1.3.1 Usage fréquent

 

La langue wallonne se sert abondamment de formes substantivées.

 

 

> nom

adverbe

 I gn-a dèdja dès foû,

 (Remacle 1937, 66) (E)

 

Il y en a déjà « des dehors » ,de ceux qui sont dehors, qui sont sortis

infinitif

 

 

au + inf. ((â + inf.) (Remacle 1937, 66) (EW))

I s’ ruwine â promète èt s’ ra â n’ rin d’ner. (Remacle 1937, 66) (E))

Il se ruine à des promesses et se rattrape à ne rien donner.

 

I ‘nn’ è co tot-â c’minci. (Remacle 1937, 66) (E)

Il en est encore tout au commencement.

 

Qwand quu dj’ so â moûde, … (Remacle 1937, 66) (E)

Quand je suis en train de traire.

di + inf. ((dè + inf.) (Remacle 1937, 66) (E), do (sud-est namurois))

Wârdez-ve dè rin dîre . (Remacle 1937, 66) (E)

 

Gardez-vous de ne rien dire.

 

Il avint consiè do n’ nin k’boutè l’ Daguèt. (Calozet1930, 99) (C)

Ils avaient conseillé de ne pas heurter Daguet.

NB Mais, chose curieuse, le phénomène ne se produit que devant un infinitif commençant par une consonne.

On dit « â c’minci, non « à l’ ataker (= à attaquer), en 1iégeois  « dè vèy, mais non « di l’ aprinde (= d’apprendre). C’est que 1′ « 1» serait équivoque : au lieu de l’article, on y verrait un pronom personnel; « à l’ ataker ne signifierait plus  » à attaquer  » mais  » à l’ attaquer « . (Remacle 1937, 66) (E)

 

nom

 

nom propre > nom commun

 

Au sg, souvent : iun, eune di Djumèt, dou Roû ;

au pl. : lès djins d’ Souvrèt, dè Trèjenén ou bien lès céns, lès cènes dè Fontène, dè Gowi ;

parfois : in Djilî, lès Mârciène, dès Ronsaut. (Bastin 1965, 20) (O)

 

adjectif

do bleuw

du bleu

 

one saqwè qu’ èst mètu su l’ long

quelque chose qui est mis sur son long, càd. dans le sens de la longueur

 

do djane d’ oû

du jaune d’oeuf

adverbe

l’ en-ddins

le dedans, l’intérieur

verbe

li d’djuner

le (petit) déjeuner

membres de phrases

lu d’vant-l’-îviêr (Remacle 1952, 113) (E)

l’avant-l’-hiver, càd. l’automne

 

lès drî-Rwène (id.)

les [terrains nommés] derrière Roanne

 

one à-r’dîre (id.)

un défaut

 

on va-se-tu-r’tchâfe (id.)

un retourne-te-chauffer, càd. une réprimande

 

à l’ va- (ou vin-) se-mi-r’qwîr (E)

litt. à la va si (= et) me recherche, à la va (ou viens) me rechercher, càd. sans soin, à la diable’

 

C’ èsteût l’ ôte djoûr, mès gn-a djà on long l’-ôte-djoûr. (substantivation occasionnelle)  (Remacle 1952, 114) (E)

C’était l’autre jour, mais il y a déjà un long « l’-autre-jour ».