PLAN

0 Introdwîjadje

Introduction

1 Lès principâlès régues

Les règles principales

2 Totes lès régues

Toutes les règles

3 Ègzêrcices

Exercices

4 Supèriorité d’ l’ ôrtografîye walone pâr rapôrt au francès

Supériorité de l’orthographe wallonne par rapport au français

0 Introdwîjadje / Introduction

Jules Feller, in: Notes de philologie wallonne, 1912, p.80

1 Lès principâlès régues / Les règles principales

Jules Feller a voulu 

1 partir de ce que les Wallons prononcent ;

2 ne pas s’éloigner du français :

3 respecter l’étymologie autant que possible. (in : Novèles, 56, 2002, p.15-19)

 

 

2 Règles principales

 

1 Quand on ne prononce qu’un consonne, on n’en écrit qu’une.

 

  1. : abé, abîye, acôrd – acwârd, alûre, arèter, èfôrt, come, cole, tchèrète…

Sauf ss entre deux voyelles ou quand un e muet suit, ex. : assez, bièsse, hossî, mèsse, nisse, passer…

 

2 Quand on prononce une double consonne, on en écrit deux.

  1. : addicion, addjudant, addjuster, Anna, Emma, Gngnape, gngno…

 

NB Conséquence :

èle + consonne : èle court, èle keûd, èle va…

elle + voyelle : èlle a, èlle èst, èlle arive…

 

Il y a un avantage sur le français qui n’a pas de règles :

  1. : chariot, charrette (même origine, même prononciation !!!) ; mariole = mariolle ; violon – violoniste et révision – révisionniste;

Lapon – Lapone ; Frison – Frisonne

citron – citronnade ; limon – limonade

peler – je pèle ; épeler – j’épelle

 

3  Un e qui se prononce « è » a toujours un accent grave.

 

  1. : t’ ès, il èst, lès, mès, tès, bèrwète, tchèrète

 

Il y a un avantage sur le français :

  1. : les très chers frères

les qui n’a pas d’accent se prononce comme très, qui en a un ; chers qui n’a pas d’accent se prononce comme frères qui en a un !

Il n’y a pas de raison pour que frères ait un accent et chers pas !, cher vient du latin « carus » et frères du latin « frater » !

 

4  Un e qui ne se prononce pas n’a pas d’accent.

 

  1. : acheter, bindeler, mougneter, dji tchante, waîte !

 

5  Une longue voyelle a un « accent circonflexe » (en wallon, on dit :  on tchapia), sauf au.

 

  1. : bûre, gâre, lîre, maîsse, qwê… Mais : maule, pau, tchau…

NB  (à) quaî, maî, maîsse, tchaîr… ne se prononcent pas comme : sêze, têre, trêze, vêre, viêr…

 

NB Un accent circonflexe ne forme pas de cercle, ni d’arc de cercle, mais un angle; il est donc « acuflexe », mais c’est ainsi qu’on dit !

Le français a un « accent circonflexe » dans :

bête du latin « bestia »           wallon bièsse

fête du latin « festa »                         fièsse

tête du latin « testa »                          tièsse

On justifie l’accent parce qu’il remplacerait un s, qui a disparu, mais qu’on a gardé en wallon. On écrit cependant « moutier » sans accent, alors que ce mot vient de « monasterium » !

 

6 Le pluriel se forme toujours par l’adjonction d’un s sauf pour les noms en -z.

 

Donc : on gâz – dès gâz.

 

NB Il y a des noms qui ont déjà s au singulier.

  1. : (a) non prononcé : bwès, cas, compas…

        (b) prononcé : as’, lodjis’, mayis’…

 

Avantage sur le français : pas de pluriels irréguliers ou fantaisistes :

(1) Le français a des pluriels en -s ou -x, que rien ne justifie.

  1. : essieu – essieux ; pneu – pneus; bal – bals ; cheval – chevaux; bail – baux; sérail – sérails, etc.

 

(2) Le wallon est régulier :

  1. : on bay – dès bays; on mau – dès maus ; on tch’vau – dès tch’vaus

 

(3) Le wallon ne change pas sa prononciation au pluriel

ex.: on-ou – dès ous ; on boû – dès bous on-ouy – dès ouys

 

7 Un t ne représente jamais le son /s/.

 

  1. : dèmocracîye, inêrcîye, atincion, acsion…

 

Avantage sur le français qui va à travers tout :

  1. : circonstance et circonstanciel, substance mais substantiel, finance et financier,

confidence mais confidentiel, pénitence, mais pénitentier, pénitentiaire, Mars, mais Martien, martial, etc..

 

8 g ne représente jamais que le son qu’il a dans : gâre, Gaston…

 

Avantage sur le français qui fait représenter par la lettre g les sons « g » et « j ».

En français, on doit user d’un artifice : introduire un e après le g de Georges, pour ne pas prononcer « gorge ». En wallon, on doit écrire « Jorje ».

 

En français, on écrit juge » avec un g qui ne se justifie pas (latin : judex).

En wallon, on écrit juje.

 

9 En wallon, le son /o/ ne s’écrit jamais « eau » ni « eaux ».

 

  1. : on bûrau, on cadau, on cavau, dès bûraus…

 

Feller a voulu éviter qu’on écrive 3 voyelles : e, a, u, pour les prononcer comme une quatrième !

 

NB Beaucoup de mots français en -eau, sont différents en wallon, ex. : eau : (W) eûwe ou êwe; bedeau : tchèsse-tchin; niveau : livia (anglais: level); peau : pia; tombereau : bègnon

 

10 La lettre x n’existe pas en wallon

 

En français, elle a 5 valeurs : ks, gz, s, z ou rien.

En wallon, on écrit : acse pour le français axe, ègzamin : examen, chîj : six; chîjyin.me :                       sixième; deûs : deux.

 

11 Pour ne pas prononcer un /n/ court, comme dans usine ou un /n/ long, comme dans Anna, on met un point après une nasale devant un m ou un n.

 

  1. : frin.ne, hin.ne, tchin.ne, win.ne, Malon.ne; ainsi, son.ner (saigner) n’est pas soner (sonner).

 

12  Le français dit : Est-ce que… ?, Quand est-ce que ?, Qui est-ce qui…?

 

Le wallon dit : Èst-ce qui… ?, Quand-ce qui… ?, Qu’èst-ce qui… ?, Comint-ce qui… ?

Il faut donc écrire -ce, comme en français.

  1. : Èst-ce qui vos vêroz ? (ou simplement: Vêroz ?), Quand-ce qui vos vêroz , Comint-ce qui vos vêroz ?, Qwè-ce qui vos fioz ?…

 

13 Le son /k/ s’écrit :

 

c devant a (camion), â (câse), o (conèche), ô (cône), ō(cō), ou (couche), oû (coûtchî),  û (cû).

 

k dans les autres cas :

  1. : Bèljike (du latin Belgica)

Le c ne peut pas rester pour faire ike (élèctrike (du grec elektron), kèkyî (chatouiller, mot bien wallon), koûkèbake (mot néerlandais), pârker, pârking (mots anglais).

 

qu (/ qw) au commencement d’un mot ou au commencement de la deuxième partie d’un mot composé.

  1. : quand, quate (/ est-wallon (EW) qwate), quatôze (EW quatwaze), quékefîye, quinze (EW qwinze), qwè, poqwè, qwê…

 

NB /ks/ s’écrit cs

  1. : acse, bocser, docsâl, ocsijin.ne… (v. 10).

 

14 Souvent, une consonne sonore se prononce sourde :

 

1 à la fin d’un mot

2 après tch

 

  1. : Baube /p/, Bèlje (« ch »), malade /t/, on tch’vau /f/, on tch’via /f/

Pourquoi n’écrit-on pas p  à la place de b dans baube, ch à la place de j dans Bèlje, t à la place de d dans malade, tch’vau, etc. ?

C’est parce qu’on a baurber, baurbî, Bèljike, maladîye, quate tchivaus…