2.1.1 Singulier et pluriel

 

 

2.1.1.1 Singulier 

 

« li » devant une consonne (li (E), lu (Remacle 1952, 100) (E), leu (Bastin 1909) (E); èl (O), lè (Bastin 1965) (O); li, lu (m.) et la (f.) (S))

li diâle (m), li baube (f)

èl Bon Dieu (O), li / lu timps (S) (mais la fème (S))

« l’ » devant une voyelle (C, E, O, S)

 

l’ èsté (m), l’ agace (f)

avè l’ osti (Coppens 1959, 17) (O)

pou l’ aveûle (Coppens 1959, 17) (O)

« l’ » après une voyelle (C, E, S; ‘l (O))

do savon po l’ baube

Il èst po l’ diâle.

Li poûde èst dins l’ machine.

avè ‘l mârtia (Coppens 1959, 17) (O)

pou ‘l tchèvau (Coppens 1959, 17) (O)

 

NB Même avec les mots qui commencent ou commençaient par un h « aspiré »[1], on a « l’ ».

Ex : l’ (h)èrin (m), l’ (h)aye (f)

 

 

2.1.1.2 Pluriel 

 

« lès » devant une consonne (C, E, O, S)

lès gamins (m), lès bauchèles (f)

« lès- » devant une voyelle (C, E, O, S)

lès-èfants, lès-aulouwètes (f)

« l’s- » entre deux voyelles (C, E, O, S)

Purdoz l’s-èfants !

Po l’s-agasses fé leû nid.

Sins l’s-Englès, nos-î sèrin.n co.

po l’s-ôtes (Remacle 1937, 42) (E)

avè l’s-èfants, pou l’s-autes; on dit aussi: avè lès-èfants, pour lès-autes (Copp. 1959, 17) (O)

 

NB  Devant un nom d’une syllabe, la forme est « lès- ».

Ex : Il a lès-andjes avou li.        Pa-drî lès-aubes.      I sone lès-eûres.   Il a mindjî tos lès-ous.

Mais : Tos l’s-ans.

 

 

2.1.1.3 Remarques

 

1) Au féminin singulier, on a parfois « la », emprunté au français, dans quelques expressions.

 

roter à la baguète (= tot-z-èstant manecî)

marcher à la baguette

à la Bèlje (= come on faît en Bèljike)

 

« Oyi, vwèsin, dè l’soupe à la Bèlje, dè l’soupe aus pwès, aus manje-touts, dè l’soupe aus poûrias, aus cabus, aus-agnons, dè l’soupe aus tomates, dè l’soupe à tot .» (Gillain 1932, 77-78) (C)

à la doûce

en douceur (Bastin 1909, 322) (E)

à la bone eûre

« Li Bon Diu, à la bone eûre . » (Maquet 1987, 13) (E)

« A la bone eûre, si on dîreut qu’vos ‘nn avoz pont ! » (Houziaux 1964b, 98) (C)

dè l’crin.me à la glace (= aussi: à l’ glace)

 

« On vindeûve dë tot ç’ quë vos p’lîz sondjî : dès caramèls, dès saucësses dë Boulogne, dè   l’crin.me à la glace, lès prëmënès cèrîjes .» (Gaz. 1987, 240) (C)

à la Fran’çousse (= come lès Francès, come po s’ foute,

à l’ va-rade = sins-alûre)

à la Française

awè la fwè

avoir la foi

fé à la lète (= tot djusse)

faire à la lettre

deu la manîre

de telle façon

« Keumint pout-z-ô s’ plaker d’ la manîre? » (comment peut-on se salir de la sorte?) (Bastin 1909, 322) (E)

fé à la michtonflûte (= sins sogne, come dji vou dji n’ pou)

faire sans soin

à la min

sous la main, à sa disposition

awè la min (= awè s’ toû d’ djouwer l’ preumî)

avoir la main

Vos-avoz la min ( = aussi : Vos-èstoz à la min.)

prinde la mouche (= si mwaîji, pace qu’ on-z-èst choké)

prendre la mouche

à la Namurwèse (= come à Nameur, sins couru)

 à la Namuroise, sans courir (iron.)

Fou me la paîs (= Fou me li paîs !)

Fous˗moi la paix!

prinde la mouche (= si choker)

prendre la mouche

tot à la pikète

au point (du jour) (Bastin 1909, 322) (E) 

puwer la râje (= sinte fwârt mwaîs)

litt. puer la rage, càd. sentir fort mauvais

fé la vîye (= bèrôler à feumes ou à galants)

faire la vie, courir la prétentaine

jamaîs d’ la vîye

 

« Li song da Djauke ni faît qu’ on toû : li, awè peû ? jamaîs d’la  vîye ! » (Bouchat 1951, 140) (C)

« Ça, jamaîs d’ la vîye ! » (Tombu 1956, 1) (C)

mwin.ner la vîye (= aussi : foute la vîye) (= hûler pace qu’ on-z-èst mwaîs)

faire du chambard

Quand i rintère plin, i mwin.ne la vîye èt spiyî tot.

fé la vîye (= fé l’ trayin = fé l’ poufiasse)

se prostituer

foute la paîs (ou : foute li paîs) = lèyî trankile

Fou me la paîs _= (ou : Fou me li paîs !)

Qwè-ce qui t’vous ?  Dji vou la paîs !

  

 

Exemple d’auteur

 

« À la bone eûre, mès-èfants ! », criyeut-i I’ Gros Bâtisse, en r’passant avou s’ musète à s’ dos.»  (Houziaux 1964, 98) (C)

 

2) Emploi de l’article défini

 

  1. a) Cet article, dont le rôle est de définir, a cependant parfois un rôle indéfinissant, quand il présente en général.

Ex : Lès-èfants duvenut choûter leûs parints.   (Quels enfants ? Tous les enfants du monde)

Di l’ iviêr, faut tot garanti. (= tos l’s-iviêrs)

 

  1. b) Son emploi est différent de celui du français dans de nombreux cas.

Le wallon emploie l’article « défini », alors que le français ne l’emploie pas :

 

mwin.ner l’ arèdje (miner _ (E), mon.ner  _ (S))

faire du vacarme

wadjî à l’ assûréye

parier à coup sûr

l’ histwêre dè l’ Bèljike

l’histoire de Belgique

one loce au bigau

une louche à purin

on pot au bûre

un pot à beurre

on molin au cafeu, à l’ ôle, au pwève;

in moulin à l’ èscorce (O)

un moulin à café, à huile, à poivre[2];

un moulin à tan

li ci qui ; li cène qui ;… (èl cén qui, èl cène qui; … (O))

celui qui ; celle qui ; …

dins tos lès cas (C, S)

en tout cas[3]

sèrer à l’ clé (C, E)

fermer à clef (ou : à clé)

di tos lès costés

de tous côtés[4]

cwârps au cwârps

corps à corps

ièsse au d’bout

être à bout

one feume à l’ djoûrnéye

une femme à journée

di l’ èsté = è l’ èsté (è l’ osté (EW), à l’ èsté (SW))

en été

lès payis d’  l’ Eûrope

les pays d’Europe

prinde l’ êwe

faire eau

on fiêr aus galètes (_ à galètes (O))

un fer à galettes

on mouchon è l’ gayole

Il a stî chîs mwès à l’ gayole. (O)

un oiseau en cage

Il est allé six mois ‘en cage’. (càd. en prison)

frèd come dè l’ glace (Balér., s.d., 7) (O)

froid comme glace 

è l’ infêr

en enfer

di l’ iviêr = è l’ iviêr (è l’ iviér (E))

en hiver

tinu à l’ lache (tini è l’ lahe (E), tèni à l’ lache (O))

tenir en laisse

s’ î conèche dins lès langues

s’y connaître en langues

s’ î conèche dins lès tch’vaus

s’y connaître en chevaux

s’ î conèche dins lès…

s’y connaître en..

d’ au lon (C, O; d’ å lon (E), d’ â lon (S))

de loin

su l’ mér

en mer

trover l’ moyin d’ fé (C, E)

trouver moyen de faire

fièster l’ Noyé (C, E)

fêter Noël

à l’ onêur di (C, E)

en honneur de

è l’ présince da

en présence de

à l’ pwârtéye di

à portée de

dimèrer è l’ reuwe (Piconète, …)

habiter rue (Piconette, …)

su l’ reuwe (è l’ rowe, so l’ _ (E))

en rue

dè l’ samwin.ne

en semaine

si mète à l’ tauve

en mettre à table

one mouche à l’ tchau

une mouche à viande[5]

ièsse à l’ têre

être à (, par) terre

ès’ mète à l’ tère (Depr.-Nop. 1942)  (O)

‘se mettre en terre’, càd. hâter sa mort

tchaîr à l’ têre (toumer … (E), toumer à l’ tère (S))

tomber à (, par) terre

ièsse su l’ têre

être sur terre[6]

c’ èst l’ vraî

po dîre li vraî (pou dîre èl vré (O))

po do vraî (… vrê (S))

c’ est vrai

à dire vrai

pour de vrai

è l’ vile (è l’ vèye (E), à l’ vile (Depr.-Nop. 1942) (O)), à l’ vèye (Franc. 1994) (S))

en ville

su l’ vôye (C, O)

en chemin = en route[7]

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Èle li va stitchî d’zos sès cayèts dins s’ grand cofe qu’ èle sère à l’ clé .»  (Awoust 1989, 8) (C)

 

« Cognoûle, po ièsse bin à si-åhe, s’ a rèssèré à l’ clé ! »  (Alexis 1955, 49) (E)

 

« … di tos lès costès, dins lès bouchons, è l’aye do djârdin, dins lès lêres. » (Laloux 1974, 119) (C)

 

« Avoz stî dins dès combats cwârp au cwârp ? »  (Viroux 1983, 19) (C)

 

« On dîmègne après l’din.ner .»  (Gillain 1927, 9) (C)

 

«È l’ èsté, lès deûs-ôtèls sont bôguyîs d’ tourisses,… »  (Houziaux 1964, 19)  (C)

 

« …pou qu’on s’ souvène longtimps en l’ wèyant, min.me d’ au lon, di toutes lès vîyes… »

(Van Laethem 1984, 29) (O)

 

« Vos n’ avoz qu’one dimèye-eûre divant d’ vos mète à l’ tauve .» (Houziaux 1964, 19) (C)

 

« Nos-èstans byin wêre di tchôse dissus l’ têre .» (Gillain 1932, 98)  (C)

 « Â ! l’ faus Judas, di-st-i l’ Piêre dau Pèrkot en li-min.me, tout-en-aclatchant s’ fwè d’ èstapètes à l’ têre .» (Bal 1951, 5) (O)

« Dimonez à l’ têre ! » (Houbart-Houge 1981, 11) (E)

 

« Dji n’ aleûve nin sovint è l’ vile, à paurt lès djoûs d’martchi aus couchèts ;… »  (Pieltain 1970) (C)

 

« Ayi, Clémence, c’èst l’ vraî, maîs qui v’loz ? »  (Henin 1974, 228) (C)

 

  1. c) L’article « défini » peut avoir le sens :

1 d’un adjectif « démonstratif »    Ex : Tot l’ iviêr, il a d’mèré è s’ maujo.

2 d’un adjectif possessif                Ex : Avoz sognî l’tchin ? ( = nosse tchin)

 

  1. d) Différence de sens entre l’emploi de l’article défini et son absence dans un cas.

ièsse, si mète à tauve (général)  Ex : Quand on-z-st-à tauve, on mèt sès mwins su l’tauve.

ièsse, si mète à l’ tauve (déterminé)  Ex : Vinoz à l’tauve avou nos !

 

  1. e) Emploi de l’article défini ou non avec le même sens.

On a « piède li coradje » et « piède coradje », « piède li paçyince », et « piède paçyince ».

L’expression avec l’article semble plus wallonne.

 

  1. f) Après « nos-ôtes » et « vos-ôtes », on emploie « lès » ; après « nous autres » et « vous autres », le français n’emploie pas d’article.

Ex : Nos-ôtes, lès Bèlges.

Exemple d’auteur: « Pôves nos-ôtes, lès vîyès djins ! » (Botton 1985)  (C)

 

  1. g) L’article est encore utile comme en français quand il porte une nuance emphatique (souvent ironique et péjorative). (Remacle 1952, 29) (E)

Ex. :

Volà l’ Alfrèd, save! (E)

Voilà l’Alfred, vous savez ! (= le fameux Alfred, dont on a tant parlé)

C’ èst co l’ Dumont, va, qu’ on-z-a oy tirer îr à l’ nut’. (E)

C’est encore le Dumont, va ( = ce fameux braconnier), qu’on a entendu tirer hier soir. 

 

  1. h) Le wallon met régulièrement l’article dans les comparaisons et devant les appositions. Le français l’omet généralement. (Remacle 1952, 104)

Ex :  blanc come dè l’ nîve (blanc comme, neige)   

 

  1. i) On notera l’emploi de l’article défini dans les exclamations (Remacle 1952, 107):

Mon Dju!  lès fwêrts tchâssons!  (EW)

Mon Dieu ! ‘les’ chaussettes solides ! càd. ‘quelles … ‘

Lès bounès bokes quu v’s-ave ! (EW)

(à un enfant) ‘Les’ bons baisers que vous avez ! càd. Quels bons baisers vous donnez !’.

 

 

  1. j) L’article défini reste conservé après « grand » dans la répétition d’un groupe nominal constitué de l’article, d’un adjectif et d’un nom.

 

Exemple d’auteur

 

Insi, l’ ôte djoû, on grand l’ ôte djoû, … (Laloux 1974, 153) (Ainsi, l’autre jour, ‘un grand l’autre jour’, càd. il y a plusieurs jours.)

 

 

[1] le h n’est pas « aspiré », mais au contraire « expiré » !

[2] En wallon, on fait une distinction entre : on molin au cafeu, càd. pour moudre le café, on molin à l’ farène, càd. pour moudre en farine, on molin à l’ ôle, càd. pour produire de l’huile où on emploie un article « défini » et : on molin à êwe, càd. mû pour la force de l’eau on molin à vint, càd. mû par la force du vent où on n’emploie pas d’article.

NB : On dit cependant : on molin à chwaches, càd. pour moudre des écorces de chêne pour en faire du tan.

[3] En wallon, nous ne faisons pas la différence entre : a) en tout cas = de toute façon; b) dans tous les cas = dans chaque cas examiné.

[4] En français, on dit aussi: de tous les côtés.

[5] On dit cependant : one mouche à stron.

[6] En français, on dit aussi : être sur la terre.

[7] En wallon, nous ne faisons pas la différence entre : a) être en chemin = être en route

  1. b) être sur le chemin = se trouver sur le chemin