1.2 Formes

 

 

1.2.1 Le féminin

 

 

1.2.1.1 Règle générale 

 

On forme le féminin des noms en ajoutant « -e » à la forme du masculin.

Au féminin, quand on parle, on entend la consonne finale, muette au masculin.

Ex : mârtchand > mârtchande, parint > parinte; tchat (Balériaux, s.d.) (O) (chat) > tchate

 

Remarque: les noms féminins en -é, -i, -ou

A Malmedy, sous l’influence des participes passés qui ne varient pas en genre mais uniquement en nombre, certains noms féminins se terminant comme un participe passé ne prennent pas la finale -e : âné (année), îdé (idée), l’ monté do l’ câve (l’escalier de la cave), intré (entrée), grou (grue), ârmé (armée), pinsé (pensée), noûlé (nuage). (Royal Club Wallon, 1997) (EW)

 

 

1.2.1.2 Applications particulières de la règle 

 

1) modification de la consonne finale

 

dans l’orthographe

djwif (juif)

djwive

 

veuf (vèf (E))

veuve (vève (E), veûve (Balériaux s.d.) (O))

dans la prononciation

 

 

-eûr >-eûse

minteûr

minteûse 

 

voleûr

voleûse

 

Remarques

 

  1. a) On dit aussi, avec une nuance plus péjorative : « minterèsse » et « volerèsse » (C, O).

Moins péjoratives sont les différences entre « louwandjeûse », féminin normal de « louwandjeû », et « louwandjerèsse » (= celle qui louange de façon excessive, pour flatter, de même qu’entre « chîjeleûse », féminin normal de « chîjeleû » (= celui qui passe la soirée en compagnie) et « chîjèlerèsse » (= celle qui prolonge les soirées excessivement, au point d’être importune).

Chez les jeunes, on remarque une tendance à dire : minteû et voleû.

 

  1. b) Dans l’est-wallon, à Faymonville (Waimes), les masculins en « -eûr » font « -erèsse » (Bastin 1909, 326) (E).

 

bègueûr  (bégayeur)

bèguerèsse

beuveûr (buveur)

beûrèsse

bribeûr  (mendiant)

briberèsse

rulèveûr (ouvrier qui relève l’avoine derrière le faucheur) (Bast. 1909, 326)

rulîverèsse

 

 

2) addition d’une consonne

 

-eû >  -eûse (C, E, O)

bribeû (mendiant)

bribeûse

 

bwèveû (buveur)

bwèveûse

 

nèveû             

nèveûse

 

tchanteû (C, E, O) (chanteur)

tchanteûse

 

blagueû

blagueûse

 

bråkeleû (E) (hâbleur)

bråkeleûse

 

brakeneû (E) (qui perd son temps en courses sans but utile)

brakeneûse

 

catchoteû (E) (cachottier)

catchoteûse

 

cotieû (E) (flâneur)

cotieûse

 

crakeû (blagueur)

crakeûse

 

èscrokeû

èscrokeûse

 

håbleû (E)

håbleûse

 

trimeleû (E) (qui joue à des jeux de hasard)

trimeleûse

-a > -ate

boûria (C, O) (bourreau)

boûriate

-an   > -ante (C, E, O)

pârtisan          

pârtisante (C, O)

 

payisan

payisante (C, O)

-ou > -oule (-oûle (E))

fiyou (filleul)

fiyoule (–oû- (E))

-ind (« d » non prononcé) > -indje

Flamind

Flamindje

 

 

Remarque

 

On dit « racuseû > racuseûse » (E), mais plus souvent « racusète ». Et cette dernière forme féminine est même souvent employée pour désigner un être masculin. (Bertr.-D., s.d., 56) (E)

En est-wallon, d’ autres noms également en « -eû » ont adopté le suffixe « -erèsse ». (Bertrand-Duchêne, s.d., 57-58) (E)

Exemple : on cotcheteû, ine cotcheterèsse (celui, celle qui cherchait les morceaux de houille restés sur les terrils)

Ce sont : cotcheteû, coseû, djuneû, djureû, èfouweû, foyeû, haweû, k(i)tapeû, lèsineû, margouleû, moudeû, pèketeû. pêleteû, pîleû, ploumeû, ployeû, ricôpeû, rivindeû, rivindjeû, sameû (ou sameteû), sîseû, tchoufeteû, toûrnikeû, trafeteû.

 

Féminin en -eûse ou en -erèsse

 

La plupart des noms en « -eû » correspondants de substantifs français en « -eur » ont un double féminin : « -eûse » ou « -erèsse ». (Bertr.-D., s.d., 57-58) (E)

Exemple : in-abateû (abatteur), ine abateûse ou ine abaterèsse.

Ce sont : abateû, alouweû, balzineû, barboteû, boufeû, boufeteû, boûrdeû, brôdieû, brosdeû, buveû, caketeû, coreû, djåspineû, djåseû, djo(u)weû, èpronteû, èstchanteû, fafouyeû, feû,  fileû, finiheû, furlangueû, gåteû, gazouyeû, goureû, grabouyeû, groumieû, groumeteû, halkineû, hapeû, holeû, houkeû, hoûteû, hoveû, kibouyeû, kidjåseû, laveû, louwanjeû,  lôyemineû, magneû, maltôteû, maraudeû, martchandeû, mèheneû, mèteû, mineû, mokeû, nahieû, nèteû, plakeû, platcheteû, plêtieû, piteû, potcheû, potcheteû, pouheû, préheû, prindeû, prusteû, prustiheû, pwèrteû, qwèreû, racomodeû, radoteû, ramasseû, ramehieû, rameteû, rapineû, rèspondeû, rivindeû, roteû, sacadjeû, såcleû, sègneû, sondjeû, spiyeû, talmaheû, tapadjeû, tchanteû, tchèrdjeû, tchipoteû, tèheû, toûrneû, toûrnikeû, trifouyeû, tûseû, viheneû, vindeû, wadjeû.

Aussi en ouest-wallon: (è)rcoudeû (recueilleur) >  (è)rcoudeûse, (è)rvindeû > -se ou -erèsse,

 (Copp. 1959, 21) (O).

 

La forme en « -erèsse » de boûrdeû est boûderèsse, de brôdieû brôdîrèsse, de buveû beûrèsse,  de coreû coûrerèsse, de qwèreû qwîrerèsse, de groumieû groumerèsse, de hoveû hoverèsse ou heûverèsse, de laveû léverèsse, de mineû mon.nerèsse, de plêtieû plêterèsse, de såcleû såkèlerèsse, de pwèrteû pwèterèsse, de ramehieû ramehîrèsse, de toûrneû toûnerèsse, de viheneû vihinerèsse.

 

 

3)  dénasalisation de la dernière syllabe

 

-in > -ène

Borin (Borain)

Borène (Balér., s.d.) (O)

 

cousin (cu- (E))

cousène (cu- (E))

 

Italyin

Italiène

 

Marokin

Marokène

 

musuçyin (-si- (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))

musuciène (-sicyin.ne) (Bert.-D.)

 

ôrfulin (orphelin)

ôrfulène (C, E)

 

vijin (wèsin (E)) (voisin)

vijène (wèsène (E))

-on > -one

liyon (lion)

liyone

 

patron

patrone

 

 

4) transformation de la voyelle finale avec addition d’une consonne

 

-ia  > -ète 

djon.nia (djounia (Bastin 1965) (OW)) (adolescent)

djon.nète (djoun-)

 

rossia (roux)

rossète

-ê (EW) > -ale

macrê (EW) (sorcier) (-é (Bastin 1909, 326))

macrale

-é (EW) > -ale

bourté (individu gros et trapu) (Bast. 1909, 326) (EW)

bourtale

-é > -èsse

m(i)vé (individu, personne)

Ex : C’ è-st-on grand laîd m’vé. (C’est un individu grand et mal bâti.) (Léonard 1952) (C)

m(i)vèsse

 

Remarque

Dans cisia > cisète;  troupia  > troupète, « -ète » est une terminaison de diminutif.

 

 

 

 

5) les féminins en « -èsse »

 

-e > -èsse     

comte   

comtèsse 

 

prince 

princèsse 

 

cosson (coquetier) (Copp. 1959, 21) (O)

cossonèsse

 

pauve ((Balériaux, s.d.) (O) (poûve (Coppens 1959, 21) (O))

pauvrèsse (poûvrèsse)

-é > -èsse

boûgré (bougre) (Copp. 1959, 21) (O)

boûgrèsse

 

Remarques 

 

  1. a) Exceptions: « drole » donne « drolerèsse » (mais -èsse (Balériaux, s.d.) (OW)),

« chanwène » (Coppens 1959, 21) (O) « chanonèsse », « duc » « duchèsse »

« drolerèsse » est toujours péjoratif. Normalement, on l’emploie toujours avec l’adjectif possessif « mi », plus rarement « nosse ».

Ex : Mi drolerèsse, dji nè l’ vou pus vôy.      I vout frékenter avou m’ drolerèsse.

 

  1. b) « -gue » > « -grèsse »

Ex : nêgue > nêgrèsse, tîgue > tîgrèsse

 

  1. c) « leup » (loup) > « leuvrèsse » (louve)

 

 

6) masculins en î > féminins en -erèsse et/ou -êre (/îre)

 

-î > -erèsse (C, O) (3)

barakî (forain)

barakerèsse

 

bièrdjî (berger)

bièdjerèsse

 

bolèdjî (bole- (Bastin 1909, 326) (E)) (boulanger)

bolèdjerèsse (bole-)

 

boutchî (boucher)

boutcherèsse

 

boutî (bouvî) (locataire, métayer) (Bastin 1909, 326) (E))

bouterèsse (boverèsse)

 

 

cabânetî (forain)

cabâneterèsse

 

cabâretî (cabaretier)

cabâretrèsse (-îre (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))

 

cinsî (fermier)

cinserèsse (-iêre (Bastin 1965) (O))

 

gadî (chevrier)

gaderèsse

 

hièrdî  (herdier) (C, E)            

hièderèsse

 

loketî (chiffonnier)

loketrèsse

 

mon.nî (meunier)

mon.nerèsse (C, O)

 

pâkî (communiant) (Bastin 1965) (O)

pâkerèsse

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji n’ a pus sêze ans, maîs dji waîte co voltî lès cabânes, lès cabânetîs èt lès    cabânetrèsses .»  (Gillain 1932, 53) (C)

 

« Quand il arive à « cinsî », « cinserèsse », gn-a tos lès couchèts sont moussîs è têre ! », c’è-st-one djiperîye à n’ nin fini .»  (Gillain 1932, 102) (C)

 

 

 

parfois, -î >  -êre (-îre (EW))

brakenî (braconnier)

brakenêre

 

cotelî (maraîcher)

cotelêre

 

ovrî (ouvrî (Bastin 1909,  326) (E))

ovrêre (-îre (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))  = ouvêrerèsse (Bast. 1909,  326) (E))

 

pupî (pipier)

pupêre

 

scolî  (écolier) (Bertr.-D., s.d., 56) (E)

scolîre

 

Exemples d’auteurs

 

« Dins m’ mèstî d’ talieûr, dj’ a ieû djusqu’à chîs-ovrêres .»  (Collet 1984, 2) (C)

 

 

Remarques

 

  1. a) A Nivelles, on dira: barakî (forain) > barakière, bèrdjî (berger) > bèdjère, boutikî (commerçant) > boutikière, cabaretî > cabaretière, cinsî (fermier) > cinsière, djârdinî (jardinier) > djârdinière, ouvrî > ouvrière, pâkî (enfant faisant sa première communion solennelle) > pâkière. (Coppens 1959, 21) (O)

 

  1. b) Parfois, le masculin perd un « -r » au féminin.

Ex : bièrdjî (berger) > bièdjerèsse, (h)ièrdî (herdier) > (h)ièdrèsse, pwârtchî (porcher) > pwatcherèsse

 

  1. c) Il est normal que « barakerèsse » (foraine) et « cabânetrèsse » (id.) soient péjoratifs ; les masculins « barakî » et « cabânetî » le sont aussi.

Mais : bolèdjerèsse (boulangère), boutcherèsse (bouchère), bouwerèsse (lavandière), cinserèsse (fermière),… ne sont aucunement péjoratifs.

 

  1. d) batelî (batelier) > batelîre; sôrcî > sôrcîre

 

 

7) Irréguliers

 

  1. a) de même radical

 

-teûr > -trice

acteûr

actrice

 

dîrècteûr

dîrèctrice

 

empèreûr

impèratrice

 

antené (mouton d’un an) (Bast. 1909, 326) (E)

anteneûse

brèyâr (dormeur) (Bastin 1909, 326) (E)

brérèsse

dindon  (dî- (O)

din.ne (dîne (E), dîde (Copp. 1959, 21) (O))

docteûr

doctorèsse

fis

fèye (C, E)

gouvèrneû(r)

gouvèrnante

rwè (roi)

rin.ne (C, O) (royin.ne (E))

sièrveû (sèrviteûr (Copp. 1959, 21) (O))

sièrvante

 

 

  1. b) de radical différent

 

bèrau = bassî (E) (bélier)

bèdéye, bêrbis

bok (bouk (O)) (bouc)

gade (C, E,  O)

cok  (coq)

pouye (poye (EW))

fré (frére (Balériaux, s.d.) (O)) (frère)

soû (-r (E, W)), seûr (Balériaux, s.d.) (O))

galant (amoureux; fiancé)

comére (cou- (O)), mayon, crapôde (C, E)

gamin, valèt (garçon, gamin)      

bauchèle (båcèle (E))

gârçon (Balériaux, s.d.) (O)

fîye

go (chien mâle)

liche (chienne)

grand-pére

grand-mére

grimançyin (sorcier)

macrale (sorcière)

lîve (lièvre mâle)

hâse (hå- (E)) (hase)

maîsse (maître)

patrone (di : patron)

marou (C, O) (matou)

méro(u)te (minète (O)) (chatte)

maule (mâle)

fumèle

mi-n-ome (celui˗là)    

mi-drolerèsse (celle˗là)

mononke (C, O) (mon.nonke (E)) (oncle)

matante (CW, EW, O) (tante)

mossieû (C, O) (moncheû (E)) (monsieur)

madame

ome (homme)

feume (C, E, O)

pârin (på- (EW)) (parrain)

mârine (mårène (E), mârène (O))

pére

mére (C, E)

papa (C, (O)) (pou- (E), po- (Copp. 1959, 21) (O)), pa

moman, man (C, O) (mou-, mame (E))

polin (poulangn (Copp. 1959, 21) (O)) (poulain)

pouliche (Copp. 1959, 21) (O)

roncin (C, O) (ronçu (Copp. 1959, 21) (O)) (étalon)

cavale (C, O, E) (-aye (Copp. 1959, 21) (O)) (jument)

tchin (tchîn (Coppens 1959, 21) (O)) (chien)

liche (C, O) (lèhe (E),  aussi:  lisète (Copp. 1959, 21) (O))

toria (, gayèt, twa) (torê (E), toûr (O)) (taureau)

vatche

vaurlèt (vå- (E)) (valet)

mèskène (servante)

vèrat (C, O) (-åt (E), -aut (Coppens 1959, 21) (O)), godu (verrat)

 trôye (truie)

 

Remarques 

 

1 Pour les animaux qui n’ont pas de termes spéciaux pour les deux genres, on se sert des mots maule (måye (W), mâle (Copp. 1959, 21) (O)) (mâle) ou fumèle (C,O) (frumèle (E)) (femelle): on maule di canari (on måye canåri (E), in mâle dè canari (Copp. 1959, 21) (O)),  one fumèle di canari (ine frumèle canåri (E)) ; parfois d’un autre mot déterminant : on cok faîsan (fê- (E)).

 

 

On dit :

on cok faîsan 

one pouye di faîsan

on maule di lapin

one mére di lapin

on maule d’agace (pie)

one fumèle d’agace

on maule di colon

one fumèle di colon (pigeon)

 

2 Les mots étrangers

 

bâs’ (baus’ (Copp. 1959, 21) (O)) (patron de café (du néerlandais: baas (patron))

bâsine

tsâr

tsârine