

Il è faut prinde dès-ôtes .   

Il faut en prendre d’autres.

Gn-a co d’s-ôtes qui mi.

Il y en a d’autres que moi.

dès-ôtes côps

d’autre fois

I fâreût dès-ôtes.  (Rem. 1952, 104) (E)

Il en faudrait d’autres.

 


4)
dans :do cas di;  awè dè l’ diyabète;  awè dè l’ fîve

5) Une curieuse expression est : « dè l’ djin » (C, (Bertr.-D., s.d) (E)) (des gens)

Ex : Gn-aveûve (bran.mint) dè l’ djin à l’ ètèremint. (Il y avait beaucoup de gens à l’enterrement.)

I n-aveût tot plin dè l’ djin à l’ étèremint. (Bertr.-Duch., s.d) (E)

6) dans : « fé do l’ blanke panse » (flagorner) (Bastin 1909, 322) (E)

« louke do Djôsèf  » (regarde Joseph) (id.)

7) En liégeois, on relève un groupe « di dès » (‘de des’ (préposition + article indéfini + nom).

Ex :

 

Vos-èstez bin bon di v’s-ocuper di dès p’titès djins come nos-ôtes.

Vous êtes bien bon de vous occuper de petites gens comme nous.

di dès cis qui …

de gens qui (litt. ‘des de ceux qui’)

 

2.3.2.2 Le wallon utilise l’article partitif, alors que le français se sert de l’article défini. 

  

fé do malin

faire le malin

 

2.3.2.3 Dans certains cas, le wallon n’emploie pas l’article partitif, alors que le français l’emploie.

 

fé farène

donner de la farine

fé place

faire de la place

 

 Ex : Tot fait farène au bon molin .

   Exemple d’auteur

« Lèyi place à on-ôte .» (Laloux 1969, 164) (C)

 

3.2.4 En wallon, l’article partitif ne se trouve guère en début de phrase comme en français. (Rem. 1952, 104)

 

Il aveut tcheû dè l’ têre.

De la terre était tombée.