1.1 Genre 

 

 

1.1.0 Masculin et féminin

 

Masculins : noms d’hommes et d’animaux mâles, métaux, saisons, mois, jours, fractions.

Féminins :  noms de femmes et d’animaux femelles.

 

Remarque 

Originaires de l’italien, les noms féminins en français donnés à des hommes sont masculins en wallon.

Ex.: on stafète (une estafette), on bia ôrdonance (une belle ordonnance (soldat au service d’un officier)), on sentinèle (une sentinelle).

 

 

1.1.1 Noms de personnes

 

 

1.1.1.1 Certains noms de personnes sont les mêmes pour le masculin et le féminin.

 

Ex : on boûria (bourreau), on-auteûr, on profèsseûr, on tèmwin,…   

NB  On a aussi « boûriate » (fém. de « boûria »).

 

 

1.1.1.2 Certains noms de personnes ont toujours une forme féminine.

 

Ainsi: one amûsète, one charogne, one djouwète, one pratike (un client), one racusète(-potéye) (délateur (terme enf.)), one sôléye (un ivrogne), one tchawète, one tchafète (une personne bavarde),…

 

Ex :

Mins tot çoula, c’ èsteût lès p’titès pratikes. (E)

Mais tout cela, c’étaient les petits clients.

Dju sû oune vî pratike. (Francard 1994) (S)

Je suis un client de longue date.

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

« … Crochant dès crosses èt massiant do frumint, / Pus, inte lès côps, ronflant come one sôléye, / On craus couchèt vikeut, co pus eûreûs qu’ on rwè, … » (Houziaux 1954) (C)

 

« Awè, Mitchî Pèkèt è-st-ine sôléye, li pus grande sôléye qu’ on pôreut trover d’ lâdje èt d’ long… » (Ista 1908, 56) (E)

 

 « Quand is s’ ont r’vu, ça l’s-a saîsi, / Il a d’vènu come ène sôléye… » (Leclercq 1951) (O)

 

 

1.1.1.3 Certains noms de personnes n’ont qu’une forme masculine et ne s’appliquent qu’à des hommes.

 

Ex : on bâbaud (un arriéré), on vîy drouzin (un ronchonneur), on lôlô (un niais), on laîd man’ (un laid bougre), on manikèt (un petit homme), on mènzik (un petit homme maigrelet), on  marou (un coureur de femmes < un chat mâle), on pagnouf (un rustre), on pâpâ (un individu puéril),…

 

 

1.1.1.4 Certains noms de personnes n’ont qu’une forme féminine et ne s’appliquent qu’à des personnes du sexe féminin.

 

Ex : one dôrlin.ne (une geignarde), on kèkîye-mu (une fille ou femme provocante), one tchak-tchak (fille ou femme bavarde), one vîye taute (une vieille femme ennuyeuse), one pitite macrale (une petite fille enjôleuse),…

 

 

1.1.1.5 Certains noms masculins s’emploient pour des femmes.

 

Ex : on chamau, on chovion (une souillon), on chure-pot (id.), on diâle (un diable), on p’tit (h)atcha (petite péronnelle (Bertr.-D. s.d., 56) (E)), on housâr (une femme hardie < hussard), on-ètané lagnèt (une souillon < lagnèt: lavette; ètané: très sale), on rèseû (une femme méchante) (Bertr.-D., s.d.) (E), on vîy troubadoûr (une vieille femme, qui veut passer pour plus jeune en se ridiculisant) (C, E), on waltrou (une fille garçonnière) (Bertr.-D., s.d.) (E), on måssî wårbau (une femme dégoûtante) (Bertr.-D., s.d.) (E).

 

 

1.1.1.6 Les noms de métiers

 

1) Certains noms de métiers de femme n’ont pas de correspondant masculin.

     Ex : acoûtcheûse, bèguène, buwerèsse (, ayite) (lavandière), costri (couturière), ristindeûse (repasseuse), tapeûse di cautes (cartomancienne),…

 

2) Certains noms de métiers d’homme n’ont pas de correspondant féminin.

Ex : curé, madjustêr (, maurlî) (marguillier), (h)ouyeû (mineur), fossetî (ouvrier de fosse à terre plastique),…

 

 

 

1.1.1.7 Remarques

 

1) « djin » (personne) est féminin au singulier.

Au pluriel, l’adjectif qui le qualifie est féminin s’il est épithète et masculin s’il est attribut.

Ex :

Lucîye, c’è-st-one boune djin. 

Lucie, c’est une bonne personne.

Lès djins sont mèchants.

Les gens sont méchants.

C’èst totès vîyès djins (omes èt feumes).

Ce sont toutes personnes âgées (hommes et femmes).

 

Mais : one vîye djin = one vîye feume (une vieille femme)

Ex :

Li vîye djin èst mwate.

La vieille femme est morte.

 

N.B. : Après « vîyès djins » (personnes vieilles) représentant aussi bien des hommes que des femmes, l’adjectif qualificatif se met au féminin pluriel.

Ex :

Cès vîyès djins-là sont malureûses.

Ces personnes âgées sont malheureuses.

 

 

2) One djèrmèle (singulier) (des jumeaux) s’emploie aussi pour des jumelles.

 

 

1.1.2. Noms de choses

 

 

1.1.2.1 Les noms de ce qui est asexué sont masculins ou féminins.

 

S’ils ont la même origine, ils ont d’habitude le même genre en français et en wallon. (exceptions ci-dessous.)

S’ils n’ont pas la même origine que le nom français ou celui dans d’autres langues romanes avec la même signification, ils ont le même genre ou un genre différent.

Ex :

wallon

français

italien

espagnol

portugais

 

 

 

 

 

on-uch (m.) (ouh (E))

une porte (f.)

una porta (f.)

una puerta (f.)

uma porta (f.)

on fougnant (m.)

une taupe (f.)

una talpa (f.)

un topo (m.)

uma topeira (f.)

one grawîye (f.)

un tisonnier (m.)

un attizzatoio (m.)

un atizador (m.)

um atizador (m.)

on vacha (wahê (E)) (m.)

un cercueil (m.)

una bara (f.)

un ataúd (m.)

um caixão (m.)

dè l’ blé (f.)

du seigle (m.)

della segale (f.)

centeno (m.)

centeio (m.)

 

 

NB A Faymonville (Waimes), on utilise « one vîhe uh » (une vieille porte) (Bastin 1909, 325) (EW).

 

 

 

 

1.1.2.2 Les noms sont masculins en wallon, féminins en français.

 

(W) masculin

 

(F) féminin

on-advina (-(i)a (C); Bertr.-D., s.d.) (E)

une devinette

di l’ aurpi (f. hårpih (E))

de la poix

on bâre (C, S; båre (E))

une barre

on botike (C, E; boutike (O, (Bastin 1909) (E)) (mais one _ (Francard 1994) (S))

une boutique

on casake (C, O)

une casaque

on crama (C, E, O, S)

une crémaillère

do chlag (C, O)  (D) der Schlag (m)

de la schlague

on côrwè (co(u)-: m. ou f. (E))

une courroie

on couyî (cwî (E)) (L) cochlearium (m)

une cuillère

on crèstia (-ê (E, S))

un coteau, une crête

do crèyosote

de la créosote

on dint (C, E, O, S) (L) dens (m)

une dent

do glou (dou glû (Bastin 1965) (O))

de la glu

au Létâré

à la Laetare

on lin (E, O)

une lente

do mossia (-ê (E), mosserê (Francard 1994) (S))

de la mousse (plante)

on moustikaîre (C, -êre (Francard 1994) (S))

une moustiquaire

do mwèle

de la moelle

do nake (C, O, S; m. ou f. (E)) (I) naccaro (m)

de la nacre

on nache (Léonard 1952, 24) (C)

une cachette

Noyé (C, E, S; Nowé (O)): au _ (L) dies natalis (m)

à la Noël

Pauke èst timpru. (mais: f. à l’ florîye Pauke (à l’ florèye Påke (E)): à Pâques fleuries)

Pâques

on pièle (C, E)

une perle

on prîjon (-i- (O); f. (E, S))

une prison

do sadje (f. (E, (Francard 1994) (S))

de la sauge

au Sint-Biètrumé[1]

à la Saint-Barthélemy

au Sint-Fouyin

à la Saint-Feuillen

on sqwêre (-ére (E), èkére (O))

une équerre

on stope (f. (E))

de l’étoupe

on stauve (stå (E), stâve (S))

une étable

on tos’ (C, E) (mais f. (Francard 1994) (S))

une toux

au Tossint (Coppens 1959, 18) (O)

à la Toussaint

on vièrmin

une vermine

on vis’ (C EW, O) (L) vitius (m) (mais f. (Francard 1994) (S))

une vis

do wadje[2] (wè- (E);  f. _, ôrdje (Francard 1994) (S)) (L) hordeum (m)

de l’orge

 

 

NB En est-wallon, on trouve également: in-afêre (une affaire), in-årmå (une armoire), on casèr (« ô léd casêr » (une laide caserne) (Bastin 1909, 323)), on coveteû (une couverture), on coronis’ (une corniche), on coupèrou (une culbute), on crama (une crémaillère), on drougue (une drogue), on lèçon (une leçon), on lote (une loutre), dè poûde (« qué fwêrt poûde ! » (quelle poudre forte (produit pharmaceutique) !) (Bastin 1909)), dè récoulisse (de la réglisse), on sintinèle (une sentinelle), do soûf (de la suie). (Bertr.-D., s.d.) (E)

On utilise localement « on hété bwèsson » (une boisson saine), « ô léd casêr » (une laide caserne), « qués greus cwènes ! » (quelles grosses cornes !), « on noû gareri » (une nouvelle galerie = jubé)), « tos cès grous ! » (que de grues (oiseaux) !), « po l’ noû route » (par la nouvelle route), « dès vîs sansous » (de vieilles sangsues) à Faymonville (Waimes) (Bastin 1909, 323-325) (E).

En ouest-wallon, on aura: in lin (une lente), au Toussint (à la Toussaint) (Bastin 1965) (O).

 

Ex : dès mâvas dints (de mauvaises dents), do plakant hârpi (de la poix gluante), on kèyî d’ drogue (une cuiller de médicament) (Bastin 1909, 323-325) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

on bâre : « On d’djeûve qu’on l’aveûve aloyî su one reuwe èt qu’on lî aveûve brîjî sès mimbes avou on bâre di fiêr. » (Awoust 1982) (C)

« C’èst là, qui, lès djoûs d’ condjî èt après li scole, is s’rachonenut po djouwer aus sôdârts, aus voleûrs, … ; aus longs bâres ,… » (Gillain 1932, 12)  (C)

 

on botike : « Ci djoû-là, lès-ôrdonances courin.n au botike èt rapwârter dès crins d’ chôcolat èt dès grandès botèyes d’ Astra ; … » (Matterne 1985, 41) (C)

 « Tchantchès vint å botike da Mèrence tot lî hinant ‘ne plome so s’ tièsse. » (Bury 1895, 318) (E)

« A l’ divanture d’ in bia boutike, / V’là qu’ ène oranje di preumî tchwès / S’ fèyeut waîtî come ène rèlike / Dins s’-n-embaladje di papî d’ swè. » (Dupont 1986, 6) (O)

 

on casake : « Li cén qu’ avèt tchaussî lès solés da Bèbêrt n’èstèt nén l’ dêrén à satchî pau casake li vî Patrice qui sayèt d’ tchèssî tote li pèkéye. » (Wartique 1954, 171) (O)

 

 

1.1.2.3. Une série de noms féminins en wallon sont masculins en français.

Parfois aussi en italien.

 

(W) féminins

 

(F) masculins

(I)

one âdje (C, O; m. ou f. a- (E); m. (Francard 1994) (S))

un âge

un’ eta (f)

one afe (C, E, O, S)

un aphte

un’ afta (f)

one aîr[3] (êr (E, S), ér (O))

un air

un’ aria (f)

one aminwêr

un laminoir

un lamintoio (m)

one fwète anôye (Bastin 1909) (E)

un gros ennui (fwète; litt. forte)

 

one anis’ (C, E, O; m. (Francard 1994) (S))

un anis

un anice (m)

one antrake (C, E, O; m.  (Franc. 1994) (S))

un anthrax

un antrace (m)

one aprèsse (C, O)

un apprêt

un’ apparatura (f)

one arèyoplane (C, E, O)

un aéroplane

un aeroplano (m)

one as’ (C, O, S)

un as

un asso (m)

one asplagne (-pagne (E))

un empan

 

one atoute (-ote (E), -out (O))

un atout

 

one aurmonak (ârmonak (Francard 1994) (S))

un almanach

un alamanacco (m)

one autobus’

un autobus

un autobus (m)

one autocâr

un autocar

un’ autocorriera (f)

one awous’[4] (C, E, O; m. (Franc. 1994) (S))

un août

un agosto (m)

one baramète (baro-: m. ou f. (E))

un baromètre

un barometro

one bauje (båhe (E))

un baiser

 

one bauye (båye (E))

un bâillement

 

dè l’ bicârbonâte

du bicarbonate

del bicarbonato (m)

dè l’ blé[5] (C, E, O)

du blé

del grano (m)

one bouboune (bobone (E))

un bonbon

un bonbon (m)

one caramèl (C, E, O)

un caramel

una caramella (f)

one cârau (1) (m. -ro (E))

un carreau

un quadro (m)

one carotche (CW; m. ou f. (E);

-oche (O))

un carosse

una carrozza (f)

one cense (2) (C, E)

un centime (N één cent)

 

dè l’ cièrfouye (m. -fou, chèrfou (E))

du cerfeuil

del cerfoglio (m)

one cimintiére (C; cimi- (E); m. ou f. ; -iêre (O))

un cimetière

un cimitero (m)

one cope (C, E; -ou- (O))

un couple

una coppia (f)

one couviète (C; m. -ke (E); _, -ke (O))

un couvercle

un coperchio (m)

one crisantême (CW; -tène (OW))

un chrysanthème

un crisantemo (m)

one cwane (4) (CW, SW; -è- (EW))

un coin

un angolo (m)

dè l’ diyabète (mais m. (Franc. 1994) (S))

du diabète

del diabete (m)

one djinièsse (C, E; djugnèsse (Francard 1994) (S))

un genêt

una ginestra (f)

dè l’ djiroufe

du girofle

del garofalo (f)

dè l’ doutance (dot-: (E; Francard 1994 (S))

du doute

il dubbio (m)

dè l’ dragone (C, E)

de l’estragon

del dragoncello (m)

one élastike (C; m. (E); O; è- (Francard 1994) (S))

un élastique

un elastico (m)

one èplausse (-åsse (E); _, implâte (O))

un emplâtre

un impiaro (m)

one èritance (C, E, O)

un héritage

un’ eredita (f)

di l’ étêr

l’éther

dell’ etere (m)

one frake (C, E, O, S)

un frac

un frac (m)

li gangne (C, E, S)

 

le gain

il guadagno (m)

one jèsse (C; m. ou f. (E); dj- (O); m. (Francard 1994) (S))

un geste

una geste (f)

one jujube (C, E, S)

un jujube

una giuggiola (f)

one keûr (carte) (C; m. ou f. (E)) (5)

un coeur

cuori (m.pl.)

one lacète (lè-: (E), (Franc. 1994) (S))

un lacet

(/= / una stringa)

dè l’ mastike (C, E, S)

du mastic

del mastico (m)

one minte (C, E, O, S)

un mensonge

una menzogna (f)

one ongue (C, E, O, S)  (L) ungula

un ongle

un’ ungula (f)

one ôrgue (C, S; ôr (E))

un orgue

un organo (m)

one ôsêre (wèsîre (E))   (L) auseria

un osier

(/=/ un vinco)

one ostèye  (us- (E); ustîe, ustèye (Francard 1994) (S))  (L) usitilia

un outil

(/=/ un arnese)

one parapète (m. (Franc. 1994) (S))

un parapet

un parapetto (m)

one pâtêr (6) (på- (Ew); -èr (Francard 1994) (S))

un Pater

un Pater

dè l’ pètrole (C, E, O, S)

du pétrole

il petrolio (m)

one pike (carte)  (7) (C, E, O, S)

un pique

picche (f.pl.)

one pilasse (C; m. (E); O, S)

un pilastre

un pilastro (m)

one quadrîye (-drile (E); -drî: m. (Francard 1994) (S))

un quadrille

una quadriglia (f)

one quolibète (C, E, O, S)

un quolibet

 

one ray (C, E, O, S)

un rail

(/=/ una rotaia)

one radis’ (8) (rå- (E); m. (Francard 1994) (S))

un radis

una radice (f)

one robète (E, S)

un lapin

un coniglio (m)

one sau (C; så (E); O; sâ (S))

un saule

un salice (m)

one saye (C, S; så- (E))

un essai

 

spiète: dè l’ sipiète (_, s(i)pête (E); s(è)piate, s(u)pête (Francard 1994) (S)) (L) spelta

l’épeautre

la spelta (f)

spinasse: one s(i)pinasse (C, O; m.

-nå (E))

un épinard

un spinace (m)

dè l’ sirope (C, O; -ôpe (E, S, O))

du sirop

del sciroppo (m)

dè l’ sulfate

du sulfate

del sulfato (m)

one tchamwèse (C, E) (9)

un chamois

un camoscio (m)

dè l’ tchène (C, E) (L) canaba

du chanvre

della canapa (f)

one tram’ (C; (Detaille 1983) (E); O; m. (Francard 1994) (S))

un tram

una tranvai (f)

one trèfe (carte) (10) (C, S)

un trèfle

 

one trombone (C, E)

un trombone

un trombono (m)

 

 

Remarques concernant le tableau

 

1 on cârau = (F) un carreau, une vitre; one cârau = (F) une carte de la série « carreau »

 

2 one cense valait en réalité deux centimes.  one dimèye cense valait un centime.

 

3 cièrfouye vient de « ciêr » = (F) cerf et de fouye = (F) feuille. En français, « cerfeuil » devrait s’écrire « cerfeuille » et être au féminin.

 

4 one cwane a deux significations :

une corne

Èlle a ieû on côp d’ cwane en-z-alant moude.

Elle a reçu un coup de corne en allant traire.

un coin

Rilâvez bin dins lès cwanes, là !   riwaîtî à cwane

Lavez à nouveau bien dans les coins!

regarder de biais

 

5 on keûr = (F) un cœur (organe);  one keûr = (F) une carte de la série « cœur »

6 on Pâtêr = (F) un Pater, un Notre-Père; one pâtêr = (F) une prière quelconque

7 one pike peut signifier aussi une arme d’estoc ou un trait moqueur, blessant

8 Cette forme est devenue rare ; on dit le plus souvent : on radis.

9 On dit aussi : one pia d’ tchamwèse.

10 Le trèfle (plante) se dit : dès clâves.

 

Ex : lu cwène do fornê (litt. le coin du fourneau) (le coin du feu), dè l’ fwète ér (litt. de l’air fort) (une forte bise), one boune èplâsse (un bon emplâtre), one pâtêr po tchake (un pater pour chacun), do l’ tchîre pètrole (du pétrole cher), do l’ bone sirôpe (du bon sirop), one bèle ustèye (un bel outil) (Bastin 1909, 323-325) (E).

 

Exemples d’auteurs

           

« C’ è-st-ène bèle âdje pou èn-èfant. »  (Maudoux 1983, 3) (O)

 

« ène bèle âdje »  (Coppens 1962) (O)

 

« Dji rèspire li bone aîr à plins peûmons, dji choûte… » (Collet 1984, 3) (C)

 

« … qu’ine pitite promenåde à l’ grande aîr èlzî faît dè bin. » (Houbart-Houge 1981, 29) (E)

 

« … ou bin d’ièsse tranquîye à l’ boune aîr dins s’ djârdin, èt di r’lîre saquants vêrs da Virjile… »  (Bal 1962) (O)

 

« … nos v’s-èmwin.nerans bin lon su one aréyoplane. » (Houziaux 1946, 68) (C)

 

     « L’astote sètche. » (Laloux 1974, 206)  (C)

 

« Lèyoz nos ièsse li rodje fleûr o djane tchamp dè l’ grande awous’.» (Pirotte 1985) (C)

 

« Nos-ôtes, les vîyès caramèls, i gn-aureûve qui deûs fistus d’ solia è l’aîr, on n’ si sint pus. »    (Laloux 1974, 140) (C)

 

« … dès bias p’tits-agnons bin roselants, do pourpier doré, do pêrzin, dè l’ cièrfouye, one houpe di pilé (come ça sint bon, tot ça !). »  (Gillain 1932, 76) (C)

 

« Après mèsse, lë cûré dët lès-absoûtes ; après, i min.ne lë mwârt à l’ cimintîre, i va bènë l’ tombe .»  (Gaziaux 1987, 272) (C)

 

« Èm matante èyèt mi, nos r’vènîs doûcemint dè l’ cimintiére .» (Roman 1984) (O)

 

« Et ça faît qui, quand dj’a pris m’ posse vêci, dj’a r’mârké one cope di manèdjes. »     (Rivière 1954) (C)

 

« Èn-avant, c’ èst l’ djon.ne cope qui rote li prumî, tote fîre èt tote binåhe di viker. »    (Renkin 1979, 319) (E)

 

« … dès grandès nwârès tchausses di lin.ne, tinkyîyes au coron d’one nwâre élastike. »    (Laloux 1969, 7) (C)

 

« .. ène anciène frake à pans qui m’ mononke aveut sûremint ieû pou s’ mârier. » (Roman 1984, 8) (C)

 

« Pâr li, nos sèrans pârdonés / Di totes nos laîdès jèsses. » (Maréchal 1958) (C)

 

« À l’ Novèl An, l’ eûwe piche voltî. » (Aurmonak di Nameur po 1961, p.11) (C)

 

« C’ èst pour mi qu’ lès-ongues astin.n toutes ûséyes. » (Bay 1955) (O)

 

« One pitite ostèye faîte d’on mantche avou one tièsse au d’bout. » (Collet 1984, 10) (C)

 

« Peû qu’i n’ ravike, faut dîre one pâtêr. » (Wérotte 1979, 110) (C)

 

« Nèni, èlle è-st-èvôye, sins r’protche, /  Dîre saqwantès pâtêrs à l’ èglîse dè l’ parotche. »   (Remouchamps 1886, 20) (E)

 

« One lumerote à l’ pètrole dins on bleuw vêre. »  (Laloux 1969, 178) (C)

 

« A ç’ vîye-là, il aveûve gangnî on bon stomak èt dès bounès pougns. »  (Gillain 1927, 130) (C)

 

« Quékefîye conte lès tièsses dès grossès saus què lî catchin.n’ li solia. »  (Bacq s.d., 1) (C)

 

« … houlotes èt cwèrbâs soketît d’ vins lès bassès sâs ; … » (Michel s.d., 26) (E)

 

« Djouwez bin vosse djeu po n’ nin spaude vosse boune sirope ! » (Thérasse-Brichard 1982, 16) (C)

 

« Siya, vormint, on dîmègne, nos-ans stî, nos deûs Marîye, veûy André, qu’èsteûve sôdâr à          Spa, à l’ tram’ dispôy Pèpinstêr… »  (Laloux 1974a, 53) (C)

 

« .. l’ fôme d’ one trèfe su on sou fin drwèt come nos l’ avans dit pus wôt. » (Michelle Collard-Marchal, L’église de Saint-Séverin en Condroz, p.5) (C)

 

 

 

 

 

 

 

1.1.2.4 Remarques

 

1) Données de temps

Sont du masculin les noms des

jours

Tos lès londis, il è r’va à s’ pension.

Tous les lundis, il retournent dans sa pension.

mois 

Come mârs’ trove lès potias, i lès laît.

litt. Comme mars trouve les flaques, il les laisse. (Le début et la fin du moins de mars sont souvent identiques en matière d’humidité.)

saisons

L’ èsté a stî tchôd.

L’été a été chaud.

années

2050 sèrè co rade passé.

2050 sera encore vite passé.

 

Sont du féminin certains noms de fêtes : li Pintecousse (la Pentecôte), l’Assincion, li Tossint.

Ex : À l’ Pintecousse, on mârche à Djèrpène.

Li Tossint, lèye, c’ èst todi à l’ min.me date.

 

Mais : au Létâré, au Noyé, au Sint-Biètrumé, au Sint-Fouyin, au Sint-Christophe,…

Ex : « Alons, tos lès chinèls / Fioz ranchî vos galziènes, / C’ èst l’ djoû do Létâré, /  I faut sawè sâbrer ! » (Chanson de carnaval de Fosses-la-Ville)

Au Sint-Biètrumé, on mârche au Banbwès.

« Au Sint-Christophe, li curé d’Hanzinèle, / À ç’ qui parèt, faît danser lès bauchèles,… » (Chanson folklorique des Marches de l’Entre-Sambre et Meuse)

 

 

2) Certains noms changent de sens en changeant de genre.

on jèsse          

un geste

Il a faît on jèsse come po s’ foute.

(Il a fait un geste en guise de moquerie.)

one jèsse        

une action

Voler s’ grand-mére, c’ è-st-one laîde jèsse.

(Vole sa grand-mère est une action répréhensible.)

on mémwêre

un mémoire

Èlle a faît s’ mémwêre su l’ walon.

(Elle a fait son mémoire sur le wallon.)

one mémwêre

une mémoire

Èlle a one mémwêre di lîve : èle li pièd è courant.

(Elle a une mémoire de lièvre: elle le perd en courant.) (ironique)

on moule

un moule

Il a stî faît dins on moule. (Il a été fait dans un moule.)

one moule

(= one mosse)

une moule

One moule, ça vike è l’ mér.

(Une moule, cela vit en mer.)

C’ è-st-one moule. (càd. Elle n’est pas nerveuse)

one Pâtêr

un Pater

 

on pâtêr

une prière quelconque

« A l’anêti, c’èsteut, è l’ tchapèle, li tchant dès complîyes, li pus bèle dès pâtêrs qui s’ p’lèt rèciter do l’ chîje. » (Houziaux 1964, 188) (C)

 

3) « one centime » est maintenant généralement « on centime »

     Mais : « Mais on n’ freut nén d’ tôrt d’ ène centime / À in p’tit qu’on pourèt spwèter »       (Dricot s.d.) (CW)

 

 

 

4) « afaîre »

féminin   

(F) événement 

C’ ènn’ èst one, d’ afaîre ! (C’est un fameux événement!)

masculin 

(F) objet 

on bia afaîre (un bel objet)

on p’tit afaîre (un petit objet)

 

5) En est-wallon, on dira au féminin: albasse (albâtre), anglêye (angle), buscûte (biscuit), candje (échange), entrake (entracte), tchûse (choix), toûbak (tabac), warglèce (verglas) (Bertr.-D., s.d.).

A Faymonville (Waimes), one noûve auté (un nouvel autel), one djône lîve (un jeune lièvre), one greusse pougne (un gros poing), do l’ fwète toûbak (du tabac fort) (Bastin 1909, 323).

En ouest-wallon, ène roule (rôle de tabac) (Bastin 1965), in monvés fin (une mauvaise faim), fatigue (fatigue), moustikére, daler au posse (aller à la poste), in pun (pomme) (Coppens 1959).

 

6) « chôse », employé pour un objet qu’on ne sait ou ne veut nommer, est masculin.

Ex :

Li chôse a stî discouvièt.   

La chose a été découverte.

Vos-avoz on chôse di rauyî.

Vous avez une chose arrachée.

 

« Chôse » employé pour une personne qu’on ne sait ou ne veut nommer, est,selon le sexe de cette personne, masculin ou féminin.

Ex :

Gn-a Chôse, là, qui d’ meûre à l’ Route, qu’èst co fayé.

Il y a Chose, là, qui habite à la Route et qui est encore malade.

Chôse, qui v’neûve todi, elle èst mâriéye ?

Chose, qui venait toujours, elle est mariée?

 

 

7) « one saquî » (quelqu’un) et « one saqwè » (quelque chose) sont du féminin.

Ex :

one saqwè d’ bia   

quelque chose de beau

one saquî qu’èst p’tit

quelqu’un qui est petit

 

Attention : « on saqwè » peut s’employer pour une personne par dérision ou mépris.

Ex :

Si feume, qué p’tit saqwè !

Sa femme, quel caractère!

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Vos p’tits mau-onteûs saqwès qui v’s-èstoz ! » (Laloux 1971a, 12) (C)

                               

« … on grand plat ou bin n’ casserole, èt totes sôrts di bons saqwès ;… » (Drapeau 1986, 5) (E)

 

« one saqwè » est féminin au singulier. 

Ex :

On n’ m’ a nin d’djà lèyî one pitite saqwè !

On ne m’a même pas laissé une petite chose!

 

Il est généralement masculin au pluriel.  Ex : dès bons saqwès.

Peut-être est-ce sous l’influence du plus employé : « dès saqwès d’ bon » (de bonnes choses).

On dit cependant « p’tit saqwè » à un enfant, garçon ou fille, sans distinction.

Cela se dit, quand un enfant dit ou fait quelque chose qui étonne, parce qu’il n’y  a pas de rapport avec son âge.

 

8) Alors que les noms composés ont d’ordinaire le genre du dernier composant, nous                avons : on-ègzimpe (un exemple), mais one pâr-ègzimpe (un événement inattendu)

Ex :

C’ è-st-on bia ègzimpe po l’s-èfants.

C’est un bel exemple.

C’ ènn a stî one, di pâr-ègzimpe, qui s’ faît co sinte, d’ alieûrs !

Cela a été un événement tellement inattendu, qu’on en ressent encore les effets, d’ailleurs!

 

[1] Devant la fête d’une sainte, on emploie le féminin.

   Ex : Dji mârche à l’ Sinte-Rolin.ne à Djèrpène.

[2] En français, l’usage est hésitant. On dit : « l’orge est belle », mais « l’orge perlé » et « l’orge mondé »

[3] one aîr peut avoir deux significations : a) l’air (élément)        Ex : viker à l’ boune aîr

  1. b) l’air (mélodie)         

one bèlé ér: un bel air (chanson), dès sotès-érs: des manières ridicules (Bastin 1909, 323) (EW)

[4] awous’ peut avoir deux significations :

  1. a) le mois d’août : dans ce cas, awous’ est masculin. Ex : Nos-avans ieû on bia awous’, mins

                                                                                                      julèt’ a stî poûri

  1. b) la moisson : dans ce cas, awous’ est féminin

[5] En wallon, « dè l’ blé » = du seigle.   En français, « du blé » = du froment.