Jacky Goethals (Djurbîse (Jurbise)), Manous, in : MA, 1,  2008, p.16-17

 

l’aut caup j’ m’in vas dèner quétpart ousqu’il avout des gins malins, qui savent toute su toute. I da iun qui m’ dit: «Ou-s-que vous d’morer?

– Erbisieux.

– Erbisieux c’est chez les manous ça?

– Je n’pinse nie c’est putôt in dallant du costé d’Herchies, Villerot, par là… les Manous, non?

– Sié dis ti, ravisé dins 1′ Dictionnaire des Peuples de Wallonie, Manous c’est ave Jurbise ayé Erbisieu.

– Ah bon?»

Bé vaut mieux in rire qu’in braire. Pasque Manou pour mi c’est in arriéré. Et dé n’ nie sins nie arriéré. A Erbaut, Herchies, Villerot ça ouais i d’à co quétfois iun. Mais Jurbise non, c’est Knokke-le-Zoute en Hainaut.

Despus j’ai lu in artic dessus La Province, ils expliquent l’origine du mot Manou, ayé el territoire qu’ils occupent. Mais dins leu papier dessus les Manous, la Province n’a nie tout dit. Les Manous sont naïfs et polis, ou V contraire. Par exemple quand Manou va à la posse acater in timb au caup, i dit: «Bonjour madame, j’ voudrais un timbre à 50 centimes, si vous plaît.

–  Voilà Monsieur.

– Merci madame.

– Combien est-ce quej’vous dois?»

Voilà ça c’est les Manous.

Que t’fois un Manou quand i parle on n’ comprint qu’est c’ qui dit ayé quétfois i n’ se comprintent nie inchène. L’air de la campagne ça donne faim, un bon Manou minge la mitant d’ ses mots.

Un Manou qui vas chez V boucher acater deux biftecks dé k’vaux sort ave ène tarte aux grouseilles qu’elle fème du boucher à fait pou l’ ducasse à cerises. Mais el Manou ne s’inscoubarre nie ave ça.

 

Avant, les Manous étaient considérés comme des gens simples… d’esprit. Moij’suis allé à l’école primaire dans une école catholique, un peu chic de la ville dé Mons. Mon père pensait que les instituteurs de la ville étaient plus malins que ceux des champs. Le premier jour, mes parents m’avaient dit: «Faut mette vote belle tenue.»

J’étais bien habillé. J’avais une chemise à carreaux, de nouvelles grosses bottines, ène maronne tyrolienne ave ène bavette à mode de braguette. Pasque 1′ Manou aime bien montrer ou-s-qu’il a été en vacances.

 

El capiau ave ène plume ayé ène Edelweiss dessus j’n’avais pas voulu ‘ met.

Il a un maître condescendant qui m’a demandé:

« D’ousque vous v’nez?

– D’Erbisoeul

–  Ah, c’est la campagne là-bas? (Comme si la ville c’est qu’on avout trouvé d’mieux)

– Bé oui Erbisieu c’est la campagne, des camps, des bos, d’el terre de lapin qu’on n’ sait nie qu’est ce qu’on va fait ave?

I m’a dit: «Allez vous asseoir dans le fond près de la fenêtre.

l m chêne qu’intre ses dints il a marmouné: «Vous pourrez regarder les oiseaux.»

Mais ça c’est du passé, pasque met’nant, à Jurbise, Erbisieu c’est fini les longues dints ayé les oreilles décollées. Les arriérés ont des ordi­nateurs ayé internet. Ayé les cons descendants, à force de descendre ont finit pas acater ène maison chez les Manous.

Ayé met’nant, i n’a pu foque que les américains su SHAPE qui rintrent à leu maison ave ène tarte aux grouseilles à 1′ place des deux biftecks de qu’ vaux qui avintént d’mandés in mâchant la mitant d’leus mots. Mais i’né s’inscoubarrent nie ave ça. Binde de Manous va?

l' Artwas (Picardîe) (l'Artois / Picardie)

l’ Artwas (l’Artois)

Robert Mille (62, L’Bussiére, Artois), 1995

L’Artois

 

Al sorte d’él iau, s’indune, prind pied à chés deux caps,

Et jette inn ceul su l’mér es rétalant su l’sape ;

Adon s’intique in plainne qu’i, comme chés blés, Iz’aveinnes,

Ondule din l’vint d’ouéss qu’i souffe à perde haleinne ;

S’arrête et fait trimpète, rapinse aux viux molins

Bordant chés tchiots ruaux qu’i cœur’t él long des cmins ;

Et pi d’inn ébondie s’ameinne à chés monts d’térre

Qu’i s’alinent in caplet surquant 1′ région intiére ;

Inn ceul su chés canals, inn aute su chés béffros,

Al s’attriste un momint in comptant tous chés crox,

Pi rdéchind tout contint, in bonne vielle Arrageoise,

Au mitan d’ses éfants aveuc qui al patoise ;

Su l’pavé des grannes plaches cha réspire l’bonne humeur ;

DTattroupemint in rconnot él cinsier, l’viu mineur,

L’coulonneux, l’javloteux, l’Rosati, l’charitape :

In s’crorot à l’ducasse… Artois, l’inéstimape.

 

 

Vola ç’ qui ça dôreûve è walon :

 

L’Ârtwès

 

I rét fou d’ l’eûwe, s’ èdune, prind pîd auzès deûs caps,

I tape on-ouy su I’ mer qui s’ sitaure su I’ sauvlon,

Adon, i s’ sititche è I’ plin.ne qui, corne lès frumints et l’s-awin.nes, Ondule o vint d’l’Ouwès’ qui s’infèle djus d’alin.ne !

II arête, bagne ses pîds, rapinse aus vîys molins Asto dès richotias qui coûrenut l’long dès vôyes.

 

Ç’ pwîs-là, d’on r’bond i r’trove lès mondas d’têre

Qui s’alignenut à tchapelèt, surmontant l’avaurci

Avou on-ouy su lès canâls, on-ôte su lès bèfrwès.

I s’ disbautche on momint è comptant totes lès crwès,

Pwîs rid’chind, tôt binauje, è boune yîyeAradjwèse,

Au mitan d’ sès-èfants, qu’i cause Picard avou !

Su I’ pavé dès grandes places, on hume li boune umeûr.

D’one troupeléye, on r’conèt l’cinsî, li vîy houyeû,

Li colèbeû, li javeloteû, li Rosatî, li charitâbe ;

On s’crwêreûve à l’dicauce… Ârtwès, l’inèstimâbe !