2.2.2 Emploi

 

L’emploi de l’article indéfini n’est pas toujours le même en wallon qu’en français .

 

 

2.2.2.1 Le wallon l’emploie alors que le français ne l’emploie pas.

 

Ex :

avancî d’ one bone alûre

avancer à bonne allure

On n’ vèt nin one âme.

Pas âme qui vive.

fé on cèke autoû di

faire cercle autour de

couru come on champion

courir en champion

awè one boune consyince

avoir bonne conscience

awè on bon dos

avoir bon dos

Jamaîs one feume n’ a vèyu si voltî.

Jamais femme n’a tant aimé.

fé one fin à one saqwè

mettre fin à quelque chose

ièsse come on mwârt

être comme mort

fé one boune tchèsse

faire bonne chasse

aler d’ on-uch à l’ ôte

aller de porte en porte

Dji so-st-on Walon.

Je suis Wallon.

Etc.

 

Remarques

 

1 Quand le français place l’épithète devant le nom, il emploie « de », alors que le wallon emploie l’indéfini « dès ».

Ex :

Gn-aveûve dès bèlès maujos 

Il y avait de belles maisons.

I fume dès tchêrs cigâres.

Il fume de coûteux cigares.

 

Le wallon emploie l’article « dès » aussi quand un adverbe précède l’épithète .

Ex :

Èlle a dès tot djon.nes-èfants .

Elle a de tout jeunes enfants.

 

Attention : Ne pas confondre avec « Èlle a tos djon.nes-èfants. » qui signifie : « Elle n’a que de jeunes enfants ». 

 

Après assez bin, bran.mint (beacoup), byin (= bran.mint), tant, télemint.

Ex :

Gn-aveûve âssez bin dès djins . 

Il y avait assez bien de gens.

Dj’ î sondje co byin dès côps. 

J’y songe encore bien des fois.

Là nin là tant dès-ans.

Il n’y a pas tellement d’années.

Il a ieû télemint dès danses, qu’ i s’ a djoké .

 

Il a eu tellement de corrections qu’il s’est calmé.

 

Exemples d’auteurs

 

« Gn-a d’ alieûr bran.mint dès places qu’ on-z-î lome « Li Fayis .»  (Chapelle 1985c, 15) (CW)

 

« ça chènèt bon; quand c’ èstèt mwaîs – on-z-î mètèt bran.mint do sé .» (Legrain 1951, 40) (C)

 

« Gn-aveûve on tchèt qui scroteûve tant dès rats, / Qu’ on n’ vèyeut pus on seûl avaurlà .» (Houziaux 1946, 22) (CW)

 

« A costè d’ nos, gn-a tant dès bièsses qui n’ lumenut wêre / Èt pa-d’zeû nos, gn-a tant dès djins qui n’ lumenut nin .» (Léonard 1949, 39) (CW)

 

 

2 Il ne faut pas confondre « do » (du amenant un complément déterminatif) et « d’ o » (du = de + dans le).

Ex : Jamaîs aus rats nu tchèt n’aveûve faît tant do mau. 

 

Exemples d’auteurs

 

 « I s’ a faît ridè à l’ valéye do lèt .» (Laloux 1974a, 118) (C)

 

« D’ o djârdin, on mauvi s’ a mètu à chouflè jusqu’ o l’ tchambe .» (Laloux 1974a,  118) (C)

 

 

3 Au français « d’autres » correspond en wallon  « dès-ôtes » ou « d’s-ôtes ».

Ex : Èlle ènn’ a byin ieû d’s-ôtes ! 

 

Exemple d’auteur

 

« Èt vos ‘nn’  avoz blèssé d’s-ôtes ? » (Viroux 1983a, 19)

   

 

4 Après « pus-ce qui », « mwins-ce qui » suivi d’un verbe conjugué, le verbe est précédé de « dès » .

Ex :

Pus-ce qu’i gn-a dès cayaus, pus-ce qu’ on s’ trèbuke.

Plus il a de cailloux, plus on trébuche.

Mwins-ce qu’ on prind dès mèdicamints, tant mieûs.

Moins on prend de médicaments, tant mieux.

 

 

5 Avant « mèyeû » et « pîre »

Ex :

Èwoù è troveroz dès mèyeûs ?  

Où en trouverez-vous de meilleurs ?

Dijoz me èwoù-ce que vos troveroz on mèyeû tch’vau !

Dites-moi où vous trouverez (un) meilleur cheval.

 

 

6 Devant le nom de l’habitant d’un pays, d’une région, d’une contrée.

 

Ex : Si galant è-st-on-Olandès.      Dji so-st-on Bèlje.     Mi bèle-fèye è-st-one Ardinwèse.

 

 

7 Remarquons l’usage emphatique d’ « on » dans

I gn-a on quinze djoûs.

Il y a environ quinze jours.

blanc come on lècê

blanc comme lait (en espagnol: blanco como una leche)

blanc come ine nivaye

blanc comme neige

(Remacle 1952, 113) (E)

 

 

2.2.2.2 Le wallon ne l’emploie pas, alors que le français l’emploie.

 

Ex :

fé bay

faire un bail

rifé bay

refaire un bail

douviè botike [1]

ouvrir un magasin, une boutique

sèrer botike

fermer un magasin, une boutique

tinu botike (et même: vinde boutike (Carlier 1985) (O); tèni botike (S))

tenir un magasin, une boutique

douviè cabarèt

ouvrir un café

sèrer cabarèt

fermer un café

tinu cabarèt (tini cåbarèt, fé _ (E))

tenir un café

awè chôpe (fé scau (Deprêtre-Nopère 1942) (O); mais: aveûr li hôpe ou dès hôpes (E))

avoir des démangeaisons

awè famile

avoir un/des enfants

ratinde famile (C; ratinde famîye (O))

attendre un enfant, être enceinte

rawè famile

avoir encore un enfant

fé mârtchi (fé markî (Depr.-Nop. 1942) (O); fé martchî (S))

faire un marché

fé pake

faire un pacte

fé payîye

faire un repas

awè place

avoir une/de la place

fé soprèsse

préparer un levain

awè sudjèt di (aveûr sudjèt di (E))

avoir une raison de

su rin d’ timps = su pont d’ timps (su rén d’ timps (O); aussi: so rin dè monde di timps (Haust 1933) (E))

en un rien de temps

fé toubak (C, O, S; fé toûbak (E))

faire un break

 

Ex : Vos n’ avez nin sudjèt d’ vos plinde. (Vous n’avez pas de raison de vous plaindre. (Haust, 1933) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Li P’tit Marchau t’neut aubèrje su l’ grand-route .»  (Houziaux 1964, 63) (CW)

 

« Quand il aveut faît prandjêre après l’ dîner, il èsteut prêt’ à r’fè bay avou Torine .»   (Laloux 1969, 106) (CW)

 

« Dès fleûrs d’ avri, à boyéyes, plik, plok, èt des rôsîs à make, tot èwoù qu’ gn-a place .»  (Laloux 1969, 1) (CW)

 

« Il ont monté one cayute po s’ mète au r’cwè, à l’ ombe, à iute quand i ploût, on bin po s’ aler achîde è fiant toubak »  (Gillain 1932, 43) (CW)

 

 

N.B. « fé payasse » signifie « ne pas se lever au matin », « tarder au lit », « faire la grasse matinée »

 

          Exemple d’auteur

 

« Mins qu’ èst-ce qui freut co bin payasse, quand lès cèréjîs èt lès pwârîs èt one miète pus taurd lès pomîs s’ rèwîyenut fins blancs d’ fleûrs ? »  (Laloux 1971c, 172) (C)

 

 

2.2.2.3 Le wallon l’emploie, alors que le français emploie l’article défini.

 

Ex :

fumer dès cigârètes

fumer la cigarette

awè on hôt front

avoir le front haut

fé one haye

faire la haie

awè one coûte mémwêre

avoir la mémoire courte

aveûr ine fène narène (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

avoir le nez fin

awè on bètchu nez

avoir le nez pointu

awè one fine orèye

avoir l’oreille fine

ni sawè clougnî on-ouy

ne pas fermer l’œil

awè one tinre pia

avoir la peau tendre

awè one deure sicwace

avoir l’écorce dure

aveûr ine grosse tièsse (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

avoir la tête grosse

awè one boune vûwe

avoir une bonne vue

 

 

Remarque

 

Au pluriel, devant un nom précédé d’un adjectif épithète :

Ex :

awè dès bleuws-ouys 

avoir les yeux bleus

awè dès blancs tch’vias         

avoir les cheveux blancs

awè dès longs dints

avoir les dents longues

aveûr dès neûrs tchivès              

avoir les cheveux noirs

 

N.B. Le français fait ici une différence, que le wallon ne fait pas :

avoir des cheveux blancs = avoir certains cheveux blancs

avoir les cheveux blancs = avoir tous ses cheveux blancs

 

 

[1] Èle tint on p’tit botike pa-d’zos sès cotes                   Elle est du genre facile.