0

Charles de Gaulle, meer dan wie ook het symbool van ,,la France une et indivisi­ble », schreef in 1938 dat Frankrijk met zwaardhouwen tot stand is gebracht. Konkreet betekent dit dat Frankrijk niet de door de Voorzienigheid gegeven natie is, waarvan de kontoeren door de ge-schiedenis alleen nog maar moesten worden ingevuld. ,,ll apparaît (…) que non seulement l’Etat, mais encore la nation française ont été faits à coups d’épée, c’est-à-dire par la conquête et l’oppres­sion à l’égard de divers peuples » (1). Zo blijkt uit een officieel rapport van augustus 1790 .

 

0

Lu francés per amics, mas non per vesins, se pòdes.

(provèrbi niçard)

 

1979

Arelerland a Sprooch, Eis Sprooch iwert all Grenzen, 5/6-10, 1979, Les langues des peuples sur leurs terres, p.66-78

 

COUP D’OEIL SUR QUELQUES COMMUNAUTES ETHNIQUES D’EUROPE

Conférence faite à Thiaumont-Diddebuurg, le 6 octobre 1979

par Monsieur le Professeur Guiu Sobiela-Caanitz

 

(p.71) Pour le jacobinisme, un seul Etat, donc une seule langue. Le national-socialisme, lui, inversa les termes : une seule langue, donc un seul Etat. Mais dans les deux cas apparaît le même, et on peut considérer Hitler comme fils spirituel de Richelieu, de Robespierre et de Napoléon. Cet Ungeist nie l’une des données fondamentales de la réalité : l‘unité dans la diversité. Le nazisme en arriva a oublier que l’allemand, comme toute langue, englobe une multitude de dialectes, et que le parler de Vienne, de Zurich ou de Strasbourg est aussi allemand que la langue de Goethe et de Thomas Mann. Le dialecte de Zurich se nomme Zürittüütsch, celui de Berne Bärnertüütsch, celui de Bâle Baseldiitsch,celui de Mulhouse Milhüserdiitsch (Mulhouse était suisse jusqu’en 1798); or, la syllabe tüütsch/diitsch 1’indique, ce sont des parlers allemands, bien qu’extérieurs à l’Allemagne. Le nazisme a voulu folkloriser les dialectes, en faire des pièces de musée, et en cela il a renié le véritable esprit allemand.

 

1996

Heure d’été, La France prête à faire cavalier seul, VA 28/10/1996

 

La France voudrait que ses partenaires européens se rallient à  sa proposition de suppression de l’heure d’été, faute de quoi elle ferait valoir “le principe de subsidiarité”, en adoptant le système qui lui convient.

… La France avait été pionnière européenne de l’heure d’ été, en 1976.

 

1997

Stéphane Courtois, éd., Le livre noir du communisme, Crimes, terreur, répression, éd. Robert Laffont, 1997

 

CONSIDERATIONS SUR LA FRANCE et la FRANCOPHONIE

 

(p.12) … la république française a pratiqué une colonisation qui, en dépit de certains apports, fut marquée par nombre d’épisodes répugnants, et ce jusqu’à sa fin.

 

(p.620) Quelque 9000 des 63000 prisonniers de guerre Viêt-minh avaient péri dans les camps français en Indochine, selon une lettre de mars 1955 du général de Beaufort, chef de la mission française aurpsè de la Commission internationale de contrôle de l’application des accords de Genève. 

 

(p.323) Dès la fin des années vingt, le Komintern, qui dépendait financièrement de l’Etat soviétique, avait perdu tout moyen d’être indépendant.  /cf francophonie/

 

(p.779) Le communisme en Afghanistan

 

Durant ces 14 années de guerre, les Soviétiques et les communistes afghans ne maitrisèrent guère plus de 20 % du territoire.  ils se contentèrent de tenir les grands axes, les principales villes, les zones riches en cérales, en gaz et en pétrole dont la production était bien sûr destinée à l’Union soviétique. “L’exploitation des ressources et la mise en valeur de l’Afghanistan entrent dans le cadre d’une économie d’exploitation coloniale typique: la colonie fournit les matières premières et doit absorber les produits industriels de la métropole, faisant ainsi tourner son industrie.”             

 

(p.825) En pleine période brejnevienne, l’URSS édité un timbre commémorant le 50e anniversaire de la Tcheka et publia un recueil d’hommage à la Tcheka.

 

Denis Turcotte, Politique linguistique en Afrique francophone, s.d., p.56-57

(p.56) « Il est maintenant admis –  ce ne fut pas toujours le cas dans le passé – qu’ il ne se parle à Madagascar qu’ une seule langue, subdivisée en plusieurs dialectes, appartenant à la famille des langues malayo-polynésiennes. »

« Mme Domichini-Ramiaramanana note (…) que les vocabulaires de base des 2 dialectes les plus divergents (le sakalava et l’ (an)tambahoaka) présentent encore 60 % de mots communs.  C’ est dire que l’ intercompréhension entre tous les dialectes est assurée à travers toute l’ île. »

 

(p.57) » La grande majorité des Français originaires de la métropole ignorent le malgache. »

 

2000s

Poutine a obtenu la Légion d’honneur…

2000

Roger MARECHAL (Malmedy), L’Europe du bla-bla, in : VA 06/01/2000

 

Qu’on arrête de glorifier l’Europe des Démocrates, de la Défense etc. jci, en Belgique. Nous sommes bien les seuls. L’Europe, c’est du bla-bla, de la poudre aux yeux pour naïfs à ja vue de ce qui s’est passé récem­ment a Strasbourg, où on inaugurait le nouveau Parlement européen. Inauguration en grande pompe ‘ par le monarque Chirac pour un édi­fice pompe à fric et qui fait double emploi avec le bâtiment de Bruxel­les. Et tout cela pour montrer cette éternelle Grandeur de la France qui m’exaspère.

Autant apprécier les Britanni­ques qui claquent la porte et ne sont pas hypocrites. Les Belges, eux, sui­vent comme des moutons la majori­té en espérant une Europe de la Dé­fense pour faire des économies.

Les sénateurs français, empêchés de cumuler, ont pour la plupart abandonné leur mandat européen. Alors, arrêtons de célébrer cette Eu­rope de façade. De toute façon, pour l’Euro de foot, on fermera les frontières pendant une semaine. Quelle panique pour du foot et quel­le propagande pour deux ou trois hooligans !

Quant au Tribunal international de La Haye, quelle comédie ! On condamne des lampistes pour faire croire aux gens qu’on arrête des cri­minels de guerre. Et quant aux mi­nistres de la Défense, ils feraient bien de se montrer aussi menaçants envers les Russes en Tchétchénie qu’ils l’ont été contre les Serbes au Kosovo. Mais non ! Ils suivent les Américains comme des moutons de Panurge. Mais cessons de parler d’une Europe qui n’existe qu’en façade.

 

2002

Eric Deffet, Qui aime bien, châtie bien (les Français), LS 13/12/2002

 

A propos de « Lettre ouverte aux Français qui se croient le nombril du monde », Denise Bombardier (Albin Michel)

« Ils oublient, décidément, qu’ils ne sont pas seuls sur la planète francophone. »

 

2008

 

André Belmans, De Staatkundige inzichten van Frankrijk in: Delta, 9, 2008, p.15-18

 

(p.15) Vooraleer over te gaan naar een zoveelste Grondwetsherziening, zouden onze politici, zowel Waalse als Vlaamse, er goed aan doen de geschiedenis van hun land eens aandachtig te bestuderen…. Met zou hen dan ongetwijfeld opvallen hoe één van hun buurlanden, namelijk Frankrijk, aïs het ware instinctmatig doorheen de eeuwen bepaalde vaste regels volgt in zijn buitenlandse politiek. Voorzichtigheid vooraleer te hervormen is dus geboden!

Even het geheugen opfrissen!

Vooraf zij er dan aan herinnerd dat Frankrijk is ontstaan uit de opdeling van het Frankische Rijk der Karolingers, dat tot stand kwam dankzij een geslacht van prinsen uit onze Nederlanden, namelijk uit Haspengouw. Bij de afbakening door het Verdrag van Verdun in 843 van Francia Occidentalis, waaruit later het huidige Frankrijk zou ontstaan, eiste de toenmalige vorst Karel de Kale de Schelde als noordwestelijke grens op. Zodat het graafschap Vlaanderen gedurende gans de Middeleeuwen een Frans leengebied zou blijven en

Frankrijk zodoende  de controle over de Scheldemonding behield.

Het was pas in 1526 door het Verdrag van Madrid dat Keizer Karel V erin slaagde aan deze afhankelijkheid een einde te maken (wat de Vlamingen overigens niet belette tegen hun vorst in opstand te komen, dit terloops gezegd).

Bekijken wij nu eens die « vaste regels » waarover wij hierboven gesproken hebben.

 

Eerste regel van de Franse buiten­landse politiek

 

De Fransen gaven er heel diplomatisch de titel  « politique des frontières naturelles » aan.

Door « natuurlijke grenzen » na te streven bereikte Frankrijk in de loop der tijden de Pyreneeën, de Alpen, de Jura, de Rijn… Dat daarvoor een aantal niet-Franstalige gebieden moesten ingelijfd worden, desnoods met geweld, hinderde de Franse staatslieden niet het minst: Bretoenen, Basken, Catalanen, Savoyarden, Elzassers en Vlamingen weten ervan mee te spreken! In al deze gebieden werd de Franse taal met geweld opgelegd.

Behalve in het Noorden bereikte Frankrijk dus nagenoeg langs alle kanten zijn gewenste « natuurlijke grenzen ». Langs de overige « onbeschermde » grenzen viel Duitsland (of Pruisen) Frankrijk tôt viermaal toe binnen, waarbij de grenzen van België, Luxemburg en zelfs Nederland geschonden werden: In 1815, 1870, 1914 en 1940. Het zij daarbij vermeld dat bovengenoemde landen reeds onder het Napoleontische regime bij Frankrijk waren ingelijfd.

Een niet te verwaarlozen detail: dat Frankrijk na die invallen en een daaropvolgende bezetting bijna steeds door An-gelsaksers (hun middeleeuwse vijand bij uitstek!) moest bevrijd worden, woog zwaar op het Fran­se nationaal gevoel. Zij verzwijgen het dan ook stelselmatig.

(p.16) Nu wordt dikwijls terecht de opmerking gemaakt dat rivieren en bergen in onze moderne tijden al lang geen waardevolle « militaire bescherming » meer bieden Dit is inderdaad juist, maar toch blijven de Fransen aan de gedachte vasthouden dat de Rijn een « natuurlijke » grens, dit is een bescherming van Frankrijk is. Politieke opvattingen; eens gevestigd, leiden dikwijls een taai leven!

Bovendien aïs ze dan al geen bescherming meer bieden, zijn oevers van stromen en rivie­ren aan beide zijden dan toch dikwijls aan-trekkingspolen voor economische activiteiten. Daarom alleen al maakte Frankrijk van het Verdrag van Versailles gebruik om Elzas-Lotharingen, met de belangrijke stad Straats-burg, te annexeren.

In het licht van de hierboven geschetste histo­rié is er bijgevolg geen enkele reden om te veronderstellen dat Frankrijk zijn traditionele buitenlandse koers gaat wijzigen en er niet langer meer zou naar streven zijn nog ontbre-kende natuurlijke grenen te verwezenlijken.

 

Tweede regel van de Franse buiten­landse politîek

 

De Franse staatkunde heeft zeer goed het Romeinse « Divide et Impera » onthouden (ver-deel en heers).

Deze oriëntatie van de Franse politiek is in eerste instantie het gevolg van de invloed der legisten. Deze waren doordrongen van de Romeinse rechtsbeginselen die voor hen aïs voorbeeld golden. Men mag immers niet ver-geten dat het Romeinse recht in veel landen van West-Europa nog lang in zwang bleef. Vêle van deze legisten waren raadgevers van koningen en machthebbers. Volgens de legisten wordt het gezag van de vorst rechtstreeks door God gegeven, zijn wil is derhalve wet. Deze visie kwam vooral tôt stand onder de regering van keizer Justianus. De Franse vorsten hebben haar later overge-nomen en aarzelen niet hun wil op te dringen door dit « verdeel en heers » toe te passen.

Toen Jacob van Artevelde, de leiding van de politiek in het graafschap Vlaanderen in han-den kreeg, slaagde hij er in om in 1389 de Hertog van Brabant, de Graven van Hene-

gouwen, Holland en Zeeland te Dendermonde bijeen te brengen om een economisch en mili-tair verdrag af te sluiten met het oog op een blijvende samenwerking. Hierdoor aangemoedigd zouden later de Her-togen van Bourgondië er in slagen de Neder-landen geleidelijk aan te verenigen.

Het is duidelijk dat de Bourgondische vorsten het voornemen hadden om het Middendeel van het verbrokkelde Frankische Rijk van Ka-rel de Grote, namelijk Lotharingen, opnieuw te herstellen met het oog op een duurzame paci-ficatie van West-Europa. Vanzelfsprekend speelden daarbij ook persoonlijke en dynas-tieke belangen een roi.

Hun politiek werd krachtig bestreden door de Franse koningen (Hertog Jan zonder Vrees werd zelfs vermoord). Toen Frankrijk er na de slag bij Nancy in geslaagd was het Bourgon­dische gevaar in te dijken, voelde het zich nog bedreigd door het Duitse gevaar. Dank zij de godsdienstoorlogen in de 16de en de 17e eeuw kon het ook dit gevaar bezweren. Dank zij de Verdragen van Westfalen (1648) wer-den immers aan de vêle deelgebieden van het oude Duitse Rijk het recht toegekend zich op het niveau van de buitenlandse politiek te doen gelden, waardoor het Duitse Rijk de fac­to uiteenviel en machteloos werd. Dit is vooral te danken aan de sluwe politiek van Kardi-naal Richelieu en na hem Mazarin.

De toepassing van de hierboven genoemde regel « Divide et impera » op de strategisch ge-legen Lage Landen is duidelijk:

1° Frankrijk verzet zich openlijk of heimelijk tegen allé pogingen om de Nederlanden te verenigen;

2° Verleent steun aan allé acties die gericht zijn op het uiteenrukken van België.

Ook werden pogingen ondernomen om Luxemburg (« la Gibraltar du Nord ») in Franse handen te krijgen. Dit mislukte gedeeltelijk: enkel Diedenhoven (Thionville) en Montmedy konden door Lodewijk XIV in 1699 bij Frankrijk worden aangehecht.

Een ander aspect van deze regel is dat Frank­rijk in eigen land het régionale particularisme systematisch tegengewerkt of zelfs onderdrukt, (p.17) terwijl het elders dit particularisme juist bevordert.

Aïs voorbeeld hiervan stippen wij aan dat na de Eerste Wereldoorlog Oostenrijk en Honga-rije bij het Verdrag van Versailles van elkaar werden gescheiden, rnaar dat deelgebieden ervan op de Balkan en in Centraal-Europa dan weer werden samengebracht en de Klei-ne Entente vormden, die onder Franse in-vloed stond.

Zo zien wij dat Frankrijk steeds opnieuw po-gingen onderneemt om landen verdeeld te houden en om op die manier zelf aan invloed te winnen. Napoléon had dit in 1806 al voor-gedaan door de oprichting van een Rijnbond die van het Balticum tôt aan Zwitserland reikte en die de facto de ontbinding van het oude Duitse Keizerrijk inhield.

Wij stellen vast dat waar Frankrijk in eigen land de particularismen onderdrukt, soms zelfs hardhandig, het in het buitenland een tegengestelde politiek voert en diverse taal-en bevolkingsgroepen tegen elkaar uitspeelt. Het is duidelijk dat ook België van die politiek het slachtoffer is. Onze « grondwetsherzieners » zouden daar best eens aan denken.

 

Derde regel van de Franse buiten-landse politiek

 

Het vasthouden aan het concept van de Na-tie-Staat dat in Frankrijk echter anders wordt verklaard dan elders.

Meestal wordt het nationalisme gevoed door een eeuwenlange gemeenschappelijke ge-schiedenis, het overeenstemmende karakter van de bevolking, de geografische samen-hang van het land, enz… In Frankrijk wordt slechts één factor in over-weging genomen, n.l. de taal, of juister: de vermeende superioriteit van de Franse taal.

Binnen Frankrijk worden in feite zes verschil-lende talen gesproken, maar alleen het Frans is er « de » taal. Zij alleen zou toelaten de ge-dachten met de nodige nuances uit te druk-ken. Vandaar dat alleen het Frans wordt toe-gelaten. Op die manier werd de (taalkundige) homogenisering van Frankrijk voltrokken.

Deze overtuiging van een vermeende superioriteit vormt de grondslag van het Frans natio­nalisme.

« La prétention de la France de se mêler de tout, partout dans le monde, est devenue anachronique. Et surtout, contraire à ses propres intérêts. (…) Le décalage entre les prétentions françaises et les moyens de la France est devenue intenable » (R. Gubert et E. Saint-Martin in « L’Arrogance Française »)

Door het verschil tussen het nationalisme zo-als het in Frankrijk wordt beleden en het nati­onalisme zoals dat elders wordt opgevat, wor­den doelbewust veel misverstanden verwekt en… misbruikt.

Vandaar dat men kon zeggen dat « het natio­nalisme der kleine volkeren steeds het impéri­alisme der groten dient ».

Bij de hervormingen die men in de Belgische staat wil doorvoeren, dient vooraf goed voor ogen gehouden dat nationalisme zoals het Frankrijk voor ogen staat, iets totaal anders is dan het nationalisme zoals Vlaamse- en Waalse-nationalisten het opvatten.

 

Vierde regel van de Franse buiten-landse poiitiek

 

Franse geschiedenisboeken laten het steeds voorkomen alsof de verdiensten van de Karolingers de zijne waren. Denken wij maar aan « hun » zegepralen tegen de Arabieren, de Noormannen, de Saksen… Van in den begin-ne wenste Frankrijk zich op Europees niveau te doen gelden.

Ook nu nog: Frankrijk ziet de Europese Unie louter aïs een unie van natiestaten. Voor Frankrijk behouden de naties hun absolute soevereiniteit.

Het land treedt alleen toe tôt een internatio-naal organisme aïs het vooruitzicht heeft er vroeg of laat de bovenhand in te krijgen. Dit lokt dan weer de argwaan op van de andere gewezen grootmachten (o.a. van Duitsland), waardoor Europa verzwakt bip: het continent kan niet sterk worden zolang de grootmachten zich door nationalistische denkbeelden laten inspireren.

Naarmate het herenigde Duitsland machtiger wordt, (p.18) zal men zien dat Frankrijk allés in het werk stelt om een tegengewicht te vormen. Een stille annexatie van de Nederlanden zou daar een van de middelen kunnen voor zijn. Uiteraard niet meer militair, maar wel economisch en spiritueel.

De Franse buitenlandse politiek blijft nog altijd een machtspolitiek. Wij zijn gewaarschuwd.

De economische verovering van de Nederlan­den is duidelijk al aan de gang. Het is bijge-volg dwaas dat de nationalisten dit al zo kleine land nogmaais willen verdelen, waardoor het

nog minder dan tevoren weerstand zal kunnen bieden aan deze stille annexatie door een buurland. Zij dreigen door hun kortzichtige politiek in de kaart van Frankrijk te spelen. Allé hervormingen dienen er dus absoluut op gericht te zijn het land innerlijk sterker te ma-ken.

De nationalisten dienen voor ogen te houden dat wij niet meer in de 20ste eeuw leven! De verhoudingen op wereldschaal zijn grondig gewijzigd.

 

André Belmans

 

2008

Günther Nonnenmacher, Der französische Feuerwehrmann, FAZ 03/11/2008

 

Nicolas Sarkozy ist ganz Wille. Aber hat er auch eine Vorstellung davon, wie die Welt nach der Krise der Finanzmärkte aussehen soll? Wie sich Frankreich und Europa, die einer Rezession entgegengehen, aus der damit verbundenen gesellschaftlichen Depression wieder befreien können? Welche Richtung die Europäische Union einschlagen muss, um mit den Herausforderungen der Zukunft fertig zu werden?

(…) Dass Frank­reich in allen Führungskonfigurationen eine zentrale Rolle spielen muss, ist dabei – als das grundlegende Axiom – eine Selbstverständlichkeit für Sarkozy. (…)

Manchmal scheint er geradezu Vergnügen daran zu finden, den Leuten zu erklären, warum er heute das Gegenteil von dem tun muss, was er gestern versprochen hatte, oder weshalb eine Regel, die gestern noch galt, heute überflüssig geworden ist. Wer seinen windungsreichen Par­cours in der französischen Politik verfolgt hat – seit Beginn seiner Präsi­dentschaft, aber auch in Âmtern davor -, erkennt, dass seine Durchsetzungsfähigkeit die Resultante dieser Wendigkeit und Wandlungsbereitschaft ist. Sarkozy ist ein vorzüglicher Feuerwehrmann, als Architekt ist er dagegen noch nicht hervorgetreten. (…)

(…) die deutsche Politik, deren Mantra das Wort ,,Berechenbarkeit » ist, wird nicht recht damit fertig, dass Sarkozy (wie auch sein Aussenminister Kouchner) dauernd neue Ideen gebiert, von denen nicht klar ist, wie ernst sie gemeint sind.

Die zum Ritual gewordenen, oft hastig absolvierten Regierungskonsultationen können die deutsch-französischen Beziehungen nicht aus diesem kurzatmigen Reiz-Reaktions-Schema herausführen. Die Regierenden in Pa­ris und Berlin sollten einmal ein Wochenende in Klausur gehen, um darüber nachzudenken, welche Rolle ihre ,,Achse » fur Europa noch spielen kann und soll. Sie sollten so gewissenhaft sein wie die Deutsche Bahn: Wer Haarrisse nicht rechtzeitig repariert, riskiert einen schweren Unfall.

 

2008

Joyandet Alain, Croire en la francophonie, LB 17/10/2008

» Ne sous-estimons pas les forces des francophones dans le monde. A différents niveaux, il y a de bonnes raisons de croire que la francophonie est plus que jamais d’actualité.

 

Alain JOYANDET

Secrétaire d’Etat français chargé de la Coopération et,de la Francophonie

 

Les francophones du monde entier ont rendez-vous cette semaine à Québec. En France, la francopho­nie n’a pas bonne presse : il est de bon ton d’en parler au passé, comme d’une vieille lune portée par un idéalisme désuet… Voici quatre bonnes raisons d’y croire !

1. Avec près de 200 millions de locuteurs francophones, le français n’est que la neu­vième langue la plus  parlée  dans le monde. Mais son potentiel de croissance, à y regarder de près, est énorme. Au Sud, les « réserves » de francophones sont immenses. On le sait, le continent le plus jeune, l’Afrique, sera demain le continent le plus peuplé, avec sans doute 2 milliards d’habi­tants en 2050. Au total, le continent comp­tera près de 640 millions de francophones potentiels contre seulement 160 au Nord. Ne nous trompons pas de bataille !

2. Langue de la diplomatie et des élites, le français aurait déserté le débat d’idées et le terrain de la négociation. Les na­tions, qu’elles soient unies ou européen­nes, l’auraient abandonné de longue date au profit de l’anglais. Faut-il rappeler que lors de la dernière Assemblée générale des Nations unies, vingt-trois pays ont choisi de s’exprimer dans la langue de Le Clézio et que le Secrétaire général Ban Ki-Moon s’est exprimé en français et en an­glais, tout comme l’ont fait là Grèce, la Roumanie, la Croatie, Maurice et, comme de tradition, le Canada… ? Et quel est, se­lon vous, le point commun entre les direc­teurs et secrétaires généraux du FMI de l’OMC, de l’OSCE, de la FAO, du BIT, de l’Unesco et bien évidemment de l’OIF : ils sont tous francophones ! Ne sous-esti­mons pas toujours nos propres forces !

3. La francophonie parle aux franco­phones du monde, elle parle également au monde. Ce constat d’évidence, beaucoup l’ont fait. Les Français, sans doute, moins que les autres. Ils ignorent encore trop souvent que la voix francophone est atten­due et écoutée : avec une audience hebdo­madaire cumulée de 70 millions de per­sonnes, TV5 Monde, première chaîne gé­néraliste mondiale, fait mieux que la BBC World ! France 24 répond également à une demande forte, partout dans le monde, d’une autre information, d’un autre point de vue, faisant part égale entre les différents acteurs de l’actualité, au Nord comme au Sud. Et RFI demeure la réfé­rence en matière de radio un peu partout en Afrique… Ne négligeons pas nos vec­teurs d’influence !

4. Enfin, la francophonie s’engage. Au-delà de la seule question de la défense —essentielle — de la langue française, à travers notamment la bataille pour la di­versité linguistique et culturelle, la fran­cophonie prend position sur les crises et les menaces qui pèsent sur la stabilité du monde. En francophonie, le Nord et le Sud se retrouvent autour des sujets qui divi­sent, comme l’environnement, ou qui ras­semblent, comme le développement et la solidarité, et les chefs d’Etat et de gouver­nements devront apporter des réponses concertées aux crises alimentaire, énergé­tique et financière. La francophonie est politique : elle n’hésite plus à prendre po­sition, voire à sanctionner ses membres, lorsqu’ils s’écartent des standards de gou­vernance agréés d’un commun accord.

Et s’il reste encore des sceptiques, qu’ils se rendent sans tarder à Québec-City !

 

2009

Enric González, Las virtudas del estadista, in: EP 21/06/2009

 

François Mitterrand durante sus 14 años como inquilino del Elíseo, cometió todo tipo de tropelías.

 

En 1983 ordenô que fueran intervenidos los teléfonos de unas 150 personas, entre las que habia politicos, abogados, periodistas y empresarios, a las que consideraba « enemi-gos potenciales ». También intervino el telé-fono de la actriz Carole Bouquet, que no era enemiga potencial, pero le gustaba mucho. En 1984 envié tropas a la frontera entre Congo (entonces Zaïre) y Ruanda, oficialmente para detener el genocidio que los hu-tus cometfan contra los tutsis, en realidad para protéger a los dirigentes del genocidio, viejos aliados de Francia. Solo un afio des­pués, en 1985, hizo que un équipe de agen-tes secretos destruyera en Nueva Zelanda el Rainbow Warrior, buque insignia de Green-peace, para dificultar la protesta de la organización ecologista contra los ensayos nuclea-res franceses en Mururoa. En el atentado contra el Rainbow Warrior muriô un fotôgra-fo, Fernando Pereira.

Hubo otros asuntos pûblicos, como la corruption y los sobornos en Elf. Y, evidentemente, otros asuntos privados. No era nin-gûn secreto que Mitterrand mantema rela-ciones con distintas senoras, y tampoco era un secreto que albergaba en un palacio de la Republica a Anne Pingeot, confidente y ma­dré de su hija Mazarine. No era un secreto, pero nadie lo publicaba.                           

Su vida personal estaba tan comparumentada que su hijo Jean-Christophe (conocido en Âfrica como « papa m’ha dit », « papa me ha dicho », por su labor como encargado de la diplomacia mas oscura, esa que, por ejemplo, convirtié en inmensamente rico al recién fallecido présidente de Gabon) no co- . nocié personalmente a su hermanastra Ma-J zarine hasta 1994: Mitterrand habia sido operado de cancer y el hijo le visité antes de la hora fijada, cuando la hija sécréta estaba aùn en la habitation del hospital. La situa-cién, segûn los testigos, résulté embarazosa. Poco después, la revista Paris Match fue autorizada a desvelar el secreto de Anne Pin­geot y de Mazarine, que utilizaban habitual-mente el avién presidencial para sus despla-zamientos.

Los ûltimos anos, cuando el cancer le obligaba a guardar cama durante casi toda la Jornada, fueron casi dantescos. En 1993 se suicidé Pierre Bérégovoy, ex primer minis­tre de Mitterrand: ténia mucho de honesto y poco de estadista, y no pudo soportar que le acusaran de corruption. En 1994 se suicidé, en su oficina del EHseo, François de Gros-souvre, que en teoria habfa dejado de ser asesor presidencial en 1985, pero seguîa ocu-pândose, como Jean-Christophe, de los temas ocultos.            

                              

Hannah Arendt et la pensée raciale française

Hannah Arendt & la pensée raciale française

 

 

in : Hannah Arendt, L’impérialisme, éd. Fayard, 1982 

(extraits d’un livre à acheter absolument)

 

(p.20) L’IMPÉRIALISME

 

Qu’un Napoléon eût échoué à réaliser l’unité de l’Europe sous le drapeau français indiquait clairement que toute conquête menée par une nation conduisait soit à un éveil de la conscience nationale chez les peuples conquis, et donc à leur rébellion contre le conquérant, soir à la tyrannie. Et bien que la tyrannie, parce qu’elle n’a pas besoin du consentement, puisse régner avec succès sur des peuples étrangers, elle ne peut se maintenir au pouvoir qu’à condition de préalablement détruire les institutions nationales de son propre peuple.

A la différence des Britanniques et de toutes les autres nations européennes, les Français ont réellement essayé, dans un passé récent, de combiner le jus et l’imperium, et de bâtir un empire dans la tradition de la Rome antique. Eux seuls ont au moins tenté de transformer le corps politique de la nation en une structure politique d’empire, ont cru que « la nation française était en marche… pour aller répandre les bienfaits de la civilisation française » ; ils ont eu le désir d’assimiler leurs colonies dans le corps national en traitant les peuples conquis « à la fois… en frères et… en sujets » – frères en tant qu’unis par les liens nés d’une civilisation française commune, et sujets dans le sens où ces peuples sont les disciples du rayonnement de la France. Ce qui se réalisa en partie lorsque des députés de couleur purent siéger au (p.21) Parlement français et que l’Algérie fut déclarée département.

Cette entreprise audacieuse devait aboutir à une exploitation particulièrement brutale des colonies au nom de la nation.  Au mépris de toutes les théories, l’Empire français était, en réalité construit en fonction de la défense nationale, et les colonies étaient considérées comme terres à soldats susceptibles de fournir une force noire  capable de protéger les habitants de la France contre les ennemis de leur nation. La fameuse phrase prononcée par Poincaré en 1924: « La France n’est pas un pays de quarante millions d’habitants; c’est un pays de cent millions d’habitants», annonçait purement et simplement la découverte d’une «forme économique de chair à canon, produite selon des méthodes de fabrication en série». Quand, lors de la Conférence sur la paix de 1918, Clémenceau insistait sur le fait qu’il ne désirait rien d’autre qu’« un droit illimité à lever des troupes noires destinées à contribuer à la défense du territoire français en Europe si la France venait à être attaquée par 1’Allemagne», il ne protégeait pas la nation française contre une agression allemande, comme il nous a malheureusement été donné de l’apprendre, bien que son plan ait été mené à bien par l’Etat-Major général;  mais il portait là un coup fatal à l’existence, jusque là encore concevable, d’un Empire français. Face à ce nationalisme aveugle et désespéré, les impérialistes britanniques qui acceptaient le compromis du système du mandat faisaient figure de gardiens de l’autodéterminatfon des peuples. Et cela, bien qu’ils eussent fait d’emblée un mauvais usage du système du mandat en pratiquant le « gouvernement indirect » , méthode qui permet à l’administrateur de gouverner un peuple « non pas directement mais par le biais de ses propres autorités locales et trîbales».

 

 

(p.74)  1 – UNE «RACE» D’ARISTOCRATES CONTRE UNE “NATION » DE CITOYENS

 

Un intérêt sans cesse croissant envers les peuples les plus différents, les plus étranges, et même sauvages, a caractérisé la France du XVIIIe siècle. C’était l’époque où l’on admirait et copiait les peintures chinoises, où l’un des écrits les plus fameux du siècle s’appelait les Lettres persanes, et où les récits de voyage constituaient la lecture favorite de la société. On opposait l’honnêteté et la simplicité des peuples sauvages et non civilisés à la sophistication et à la frivolité de la culture. Bien avant que le XIXe siècle et son immense développement des moyens de transport eussent mis le monde non européen à la porte de tout citoyen moyen, la société française du XVIIIe siècle s’était efforcée de s’emparer spirituellement du contenu des cultures et des contrées qui s’étendaient loin au-delà des frontières de l’Europe. Un vaste enthousiasme pour les

«nouveaux spécimens de l’humanité» (Herder) gonflait le coeur des héros de la Révolution qui venaient, après la nation française, libérer tous les peuples de toute couleur sous la bannière de la France.

 

(p.75) C’est pourtant dans ce siècle créateur de nations et dans le pays de l’amour de l’humanité que nous devons chercher les germes de ce qui devait plus tard devenir la capacité du racisme à détruire les nations et à annihiler l’humanité. On doit noter que le premier à prendre à son compte la coexistence en France de peuples différents, d’origines différentes, fut aussi le premier à élaborer une pensée raciale définie. Le comte de Boulainvilliers, noble français qui écrivit au début du XVIIIe siècle des oeuvres qui ne furent pubIiées qu’après sa mort, interprétait l’histoire de la France comme l’histoire de deux nations différentes dont l’une, d’origine germanique, avait conquis les premiers habitants, les « GauIois », leur avait imposé sa loi, avait pris leurs terres et s’y était installée comme classe dirigeante, en « pairs » dont les droits suprêmes s’appuyaient sur le « droit de conquête » et sur la « nécessité de l’obéissance toujours due au plus fort ». EssentieIIement préoccupé de trouver de nouveaux arguments contre la montée du pouvoir politique du Tiers-Etat et de ses porte-parole, ce «nouveau corps» composé par les « gens de lettres et de loi » , Boulainvilliers devait aussi combattre la monarchie parce que le roi de France ne voulait plus représenter les pairs en tant que primus inter pares, mais bien la nation tout entière : en lui, de ce fait, la nouvelle classe montante trouva un moment son allié le plus puissant. Soucieux de rendre à la noblesse une primauté sans conteste, Boulainvilliers proposait à ses semblables, les nobles, de nier avoir une origine commune avec le peuple français, de briser l’unité de la nation et de se réclamer d’une distinction originelle, donc éternelle. Avec beaucoup plus d’ audace que la (p.76) plupart des défenseurs de la noblesse ne le firent par la suite, Boulainvilliers reniait tout lien prédestiné avec le sol ; il reconnaissait que les « Gaulois » étaient en France depuis plus longtemps, que les « Francs » étaient des étrangers et des barbares. Sa doctrine se fondait exclusivement sur le droit éternel de la conquête et affirmait sans vergogne que «la Frise…fut le véritable berceau de la nation française ». Des siècles avant le développement du racisme impérialiste proprement dit, et ne suivant que la logique intrinsèque de son concept, il avait vu dans les habitants originels de la France des natifs au sens moderne du terme ou, selon ses propres mots, des « sujets » non pas du roi, mais de tous ceux dont le privilège était de descendre d’un peuple de conquérants qui, par droit de naissance, devaient être appelés « Français ».

Boulainvilliers était profondément influencé par les doctrines de la « force fait droit » chères au XVIIe siècle, et il fut certainement l’un des plus fermes disciples contemporains de Spinoza dont il traduisit l’Ethique et dont il analysa le Traité théologico-politique.  Selon son interprétation et sa mise en application des idées politiques de Spinoza, la force devenait conquête et la conquête agissait comme une sorte de jugement unique quant aux qualités naturelles et aux privilèges humains des hommes et des nations. On décèle ici les premières traces des transformations naturalistes que devait subir par la suite la doctrine de la « force fait droit ». Cette perspective se trouve renforcée par le fait que Boulainvilliers fut l’un des libres penseurs les plus marquants de son époque, et que ses attaques contre l’Eglise chrétienne n’auraient pu être motivées par le seul anticléricalisme. La théorie de Boulainvilliers ne s’applique toutefois qu’aux peuples, non aux races; elle fonde le droit des peuples supérieurs sur une action historique, la (p.77) conquête, et non sur un fait physique – bien que l’action historique exerce déjà une influence sur les qualités naturelles des peuples conquis. S’il invente deux peuples différents au sein de la France, c’est pour s’opposer à la nouvelle idée nationale telle qu’elle était~présentée dans une certaine mesure par l’alliance de la monarchie absolue et du Tiers-Etat.

Boulainvilliers est antinationaIiste à une epoque où l’identité nationale était ressentie comme neuve et révolutionnaire, et à un moment où l’on n’avait pas perçu, comme cela se produisit à l’occasion de la Révolution française, combien elle était liée à une forme de gouvernement démocratique. Boulainvilliers préparait son pays à la guerre civile sans savoir ce que cette guerre civile signifierait. Il illustre le sentiment d’une bonne fraction des nobles qui ne se considéraient pas comme représentants de la nation mais comme classe dirigeante à part, susceptible d’ avoir beaucoup plus en commun avec un peuple étranger de “même société et condition » qu’avec ses compatriotes. Ce sont bien ces tendances antinationales qui ont exercé leur influence dans le milieu des émigrés avant d’être finalement absorbées par des doctrines raciales nouvelIes et sans ambiguïté à la fin du XIXe siècle.

Ce n’est que lorsque l’explosion proprement dite de la Révolution eut contraint une grande part de la noblesse française à chercher refuge en Allemagne et en Angleterre que les idées de Boulainvilliers se révélèrent fournir une précieuse arme politique. Entretemps, son influence sur l’aristocratie française était restée intacte, comme en témoignent les travaux d’un autre comte, Dubuat-Nançay, qui souhaitait voir se resserrer plus encore les liens de la noblesse française avec ses frères du continent.

 

(p.79) Il est assez étrange que depuis les premiers temps, où, à l’occasion de sa lutte de classe contre la bourgeoisie, la noblesse française découvrit qu’elle appartenait à une autre nation, qu’elle avait une autre origine généalogique et qu’elle avait des liens plus étroits avec une caste internationale qu’avec le sol de France, toutes les théories raciales françaises aient soutenu le germanisme, ou tout au moins la supériorité des peuples nordiques contre leurs propres compatriotes.  Car si les hommes de la Révolution française s’identifiaient mentalement avec Rome, ce n’est pas parce qu’ils opposaient au “germanisme » de leur noblesse un « latinisme » du Tiers-Etat, mais parce qu’ils avaient le sentiment d’ être les héritiers spirituels de la République romaine. Cette revendication historique, dans sa différence par rapport à l’identification tribale de la noblesse, pourrait avoir été l’une des raisons qui ont empêché le « latinisme » de se développer en soi comme doctrine raciale. En tout cas, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, le fait est que ce sont les Français qui, avant les Allemands ou les Anglais, devaient insister sur cette idée fixe d’une supériorité germanique. De la même manière, la naissance de la conscience de race allemande après la défaite prussienne de 1806, alors qu’elle était dirigée contre les Français, ne changea en rien le cours des idéologies raciales en France. Dans les années quarante du siècle dernier, Augustin Thierry adhérait encore à l’identification des classes et des races et (p.80) distinguait entre « noblesse germanique » et « bourgeoisie celte » , cependant que le comte de Rémusat, encore un noble, proclamait les origines germaniques de l’aristocratie européenne. Finalement, le comte de Gobineau développa une opinion déjà couramment admise parmi la noblesse française en une doctrine historique à part entière, affirmant avoir découvert la loi secrète de la chute des civilisations et promu

l’histoire à la dignité d’une science naturelle. Avec lui, la pensée raciale achevait son premier cycle, pour en entamer un second dont les influences devaient se faire sentir jusqu’aux années 20 de notre siècle.

 

 

(p.80) II – L’UNITÉ DE RACE COMME SUBSTITUT A L’ÉMANCIPATION  NATIONALE

 

En Allemagne, la pensée raciale ne s’est développée qu’après la déroute de la vieille armée prussienne devant Napoléon. Elle dut son essor aux patriotes prussiens et au romantisme politique bien plus qu’à la noblesse et à ses champions. A la différence du mouvement racial français qui visait à déclencher la guerre civile et à faire éclater la nation, la pensée raciale alle.mande fut inventée dans un effort visant à unir le peuple contre toute domlnation étrangère. Ses auteurs ne cherchaient pas d’alliés au-delà des frontières; ils voulaient éveiller dans le peuple la conscience d’une origine commune. En fait, cette attitude excluait la noblesse et ses relations notoirement cosmopolites lesquelles étaient d’ailleurs moins caractéristiques des Junkers prussiens que du reste de la noblesse européenne; en tout cas, cela excluait que cette pensée (p.81) raciale pût s’appuyer sur la classe sociale la plus fermée.

Comme la pensée raciale allemande allait de pair avec les vieilles tentatives déçues visant à unifier les innombrables Etats allemands, elle demeura à ses débuts si étroitement liée à des sentiments nationaux d’ordre plus général qu’il est assez malaisé  de distinguer entre le simple nationalisme et un racisme avoué. D’inoffensifs sentiments nationaux s’exprimaient en des termes que nous savons aujourd’hui être racistes, si bien que même les historiens qui identifient le courant raciste allemand du XXe siècle avec le langage très particulier du nationalisme allemand ont curieusement été amenés à confondre le nazisme avec le nationalisme allemand, contribuant ainsi à sous-estimer le gigantesque succès international de la propagande hitlérienne. Ces circonstances particulières du nationalisme allemand changèrent seulement quand, après 1870, l’unification de la nation se fut effectivement réalisée et que le racisme allemand eut, de concert avec l’impérialisme allemand, atteint son plein développement. De ces débuts, un certain nombre de caractéristiques ont toutefois survécu, qui sont restées significatives au courant de pensée rociale spécifiquement allemand.

A la différence des nobles français, les nobles prussiens avaient le sentiment que leurs intérêts étaient étroitement liés à la position de la monarchie absolue et, dès l’époque de Frédéric II en tout cas, ils cherchèrent à se faire reconnaître comme représentants légitimes de la nation tout entière.  A l’exception des quelques années de réformes prussiennes (de 1808 à 1812), la noblesse prussienne n’était pas effrayée par la montée d’une classe bourgeoise qui aurait pu vouloir s’emparer du gouvernement, pas plus qu’elle n’avait à craindre une coalition entre les classes moyennes et la dynastie au pouvoir.

(p.88) Bien que, dans ce sens, les valeurs de la noblesse aient contribué à l’essor de la pensée raciale, les Junkers eux-mêmes furent pour ainsi dire étrangers au façonnement de cette mentalité. Le seul Junker de l’époque à avoir développé une théorie politique en propre, Ludwig von der Marwitz, n’employa jamais de termes raciaux. Selon lui, les nations étaient séparées par la langue – différence spirituelle et non physique – et bien qu ‘il condamnât farouchement la Révolution française, il s’exprimait de la même manière que Robespierre sur la question de l’ agression éventuelle d’une nation contre une autre nation: « Celui qui songerait à étendre ses frontières devrait être considéré comme un traître déloyal par la République des Etats européens tout entière ». C’est Adam Mueller qui insista sur la pureté de lignage comme critère de noblesse, et c’est Haller qui, partant de cette évidence que les puissants dominent ceux qui sont privés de pouvoir, n’hésita pas à aller plus loin et à déclarer « loi naturelle » que les faibles doivent être dominés par les forts. Bien entendu, les nobles applaudirent avec enthousiasme en apprenant que leur usurpation du pouvoir non seulement était légale, mais encore obéissait aux lois naturelles, et c’est en fonction de ces définitions bourgeoises que, pendant tout le XIXe siècle, ils évitèrent les « mésalliances » avec un soin encore plus diligent que par le passé.

Cette insistance sur une origine tribale commune comme condition essentielle de l’identité nationale, formulée par les nationalistes allemands pendant et après la guerre de 1814, et l’accent mis par les romantiques (p.89) sur la personnalité innée et la noblesse naturelle, ont intellectuellement préparé le terrain à la pensée raciale en Allemagne. L’une a donné naissance à la doctrine organique de l’histoire et de ses lois naturelles; de l’autre naquit à la fin du siècle ce pantin grotesque, le surhomme, dont la destinée naturelle est de gouverner le monde. Tant que ces courants cheminaient côte à côte, ils n’étaient rien de plus qu’un moyen temporaire d’échapper aux réalités politiques. Une fois amalgamés, ils constituèrent la base même du racisme en tant qu’idéologie à part entière. Ce n’est pourtant pas en Allemagne que le phénomène se produisit en premier lieu, mais en France, et il ne fut pas le fait des intellectuels de la classe moyenne, mais d’un noble aussi doué que frustré, le comte de Gobineau.

 

 

III – LA NOUVELLE CLE DE L’HISTOIRE

 

En 1853, le comte Arthur de Gobineau publia son Essai sur l’Inégalité des Races humaines, qui devait attendre quelque cinquante ans pour devenir, au tournant du siècle, une sorte d’ouvrage-modèle pour les théories raciales de l’histoire. La première phrase de cet ouvrage en quatre volumes – « La chute de la civilisation est le phénomène le plus frappant et, en même temps, le plus obscur de l’histoire” – révèle clairement l’intérêt fondamentalement neuf et moderne de son auteur, ce nouvel état d’esprit pessimiste qui imprègne son oeuvre et qui constitue une force idéologique capable de faire l’unité de tous les éléments et opinions contradictoires antérieurs.

 

(p.92) Lorsque Gobineau commença son oeuvre, à l’époque de Louis-Philippe, le roi bourgeois, le sort de la noblesse semblait réglé. La noblesse n’avait plus à craindre la victoire du Tiers-Etat, celleci était déjà accomplie; elle ne pouvait plus que se plaindre. Sa détresse, telle que l’exprime Gobineau, est parfois très proche du grand désespoir des poètes de la décadence qui, quelques décennies plus tard, chanteront la fragilité de toutes choses humaines. Pour ce qui concerne Gobineau, cette affinité est plutôt accidentelle ; mais il est intéressant de noter qu’une fois celle-ci établie, il n’y avait plus rien pour empêcher des intellectuels parfaitement respectables, tels Robert Dreyfus en France ou Thomas Mann en Allemagne, de prendre au sérieux ce descendant d’Odin quand vint la fin du siècle. Bien avant que ne se profile ce mélange humainement incompréhensible d’horrible et de ridicule que notre siècle porte pour sceau, le ridicule avait déjà perdu le pouvoir de tuer.

C’est aussi au singulier esprit pessimiste, au désespoir actif des dernières décennies du siècle que Gobineau dut son succès tardif. Ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il ait lui-même été un précurseur de la génération de « la joyeuse ronde de la mort et du négoce » (]oseph Conrad). Il n’était ni l’un de ces hommes d’Etat qui avaient foi dans les affaires, ni l’un de ces poètes qui chantaient la mort. Il était seulement un curieux mélange de noble frustré et d’intellectuel romantique, qui inventa le racisme pour ainsi dire par hasard : lorsqu’il s’aperçut qu’il ne pouvait plus se contenter des vieilles doctrines des deux peuples réunis au sein de la France et que, vu les circonstances nouvelles, il devait réviser le vieux principe selon lequel les meilleurs se trouvent nécessairement au sommet de la société. A contrecoeur, il dut contredire ses maîtres à penser et expliquer que les meilleurs , les nobles, ne pouvaient même plus espérer (p.93)  retrouver leur position premlère. Petit à petit, il identifia la chute de sa caste avec la chute de la France, puis avec celle de la civilisation occidentale, et enfin..

avec celle de l’humanité tout entière. Ainsi fit-il cette découverte – qui lui valut par la suite tant d’admirateurs parmi les écrivains et les biographes – que la chute des civilisations est due à une dégénerescence de la race, ce pourrissement étant causé par un sang mêlé, car dans tout mélange, la race inférieure est toujours dominante. Ce type d’argumentation, qui devint presque un lieu commun après le tournant du siècle, ne coïncidait pas avec les doctrines progressistes des contemporains de Gobineau, qui connurent bientôt une autre idée fixe, celle de la « survie des meilleurs”. L’optimisme libéral de la bourgeoisie victorieuse voulait une nouvelle édition de la théorie de la « force fait droit », non une clé de l’histoire ou la preuve d’une inéluctable déchéance. Gobineau chercha en vain à élargir son public en prenant parti dans la question esclavagiste en Amérique, et en constrsant habilement tout son système sur le conflit fondamental entre Blancs et Noirs. Il lui fallut près de cinquante ans pour devenir une gloire auprès de l’élite, et ses ouvrages durent attendre la Première Guerre mondiale et sa vague de philosophies de la mort pour jouir d’une réelle et large popularité.

Ce que Gobineau cherchait en réalité dans la politique, c’était la définition et la création d’une « élite » qui remplacerait l’anstocratie. Au lieu de princes, il proposait une « race de princes », les Aryens, qui étaient en danger, disait-il, de se voir submergés par les classes inférieures non-aryennes du fait de la démocratie. Le concept de race permettait d’introduire les «personnalités innées » du romantisme allemand et de les définir comme les membres d’une aristocratie naturelle, destinée à régner sur tous les autres hommes. Si la race et le mélange des races sont les facteurs (p.94) déterminants de l’individu – et Gobineau n’affirmait pas l’existence de sangs « purs » -, rien n’empêche de prétendre que certaines supériorités physiques pourraient se développer en tout individu, quelle que soit sa présente position sociale, et que tout homme d’exception fait partie de ces « authentiques fils et survivants… des Mérovingiens “, qu’il est l’un de ces « fils de rois ». Grâce à la race, une « élite » allait se former qui pourrait revendiquer les vieilles prérogatives des familles féodales au seul fait qu’elle avait le sentiment d’être une noblesse ; la reconnaissance de l’idéologie de race allait en soi devenir la preuve formelle qu’un individu était de « bon sang » , que du « sang bleu » coulait dans ses veines et qu’une telle origine supérieure impliquait des droits supérieurs. D’un même événement politique, le déclin de la noblesse, notre Comte tirait donc deux conséquences contradictoires: la dégénérescence de la race humaine et la constitution d’une aristocratie nouvelle et naturelle.

 

(p.95) Les idéologues qui prétendent détenir la clé de la réalité sont obligés de modifier leurs opinions et de les adapter coûte que coûte aux cas isolés en fonction des événements les plus récents, et ils ne peuvent jamais se permettre d’entrer en conflit avec leur insaisissable dieu, la réalité. Il serait absurde de demander d’être fiables à des gens qui , en vertu de leurs convictions, doivent précisément pouvoir justifier n’importe quelle situation donnée.

(…) Taine lui-même croyait fermement au génie supérieur de la « nation germanique », et Ernest Renan a probablement été le premier à opposer les « Sémites » aux «Aryens» en une « division du genre humain » décisive, bien qu’il reconnût en la civilisation la grande force supérieure qui détruit les originalités locales aussi bien que les différences de race originelles.

 

(p.108) /Auguste Comte en France/

… celui-ci exprimait son espoir de voir une humanité unie, organisée, régénérée sous l’égide – la présidence – de la France.