1871

Manipulation jacobine:

à Belfort (rue près de la citadelle) / ALLEE DE L’OPTION FRANÇAISE

 

Une monument « En souvenir des Alsaciens qui de 1871 à 1914 ont choisi de conserver la nationalité française »

 

1885

Léopold Génicot et Jean Goerges, éd., RACINES DU FUTUR, TIII, éd. Hatier

 

(p.123) Mobiles de la colonisation française

Discours de Jules Ferry à l’Assemblée Nationale, le 28 juillet 1885.

Extrait du Journal Officiel, 29 juillet 1885 (D’après J. Ferry, Discours et opinions, V, Paris, 1897, p.194-218)

“(…) Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures, parce qu’il y a un devoir pour elles.  Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures(…).”

 

1890s

Hannah Arendt, Sur l’antisémitisme, Calmann-Lévy, 1973

 

(p.101) Le meilleur terrain d’étude de l’antisémitisme en tant que mouvement politique, au 19e siècle, est la France, où, pendant près de dix ans, il domina la scène politique.”

 

(p.109) “En 1898, une vingtaine de députés furent élus à la suite de campagnes antisémites (…).”

 

(p.111) “Les cléricaux se trouvant dans le camp antisémite, les socialistes français se déclarèrent finalement contre la propagande antisémite au moment de l’affaire Dreyfus.  Jusque là, les mouvements de gauche français du 19e siècle avaient été ouvertement antisémites.  Ils ne faisaient que suivre en cela la tradition des philosophes du 18e siècle, à l’origine du libéralisme et du radicalisme français, et ils considéraient leur attitude à l’égard des Juifs comme partie intégrante de leur anticléricalisme.”

 

(p.240) L’antisémitisme avait certainement gagné du terrain pendant les trois années qui suivirent l’arrestation de Dreyfus.  “La presse antisémite avait atteint un tirage comparable à celui des grands journaux (…).”

Zola publie alors J’accuse et Clémenceau des articles dans L’Aurore.

Le tribunal de Rennes ouvre la kyrielle de procès en chaîne.

La populace entre alors en action. (p.241) “Le cri de “Mort aux Juifs” se propagea dans le pays tout entier.  A Lyon, à Rennes, à Nantes, à Tours, à Bordeaux, à Clermont-Ferrand, à Marseille, partout, en fait, des émeutes antisémites éclatèrent, (…).”

 

(p.243) Max Régis, l’instigateur du pogrome d’Alger, s’était fait acclamer à Paris dans sa jeunesse par la racaille qu’il invitait à “arroser l’arbre de la liberté avec le sang des Juifs”.  Espérant arriver au pouvoir par la voie légale et parlementaire, il se fit élire maire d’Alger et se servit de ce poste pour déclencher les “pogromes au cours desquels plusieurs Juifs furent tués, des femmes attaquées et des magasins juifs pillés.”

 

1914

in : Se faire traiter de bougnoul, AL 03/07/2008

 

Lors de la Première Guerre mondiale, les troupes en premières lignes dans les tranchées, composées en grande partie d’hommes venant des colonies d’Afrique, se saoulaient pour se donner du courage avant de tenter une percée dans les lignes adverses.