1987

Robert Verdussen, La France de tous les malaises, LB 12/11/1987

 

Dernier exemple en date : les remous qui agitent le monde judiciaire. En cause, la Cour de cassation et sa décision de suspendre l’instruction ouverte contre Michel Droit, inculpé de forfaiture au sein de la Commission nationale de la communication et des libertés. Une décision rarissime dans les annales judiciaires et qui a été prise contre l’avis même du procureur général de la Cour.

Ce dernier n’a des lors pas manqué de dénoncer « la pression considérable exercée sur l’institution judiciaire par un justiciable quine se veut pas un justiciable comme les autres ».

Et de s’inquiéter de voir les juges « réduits au rôle de bouffons de la République». Autrement dit, la Cour de cassation aurait cédé a des pressions politiques.

Accusation grave mais qui n’est pas très nouvelle dans un pays où le pouvoir judiciaire n’a pas toujours prouvé son indépendance. « Le Canard enchaîné», parmi d’autres, en sait quelque chose.

Il n’empêche, alors que les juges d’instruction parisiens prenaient fait et cause pour leur confrère, la Cour de cassation se déclarait indignée. Et de s’en prendre aussi. Tactique commode, à certains journaux « Le Monde» et « Le Matin» sans les nommer – pour « leur campagne intolérable et partisane», une tactique a laquelle vient aussi de recourir un député de Jean-Marie Le Pen, Roger Holeindre, et cela à la tribune du palais Bourbon et dans le plus pur style  Front national. «Le terrorisme, c’est le terrorisme in tellectuel, celui des journalistes», a-t-il lancé. Il s’en prenait en particulier a un journaliste d’Antenne 2, Algérien d’origine, qui avait été empêché de travailler récemment en Nouvelle-Calédonie. La rédaction de la chaîne a réagi vivement : le député sera désormais boycotté.

Si cet incident n’a en fin de compte guère d’importance, il est sans doute caractéristique d’un monde politique où 1a polémique tient lieu de plus en plus souvent de véritable débat.

Ainsi de cette affaire Luchaire la vente illégale d’armes a l’Iran, dans le milieu des années 80, révélée par un rapport du contrôleur général aux armées – qui pousse a présent 1e ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua, a mettre en cause, a la télévision, deux anciens Premiers ministres socialistes de l’époque, Pierre Mauroy et Laurent Fabius. Et cela alors que l’instruction judiciaire ne fait que commencer.

Polémique encore a l’intérieur même du Parti socialiste, où Laurent Fabius n’hésite pas à affirmer, à propos de l’affaire Luchaire, que cela fait « beaucoup pour un seul département ministériel». Et Charles Hernu, ministre de la Défense de l’époque, de lui répondre qu’il n’a pas de leçon de socialisme a recevoir de lui…

En fait de leçons, c’est sans doute tout le petit monde politique français qui ferait bien d’en prendre. Des leçons de dignité.

 

1988

Inculpation d’un ancien ministre socialiste, LB 20/02/1988

 

(détournement de fonds publics) – dans le scandale politico-financier du Carrefour du Développement

 

1989

D. de Montvalon, Affaires: Mitterrand n’a reçu aucun rapport, LB 24/01/1989

 

(l’affaire Péchiney) « Le parti socialiste refuse une commission parlementaire. Le climat s’alourdit. »

 

1990s

Fausses factures: la « croisade » du petit juge, LB, s.d.

 

« Le gouvernement et le parti socialiste n’ont pas fini de traîner l’affaire Urba-Gracco / 1984-1990/.  Le scandale provoqué par cette nébuleuse de bureaux d’études qui finançait le parti à coup de fausses factures – études d’urbanisme bidons ou surfacturés aux municipalités socialistes – ne cesse de rebondir. »

 

1990

“L’affaire Doucé” devient politique, LB 27/10/1990

 

En France, la mort du pasteur homosexuel et des “révélations” mettent en cause les renseignements généraux.

 

1992

Jacques Cordy, Un désastre pour l’image du PS, LS 16/01/1992

 

« L’affaire « Urba » relancée avec fracas en France. » (illegale financiering van de verkiezingscampagne)

 

1992

Grâce présidentielle: remous en France, LB 25/06/1992

 

« Une grâce présidentielle que le président François Mitterrand aé accordée au président de l’association SOS Racisme, Harlem Désir, qui aurait dû acquitter 80.000 FF de contraventions au Trésor Public, a provoqué mercredi des remous à l’ Assemblée nationale. »

 

1992

Non-lieu requis pour Léotard, LB 29/12/1992

 

Requis au bénéfice de François Léotard, anc. président d’honneur du parti républicain (libéraux), inculpé de corruption, ingérence et trafic d’influence, dans une affaire immobilière à Port-Fréjus.

 

1994

7 avril 1994, François de Grossouvre est retrouvé mort, suicidé …, LB, 12/09/1994

 

Conseiller de Mitterrand dont il est depuis 35 an l’éminence grise.

 

Sur le livre de Jean Montaldo: Mitterrand et les 40 voleurs …, ( De l’ enterrement de François de Grossouvre à celui des ‘Affaires’) 1994

 

1995

Chirac après Juppé?, LB, 24/10/1995

 

Concernant un logement reloué à chacun d’eux un prix nettement inférieur à celui du marché.

 

1997

Von Thankmar von Münchhausen, Im Auftrag Miterrands, Der Frankfurter Allgemeine, den 12. April 1997

 

Im Elysée wurden jahrelang Tausende Telefongespräche abgehört.

 

1998

Bernard Delattre, Le mal est fait à Paris, LB 29/07/1998

 

La gestion de Paris demeure toujours aussi opaque, autoritaire et clientéliste.

Le couple Tiberi, couvert jusqu’au bout par l’Elysée et le RPR. 

 

2000

4000 faux électeurs pour Tibéri, AL 24/03/2000

 

Jean Tibéri, élu député de Paris en 1997, l’avait été en partie grâce au vote d’environ 4000 faux électeurs.  Le Conseil institutionnel avait validé l’élection en février 1998 en reconnaissant “des irrégularités”, mais en estimant que celles-ci n’avaient pas altéré le résultat du scrutin, Jean Tibéri ayant gagné avec 2725 voix d’avance au second tour.  Le Conseil avait en effet évalué le nombre de faux électeurs à 800, sur la foi d’un rapport interne qu’il n’a jamais voulu transmettre à la justice.

 

Pourtant, un rapport de la gendarmerie versé au dossier du juge Chantal Perdrix montre que 7000 personnes étaient inscrites frauduleusement en 1997 dans le Ve arrondissement de Paris et que 4000 d’entre elles environ ont voté lors de l’élection législative où Jean Tibéri a été élu député.  Les électeurs avaient accepté souvent d’être inscrits dans l’arrondissement alors qu’ils n’y résidaient pas, en échange d’avantages fournis par la mairie de Paris, comme des emplois ou des logements sociaux.  L’enquête a démontré que les “faux électeurs” avaient été recrutés en priorité dans des populations défavorisées originaires des Antilles, d’Afrique ou même de Pondichéry (un ancien comptoir français en Inie).  Ils se voyaient proposer des logements sociaux ou des emplois peu qualifiés, tels que balayeurs ou fossoyeurs.

 

2000

C.D., La France de Chirac éclaboussée, VA 26/09/2000

 

De Chirac à Strauss-Kahn, du RPR au PS, l’affaire Méry mouille les ténors de la classe politique. Homme d’affaire, Jean-Claude Méry a laissé des révélations posthumes concernant le financement occulte du RPR.

Pour la première fois, Chirac est mis en cause publiquement et directement dans cette affaire. 

L’homme d’affaire raconte notamment comment il récoltait jusqu’à 40 millions de FF par an lors des marchés du logement social à paris pour les redistribuer d’abord à son parti, mais aussi au parti socialiste ou au parti communiste.

 

2001

Barry Marjanovich <bmarjanovich@iprimus.ca> a écrit dans le message : 3A2ABEAC.44702B15@iprimus.ca

> Scandal Casts Shadow on Chirac
>
> By ELAINE GANLEY  Associated Press writer
>
> PARIS – An illegal system of financing French political
> parties is slowly coming to light, and, while parties on
> the left and right allegedly benefitted, the affair is casting
> a shadow on President Jacques Chirac.
>
> With a former top Chirac aide jailed last week, even allies
> over the weekend urged the president to explain himself.
>
>  »The president should address the French as he always
> has done, » the head of Chirac’s Rally for the Republic
> party, Michele Alliot-Marie, said Sunday.  »I don’t think
> he has ever hidden anything. » She added that she
> suspects an  »operation aimed at discrediting Chirac. »
>
> Chirac has not been implicated directly in the latest round
> of charges in a judicial investigation that stretches back six
> years. However, the accusations are circling around him.
> The alleged nerve center of the scheme was Paris City Hall,
> and at the time – 1990-1995 – Chirac was mayor of Paris
> and the Rally for the Republic party, or RPR, controlled
> the Paris region.
>
> On Friday, four former officials from three political parties
> were placed under investigation – one step short of being
> charged – for complicity in corruption and receiving illicit
> goods in connection with the inquiry.
>
> One of the four, Michel Roussin, was a former top Chirac
> aide at City Hall.
>
> Roussin was portrayed by others questioned as the man at
> the matrix of the alleged scheme to fill the coffers of political
> parties by accepting  »gifts » from contractors – legal at the time
> – then awarding the donors with contracts to build or
> rehabilitate public schools in Paris’ Ile de France region – illegal.
>
> According to confessions from others under investigation,
> contracts worth $3.7 billion at today’s exchange rates were
> thus arranged. A 1995 law forbid companies from donating
> to political parties, now funded with public money.
>
> Louis-Yvonne Casetta, a former RPR administrative director
> who was another of the four officials, told investigators that
> Chirac was aware of the  »gifts » but not of the scheme to
> award contracts.
>
> Chirac was Paris mayor from 1977 until he took the presidency
> in 1995.
>
> The 2002 presidential election hovers at the edge of the scandal.
> Chirac is widely expected to seek a second term, most likely
> facing Socialist Prime Minister Lionel Jospin.
>
> Jospin’s Socialist Party, also alleged to have profited from
> the system, has skirted any direct comment. Party leader,
> Francois Hollande, said only that justice should  »take its course. »
>
> The system was first divulged in a posthumous videotape by
> Jean-Claude Mery, an alleged money collector for Chirac’s
> party, that was made public in September.
>
> Chirac at the time issues adamant, immediate denials. Now
> on a tour of several European capitals, he has refused all
> comment on the latest allegations.
>
> The political climate  »is deteriorating at high speed, » Philippe
> Seguin, a leading member of Chirac’s party, said in an interview
> published Sunday in Le Parisien Dimanche.
>
> « Degree zero in confidence in the democracy has been reached » and  »a
> large explanation of a collective, shared responsibility is needed, »
> said
> Seguin, now a candidate for Paris mayor in 2001 municipal elections.

 

2001

Suzanne Daley, Impeach Chirac, 30 legislators urge in petition, Intern. Herald Tribune, 22/05/2001

 

Thirty French legislators, far more than many political analysts had expected, have signed a petition calling for the impeachment of President Jacques Chirac for his alleged role in party financial scandal when he was mayor of Paris.

« Last month, a judge investigating the matter said he had enough evidence to implicate Mr. Chirac, but lacked the jurisdiction to do anything about it.

« How can we explain to our compatriots that crimes committed by presidents Joseph Estrada, Alberto Fujimori and Richard Nixon can be tried but no judge can be found in France to try President Jacques Chirac ? » Mr. Montebourg, a young Socialist deputy, wrote in this petition.

 

2001

Reise unter falschen Namen, Focus 27/2001, p.212

 

Rund 700.000 Mark hat Frankreichs Präsident für 20 private Urlaubsreisen ausgegeben.

Sein Chaufeur trug die 500-Franc-Scheine bis 1995 gleich bündelweise zum Reiseagenten, die Rechnung lief auf falschen Namen.

 

2001

Suzanne Daley, Secret cash for French Leaders: open outrage mounts, IHT, 02/07/2001

 

Revelations that President Chirac might have paid for nearly $ 300,000 in airline tickets with his share of secret funds has opened a national debate over a system that has ben in place for more than 50 years but is increasingly being questioned.

« In a totally and uncontrolled fashion, some 200 million francs in 500-franc notes are circulating between the prime minister’s office, the presidency and the various ministeries », Thierry Jean-Pierre, a former judge, now a member of Parliament, wrote in an article published in the daily Le Monde last week. « The whole ruling elite is complicit. »

« The king has his treasury », Mr Jean-Pierre wrote, « the dictator has his war chest. the French Republic has its special funds. » (…)

Under the curent system, a truck from France’s central bank delivers cash to the prime minister once a month.

About half of it goes to pay for security services. But the rest is divided between the president and the prime minister. In theory, these funds were for extraordinary expenses like, perhaps, ransoms.

But instead, the money is often used to top of salaries of senior officials, though it is never reported to the tax authorities. »

 

2001

Barry Marjanovich <bmarjanovich@iprimus.ca> a écrit dans le message : kiq67.3978$0F3.19455091@news1.tor.primus.ca

> The Sunday Times
>
> July 22 2001 EUROPE
>
> Chirac paid £17,000 for friend’s trips
>
> Matthew Campbell, Paris
>
> EFFORTS by President Jacques Chirac to play down a growing scandal over the
> financing of his private travels appeared to have backfired last week with
> the leaking of a magistrates’ report that gave details of even more
> holidays, including one to Mauritius with a woman friend.
>
> The magistrates said Chirac paid £17,000 in cash – the origin of which they
> are trying to determine – for three trips with Elisabeth Friederich to Rome,
> Tunisia and Mauritius between 1992 and 1995 when he was mayor of Paris.
>
> Friederich, a journalist described in the report as a « long-standing »
> friend, got to know Chirac while she was covering the Parisian town hall for
> Agence France Presse (AFP).
>
> Family of globetrotters: Chirac used pseudonyms for trips for himself, his
> daughter Claude and wife Bernadette
> Photograph: Richard Bouhet
>
> French newspapers, generally respectful of politicians’ private lives, have
> refrained from commenting on a relationship long the subject of gossip.
> Bernadette, the president’s wife, is often described as « long-suffering » and
> for some periods of Chirac’s political career the two have lived virtually
> separate lives.
>
> Friederich was unavailable for comment last week but has said that her trips
> with the mayor were for her « work ». This left open the question of why AFP
> had not footed the bill and one union gave a warning that the news agency’s
> reputation for independence and impartiality had been jeopardised by the
> largesse that Chirac had showered on her.
>
> Chirac is suspected by magistrates of having paid for some of his trips,
> including a Concorde flight with his daughter to New York in 1993, with cash
> from kickbacks paid by building contractors to his administration when he
> was mayor.
>
> Desperate to prevent allegations of sleaze from ruining his chances of being
> re-elected president next year, Chirac said last weekend that the original
> accusation that he had paid £230,000 in cash for holidays had « gone
> pschitt » – burst like a bubble.
>
> The real amount, he said, was smaller and had come from bonuses he received
> when he was prime minister from 1986 to 1988. He dismissed the investigation
> as politically motivated and said it was an example of justice running amok.
>
> However, the magistrates’ report, leaked to Le Monde newspaper last week,
> alleged there was proof that £280,000 was paid in cash to a suburban travel
> agency by Chirac and his immediate entourage for trips between 1992 and
> 1995.
>
> Offering an abundance of new details about the affaire des billets, the
> report said some of the travel agency’s account books covering cash payments
> for airline tickets had gone missing. This suggested the actual amount
> received in cash-stuffed envelopes could have been much higher.
>
> Magistrates have determined that the travel agent used pseudonyms for Chirac
> and his guests. A visit to New York with his daughter Claude was booked in
> the name of « Messrs Bernolin and Pierrac ». A trip to Morocco with his wife
> in 1994 was attributed to « Mr Benisse, Knightsbridge, London ».
>
> At other times, the Chiracs were called « Mr and Mrs Chaudron » – a variation
> on Bernadette’s maiden name of Chodron de Courcel. This name was also used
> for seven trips paid for in cash, including visits to Madeira, New York and
> Japan.
>
> The magistrates’ report is part of a wider investigation into the rigging of
> contracts for renovating schools in Paris when Chirac was mayor, a post he
> used as a springboard to the presidency in 1995.
>
> Jacques Chirac and friends including Elisabeth, circled, on holiday in
> Mauritius
> Photograph: Gamma
>
> Chirac has been under growing pressure to explain the city’s shadowy
> finances to investigators, but won a respite last week when the judges ruled
> themselves « incompetent » to question him because under the constitution only
> parliament can judge a head of state.
>
> There is certain to be a legal challenge, however: Jean-Pierre Dintilhac,
> the Paris public prosecutor, has ruled the constitution does not protect
> actions carried out before Chirac became head of state.
>
> The French leader has stood by his refusal to answer magistrates’ questions,
> arguing that the president is not « an ordinary citizen » and that his
> compliance could weaken his authority.
>
> The newspaper, Libération, reported yesterday that magistrates had asked to
> see his financial returns to check his version of events. Chirac’s office
> declined to comment.
>
> The president has shrugged off allegations that kickbacks were used to fund
> the Gaullists when he was mayor, claiming he bore no responsibility for
> party financing. Allegations about the funding of his holidays were much
> more damaging, however: it was the first time anybody had suggested that
> Chirac had profited personally from town hall sleaze.
>
> The issue will dominate next year’s election campaign and could hamper
> Chirac’s chances to see off the challenge from Lionel Jospin, the Socialist
> prime minister.
>
>

 

2001

Joëlle Meskens, France / La Cour de cassation confirme son immunité / le président Jacques Chirac intouchable, LS 11/10/2001

 

Envolé le spectre d’une visite des juges rue du Faubourg Saint-Honoré, en pleine campagne électorale. L’arrêt de la plus haute juridiction du pays interdit toute poursuite (mise en examen ou audition comme témoin assisté) du président durant l’exercice de son mandat. Jacques Chirac peut bien être entendu à titre de témoin, mais seulement s’il le souhaite. Et on sait que ce n’est pas son désir le plus cher …

 

(…) La Cour de cassation a été amenée à se prononcer dans le cadre de l’affaire de la « Sempap », un dossier de malversations présumes au sein d’une société d’économie mixte, à laquelle la mairie de Paris, alors dirigée par Jacques Chirac, confiait des traaux d’imprimerie.

Trois autres dossiers embarassent le chef de l’Etat : l’affaire des emplois fictifs du parti gaulliste (RPR), qu’il a présidé jusqu’en 1995, l’affaire des marchés truqués d’Ile-de-France qui auraient donné lieu au versement de juteuses commissions et, enfin, celle des fameux voyages payés en liquide.

 

2001

JUDICIAIRE / La « barbouzerie » de Matignon, AL 20/01/2001

 

Le procès des paillotes incendiées en Corse s’est ouvert, sous haute surveillance, lundi à Ajaccio.

Il est accusé par ses coprévenus d’avoir ordonné l’incendie des restaurants de plage Aria marina le 7 mars 1999 et Chez Francis dans la nuit du 19 au 20 avril suivants.

(…) Bernard Bonnet s’en est pris à Alain Christnacht, conseiller de Lionel Jospin.

« C’est Alain Cristnacht qui a financé l’opération du Rainbow Warrior », coulé en 1985 alors que ce dernier était au ministère de la défense (…).

 

2002

Bernard Delattre, France, Le grand retour des « affaires », LB 30/05/2002

 

Déjà, deux ministres du nouveau gouvernement Raffarin sont  mis en cause dans des scandales politico-financiers : le ministre délégué aux Affaires européennes Renaud Donnadieu de Vabres, poursuivi pour blanchiment d’argent et infraction à la loi sur le financement des partis, et son collègue de l’Enseignement François Loos, soupçonné de favoritisme dans l’attribution de marchés.

Les deux éminences sont toujours en place.

En nom de la présomption d’innocence, le Premier ministre a suspendu l’application de la jurisprudence Bérégovoy-Baladur qui, depuis 1992, imposait la démission des membres du gouvernement mis en cause par la justice.

 

2002

Manfred Weber-Lamberdière, Frankreich / Einmal Pardon für alle, Focus 23/2002, p.226

 

Präsident Chirac will mit Parteispenden-Affären Schluss machen: Eine Generalamnestie könnte die Lösung sein.

(…) In seiner Zeit als Bürgermeister von Paris und Parteichef der Neogaullisten soll der joviale Jacques Erfinder und Hauptprofiteur einer gigantischen Schmiergeld-Maschine gewesen sein.

 

2002

Das grosse Fressen der Chiracs, FOCUS, 45, 2002, S.244

 

Von 1987 bis 1995, als Chirac noch Bürgermeister von Paris war, soll das Paar Bernadette und Jacques Chirac bei der Abrechnung der Bewirtungskosten allzu krâftig über die Stränge geschlagen haben.

Für den alltäglichen Lebensmittelbedarf gaben die beiden täglich 300 Euro aus – davon allein 150 für Obst und Gemüse. Offizielle Empfänge waren da noch nicht mitgerechnet. Da Chirac als Staatspräsident Immunität geniesst, will die Staatsanwaltschaft nun seine Ehefrau vorladen.

 

2002

Bernard Delattre, Télévision – France – Papon réduit « Histoire » au silence, LB 22/12/2002

 

La chaîne câblée se voit interdire la diffusion des archives du procès de l’ex-dirigeant de Vichy.

 

2002

BULGARIE / Visas pour des prostituées – Un ex-ambassadeur de France inculpé, AL 11/01/2002

 

Des dizaines de milliers de visas sont en cours d’examen.

 

2002

Bernard Delattre, Rideau sur l’affaire du sang contaminé, LB 05/07/2002

 

Non-lieu pour trente protagonistes de ce scandale qui risquaient les assises.

Colère des victimes après cet énième coup de théâtre d’une saga judiciaire déjà vieille de … 15 ans !

 

2002

Chirac empêtré dans une rançon, LS 04/01/2002

 

A-t-on détourné le prix des otages du Liban ?

Selon le contre-espionnage français, les fonds destinés aux ravisseurs pourraient avoir été détournés et auraient atterri sur le compte suisse des frères Safa, deux hommes d’affaires libanais qui ont participé aux négociations menées par le gouvernement de Jacques Chirac afin de libérer les otages /français en 1987 et 1988/ détenus au Liban.

La DST (Direction de la Surveillance du territoire) assure par ailleurs que les frères Safa auraient reversé ces fonds ces dernières années à Charles Pasqua et à Jean-Claude Marchiani (…) / à l’époque sous les ordres d’un Premier ministre appelé Jacques Chirac/.

 

2002

La prime à la casserole, LB 11/06/2002

 

Les électeurs /pour les législatives (1er tour)/ allaient-ils sanctionner les candidats impliqués dans des scandales politico-financiers ? (…) La réponse est globalement négative.

Ainsi, à Paris, Jean Tibéri est en ballottage ultra-favorable.

A Levallois-Perret, Patrick Balkany, déjà condamné pour prise illégale d’intérêts et impliqué dans l’afaire des HLM des Hauts-de-Seine, est aussi en tête des suffrages.

Idem pour le ministre Renaud Donnadieu de Vabres, Jacques Toubon et l’ancien ministre Jean-Jacques de Peretti, en dépit de leurs ennuis judiciaires, respectivement à Tours, Paris et Sarlat.

Inversement, le juge Halphen n’a récolté que 10 pc des suffrages et a été éliminé dès le premier tour.

 

2002

R.C., Le « Watergate » à la française ressuscité, LB 04/08/2002

 

Le scandale des écoutes de l’Elysée qui a défrayé la chronique sous la présidence de Mitterrand arrive à son terme judiciaire.

Vingt ans plus tard, douze personnes sont renvoyées en correctionnelle.

Motif : atteinte à l’intimité de la vie privée.

Sont renvoyés devant la justice : Christian Prouteau, Paul Barril, Gilles Ménage, Michel Delabarre, Louuis Schweitzer.

Il eiste plus de 5000 fiches d’écoute concernant Plenel (dirr. du « Monde ), Carole Bouquet, Jean-Edern Hallier et quelque 150 autres personnalités.

Ces écoutes visaient des gens qu avaient déplu à l’Elysée : Plenel, parce qu’il enquêtait sur l’affaire du « Rainbow Warrior » ; Hallier parce qu’il s’attaquait verbalement à Mitterrand…

 

Me Comte affirme : « Nous sommes très loin de ce qu’un système démocratique doit réserver à ce genre de violation énorme du droit des gens. Aux Etats-Unis, une affaire de cette nature aurait abouti à la démission du président, comme dans le scandale du Watergate, en 1974 ».

 

Au regard du délai déraisonnable, la France risque d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme…

 

2003

1.500.000, LB 10/03/2003

 

Dépenses de bouche en euros

Les dépenses de bouche du couple Chirac, à la mairie de Paris, qui se sont élevées à 1,5 millions d’euros de 1987 à 1995 et pour lesquelles le maire socialiste Bertrand Delanoë avait porté plainte, concernent des faits prescrits, a déclaré la justice française.

 

2004

 

Charles Bremner, Clouds gather for Chirac in wake of Jupé conviction, The Times, 02/02/2004

 

The scandal over the corruption conviction of Alain Juppé, President Chirac’s chief lieutenant, deepened yesterday after one of the judges said that spies had broken into her office and tapped her telephones during the case. (…)

The judges were also reported to have received a death threat, but did not publicly confirm this. (…)

This reminds us of “the dark days of the Gaullist State”, when more than three decades ago, the Gaullist party was suspected of using the police and secret services to cary out operations against its opponents.

 

2004

Die Pariser Primel-Connection, in: Focus 16, 2004-04-12

 

In der Zeit, als der jetzige französische Staatspräsident, Jacques Chirac, Bürgermeister von Paris war, haben städtische Gärtner und en Privatgärten von Chiracs Parteifreunden und anderen Prominenten emsig gejätet und gesät.

Gegenzug für unentgeltliche Hilfe in ihrer Arbeitszeit duften die Landschaftspfleger gestohlene Pflanzen aus dem kommunalen Fundus an ihre Auftraggeber verscherbeln.

Einer der Täter berichtet, dass sie dafür die städtischen Anlagen mit „möglischt grossen Abständen“ bepflanzt hatten.

Mehr als 20 Jahre lang fiel die Hehlerei angeblich niemandem auf. (…)

Geschätzter Schade: 700 000 Euro.

 

2004

France / Les grandes oreilles de Mitterrand, LB 15/11/2004

 

Le procès du fameux scandale des écoutes de l’Elysée s’ouvre.

12 militaires et anciens collaborateurs de Mitterrand sont poursuivis pour avoir espionné des centaines de personnes.

 

2004

Bernard Delattre, A peine élu et déjà critiqué, LB 10/05/2007

 

… accusations d’enrichissement immobilier indu.

Chirac avait aussi été critiqué pour ses coûteuses villégiatures.

Mitterrand utilisait sans vergogne et sans limites les moyens de la République pour ses vacances dans les palaces et / ou pour loger sa seconde famille.

 

2004

France / Des billets d’avion gratuits pour Mme Chirac ?, LB 21/09/2004

 

Elle aurait bénéficié de juin 1991 à avril 1999 de six billets d’avion gratuits de la compagnie Euralair.

 

2005

27-01-2005    Johan Van Overtveldt

Chirac: de Al Capone van de Champs Elysées

De auteur is directeur van VKW Denktank.

Onder de westerse bondgenoten wierp de Franse president Jacques Chirac zich de voorbije jaren op als dé antagonist van de Amerikaanse president George W. Bush. Maar terwijl Bush zijn tweede ambtstermijn aansnijdt, doen zich rond de figuur van zijn Franse tegenvoeter weinig verheffende ontwikkelingen voor.

Tijdens zijn achttien jaar als burgemeester van Parijs (1977-1995) toonde Chirac zich immers niet vies van financieel en fiscaal ge-sjoemel. Bekend zijn de verhalen over merkwaardige financieringen van verkiezingscampagnes en zeer luxueuze privé-reisjes. Het Franse gerecht, zo weet heel Parijs, beschikt over spijkerharde bewijzen dat Chirac in die tijd zich schuldig heeft gemaakt aan fraude en corruptie. Maar zolang de man de presidentstitel draagt, geniet hij van immuniteit.

In 2007 loopt zijn tweede ambtstermijn als Frans president ten einde. Chirac zal dan 74 jaar oud zijn en mag zich aan een veroordeling verwachten, wellicht zelfs met gevangenisstraf. Dat onprettige vooruitzicht vormt de voornaamste reden waarom de Franse president overweegt om voor een unicum te gaan: een derde ambtstermijn als president van Frankrijk. Maar zelfs de zelfingenomen Chirac beseft ook wel dat hij stilaan een meerderheid van de Fransen de strot uitkomt, niet het minst omdat hij – zoals het Britse kwaliteitsblad The Economist onlangs nog aantoonde – nu al tien jaar dezelfde straffe beloftes doet zonder dat er ook maar iets wezenlijks verandert. Bovendien dient zich met partijgenoot Nicholas Sarkozy, het nieuwe enfant terrible van de Franse politiek, een presidentskandidaat aan van wie de Fransen wél geloven dat hij voor verandering kan zorgen.

Om een zware interne strijd binnen de Franse rechterzijde te voorkomen en meteen ook Chirac een oude dag vol kommer en kwel te besparen, heeft de politieke vriendenkring van Chirac nu een nieuw initiatief gelanceerd: « Waarom maken we Franse presidenten geen senator voor het leven? » Meteen zou Chirac, net zoals alle toekomstige presidenten, immuniteit voor het leven genieten. Hoewel de goedkeuring van die regeling niet simpel zal zijn – er is een grondwetswijziging voor nodig – is het voorstel tekenend voor de figuur van de Franse president en zijn omgeving. Niet alleen geeft het blijk van een schaamteloos Berlusconi-achtig misprijzen voor de elementaire democratische rechten en plichten, het sluit ook naadloos aan bij de hypocriete houding die Chirac de voorbije jaren aannam tegenover het beleid van George W. Bush.

De Amerikaanse president en zijn onmiddellijke omgeving begingen zware fouten tijdens de oorlog in Irak. En ook de aanpak van het terrorisme kan je allesbehalve een succesnummer noemen. Maar de oppositie van Chirac en de Franse regering tegen Bush is van een onverteerbaar wansmakelijk allooi. Hangt de Franse afkeer voor de Amerikanen samen met de teloorgang van la grandeur de la France ? De Fransen aanvaarden blijkbaar niet dat de Amerikanen hun land als een tweederangsnatie behandelen, hoewel onze zuiderburen – in een wereld met pakweg de VS, China, India, Rusland, Japan en het herenigde Duitsland – dat wel degelijk zijn.

Meer nog had de oppositie van Frankrijk tegen de oorlog in Irak te maken met zakelijke belangen en financieel gewin. Dat blijkt overduidelijk uit het fameuze Duelfer-rapport. Dat citeert onder meer Tariq Aziz – ten tijde van Saddam Hoessein de Irakese minister van Buitenlandse Zaken – over de wijze waarop Franse bedrijven massaal geld verdienden aan het omstreden olie-voor-voedsel-programma van de Verenigde Naties. Franse diplomaten en toppolitici – onder meer de gewezen minister Charles Pasqua – namen volgens het Duelfer-rapport actief deel aan het opzetten van winstgevende circuits. Spilfiguur in dat alles was Patrick Maugein, voorzitter van de oliefirma Soco en een intimus par excellence van Chirac.

De enige groep die dicht in de buurt van de Fransen kwam als het op het plunderen van het voedsel-voor-olie-programma aankomt, was de Russische zakenmaffia. Mooi gezelschap, monsieur le président !

Johan Van Overtveldt

Trends, pagina 113, 625 woorden, 2005

 

2007

L’ex-juge Eric Halphen :

« Il faut regretter qu’en France, il y ait une espèce de tabou qui fait qu’on ne puisse s’occuper des hommes politiques que quand ils ne sont plus au pouvoir. » (LB 22/11/2007)

Concernant Sarkozy, dont l’affaire de son appartement à Neuilly vient d’être classée par la justice.

 

2007

Bernard Delattre, A peine élu et déjà critiqué, LB 10/05/2007

 

… accusations d’enrichissement immobilier indû.

Chirac avait aussi été critiqué pour ses coûteuses villégiatures.

Mitterrand utilisait sans vergogne et sans limites les moyens de la République pour ses vacances dans les palaces et / ou pour loger sa seconde famille.

 

2007

in : Delta, 7, 2007

 

(p.24) Je n’aime pas les riches, een uitspraak van F. Hollande, partner van Ségolène. Royal, gewezen presidentskandidate in Frankrijk. Ook zij verklaarde in haar campagne « je n’irai pas à Deauville car c’est une ville de riches ». Markante uitspraken, al men weet dat de inkomsten van monsieur Hollande 30.387 euro per maand bedragen en die van zijn partner 30.672 euro. Samen dus zowat 61.059 euro. Nu, voor dergelijk aalmoes zouden wij ook niet naar Deauville gaan!

 

2017

de: Henri Charlier  30/11/2017

coucou

j’ai reçu ce message …

je vous en fais profiter ..Il faut que ça se sache…diffusion !!diffusion!!

Moi, je serai écolo quand monsieur Nicolas Hulot  cessera de rouler en 4X4 en Bretagne et en Corse. Et d’utiliser les hélicos pour un oui ou pour un non… en me reprochant de ne pas aller en vélo sous la pluie chercher mon pain.
> > > C’est dit un peu brutalement mais c’est nécessaire pour faire face au bombardement du « écologiquement correct »

Coup de gueule d’un Ingénieur responsable EDF concernant le 20h sur TF1

Un illuminé nous a donné une série de Leçons sur les économies d’énergie.                         

Nous prenant pour des débiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a expliqué qu’en coupant toutes les veilleuses de nos appareils électriques, nous pouvions économiser 15% de notre Consommation.

FAUX, nous économisons alors 2 à 3%

> > >  Le même nous a expliqué qu’en remplaçant nos lampes traditionnelles par des lampes à économie d’énergie, nous pouvions économiser 30 à 35% d’Energie

 

Faux c’est 4 à 5 % que l’on peut économiser

 

Il est évident que si la maison est équipée comme celle de l’arrière-grand-père, c’est à dire juste des lampes et pas de frigo, micro- ondes, lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge et j’en passe, car par rapport à la consommation de tous ces équipements celle des lampes est « peanuts »…., on économise plus.

 

Pour couronner le tout, une brillante journaliste de TF1 (quelle chaîne instructive)   a pris le relais et fait le total des économies pouvant être réalisées selon ces critères éclairés : 15 % sur les veilleuses + 35% sur les lampes = 50% d’économie d’énergie !.. 

 

Elle n’est pas allé jusqu’à le dire, mais nous qui sommes particulièrement débiles, avons deviné que demain, si nous suivions scrupuleusement ces instructions, on pouvait arrêter la moitié des centrales électriques !… Nous avons failli mourir idiots,

Mais pourquoi ne nous a-t-on pas expliqué tout ça avant ! 

Pour continuer dans la débilité profonde, la TF1 girl nous a ensuite précisé que pour les 50% restants, on pouvait les alimenter avec des panneaux solaires qui produisent de l’électricité ‘verte’, en illustrant son propos d’une photo d’une belle maison avec un petit panneau solaire derrière.
> > > > >
> > > > > Là, j’ai failli chercher une arme, car on n’avait encore jamais vu un niveau de désinformation pareil, une absurdité aussi monumentale.
> > >   En effet, pour produire ces 50 % restants, si on se base sur une consommation moyenne de 6 Kw (un abonnement classique sans chauffage électrique), il faudrait que chaque maison possède 140 m de panneaux solaires pour un coût de 89.628 €. Calculez le retour sur investissement.

> > > > > Dans le chapitre ‘c’est bon pour la planète’, il convient d’ajouter que les panneaux solaires, on ne sait qu’en faire quand ils arrivent en fin de vie, car ils contiennent plein de silicium et autres métaux lourds très polluants .Ne croyez surtout pas que je sois contre les économies d’énergies, Je suis à 100% pour, quand elles sont réalistes, mais de grâce pas d’intoxication de ce type en pleine heure d’écoute, ça frise l’indécence ou la malveillance.
> > > Pour continuer dans l’intox, connaissez vous Biville-sur-mer en Seine-Maritime ?
> > > > >

> C’est un petit village du littoral près de Dieppe, où  6 éoliennes sont récemment sorties de terre.
> > > > > Six engins de dernière génération qui occupent 4 km de notre littoral normand et dont les pales culminent à 85 m de hauteur.Chaque éolienne à une puissance maxi de 2 mégawatts… quand le vent souffle fort. 

Ce n’est pas grand-chose comparé au 2600 mégawatts qui sortent en permanence de la Centrale nucléaire voisine, mais c’est toujours ça, surtout quand il fait très froid. 

 Dommage quand même que cette énergie renouvelable soit si chère et non maîtrisable (4 fois plus chère que celle de l’atome), mais c’est pas grave, EDF à obligation de la racheter   (et cher).

Mais revenons à nos 6 éoliennes ; depuis quelques jours il n’y a qu’une seule éolienne qui tourne, les 5 autres seraient elles privées de vent ? 

 Que nenni, du vent il n’y en a pas depuis plusieurs jours, ce qui est généralement le cas quand il fait très froid, ou très chaud. C’est la nature, l’homme ne lui dicte pas encore sa loi. 

Mais alors, s’il n’y a pas de vent comment expliquer qu’une et une seule des éoliennes tourne ?

La réponse est très simple : On veut nous faire croire à fond aux énergies renouvelables, alors on n’hésite pas à tricher pour en cacher le mauvais coté.

Ben oui, ça ferait pas bien pour les habitants de la région qui n’ont pas encore accepté ça dans leur paysage, de voir toutes les éoliennes à l’arrêt alors qu’il fait – 4°C .                     

 Alors, tout simplement, on en fait tourner une …au moteur (oui c’est possible, en lui donnant du courant !).

 

Ça consomme un peu d’électricité, mais ça fait croire que ça produit de l’énergie. 

N’oublions PAS QUE LA CALIFORNIE LAISSE A L’ABANDON 45.000 ÉOLIENNES POUR NON RENTABILITÉ

Il est temps d’arrêter de nous rabâcher tous les soir à la météo  ‘c’est bon pour la planète’, parce que là, on sait plus trop ou est le bien et le mal, et on va finir par penser que ceux qui donnent des conseils sont, en plus d’être malhonnêtes ou incompétents, les plus dangereux.

L’électricité ‘dite propre’ sans fumées, sans CO2, sans atomes, disponible quand on en a besoin, à un prix qui ne détruise pas nos emplois, ça n’existe pas, mises à part les Centrales hydro. 

Dans 20, 30 ou 50 ans peut-être…...

Dans mon entourage, je ne connais personne qui lave du linge propre, Ou qui met en route son lave-vaisselle vide…                   
> > > > > Alors, il est grand temps que les Médias et leurs gilets à rayures de Valets serviles qui nous desservent, arrêtent de nous prendre pour des Demeurés, avec des Reportages orientés, tronqués et des leçons de Civisme qui ne tiennent pas la route.

Ah oui, j’allais l’oublier : j’ai même entendu « l’innocente Evelyne Dhéliat », nous dire, après sa page météo, « qu’il ne faut pas mettre trop de chauffage dans la voiture car ça consomme du carburant et « c’est pas bon pour la planète ».

 

 Evelyne, si tu avais pris des cours de mécanique, tu saurais que le chauffage de la voiture récupère la chaleur de l’eau du circuit de refroidissement du moteur et cette eau chaude, il faut absolument la refroidir en la faisant passer soit dans le radiateur principal (celui qui se trouve derrière la calandre), soit dans le radiateur du chauffage de l’habitacle, sinon c’est la mort du moteur !

Si cette eau n’est pas assez refroidie, c’est même le ventilateur du circuit de refroidissement qui doit s’en charger en consommant de l’électricité pour tourner ! Et ça ….’c’est pas bon pour la planète’ par contre! 

On pourrait aussi évoquer les Biocarburants, présentés comme carburants Verts alors que s’engager dans cette voie, est un Désastre écologique et humain à brève échéance.

Flairant l’aubaine, de grands groupes Agro-alimentaires, défrichent en ce moment des forêts entières et remplacent des cultures destinées à l’alimentation humaine par ces Plantations destinées à la Production de Carburant ‘vert’ (50% de la Production de Maïs des USA aura été détourné cette année pour cette Production, d’où la famine au Mexique, premier acheteur de ce maïs). 

Vous doutiez vous de cet Effet pervers du Biocarburant ?  Mais c’est un autre débat et j’ai des palpitations déjà rien que d’y penser… 

Surtout, surtout, je vous en prie …… INFORMEZ-VOUS !      Et Diffusez ceci si cela vous interpelle