l' agace (la pie)

Li nom vint do vîy néèrlandes « agazza », qu’ èst div’nu è néèrlandès modêrne « ekster -, qui r’chone à « agace ».

L’ agace a dès finès nwârès plomes, mins s’ vinte èst fin blanc,

Savoz bin comint-ce qu’ on conèt on maule d’ agace d’ one fumèle ? È bin, l’ maule èst blanc èt nwàr èt l’ fumèle èst nwâre èt blanke. Fuchans sérieûs ! Èlle a on djane bètch.

Èle ripére tot ç’ qui r’lût èt èle l’ èpwate è s’ nid : on-z-î trove co bin dès caurs, dès couyîs, dès fortchètes, dès coutias, des vis’, dès scrauwes…èt min.me dès pindants !

On l’ trove tos costés è l’ Eûrope, à paurt dins l’ nôrd di l’ Ècosse, dè l’  Norvêje èt dè l’ Suwêde. Il î fait trop frèd por lèye !

Èle si noûrit avou dès féves, dès pwès (gâre à vos pârks !), dès pètches, dès grusèles, dès-insèkes, dès soris, dès tchîperoules,… Èlle è stoke po d’ l’ iviê.,

Èle n’ arète nin d’ tchak-tchaker dè l’ djoûrnéye, ça faît qu’ on dit :

« tchafiaude come one agace». On dit èto :  » Curieûs come on maule d’ agace.                                                                        

 

one sicrauwe = (F) un écrou

one pètche = (F) li frût dè l’ blanke sipène

one tchîperoule = one muserète = (F) musaraigne (; bavard)

 in: E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d., p.227

 

LA PIE : en wallon : ène agace

In maule d’ agace, quelqu’un qui a toujours bien le temps ; ène agace, c’est un cor au pied. On dit : I va ploûre pace qui m’-n-agace agne.

D’une femme aux cheveux très noirs, on dit parfois qui c’ è-st-ène nwâre agace.

Dè l’ plante d’ agace (la joubarde) que l’on place sur le cor au pied, dépouillée de sa membrane, en vue de la faire disparaître. Cette plante grasse se trouvait le plus communément sur les toits des lieux d’aisance.

C’ è-st-ène chite d’ agace, ça ne vaut pas grand-chose.

D’une femme maigre ou qui marche en sautillant, on dit parfois, c’ è-st-ène agace.

Il a ‘ne tièsse come in nid d’ agace, embroussaillée.

Ène crawieûse agace, une pie grèche.

Du pwin d’ agace, c’est ce qui restait du brikèt (les tartines) du mineur à la remontée au jour. Les enfants en étaient particulière­ment friands et cependant c’était du pain séché.

 

Roger  Viroux

 

L’ agace

 

Dj’ a sayî di r’conèche, èmon lès sauvèrdias,

Lès maules fou dès fumèles, èt co vice versa.

Dji n’ î a mau seû ariver…

Dj’ a abandené !

Mins on soçon m’ a dit : « Riwaîte bin lès-agasses !

Po lès r’conèche, ça n’ èst nin on toû d’ fwace :

Li maule èst nwâr et blanc, li fumèle blanke èt nwâre ! »

Dj’ a r’waîtî, carwaîtî, à-z-è divenu trwès-quârts !

I faurè qu’ i m’ rèsplike, ca dji n’ î comprind rin !

Tèlmètant, deûs-agaces s’ ont v’nu tape è m’ djârdin :

Gn-a one qu’ è-st-à mès pwès, l’ ôte atauche mes grusèles.

Li cène què lès spêrdjote pôreûve ièsse li fumèle…

À mwins qui… Nom di diâle ! Su l’ timps qui dj’ tûse à ça,

Gn-a one trwèzyin.me qu’ avole grawer dins mes poûrias !

Djè l’s-a tchèssî èvôye ! Èles loûjenéyenut one miète

Èt fé èscale su on pouplî, à l’ mére copète.

Di-d-là, èlle avisenut, po s’ gn-aureûve rin qui r’lût

Èt rabiser, s’ dj’èva, mins tot fiant do disdût,

Pace qu’ i lzeû faut crêler, lès sotes, è l’ place di s’ taîre !

Ça faît qu’ on n’ cache nin d’djà, à l’s-oyu, on lès r’pêre !

On vêt où-ce qu’ èles si vont adjoker, fé leû nid,

Èt on lès tchèsse èvôye, lon èri do poli,

Pace qui cès dânéyes-là s’ pèkenut su lès pouyons,

Min.me pa-d’vant 1′ bètch do cok, qui n’ boudje nin, trop couyon !

Là co bin qui l’ coverèsse, bran.mint pus coradjeûse,

Stritche sès plomes, ratche do feu èt plonker su 1′ moûdreûse !

Si vos vôrîz, mès djins, ratinde qui dj’ discomèle

Lès-agasses po sawè qu’ èst-ce qu’ èst maule pu fumèle,

Fioz vosse nigot d’ paçyince, pace qui vos ratindroz

Come mi, j’qu’à-ce qui m’ soçon eûche faît s’ têrme au Congo !

 

carwaîtî : riwaîtî avou bran.mint d’l’atincion

atauchî : si mète à causer avou

spêrdjoter : mindjî on frût au côp

loûjener : trin.ner

crêler : lès-agasses crêlenut ; lès pouyes pa-côps èto

one moûdreûse : one qui tûwe on(e) ôte.

 

Joseph Defrecheux, Les enfantines liégeoises, in: La Wallonne, 1, 2006, p.33-40

 

Ine aguèce, c’ è-st-ine bèle bièsse, blanke â cou et neûre à l’ tièsse.

 

Jean Haust, Li Pan dè bon Diu, Recueil complet des poèmes wallons de Henri Simon, ULg, 1935

 

L’ aguèce

 

D’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye,

l’ oyez-ve quî fait crîner s’ rahia ?

Mi porîz-ve bin dîre çou qu’ èlle a?

Loukîz-le ine gote come èle cawetêye.

 

Çoula, c’ èst po houkî s’ niyêye.

Èle veût sûr ine bièsse qu’ a l’ crèva.

D’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye,

l’ oyez-ve qui fait crîner s’ rahia ?

 

Si c’ èst måy on lîve qu’ èle bwèrgnêye,

i pout bin fé s’ mea culpa,

ca totes lès-autes sèront vite là.

Reût-à-bale, li nosse î plonkêye,

d’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye !

 

18 d’ octôbe 1891

 

Roger Blondiaux (Biarin / Beauraing), L’ agace et li spwè (Fr. picvert), n: CW, 1, 2012

 

Ène agace fènèyante qu’ èle drane,

Au p’tit djoû travayèt à côps d’ gueûye,

Fièt 1′ gugusse, d’ ascroupûwe su ène brantche.

 

Ti t’ vas skètè l’ âme au cwârps à t’ forboutè insi!,

Djausèt-èle, l’ aîr di s’ foute, à in spwè

Qu’ avèt r’trossi sès mantches

Po tchèssi lès viêrs di bwès.

 

On n’ gangne nin s’ pwin à waîti passè lès baloûjes.

Vos n’ pinsez qu’ à fé coucoûche,

Maîs l’ anèye à couru ; vos-îrez qwêre dissus,

Rèspond-t-i li spwè à l’ afrontéye.

 

Trwès samwin.nes après s’ mèssadje

Lès minisses, po rimpli leûs corbèyes

D’ ène trake suprimèt 1′ chômadje.

L’ agace n’ è crwèyèt nin sès-orèyes.

 

Discauréye, èlle a d’vu sine ène riconechance.

Singnîye aus quate win.nes…

… Èlle a douvièt lès sènes.

 

Moralité

Po vikè vî

I faut fè passè l’ ovradje

Divant lès baragwinadjes.

 

dranè : ployer (sous une charge)

travayèt = travayeut

discaurè : désargenté

 

Maurice Chapelle, L' agace (La pie)

aîgue (aigle)

Roger Viroux

 

L’ aîgue                                              

 

One miète à l’ môde da Jacob van Maerlant, in : « Der naturen Bloemen »

 

L’ aîgue vike èri dès djins, su lès d’zeûs dès montagnes,

Mins i dischind sovint fé on toû à campagne !

I s’ laît planer d’ au-d’zeû èt lumer tos costés

Po s’ gn-aureûve rin qu’ trin.nereûve, qu ‘i pôreûve sicroter !

I n’ a pont d’ concurint, c’ èst l’ as’ dè l’ pârapinte !

Avou sès pêrçants-ouys, i vèt tot sins d’vu d’chinde

Èt, s’ i aporçût on lîve, one robète, one soris,…,

I tchaît come on cayau è l’ rimonter è s’ nid

È l’ tinant dins sès grawes po sès djon.nes crève-di-fwin,

Qu’ i r’pache djoû à djoûrnéye sins pont fé d’ sintimint.

On m’ a min.me raconté qui bièrdjîs èt bèdéyes

Dimèrenut aus cent-coups, pa-côps tote li djoûrnéye,

Quand dès-aîgues cwârgnîyenut après lès p’tits bèdots

Po l’s-èmwinrner è l’ aîr po soper à leûs tchots !

Po causer d’ cèti-ci, one saqwè qu’ èst sbârant,

C’ èst qui l’ man èst tote nwâre, mins qu’ disclôyenut tot blancs !

C’ èst tot l’ contraîre di ç’ qu’ i gn-a ieû, à l’ guêre, è nosse payis,

Mins s’ lès p’tits blancs-aîgues vont nwâri, lès p’tits nêgues, zèls, n’ont nin

                                                                                                            blanki

Po vôy l’ aîgue à deûs tièsses, faut aler en-Autriche          

Vos dîroz avou mi, qu’ c’ è-st-one drole di bibiche !

L’ aîgue dès-Amèrikins n’ a qu’ one tièsse à mostrer,

Mins on-z-advine si fwace, i chone qu’ on l’ vèt planer

Hôt dins lès-aîrs ou à djok à l’ copète d’ on séqwaya !

… On-aîue, ça a tot l’ min.me one ôte cougne qu’ on cokia !

 

30/9/1994

 

lumer = 1) diner dè l’ lumière; 2) vêci : cwârgnî, waîtî avou d’ l’ atincion

scroter = 1) prinde, voler; 2) mindjî

one grawe = one grande, perçante ongue

r’pache = noûri

djoû à djoûrnéye = tos lès djoûs èt tote li djoûrnéye

li bèdéye = li grosse bêrbis

aus cent-coups = strindus d’awè peû

cwârgnî = waîtî d’ crèsse

on tchot = on p’tit (djon.ne ou èfant) ; fém. : one tchote

sbârant = saîsichant

disclôre = rèche foû d’ on-ou

one bibiche = one (pitite) bièsse (lingadje d’èfants)