2.1.2 Absence de l’article défini

 

2.1.2.1  dans de nombreuses expressions

 

Sins ponne nu vint avon.ne. (Remacle 1952, 102) (E)

Sans peine ne vient avoine, càd. on n’a rien sans peine.

 

à bachète

en se baissant

 

fé bèrwète

ne pas réussir

Dj’ aveûve kèrdjî m’ mayeté, mins dj’ a faît bèrwète .

prinde boû po vatche

échouer

 

bwâre cèkes èt tonia 

bwâre one grande quantité au côp

Dj’ aureûve ieû bwèvu cèkes èt tonia ! 

 

piède coradje

si discoradjî   

(F) perdre courage

Ni pièrdans nin coradje, nos-alans awè l’ vint avou nos ! 

awè cu su chame

ièsse bin instalé, bin viker

Douvint-ce qu’ i s’mârîyereûve ? Il a cu su chame èmon s’ fré ! 

aler fé l’ corwéye

aler à one place ou l’ ôte po rin

Dj’ a sti fé corwéye au mârtchi : gn-aveûve pont d’pouyètes !

mète coutia su tauve èmon

s’installer à demeure chez

 

awè dandjî (di) 

divu awè

(F) avoir besoin de

– Ènn’ avoz dandjî ?

– Dji n’ a rin dandjî po l’ momint .

Diåle m’ arawe! (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

 

 

ratinde famile

être enceinte

 

fé farène

rapwârter one saqwè

Tot faît farène au bon molin . 

= 1 Tot chone bon    

2 Tot done do profit.

fé faute

= 1 ni nin sotenu  (F) faire défaut

2 ni nin djouwer s’ role

1 Mi pîd m’ a faît faute.

 

fé falyite

ni sawè payî sès crotes

(F) faire faillite

C’ èst l’deûzyin.me côp qu’ i faît falyite, mins avou on-ôte nom !

 

fé long feu

= 1 ni nin èsplôser tot d’ sûte

(F) faire long feu    

2 trin.ner po s’ fé

Si fisik a faît long feu ; i n’ s’ î atindeûve pus èt, do r’cul, il a ieû si spale câsséye.

 

taper filé à 

comprinde one saqwè à

Va-z-è taper filé à ç’ qu’ èle raconte !

 

taper à gayes 

sayî d’ adviner sins rin sawè ou sins rensègnemints

À l’ trwèzyin.me quèstion, dj’ a tapé à gayes èt dj’ a ieû bon .

 

fé hèrlèm su 

tot prinde di

Il a raddimint faît hèrlèm su lès biscwîts .

fé maleûr di li 

si fé pèri

Dji n’ saveûve nin qui s’ soû aveûve faît maleûr di lèye, oudonbin dj’ n’ aureûve nin ieû causé insi .

I gn-aveût come mohètes.

Il y en avait comme moucherons, càd. à foison. (Remacle 1952, 102) (E)

 

lèyî oûve 

lèyî là s’ bèsogne

Do côp qu’ nos l’ avans ieû payî, il a lèyî oûve.

piède paçyince

perdre patience

 

prinde paçyince

prendre patience

 

awè pîd

avoir pied

 

piède pîd        

perdre pied

 

prinde pîd      

prendre pied

 

riprinde pîd

reprendre pied

 

fé prandjêre

faire la sieste

 

prinde racène

prendre racine

 

payî rubis su l’ ongue

payer comptant

 

fé skèrwèk su 

voler (= scroter)

Il a co faît skèrwèk su mès CDs po r’çûre si binde .

rètchî song (Remacle 1952, 102) (EW)

cracher du sang

 

ièsse soupe

manger volontiers de la soupe

Dji n’ so nin soupe.

fé soperèsse 

mète di trop d’ eûwe ou d’lacia è s’ pausse

T’ as faît soperèsse, înocint ! Rimèt rademint dè l’ farène ! 

 

v’lu dîre « tchèrète » 

ièsse dès preûves

Il a stî è scole, mins ça n’ vout nin dîre « tchèrète ».

tinu tièsse à    

tenir tête à

 

à timps à eûre

en temps opportun

 

rimète tripes et boyas

vomir (tripes et

boyaux =) abondamment

 

Etc.                

 

 

2.1.2.2 Une série correspond dans ses mots aux expressions françaises correspondantes, mais n’ont, dans notre langue, pas d’article défini :

 

min.ner ansène ; tchèrdji ansène (Gaziaux 1993, 21) (C)

 

conduire le fumier; charger le fumier

Èl cinsî va kèryî fumîn. (charger …) (Èl Bècbos 1968) (O)

Lès varlèts vont sparde fumîn. (épandre …) (id.)

d’ avance

à l’ avance : d’avance

piède balance

perdre l’équilibre

aler / pwârter à batème

aller / porter au baptême

mwin.ner one bèdéye à bèrau, one gade à bok, li bèdéye à bèrau, li cavale à roncin, li trôye à godu, li vache à twa, …

conduire une brebis au bélier, une chèvre au bouc, la brebis au bélier, la jument à l’étalon, la truie au verrat, la vache au taureau,…

ièsse binvenu 

(= anc.: ièsse wilikom’ !)

être le bienvenu

prinde à brès

prendre sur les bras

aler à campagne

aller aux champs

mwinrner l’ cavale à roncin

mener la jument à l’entier

fé conechance avou

faire la connaissance de

déviè deûs-eûres

vers les deux heures

dischinde di gârde

descendre la garde

monter d’ gârde

monter la garde

aller à gorlète

être porté sur les épaules avec les jambes autour du cou

fé grève

faire la grève

timps d’ guêre

pendant la guerre  (Remacle 1952, 102) (E)

à iute

à l’abri

awè on visadje come plin.ne lune

avoir un visage comme la pleine lune

 

ièsse maîsse

être le maître

sofri mârtîre

souffrir le martyre

aler à mèsse, à veupes

aller à la messe, aux vêpres

dîre, fé, sièrvu, tchanter mèsse / veupes

dire, célébrer, servir, chanter la messe / les vêpres

èraler d’ mèsse, di veupes

revenir de la messe, des vêpres

après, divant, timps d’ mèsse / veupes

après, avant, pendant la messe/les vêpres

prêtchî misére

prédire le malheur

planter pètotes

planter les pommes de terre: Nos-avons sté planter pètotes.

(Èl Bècbos 1968) (O)

sakî pètotes

ramasser les pommes de terre : quand nos dirons sakî pètotes  (Èl Bècbos 1968) (O)

ovrer, bouter, travayî à pîces

travailler aux pièces

min.ner puria (Èl Bècbos 1968) (O)

conduire le purin

Èl cinsî a r’mis l’ robinèt à ‘l tine pou min.ner puria.

Il âra d’ èl bèle ièrbe: il a min.nè puria su l’ prè.

à queuwéye

à la queue leu leu

prêtchî qwarème

prêcher le carême

toûrner à plouve

se mettre à la pluie

fé prandjêre

faire la sieste

ièsse preumî, dêrin

être le premier, le dernier

à r’vôy

au revoir

fé, tchanter salut

faire, chanter le salut

aler, ièsse, dimèrer… è scole (daler à scole (O))

aller, être, rester à l’école

pwârter à spale(s)

porter sur l’/ les épaule(s)

 

Ex : Mèsse èst foû, veupe èst oute, aler à mèsse, èsse è scole ; tote djôr, tote neut, tote sîse, timps d’ mèsse (pendant la messe). (Bastin 1909) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

«Leûs-éles di d’ drî ont duv’nu dès pwèds et dès contrèpwèds què  lzeû  sièvenut à waurder balance quand èles volenut. » (Chapelle 1983b, 8) (C)

 

« Is ‘nn’ alint à batème : Céline qui pwârteut l’ èfant. » (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Â ! on n’ vos-a nén vèyu, là, au matin à campagne ! » (Gaziaux 1987, 245) (C)

 

« Gn-a bran.mint d’s-ovrîs qu’ ont leû  p’tit djârdin foû dè l’vile. Il ont monté one cayute po s’ mète au r’cwè, à l’ ombe, à iute quand i ploût, ou bin po s’ aler achîde è fiant toubak .»

(Gillain 1932, 43) (C)

 

« C’ èst li qu’ èst maîsse .» (Laloux 1969, 27) (C)

 

« Pèrson.ne ni mankeûve mèsse .» (Gillain 1932, 30) (C)

 

« Lèyîz me mi r’pinti d’ avance dè l’ laîde keûre qu’ i m’ va faleûr fé après grand-mèsse ! » (Houbart-Houge 1981, 41) (E)

 

« Li cinsî faît prandjêre .» (Gillain 1927, 97) (C)

 

« Vos causez bin po in tchèt qu’ n’ a jamaîs stî è scole ! (Wartique 1954, 186) (C)

 

 « Li dîmègne à veupes, sovint i n’ monteut pus au docsau .» (Laloux 1969, 86) (C)

 

 

2.1.2.3 Il faut aussi signaler certains cas où le wallon se singularise.

 

1) pas d’article après la préposition « o » (/ « è » (E)) (= « dins li ») (cf aussi 2.1.3.1 sous ‘dins + li’)

 

Ex : o bwès (au bois) o corti (au, dans le jardin), o for (au, dans le four), o gurnî (au, dans le grenier), o stauve (dans, à l’ étable), o strin (dans la paille), o tchèri (à la, dans la remise pour les chariots), o là-wôt,  …; è bwès (au bois), è cwérp (au corps), è solo (au soleil) (E)

 

Remarque

 

Dj’ a stî au bwès o bwès. = Dj’ a stî (à li = ) qwê do bwès dins l’ bwès . (Je suis allé chercher du bois au bois.)

 

Exemple d’auteurs 

 

« Li bolèdjî r’mèt deûs fagots o for .» (Doumont 1982, 18) (C)

 

« On-z-arète   Calbalasse. O prijon  à  Lîdje . »   (Awoust 1983) (CW)

 

« C’ èst dès canayes, fré Hinri, / Il ont foutu m’ fré è l’ haye ; / C’ èst dès canayes, fré Hinri,

Il ont foutu m’ fré o ri ! » (chanson populaire) (CW / EW)

 

« Djan-Piêre ratchèsse lès brèbis o stauve èt i va mète li lokèt su l’ ran dès couchèts .»  (Houziaux 1964, 83) (CW)

 

« Mins, do l’ maujon, il oyeut co s’ watrouyî o strin . »  (Laloux 1974, 22) (CW)

 

« Dj’ î vôreu bin ralè one toûrnéye, o viyadje, c’ èst l’ vraî .»  (Laloux 1974, 150)  (CW)

 

 

2) Il y a une différence entre

o batia, o bègnon, o tchaur,… 

dans le bateau, dans le tombeau, dans le chariot,.. que l’on connaît

à batia, à bègnon, à tchaur,… 

sur un bateau, sur un tombeau, sur un chariot, … quelconque

 

 

3) en général, pas d’article devant le nom des principaux cours d’eau wallons

 

Bième

li Pont-à-Bième (Auvelais) : le pont sur la Biesme

la Biesme

Djêr

li valêye di Djêr (mais à Bergilers: è ç’ tètche-là, li _ èst basse; à Waremme: lès bwèrds dè l’ Djêr; à Geer: li _ èst basse; affluent: li Mûle (à Waremme) (Legros 1968) (EW)

le Geer

Hoyou

à Huy: Hoyou rôle, ë èst mètchant. (Legros 1968 (EW)

le Houyoux

Iène

li bwèrd di Iène (à Remicourt) (Legros 1968 (EW)

l’Yerne

Hin.ne

èl camp d’ In.ne: le champ (près) de la Haine (Deprêtre-Nopère 1942) (OW)

la Haine

Lèsse

li pont su Lèsse

la Lesse

Lome

 

la Lhomme

Masblète

affluent de la Lomme: à Awenne: l’ êwe do l’ Masblète mais li long do l’ (ou: d’) Masblète, …. (Legros 1968) (EW)

 

Mouhagne

Mouhagne èst måssîte; lès-êwes dé Mouhagne; à Latinne: n-a Mouhagne qu’ èst basse. (Legros 1968 (EW)

la Mehaigne

Moûse

pèchî à Moûse : pêcher dans la Meuse

la Meuse

Oûte

l’ êwe d’ Oûte, l’ Oûte (Liège, Esneux, …) = li grande êwe, l’ êwe, dans la vallée. A Fronville: è pré so Oûte, pour un ruisseau: li ri d’ Oûte. (Legros 1968 (EW)

l’Ourthe

Sambe

tchaîr è Sambe: tomber dans la Sambre

Dans le Namurois rural: Sambe; id. pour Charleroi. A Huy: lès-êwes dè l’ Sambe, et ë va so Sambe avou sès batias. (Legros 1968) (EW) Et « su Sambe ». (Dedoyard 2002) (SW)

la Sambre

Sèmwès

camper à Sèmwès : camper près de la Semois

mais à Bouillon: La S’mwas

la Semois

Vèsse

l’ êwe di Vèsse, mais: li Vèsse (lu _: à Verviers) (Legros 1968) (EW)

la Vesdre

Wame

su Wame : sur la Wamme  (Dedoyard 2002) (SW)

la Wamme

 

Aussi:

à Fronville: li Martchète (la Marchette); l’ êwe d’ Eûre (ruisseau venant d’Heure) > lieu-dit: sor Eûre > so sor-Eûre > li ri d’ sor-Eûre

 

Exemples d’auteurs

 

« Djér èst grosse ; taper dès trigus è Djér ; passer Djér so in-åbe .» (H. Frenay, A. Fréson et J. Haust, Le tressage de la paille dans la vallée du Geer, Archives Wallonnes, 1-1922, p. 50)  (E)

 

 « Lache mu, Cabu, laî mé rimoussî è Lèsse ;… » (Houziaux 1946, 47) (O)

 

«  Moûse tchèrîye totès wakes qui rôlèt à moncias .» (Michel 1974, 70) (C)

 

« N’ avans-nes nin co Sambe qui tchèrîye dès fôrtunes… ? » (Bernard 1942, 9)

 

« Sambe tchèrieut dès brokètes .» (Vansplunter 1963, 189) (OW)

 

 

Remarques

 

1 « Alors que le peuple dit couramment : « Dji v’ vin vèyî », ou « å bwêrd di Moûse », un auteur négligent écrira : « Dji vin v’ vèyî » ou « å bwêrd dè l’ Moûse ». » (Piron 1939, 29) (E)

 

2 Ces hydronymes prennent l’article défini (ou l’adjectif possessif ou démonstratif) quand ils sont suivis d’un complément déterminatif ou d’une proposition subordonnée relativ .

 

Exemple d’auteur

 

« – C’ èst bén ça . Donc, li Sambe qui passe au d’bout d’ no pachi, c’ èst lès-Olandès qu’ ont fét s’ lét en 1825. Maîs i gn-a deûs mile ans, no Sambe n’ avèt qu’ in mète di profondeû pa places; seûremint, èle si stindèt su ène fwârt grande laurdjeû . » (Boutry 1983) (OW)

 

 

4)  pas d’article après « Fuche(-t-i)… » (« Seûye-t-i … » (EW)) (Que ce soit …), devant un nom abstrait ou pris en général

Ex :

Fuche(-t-i) cigâre, cigârètes ou toubak, i fume tot ! 

Que ce soit la cigarette, le cigare ou le tabac, il fume tout.

Fuche(-t-i) peu, fuche(-t-i) roviance, i l’ a levé et tot lèyî là.

Que ce soit par peur ou par oubli, il est parti et a tout laissé là.

Seûye-t-i sogne, seûye-t-i èwaråcion… (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

Que ce soit la peur, que ce soit la frayeur…

 

 

 

 

 

5) pas d’article dans les expressions avec « onk èt l’ ôte » ou « one èt l’ ôte »

Ex :

On n’ lès vèt jamaîs sins n-on l’ ôte.

On ne les voit jamais l’un sans l’autre

Il a v’nu one èt l’ ôte.

Il est venu l’une et l’autre.

 

 

6) article devant un superlatif épithète

Ex :

li pus long djoû

le jour le plus long

 

Remarque 

 

Il n’y a pas de confusion possible, comme en français.

Ex : C’est son fils le plus intelligent.

C’ èst s’ fis (qu’ èst) l’ pus malin (rimètu à d’s-ôtes qu’ à sès frés).  

à attribut

ou: C’ èst s’ pus malin fis.                                                                        

à épithète

 

 

7) La répétition de l’article défini est obligatoire dans une énumération, quand le premier terme de la série a l’article.

Ex :

Lès feumes, li mwin.ne, lès vîyès djins, tot l’ monde èsteûve dischindu.

« Femmes, moine, vieillards, tous étaient descendus .» (La Fontaine, La mouche du coche)

Adiè l’via, l’vatche, li pourcia èt l’covéye !

« Adieu veau, vache, cochon, couvée ! » (La Fontaine, Perrette et le pot au lait)

lès frés èt lès soûs  

(F) les frères et soeurs (N) de broers en zusters

 

Remarque 

 

1 Il en est de même au singulier, quand on ajoute un à un mais dans ce cas, le français emploie l’article au pluriel.

Ex : li pa èt l’ man      (F) lès père et mère

 

2 Le français fait une différence où le wallon n’en fait pas, quand il s’agit d’un seul       concept qualifié ou de deux concepts différents qualifiés.

Ex :

  1. a) un seul concept : li preumî èt l’ dêrin côp (F) la première et dernière fois.

C’ èst l’ preumî èt (en min.me timps) l’ dêrin côp qui dj’ vos l’ di ! 

  1. b) deux concepts différents : li preumî èt l’dêrin côp (F) les première et dernière fois.

 

Li preumî (côp qu’ dj’ a v’nu, c’èsteûve èyîr) èt l’ dêrin côp (qui dj’ vêrè, sèrè londi).

Ètur li preumî èt l’ dêrin côp, on vièrè do candjemint .

 

3 Mais le wallon fait entendre une différence, quand il s’agit de deux fois plusieurs concepts différents.

En français, cela ne se voit qu’au « s » du pluriel des adjectifs.

Ex :  lès preumîs èt lès dêrins côps    (F) les premières et dernières fois.

 

 

8) Devant un nom de parenté, suivi du nom de famille, du prénom ou d’un sobriquet, on ne l’emploie pas, que l’on s’adresse à la personne en question ou qu’on parle d’elle.

En français, il s’emploie quand on parle de la personne.

Ex : nin.nin Roger, ninine Mârgueurite, mononke Emile, matante Claudia, pârin Johan, cousin Paul, cousène Albèrte

Dimwin, mononke Josy va v’nu .

Bondjoû, mononke Canârd ! 

 

Mais quand on parle de quelqu’un avec lequel on est vaguement parent ou ami, ou même pas du tout, on emploie parfois « li » ou « lès ».

Ex : Li cousse (=l’ ome) a stî tot saîsi.

« On s’ a batu, on s’ a batu, / On-z-a touwé l’ cousin Pouyu .»  (chanson)

 

 

9) Dans certaines maximes, l’article défini n’est pas employé.

Ex : Cia qui m’ pite, djè l’ ripite, cia qui m’ tripe, djè l’ ritripe.

 

 

10)  Le wallon emploie l’article « défini » là ou le français emploie parfois l’article « indéfini ».

Ex : su l’ travau (F) sur un chantier

awè l’ reûme   (F) avoir un rhume

On dit cependant respectivement « on », « one» ; quand on caractérise ce rhume ou cette grippe.

Ex : Dj’ a on reûme à d’mèrer coûtchî .

Dj’ a atrapé one gripe di tos les diâles .

 

Exemple d’auteur

 

« Quand il a falu moussi dins dès grands pantalons, n’ èsteut-ce nin cor on rèfwârci gamin   qu’ on voyeut su l’ travau por one risèye ? » (Laloux 1969, 11) (CW)