De Gaulle était une fripouille… 

 

DE GAULLE: ce que l’on veut faire oublier sur sa vie …

 

QUAND DE GAULLE ETAIT AU POUVOIR …

Une caution gaulliste pour Maurice Papon, LB 19/10/1995

 

A la Libération, au nom de l’unité nationale, De Gaulle avait absous les fonctionnaires de Vichy, a expliqué aux assises de Bordeaux Olivier Guichard.

“Tous les anciens Premiers ministres du général étaient dans la fonction publique de Vichy mais cela n’a pas paru extraordinaire.”  (notamment Pompidou, Michel Debré, Maurice Couve de Murville)

Raymond Barre ne s’était pas posé de questions sur l’ancien haut fonctionnaire de Vichy.

 

 

Joëlle Meskens, La France menait des essais chimiques au Sahara!, LS 23/10/1997

 

“ “Libération” reproduisait hier des documents d’archives concernant la nuit tragique du 17 octobre 1961.

Le journal affirme ainsi avoir mis la main sur une liste de 70 noms de ‘Français musulmans’ décédés lors de la manifestation interdite du FLN qui dégénéra en chasse à l’homme avec les policiers dans les rues de Paris.”

“Maurice Papon, à l’époque préfet de police, a admis au cours de son procès que la manifestation avait ‘sans doute fait plus de deux morts’.  Il persiste à dire qu’il s’agissait d’un règlement de comptes ‘entre Algériens’.”

 

 

Plaintes contre un essai nucléaire français à Mururoa, LB 11/05/1985

 

Et polémique au sujet d’ une explosion française en Algérie, en 1960

 

« Une polémique a éclaté entre la France et l’Algérie à la suite de la diffusion par celle-ci d’un documentaire accusant les Français d’avoir utilisé des « cobayes » algériens lors de leur premier essai nucléaire, le 1er avril 1960 à Reggane (Sahara), pour expérimenter les effets des radiations sur le corps humain.  Le documentaire reprenait des images d’ un film ouest-allemand de 1961, où l’ on montrait un déserteur allemand de la Légion étrangère expliquer comment il avait planté les pieux où furent attachés les « cobayes ». »  Paris a démenti.  Il s’agissait de mannequins (sic) à 2 km du lieu de l’ explosion.

 

 

Inoffensifs, les essais français?  pas si sûr, LB, 17/08/1995

 

Un rapport de chercheurs australiens et néo-zélandais évoque le risque d’ émissions radioactives.  “Les essais qui sont pratiqués entre 600 et 1200 mètres  de profondeur dans la roche volcanique, ont pour conséquence des fractures localisées de la roche qui entoure chaque tir”, notent les chercheurs.   Depuis 1966, poursuit le rapport, les quelque 180 tirs pratiqués sur les deux atolls ont provoqué des fissures, des glissements de terrain sous-marins et des fuites de substances radioactives dans les eaux des deux lagons.

 

 

L’ Australie dénonce l’ emportement de Chirac, LB, 12/09/1995

 

La Commission européenne souhaite toujours obtenir des données détaillées sur les risques de mouvements géologiques dus aux essais nucléaires souterrains de la France? “Jusqu’ à présent, les autorités françaises refusent de divulguer ces données, classées comme des informations confidentielles.”, ajoute la Commission dans un rapport publié lundi.  Et dans ces conditions, il est impossible de ‘confirmer’ les dires français selon lesquels il n’existe aucun risque d’une rupture importante et soudaine de la structure même de l’ atoll.

 

 

Des fissures à Mururoa: la preuve par l’ image?, VA, 12/10/1995

 

Le quotidien français ‘Ouest-France’ a publié mercredi une photo de ce qu’il présente comme une ‘fissure’ de l’ atoll de Mururoa prise en 1987-1988.   La fissure photographiée mesure 3 m de large sur plusieurs km de long.  Elle a été photographiée à Mururoa en 1987-1988.

Le journal ‘Le Monde’ avait fait état suivant une carte de l’atoll établie en 1980 par l’ armée française d’ importantes fissures qui auraient été comblées depuis.

 

Dans une mission à ARTE sur les tirs nucléaires français à Mururoa, on vit De Gaulle

présent lors d’un des tirs.

Alors que les conditions météorologiques présentaient un danger trop grand de contamination en direction de Tahiti, le général De Gaulle, impatient, ordonna lui-même de procéder aux essais …