1.2.3 Le nom composé

 

 

1.2.3.1 Les noms composés ont le genre de leur dernier composant ou ont le genre de la personne à qui le nom est appliqué.

La plupart sont formés d’une forme verbale et de son complément. Ils se forment normalement comme dans les autres langues romanes : déterminé + déterminant.

 

Ex :

on-aloûwe-caurs

(fém. one aloûwe-caurs)

one saquî qui dispinse à maule vau

on(e) boute-todi

one saquî qui n’ lache nin d’ travayî = on(e) voyant(e)

on catche-misére

on(-âssez grand) d’vantrin

one gârdirôbe

on meûbe po-z-î pinde dès cotes

on grète-cu

on-aube avou dès pikots à sès fouyes, qui d’ meûrenut vètes è l’ iviêr: (F) le houx

on(e) grogne-lét

one saquî qu’ va coûtchî taurd

one kèkîye-mu

one qui provoke lès-omes

on l’ ôte djoû

on djoû qu’ là nin longtimps

on(e) maule-aîr

one saquî qu’ n’ a nin bèle aîr

on(e) mau-stampé(ye)

one saquî qui n’ si tint nin bin drwèt

Le plus souvent : on grand mau-stampé

on(e) pèle-chochins (grossier)

on(e) grandiveûs(e)

on(e) pèle-panse (grossier)

on(e) grandiveûs(e)

on(e) pice-crosse 

one saquî qu’ èst rapia

on(e) rauye-tot

one saquî qu’ èst sauvadje, qui distrût

on(e) sins-alûre

one saquî qu’ n’ a pont d’ ôrde

on spaugne-mauye

one bwèsse po mète lès caurs qu’ on spaugne

on tchèsse-reuwes

one pîre plantéye à l’angléye d’on meur po nin qu’ lès reuwes dès tchaurs arokenuche

on tchèsse-tchin

1 li ci qu’ faît choûter è l’ èglîje: (F) le bedeau;

2 l’ ovrî qu’èst payî d’pus qui l’s-ôtes, po l’s-ècoradjî à travayî è l’zeû sièrvant d’ modèle

on trawe-pîd

one bièsse di ri, qui trawereûve lès pîds

on vôy-voltî

on mostradje qu’ on vèt voltî

 

Exemple d’auteur

 

 « Insi, l’ ôte djoû, on grand l’ ôte-djoû. C’ èsteut co à Dorène. » (Laloux 1974, 53) (C)

 

 

1.2.3.2 Certains sont composés de plus de deux parties

 

Ex :    

on dispindoz-mè-le

on botike qu’on vind dès vîys cayèts

one frake-à-pans 

on casake di cèrèmonîye à pans

on craupe-è-têre

animal fabuleux pour farcer les enfants

on(e) laî-me-è-pauy

one saquî qui d’mande li trankilité

on(e) laît-tot-là

one saquî qu’ ètèrprind, po lachî tot d’ on côp

one mouche-à-laume =

one mouche-à-mièl =

one mouche d’ api

une abeille

one mouche-à-z-éles

on-insèke ou l’ôte, qu’ a dès-éles

on pète-au-cu

on casake di cèrèmonîye à pans

on plaî-st-à-Diè

one brike ou on cayau qui dèpite d’ one angléye, po r’mârier, s’ on-z-agrandit

on plaî-st-i…

one dimande po qu’on faîye plaîji

on plake-tot-seû

une vignette autocollante, un sticker

on t’-as-minti

one discussion

on timpe-èt-taurd

on mantia qu’on mèt quand on s’lève, divant di s’ lâver èt di s’ boter, ou qu’ on mèt d’vant d’ aler coutchî: (F) un peignoir

on va-z-î vôy

one saqwè qu’on n’ conèt nin bin

 

Ex : on plaî-st-i-nosse-maîsse

Tot ç’ qu’ i raconte, c’ èst dès va-z-î vôy !

 

Exemple d’auteur

 

« Li nîve, c’èst dès plaî-st-i-nosse-maîsse. » (Gillain 1951, 13) (C)

 

 

1.2.3.3 Il y a aussi des composés d’un nom et d’un adjectif.

 

Ex : one fotche-cheûrèsse = one fotche po cheûre, distassî do foûr, do strin,…

 

 

1.2.3.4 Il y a aussi des composés d’un adjectif et d’un nom.

 

Ex : one coûrtèpwinte (emprunté au français)

 

           

1.2.3.5 Il y en a aussi composés d’un verbe et d’un adverbe.

 

Ex : do sint-bon (du parfum)  on sint-mwaîs = one saquî qui sint vraîmint mwaîs ou one saquî qu’on n’ sét sopwârter à cause di s’ caractêre.          

 

 

1.2.3.6 Il existe de rares composés du type : déterminant + déterminé.

 

Ex :

on piche-pot

un pot de chambre

one pîd-sinte

un sentier

dès scaye-caurs 

dès ronds di scaye avou dès chifes sicrîts d’ ssus, qu’ lès-èfants djoûwenut au botike avou

on tchafor

un four à chaux

on tchèt-queuwe

une prêle

 

 

De nombreux toponymes ont cependant cette forme :

Ex :    

Li Banbwès

li bwès do ban

Bambois (ou comme auparavant, Le _)

Mornîmont

li mont da Mornî

Mornimont

Cokiamont

li mont do cokia

« Cocriamont »

Pârfondevîye

li vîye qu’ èst dins on fond

Profondeville

Noyétchamps

lès tchamps da Noyé

Noéchamps (Biesme-lez-Namur)

 

 

1.2.3.7 Le pluriel des noms composés

 

Le plus facile, semble-t-il, est de mettre le pluriel aux noms et aux adjectifs qui servent à former les noms composés et de laisser les adverbes et les formes verbales invariées.

 

Nous aurions donc :

1) nom + nom et nom + adjectif : les deux mots prennent le « -s » au pluriel.

Ex : dès chès d’eûves           dès cofes-fôrts                    dès rin.nes-glaudes

 

2) mot invariable + nom : « -s » au nom

Ex : dès hôt-pârleûrs, dès hôt-volés (E) (pignons de maison)         

Attention : « dès-après-l’-din.ner » (ce n’est jamais qu’après un seul dîner)

 

3) verbe + nom : « -s » au nom

Ex : dès tchèsse-tchins, dès trawe-pîds, dès vôy-voltî

 

Attention :

  1. a) même au singulier, on peut avoir « -s »

Ex : on compte-gotes (pour compter des gouttes), on côpe-cigâres (po côper dès cigâres)

 

  1. b) « gârde » prend « -s »: il est considéré comme un nom:

Ex : dès gârdes di tchèsse, dès gârdes-convwès, dès gârdes di bwès

On a aussi: dès gârdirôbes (des garde-robes).

           

4) deux mots invariables : pas de « -s »

Ex : dès boute-todi, dès crève-di fwin, dès kèkîye-mu

 

5) noms empruntés :

  1. a) Certains (très peu) sont wallonisés ; ils s’écrivent et se prononcent à la wallonne.

Ex : buftèk  ((E) beefsteak), tchum’gom’ ((E) chewing-gum), infractus’ ((L) infarctus)

 

  1. b) Ceux qui ne sont pas wallonisés doivent s’écrire et se prononcer en se rapprochant de ceux dans la langue d’origine.

Ex : Amsterdam, bulldozer, Chester, freezer, smartphone, …