1.2.2 Le pluriel 

 

1.2.2.1 Tous les noms substantifs et adjectifs prennent « -s » au pluriel, sauf quand le mot est déjà terminé par « -s » ou « -z ».

Au « x » final en français équivaut le « -s », au pluriel comme au singulier. (Jules Feller, Règles d’orthographe Wallonne)

 

Ex :    

on-a (ail)

dès-as (aulx)

on pû (pou)

dès pûs

on bauchèle (fille)

dès bauchèles

on signau (signal)

dès signaus

on bay (bail)

dès bays

on tch’vau (cheval)

dès tch’vaus

on boû (boeuf)

dès boûs

on travau (chantier)

dès travaus

on cârnavâl

dès cârnavâls

on vitrau (vitrail)

dès vitraus

on clau (clou)

dès claus

 

 

           

N.B. La langue wallonne emploie le pluriel pour « aler à pîds » (aller à pied), étant donné que les Wallons emploient leurs deux pieds pour marcher. (En néerlandais, en anglais, en allemand et en français, respectivement le singulier: te voet, on foot, zu Fuss, à pied!)

De même dans l’expression « ièsse su pîds » (être sur pied), les Wallons se tiennent généralement debout sur les deux pieds.

 

Exemples d’auteurs

 

« On l’ trosseut à pîds qwêre li trin à Âssèsse .»  (Laloux 1981, 57) (C)

 

« N’ èst-ce nin d’djà pêrcé bièsse do-z-oblidji lès-omes di gârde do d’morè su pîds                       totes lès nêts… ? » (Lefèbre 1956, 94) (C)

 

 

Remarques 

 

1 Les noms terminés au singulier par « -s » ou « -z » restent invariables au pluriel.

 

Ex :    

one crwès (croix)

dès crwès

one vwès (voix)

dès vwès

on pwès (pois)

dès pwès

on nez

dès nez

 

2 Les noms propres prennent « -s » au pluriel, sauf ceux qui se terminent par « -s, -x » ou

« -z ».

 

Ex : lès Chârliers, lès Gossèts, lès Verhovens. Mais : lès Delais, lès Dufaux, lès Deprez.

 

1.2.2.2 Certains noms sont toujours au pluriel.

 

lès-abondrwèts

le casuel, le profit variable

lès-acwârdances (-èr- (E))

les accordailles

lès-adjèts

la disposition intérieure d’une maison

lès-aîdants (ê- (E)) (m)

l’argent (monnaie)

lès-anaus (m)

les déchets de lin pour plafonner

lès-aprèsses (f)

les préparatifs

lès-atenants (E)

les parents, les proches

lès-atricayes

l’attirail

lès-Avints (C, E, S)

l’Avent

lès-ayèsses (Léonard 1952) (C)

les commodités

lès-ayous’ (Léonard 1952) (C)

les aïeux

dès badasses (E)

des ustensiles en faïence

lès bagnes (m)

le bain

lès bagues (E)

les habits

lès bèrdouyes (C, O) (f)[1]

la boue

lès bèrikes (C, O, E)

les lunettes

lès bètoles (ou: pè-) (bètaules (Bast. 1965, 24-25), pètaules (Copp. 1959) (O); bètsåles (E)) (f)

l’argent (monnaie)

lès bidons (C, O) (m) 

la vaisselle

lès bidouches (E)

l’argent

lès bièsses (C, O)

le bétail

lès bîles (C, O) (f)

la bile

lès brèles (C, O) (f)    

la ciboulette

lès bleuws-ouys (Léonard 1952) (C) (bleûs-oûys (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E))

les pommes de terre à yeux bleus

lès bloukes (E)

l’argent

lès bosins

des croûtes dans les cheveux

lès bouchenisses (m)  

l’ensemble de buissons

lès bouchètes (f)

la courte paille

lès bouflètes (ou: moflètes) (f)

les oreillons

lès boyes (= coliches = ègruwèles) (Léonard 1952) (C)

les écrouelles

dès brigausses (Léonard 1952) (C)

de petites friandises de différentes espèces, mêlées ensemble

lès brokes (f)  

les hémorroïdes

lès broûs (C, O) (m)

la boue

lès broûlés (E)

l’argent

dès brouyes (Bastin 1965, 24-25) (O)

une brouille

lès caliyâtes (Léonard 1952) (C)

le jeu de cache-cache

lès canicules (C, E, O) (f)

la canicule

fé dès capouls (= dès caniches) (E)

se coiffer à la Capoul (avec de peites retombant sur le front)

lès caurs (qwårts (E)) (m)      

l’argent (monnaie)

lès causes (f)

la cause ou les causes

lès censes (f)

l’argent (monnaie)

lès chlames (f)

les schlamms

lès chovisses = chovûres

les balayures

lès cindrisses (m)

les déchets du feu

lès cingues (f)

le zona

lès clâves (m)                               

le trèfle

lès cliks èt lès claks (m)

les objets possédés

lès cochis’ (-his’ (E))

les émondes

lès corwéyes (f)

les convulsions

lès costindjes (f)

les frais

lès cramions (m)

les démêlés

lès dispins (m)

la dépense ou les dépenses

lès djès (C, O) (m)     

la levure

lès djon.nes (m)

les objets personnels (outils, matériel scolaire, etc.)

lès drauches (-aches (Bast. 1965, 24-25) (O)) (f)

la drêche

dès drongues (Bastin 1965, 24-25) (O)

la croûte de lait

dès d’vises (Bastin 1965, 24-25) (O)

une brouille

lès-èknéyes (f)

les (grandes) tenailles

lès-êres

les arrhes

lès faces (Léonard 1952) (C)

les cheveux qui pendent des deux côtés de la face

lès fièrs (Coppens 1959) (O)

le forceps

lès fîves (Bastin 1909, 325) (E)

lès fièves (Coppens 1959) (O)

tron.ner lès fîves

lès fîves borguètes (ou morguètes) (C, O)

la fièvre scarlatine

l’état fiévreux

être fiévreux

la fièvre des marais

lès floûs (m)

la vase

lès fôrcètes (E, O)

les forceps

toumer lès qwate fotènes è l’ êr (E)

tomber les quatre fers en l’air

lès fraîs (m)

les frais

lès gotes (f)    

la goutte (inflammation)

lès glaîres

le glaire

lès grossès-eûwes (f)

l’inondation

dès grusias (guèrjas (Bast. 1965, 24-25) (OW))

de la grêle

dès guèguéses (Coppens 1959) (O)

de l’argent (monnaie)

lès håres (E) (f)

les habits

lès hosètes (f)

le pantalon (allemand: die Hose)

lès kèkèsses (f)

la discussion

lès kèsses èt lès mèsses (f) (de « qu’èst-ce » et « maîs »

les objections

lès liârds (C, O) (m)   

l’argent (monnaie)

lès lîdjes (ou: lîyes) (f)

la levure

lès lokes (Coppens 1959) (O)

dès bèlès lokes (Bastin 1965, 24-25) (O)

l’habit

un beau costume

lès lunètes (f) 

les lunettes

lès mariminces (f)

l’acte de méchanceté ou les jérémiades

lès marones                                   

le pantalon     

lès maursadjes (ou: mâr-) (m)

les semailles de mars

lès matènes (C, E) (f)

les matines

lès mèlon.nes (m)

un mélange de céréales (généralement avoine et vesces), qu’on sème ensemble

lès mèsaumènes (ou: mi-) (f)

les chichis

lès Mèyes (à Bouillon) (Twiesselman 1994) (S)

date de la procession du Saint-Sacrement

lès mines (f)   

le minerai de fer

lès mirlifices

les manières

lès montéyes (f)  [2]

l’escalier

dès morasses (maraches (Bastin 1965, 24-25; Balériaux s.d.) (O))

un marais

lès mossèts (m)

la mousse

lès-ôrémus’ (C, E) (m)

les oremus ou oraisons (en latin)

lès parints, lès bias-parints

les parents, lès beaux-parents

lès pârtîyes (f)

les parties génitales de l’homme

lès passes (opposé à: lès d’drîs) (Léon. 1952) (C)

début du rectangle ou petit jeu (au jeu de balle pelote)

lès pasteures (Léonard 1952) (C)

la nourriture pour le bétail

lès paukes (f)

la communion : première (privée ou  solennelle), au moment de Pâques

lès picayons (Coppens 1959) (O)

l’argent (monnaie)

 

 

lès ploukes (O)

la scrofule

lès pôcètes (C, E) (f) 

les menottes

lès pokètes (ou: plokètes) (f) 

la variole

lès pokètes (ou: plokètes) volantes (C; O) (f)

la varicelle

lès pul(p)es

les pulpes de betteraves

lès pwin.nes

la peine

lès ramadjes

les cancans

lès ramechisses

les ramilles

lès ringuions

les terres déchaumées

lès rouvioules (ou: rovioûles) (rèvioûles (E)) = roudjeûs (Bastin 1965, 24-25), -r (Coppens 1959) (O) (f)[3]

la rougeole

lès rumatisses (m)[4]

le rhumatisme = les rhumatismes

lès rumins (Léonard 1952) (C)

les ordures

lès sankes (f)[5] 

les alluvions

lès sankisses (m)

les alluvions (en grande quantité)

lès seus (Bastin 1909, 325) (E)

la croûte de lait

rawè sès songs

se remettre d’une émotion (song: sang)

lès spices

les épices

lès spitches (f)

l’argent (monnaie)

lès sprautes (ou: sprautches) (-au- (E))

les choux de Bruxelles

lès tayes (= ratayes = tayons = ratayons) (C, E)

les ancêtres

lès tchèrwés (m)

la terre labourée

dès tchitches (Bastin 1965, 24-25) (O)

de la chassie

lès trècins (m)

les terres confiées à un métayer

lès trigus (E)

les immondices, les décombres

lès vacances (f)

les vacances

lès veupes (ou: vèpes) (vè- (E)) (m)  

les vêpres

lès wèhotes (Bastin 1909, 325) (E)

la petite vérole

lès zigzonzètes

le zigzag = les zigzags

                                  

Ex: Alez qwê l’ botèye! Vos conechoz l’s-adjèts. (Va chercher la bouteille ! Tu connais la disposition intérieure de la maison.)                     

           

                       

1.2.2.3 Remarques sur l’usage du singulier et du pluriel 

 

1) one aprèsse : singulier, a un sens collectif. On dit généralement : dès-aprèsses.

Ex : On-z-è faît one, d’aprèsse, po l’ dicauce !

Is sont-st-en trin d’ fé l’s-aprèsses po l’ mâriadje di leû fèye.

 

2) one ârchive : très peu employé au singulier.

Ex : Li dèplome di vosse pas, c’ è-st-one ârchive à waurder.

 

3) one atricaye : très peu employé au singulier.

Ex : C’ è-st-one drole d’atricaye, qui v’s-avoz là po forer !

Ramassez vos-atricayes ! (= ensemble d’objets ayant un rapport entre eux : outils,           jouets, bijoux,…)

 

4) one bièsse 

  1. a) un animal quelconque

Ex : Ni vos fiyîz nin à on tchin ; c’è-st-one bièsse !

One pitite bièsse (ou : One bibiche) qui gripe, qui gripe.   (jeu d’enfant)

Gn-a one bièsse qu’a stî à nos canadas.

           

  1. b) un imbécile

 

Exemple d’auteur

« O Paradis, gn-aurè dès stauves po-z-î mète dès grossès bièsses come twè, sés se, Batisse ! » (Marchal 1941, 24) (C)

 

  1. c) un bovin

 

Exemples d’auteurs

« Ci qu’ gn-a d’ pus drole, c’ èst qu’ lès bièsses qui sont o  stauve n’ont nin l’ aîr 

    pus sbaréyes qui ça .» (Marchal 1941, 30) (C)

 

 « Mins quand lès bièsses mougnenut, i vaut mia visè à li, ca èles n’ont pont d’ cure di leûs modeûs .»  (Laloux 1969, 49) (C)

 

« One bièsse qui done come on pus’ à deûs sayas ! »  (Laloux 1969, 50) (C)

 

5) lès bouchètes : n’existe que dans l’expression : « tirer aus bouchètes » (F) tirer à la courte paille

 

6) on caur = one pitite pîce di manôye (langage d’enfant)

 

7) fîve : est toujours au pluriel dans « tron.ner lès fîves » et « tron.ner lès fîves bourguètes, lès                           tchôdes èt lès frèdes ».

 

8) fwace : est toujours au pluriel dans « di totes sès fwaces »

 

Exemple d’auteur

 

« Ele sère si poupène di totes sès fwaces conte lèye… »  (Wartique 1954, 181)  (C)

 

9) fwârt (substantivé) est toujours au pluriel dans « di mès (, tès, sès, nos, vos, leûs) pus fwârts »

 

Exemple d’auteur

 

« Là, waî, a-t-i dit en riyant d’sès pus fwârts, li Bèbêrt dè l’ cinse di l’ Uch au laudje,.. »  (Wartique 1954, 169) (C)

 

10) on gruzia : « I tchaît dès grusias »   (F) « de la grêle » ou des « grelons »

En wallon, on a toujours un pluriel.

On dira bien sûr : « Dj’ a ieû on grusia è m’-y-ouy », « Dj’ a vèyu on grusia come                    on-ou d’auwe »,…

 

11) one (h)ièbe : est toujours au pluriel dans « coude dès (h)ièbes », « fautchî dès (h)ièbes »,          « rauyî dès (h)ièbes », « dins lès (h)ièbes »  = (F) de l’herbe, dans l’herbe

 

12) one preûve : est rare. Ex : Lès preûves, c’ èst qu’ il a v’nu.

 

13) li pwin.ne : est au pluriel dans « Ça n’ è vaut nin lès pwin.nes »

 

14) quites : dans « ièsse dès quites ».

 

15) lès r’vindjes : dans « prinde sès r’vindjes » = (F) aller manger chez quelqu’un que l’on a reçu

 

16) li song : est au pluriel dans « rawè sès songs » = (F) se remettre d’une émotion

 

17) li vraî : est au pluriel dans « dîre sès vraîs à one saquî » = (F) dire à qqn ses quatre vérités

 

 

1.2.2.4 Dans certaines expressions, le nom est toujours au pluriel, alors que la forme normalement utilisée est le singulier.

 

Ex :

piède sès-êwes

perdre les eaux (pour une personne avant l’accouchement)

taper sès-êwes

perdre les eaux (pour un animal, avant la mise bas)

dè l’ soupe aus-agnons

de la soupe à l’oignon

si mète su lès rangs    

être candidat aux élections

mindjî dès rwèjins

manger du raisin (N) druiven eten

couru lès vôyes

être toujours en route (pour son plaisir)

fé lès vôyes

faucher le tour d’une terrre pour pouvoir achever à la      machine sans rien écraser

ièsse su tchamps su vôyes

être toujours en route

 

 

Exemples d’auteurs sur les noms toujours au pluriel en wallon

 

« Li feume a faît d’s-aprèsses  /  Po on p’tit soper d’ fièsse. »  (Mathot-Delbart s.d.) (C)

 

« Il avèt r’monté sès bèrikes su s’ front po lèyî intrer. »  (Wartique 1954, 161) (C)

 

« V’là qu’i r’ssowe sès bèrikes ! » (Bury 1895, 315) (E)

 

« Min.me qu’Antwin.ne, li vî maurlî, a tchaussî sès bèrikes, èt i farfouye dins s’ gros lîve po trouver d’ qwè rèsponde. »   (Henin 1974, 222) (C)

 

« Dj’a co rovyî mès bèrikes ! Prustez me lès vosses, champète ! »  (Gillain 1932, 141) (C)

 

« Li progrès èt nosse grand-pére, ça faît deûs, parèt ! Èt pa-d’zeû sès bèrikes, i m’ riwaîte avou on p’tit sorîre qu’a one miète l’aîr di dîre qui c’èst mi lès causes di tot ça. »  (Gillain 1932, 89) (C)

 

« I s’ î tint catchî d’zos dès fouyes, dins dès bouchenisses ou one aye. »  (Chapelle 1984a) (C)

 

« Èle mi raconteûve lès transes da nosse sinte mére, quand nos-avin.n lès bouflètes ou lès rouvioules. »  (Gillain 1927, 31) (C)

 

« Marîye-Aîli èst k’ nohowe po sès priyîres èt s’ a-t-èle li pouvwêr di sègnî l’ rôse, lès mås d’ dints èt lès  bouflètes. »   (Minet 1964, 139) (E)

 

« On l’a r’trouvé rwèd mwârt, sitindu dins lès broûs. »  (Mathot-Delbart 1983, 5) (C)

 

« Dins lès fonds, lès broûs nin t’ nint nin co fwârt, mins lès basses èstint prîjes. »  (Laloux 1974a, 60) (C)

 

« Il a-st-arivé on momint, qu’ lès caurs lî ont brûlé è s’ potche. »  (Awoust 1989, 10) (C)

 

« S’i faut dès caurs èt dès cayaus, dji n’aurè nin aujîye d’è rèche. »  (Gilliard 1964, 149) (C)

 

« Èt lès caurs qui dj’ aurè lèyî, si wêre qui ç’ fuche… »   (Gilliard 1964, 149) (C)

 

« Èt lès deûs-omes en ribote s’ ont dispètrogni one hapéye : Zidôre è d’djant qu’ il avot dès caurs assèz èt qui l’ têre djondant s’ maujo l’aèsserot. »  (Calozet 1958, 86) (C)

 

« On grand catolike, c’ è-st-one saquî… qu’ è-st-à tot ç’ qui s’ fêt dins l’ èglîje èt qui done dès caurs èt qui faît tot po l’ Èglîje. »   (Gaziaux 1987, 249) (C)

 

« Si d’djant qu’ gn-a pont d’ fiyâte à l’ banke ni au notaîre, / A l’ Caîsse di Spaugne gn-a nolu

   qu’ po lès contribucions i s’ vaureut co mia taîre, /   Di peû do piède sès caurs ou bin do ièsse vindu, /  Bin lon i lès-ètère, ère one grosse pîre dissus,… »  (Houziaux 1954) (C)

 

« Avou tès caurs qui t’as rauvelé à l’ banse,… »  (Rousseau 1971, 60) (C)

 

« Èst-ce ci qu’on tchante o doksau lès causes ? »  (Laloux 1969, 87) (C)

 

« C’ èst vos lès causes. »  (Laloux 1974, 208) (C)

 

« … ; c’ èst li qu’ a stî  lès causes qu’on nos-a faît one si bèle èglîje, èt come di jusse, nos n’è v’lans pont d’ôte come patron. »  (Houziaux 1964, 62) (C)

 

« … l’ aîr di dîre qui c’ èst mi lès causes di tot ça. »  (Gillain 1932, 89) (C)

 

« Au matin, èle dîrè co qu’ èlle a mau dwârmu èt qu’ c’ èst twè lès causes. »  (Laloux 1984, 194) (C)

 

« Èt n’ pinsez nin, si l’ dandjî d’ mindjî n’ sèréve nin lès causes, qu’ i gn-auréve bran.mint dès parèys à zèls en-Eûrope ? » (Petrez 1958, 74) (C)

 

« … ; il encaîsse lès censes, quand on vind dès-aubes. » (Gillain 1932, 40) (C)

 

« Ça n’ durerè nin ossi longtimps qu’ lès contribucions. »  (maxime)

 

« On-z-a ieû sogne di mète Ghislain avou po qu’ l’èfant n’ tchèyuche nin dins lès corwéyes. »

   (Houziaux 1964, 26) (C)

 

« C’èst co li qu’ faît tchaîr lès-èfants dins lès corwéyes èt l’zî foute li fîve-lin.ne .»  (Laloux 1969, 91) (C)

 

« I rapice si coradje, sès-èknéyes èt s’ mârtia »  (Bodard 1955, 31) (C)

 

« Tin, volà l’ mon.nî ! Vos-î avoz lèyi lès hosètes ossi, là parèt ? »  (Laloux 1969, 26) (C)

 

« I n’ tint pus dins sès hosètes. »  (expression)

 

« On djoû qui l’ vîy Mochin nos-aveûve pris dins sès clâves. » (Gillain 1927, 53) (C)

 

« Vos d’manderoz one diméye lîve di lîdjes, dès bèles, qui vos dîroz ! » (Lotin s.d., 2) (C)

 

« Brichôdè è l’ farène, dès lîyes èt do louwin. » (Houziaux 1964b, 114) (C)

 

« Li lacia, lès lîdjes qu’on comèle / È travayant. » (Loiseau 1958, 67) (C)

 

« Ayi, mins nin dès mariminces di rossia tchin, ni co dès colibètes, vos mè l’ vêroz dîre… »   (Laloux 1969, 27) (C)

 

« Avou sès vîyès matènes, li P’tit Limousin dischind todi one miète pus bas, todi pus bas. »   (Laloux 1969, 17) (C)

 

« Èles ni causenut qu’ quand èlle ont one saqwè à dîre qu’è vaut lès pwin.nes. » (Wartique 1954, 183) (C)

 

« Bè ! Ci n’èst nin lès pwin.nes, di-st-èle, il èst taurd èt Miyin èst tot seû o l’ maujon. »     (Laloux 1969, 16) (C)

 

« Vos m’ dôroz s’-t-âme po m’ grande mârmite. /  A fwârt bon compte, nos s’rans dès quites. »   (Beauraind 1957b) (C)

 

« Dji n’ lès-a nin faît. Ci djoû-là à l’ nêt, dj’aveu lès rovioûles. »  (Matterne 1985, 46) (C)

 

« Au pus sovint, après l’ fordjètadje, lès bièsses avins dès rûses do purè. »  (Laloux 1969, 41) (C)

 

« Su lès bâres pa-d’vant l’èglîje, li dîmègne divant veupes, lès-èfants djoûwenut. »  (Laloux 1969, 12) (C)

 

« C’èst tot ç’ qui vos trovez à rèsponde, quand dj’ vos di vos vraîs ? »  (Wartique 1954, 181) (C)

 

 

1.2.2.5 Certains noms sont toujours au singulier mais pluriels en français (sauf quand il est question de plusieurs exemplaires).

 

l’ awaîte (f)

les aguets

li bounan (m)

les étrennes

li comôdité (E) (m)

les lieux d’aisances (, les toilettes)

li lieû (C, E, O) (m)

les lieux d’aisances (, les toilettes)

li cisaye (C, O) (f)

les cisailles (du tôlier)

li cisète (C, E, O) (f)  

les ciseaux (de couturière)

li cisia (m)

les ciseaux (du jardinier)

li djèrmèle (= -ale (C, E)) (djumèle (O)) (f)

les jumeaux ou les jumelles

l’ èk’nèye (E) (f)

les pincettes de foyer

l’ entrèfète (f)

les entrefaites

l’ ètricwèsse (C, E, O) (f)

les tenailles

li fwârcète (f) 

les forceps

li marone (f)

le(s) pantalon(s)

li mouchète (E) (f)

les mouchettes (anc. instrument pour moucher la chandelle)

li moustatche (f)

la moustache ou les moustaches

li picète (-ch- (O)) (f)

les pincettes

li plante di canadas (f)

les plants de pommes de terre

li trokelète (f) 

1. les groupe de 3 noisettes; 2. les trijumeaux

 

 

 

 

Remarques 

 

1« awaîte » ne se rencontre que dans l’expression « ièsse à l’awaîte » = (F) être                       aux aguets, épier et « one longue awaîte » = (F) une longue période passée à                        guetter, « one coûte awaîte » = (F) une courte période passée à guetter.

2 « li cisau » est le ciseau du menuisier, de l’ébéniste.

3 « l’entrefète » est emprunté au français. En wallon, « entre » se dit « ètur ».

4 « li trokelète » signifie « li p’tite troke » = (F) la petite grappe.

 

Exemple d’auteur

 

« Èt Fine avou l’ bètchète do l’ cisète : on p’tit chaurd au bwârd, èt l’ twèye a churè en fritant èt crènant tot drwèt. »  (Laloux 1969, 31) (C)

 

 

1.2.2.6 Cas particulier

 

Le pluriel s’emploie comme en français. Cependant, lorsqu’il s’agit d’un caractère commun à plusieurs êtres ou à plusieurs choses, le wallon met volontiers le pluriel où le français met le singulier. (Remacle 1952, 75) (E)

Ex :

dès djins qui n’ ont vrêmint nin dès coûrs (E)

des gens qui n’ ont vraiment pas de coeur

dès djunis qui n’ ont nin dès steûles è l’ tièsse

des génisses qui n’ont pas d’ étoile à la tête

NB étoile: marque blanche portée sur le front, rappelant la forme d’une étoile

Is sont là qui hinèt lès cous è l’ êr.

Ils sont là qui lancent le derrière en l’air (enfants qui font le poirier)

Lès tchèts ont dès rèhès lêwes.

Les chats ont la langue rèche.

 

 

[1] dès bèrdouyes = dès broûs (en grande quantité)

7 one montéye = on-apas                 (F) une marche

8 cf (N) De roodvonk (sing.) IS besmettelijk.

9 ou « li reûmatike » (sing.)  (N) de reumatiek                              Ex : Awè dè l’ reûmatike.

10  du (N) zinken   (F) couler = descendre au fond de l’eau par accident