l' agna

Léon Simon - Noste âgne (Notre agneau)

li balin.ne

Li balin.ne

 

Li balin.ne èst l’ pus grosse dès bièsses. Èle mesure, quand èlle est tote crèchuwe, dèviè 25 m., mins on ‘nn a pris dès cènes qui mèsurin.n quausu 100 m. Èles pèsenut d’ 70.000 à 100.000 kg. Leû tièsse ocupe à wêre près on tiés’ do cwârp.

Leû bouche a trwès à quate mètes di laudje èt d’ quate à cink mètes di hôt. Èle n’ a pont d’ dints, mins ç’ qu’on lome li baube — è francès « fanons » —, c’ èst dès plèyantès lames qui laîyenut passer l’ êwe, mins qui rastègnenut l’ noûriture: dès plantes dè l’ mér èt dès p’tits pèchons. On-z-è faît ç’ qu’on lome dès « balin.nes » di parapwî ou d’ côrsèt.

Èle noûrit ses djon.nes à I’ tète, d’abôrd èlle èst dè l’ min.me famile qui lès vatches èt lès tchauwes-soris !

On l’ a télemint tchèssî po I’ tchau èt po l’ crache, qu’ i l’ a falu garanti dès pècheûs avou leû batias-ûsines.

On-z-a vôté dès quotas, à li d’mande dè l’ Bèljike, mins l’ Japon èt l’ Islande ni sont nin fwârt d’ acôrd. Portant, il èst timps, pace qu’ i gn-a pupont d’ grossès bindes qui dins lès frèdès mérs.

 

Roger Viroux

in: Jean-Luc Fauconnier, Fauvètes, 2009

Li baudèt

(dèssin: Maurice Chapelle)

E. Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

(p.210) L’ANE

 

L’âne, c’est en wallon baudèt. Baudet est synonyme d’ignorant. Un enfant qui n’apprend pas bien en classe è-st-in baudèt. Jadis pour pu­nir l’élève qui ne connaissait pas sa leçon, on le plaçait en « pénitence » dans un coin de la classe avec un bonnet d’âne sur la tête.

L’âne est le compagnon de St-Nicolas. C’est lui qui porte jouets et bonbons destinés aux enfants sages. C’est pour lui que ces derniers met­tent pelures de pommes de terre et carottes dans leurs assiettes à la veille du 6 décembre.

(p.211) Les vieux montagnards racontaient que la nuit de Noël, les ânes s’agenouillent dans les écuries, mais personne n’a jamais vérifié cette affirmation. Cela présenterait trop de danger car prétendait-on, toute per­sonne qui voudrait s’en rendre compte serait frappée de mort ! Le lait d’ânesse est utilisé pour combattre les taches de rousseur.

On combat la coqueluche en faisant boire de l’eau d’un seau dans lequel un âne a bu.

Si l’âne secoue les oreilles en juin, c’est souvent pour annoncer la pluie.

On raconte encore l’histoire du baudet Quinon, à qui son maître avait supprimé eau et picotin. Il désirait habituer son âne à vivre sans manger, ni boire. Au septième jour, la bête trépassa.

C’ èst domâdje ! fit Quinon, i cominçeut à s’ abituwer.

Il est quelques expressions consacrées que l’on utilise encore : Abiyèz ‘m baudèt come vos v’lèz, sès-orayes passeront toudi.  I n-a pus d’ in baudèt qu’ on lome Mârtin, expression à rapprocher de cette autre, qui a la même signification. I

n-a pus d’ in tchén qui s’ lome Picârd. Tièstu come in baudèt. In baudè (on dit aussi in pourcha) qui faît à s’ môde, c’ èst l’ mitan di s’ noûriture ! Ièsse dins l’ cu du baudèt, c’est être dans le trente-sixième dessous.

Vous pouvez être assuré qu’ on n’ saureut aprinde in baudèt à djouwer d’ èl  clarinète. Il è-st-ossi kèrtchî di liârds qu’ in baudèt d’ plu­mes.

On sait que les vieux Montagnards se plaisaient à jouer aux advinètes. On posait la suivante rapidement et phonétiquement. Ça donnait: vingt cent mille ânes dans un pré et vingt cents dans l’autre, ça fait combien d’ânes ?

On répondait, après un long moment, quatre millions… quand ce n’était pas quarante mille? C’est que l’énoncé « vingt cent mille ânes» réclamait de l’attention… En réalité, il n’y avait qu’un âne. En effet, la phrase était : « Vincent mit l’âne dans un pré et Vincent dans l’autre ». C’était un plaisir inoffensif qui faisait rire nos vieux parents. Ça vous paraît très désuet, enfantin, presque ridicule; gardons-nous d’énoncer trop vite un jugement en pensant que la joie, le bonheur, c’est souvent dans la simplicité qu’on les trouve.

Quand on se moque de quelqu’un qui est chauve, qui a ène pane di vêre, on doit s’attendre à être répondu : I n-a qu’ lès baudèts qui n’ pièdenut nén leûs pwèys. On ajoutait aussi que l’âne ne devient jamais blanc.

 

 

in: Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne, éd. Pierre Mardaga, 1979, p.147-148

 

FRANÇOIS BAILLEUX (1817-1866)

 

Lès voleûrs èt l’ ågne

 

1 Å fêt d’ in-ågne qui v’nît dè prinde,

deûs francs voleûrs fît ‘ne pârtèye di toupèt :

onk voléve wårder 1′ bièsse èt l’ ôte èl voléve vinde.

4 Dismitant qu’ is s’ råyît saqwant’s pougnêyes di dj’vès,

tot rindant ‘ne boufe à l’ gueûye po on côp d’ pîd è vinte,

passe on treûzin.me voleûr qui s’ såve avou 1′ bådèt…

L’ ågne — rèspèctant l’ batème —, c’ èst télefèye ine mêtrèsse

8  qui deûs galants volèt-avu.

Qwand is s’ sont bin batous, in-ôte individu

prind l’ båcèle èt l’zî fêt… (dji n’ wèsereû dîre li rèsse !).

 

LES VOLEURS ET L’ANE

  1. A propos d’un âne… — 2. … faisaient une partie de toupet, c.-à-d. s’arrachaient les cheveux. — 4. dismitant qui (pour dismètant), pendant que; saqwant’s, un bon nombre de, je ne sais combien de.

boufe: gifle; télefèye : peut-être, ici: semblable à; avu: avoir; båcèle : fille; l’zî: lui; wèsereû: oserais; rèsse: reste

 

 

E. Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d., p.382

 

L’ANE

Nos pères, qui étaient de sagaces observateurs n’ont jamais pu résoudre une énigme relative à l’âne. C’est pourquoi, on entend encore poser cette question : Quî-ce’ qui direut bén comint-ce qui ça s’ fét qui lès baudès tchîyenut dès câréyès crotes è qui leû trau d’ cu èst rond ?

On d’mandait : Qué diférince èst-ce qu’ i n-a intrè in curé èt yin baudèt ? I ‘n d-a pont, is-‘ont tous lès detûs ‘ne cwès dissus leû dos.

li bèdot

E. Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d., p.383

 

LE MOUTON

 

Lèyèz pichî l’ bèdot, c’ è-st-ène bièsse qui piche longtimps pour in­diquer qu’on a bien le temps, qu’il ne faut pas se presser

Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), in : GSHA, 15, 1981, p.51-59

 

LE MOUTON

 

Généralités

 

Depuis plusieurs années, on n’élève plus de moutons à Brisy ; on compren­dra dès lors que la documentation rassemblée n’est pas très riche.

Le terme générique est lu moton. La brebis, lu burbus 2 ; le bélier : lu bara 3 ou lu basin 4 (rare). L’agneau : l’ ègnê ; une jeune brebis, one djèrmote 5. L’animal est djèrmote jusqu’à la mise-bas.

Bêler, bêler ; la robe, lu cote.

On distingue lès notons ou plus souvent burbus d’tropê [ou burbus d’botch’ne (sic)], des burbus lêtiéres. Ces dernières vivent comme les caprins. Les premières se dif­férencient des autres, paraît-il, par la longueur de leur queue : lès burbus d’bot­ch’ne (sic) ont one pus longue quawe 6 qui lès burbus lêtiéres.

Le dernier troupeau important de la région appartenait à M. Huet, de Somme-rain, village situé à deux kilomètres de Brisy. Cela remonte à 1’entre-deux-guerres.

 

2 Si tu t’ fés burbus, l’ leûp t’ magnerè, litt. si tu te fais brebis, le loup te mangera ( = il faut savoir se défendre si on ne veut pas être exploité). I tosse come one vîje burbus : se dit d’une personne qui est prise de quintes de toux.

3 DL et FEW, I, 335a. — Il a one tièsse di bara, litt. : il a une tête de bélier ( = il est têtu). Les sigles utilisés (DL, FEW, BTD, etc.) ont été identifiés à la p. 3 du n° 3, déc. 1975, de cette revue. Le lecteur est invité à s’y rapporter.

4 Comp. l’anc. fr. germette (DL). Le FEW (IV, 120b à 122a) ne signale pas notre mot ; mais le BTD (22, 1948, p. 466) comble cette lacune. — La djèrmote est à la burbu ce que la djunu est à la vatche.

5 Du lat. vulg. bassa, brebis grasse, + suff. — anu ; basin est bastognard (DL).

6 One siteûle à quawe (litt. : étoile à queue) = une comète. On djâse di lèye com­e d’ one siteûle a cawe se dit d’une personne qui se fait remarquer (en mal le plus souvent) et dont on parle beaucoup.

 

(p.52) A Brisy même, la ferme Mossoux a été la dernière à élever une cinquantaine de bêtes. Mais était-ce avant 1914 ou encore à la fin de l’autre siècle ? M. Mossoux, né en 1885, ne s’en souvient plus avec précision. Le même témoin sait qu’avant sa naissance, il existait one trope pour tout le village. Après la mort du berger, lu vî Zèzè (surnom, hypocoristique de Joseph], survenue peu avant 1940, plus personne n’a exercé, dans les environs, les fonctions de bièrdjî.

Li vî Zèzè, armé d’un bordon, bâton, ou d’ one sicordjîre, canne flexible, fouet, faisait pasturer, pâturer, son troupeau à l’écart du village dans les terres incultes, les chemins herbeux et les pâtures de mauvaise qualité.

Lès burbus in.mèt bin lès wèzons, gazons.

Timps du l’ marinde (vieux), repas de midi, èt du l’ prandjîre (vieux) (ou timps d’ non.ne), sieste, li bièrdji mèteût ses bièsses o dès streûts cloys, clos, enclos étroits, qu’ on-z-èmantcheût avou dès pîces, perches, di sapin. On candjeût /‘ park tos lès djoûrs ou tos lès deûs djoûrs. Lès bièsses pètalint là-d’vins èt insi on-z-ansineût l’ bokèt, les bêtes fientaient là-dedans et ainsi, on fumait la parcelle.

Pour empêcher les brebis de s’échapper entre les perches, on leur mettait au­tour du cou on gorhê, un tribart, construit au moyen de trois lattes de bois dispo­sées en triangle. L’homme disposait d’ one cahute, cahute, où il pouvait cûjener èt lodji, cuisiner et loger, et d’un hangar où son troupeau pouvait s’abriter.

 

La reproduction.

C’est à partir du huitième mois que le bélier est utilisé à la reproduction. La saillie avait lieu aux environs de la Toussaint. La portée dure cinq mois.

La brebis est en rut, l’ burbus r’va à bara ou l’ burbu basine. Miner à bara, conduire la brebis à la saillie.

Saillir, sièrvi, potchi, litt. : sauter. Lu bara a bin sièrvi nosse burbus.

La mise-bas a lieu en mars ou en avril. Agneler, djôneter. Les brebis laitières ont deux ou trois, voire quatre agneaux ; les brebis de troupeau n’en ont jamais plus de deux.

Sevrer, spani. Lès-ègnês tètint qu’à tant qu’ on lès vinde o mwès d’ julèt’ ou d’ a(w)ous’. Qwand qu’ lès-ègnês (ou quand lès-ègnês) èstint en (sic), on moûdeût l’ burbus, quand les agneaux étaient séparés (de la mère), on trayait la brebis.

Mins lès p’titès djins qui n’ avint pont d’ vatches lès spanint d’ on côp, mais les pauvres gens qui n’avaient pas de vaches les sevraient immédiatement.

 

La castration.

Le terme le plus général est côper, châtrer.

 

(p.53) On dit encore hagni l’ moton (ou l’ bara), litt. : mordre le mouton (ou le bélier) ; cela fait allusion à la façon ancienne de châtrer les jeunes béliers vers quatre mois. Après avoir immobilisé la bête, on pratiquait une petite incision dans la bourse, o l’ housse. Puis, on enlevait les testicules avec les dents.

 

La nourriture.

Les moutons se nourrissent pour ainsi dire comme les chèvres. Voici une quarantaine d’années, on leur donnait volontiers do djavê 7, gerbe d’avoine non battue, dont ils étaient friands. Is vont profiter, on l’zî a d’né do djavê, ils vont engraisser, on leur a donné de l’avoine non battue, de la javelle.

Mins is-è k’tapint brâmint, mais ils en gaspillaient beaucoup. Après la mise-bas, les brebis reçoivent du son, do laton.

 

La bergerie.

La bergerie, li bièdjerîe. Les moutons y séjournaient durant tout l’hiver. Mais même pendant la mauvaise saison, on les mettait de temps à autre en pâture pour quelques heures.

Min.me à l’ Sint-R’mé, en automne, et o l’ îvièr, on-z-aleût d’baner, livrer à la vaine pâture, di timps-in timps.

Les moutons circulaient librement à l’intérieur de la bergerie, on n’ lès loyeût nin. On l’zi mèteût (ou tapeût) à magni dins dès russelîs, râteliers, et dins dès batchs.

On les litait une fois l’an avec de la paille et parfois avec de la bruyère mêlée de mousse ; on lès stièrnicheût avou do strin, mins dès côps qu’ i gn-aveût, c’ èsteût avou do l’ brouwîre d’où qu’ i gn-aveût do mosserê 8 d’vins. Lès motons si stièrnint avou zèls-min.mes avou çou qu’ is lèyint toumer tot magnant, les moutons se litaient aussi eux-mêmes avec ce qu’ils laissaient tomber en mangeant. On n’ lès djèteût qu’ on côp par an â prétimps, on. n’évacuait leur litière qu’une fois par an au printemps. Aujourd’hui, ce travail se fait à l’aide d’one bèrwète, d’une brouette ; autrefois, il s’accomplissait parfois au moyen d’ one cèvîre (ou civîre) di bwès, d’une civière en bois.

 

Les maladies.

Lès motons gonflint co bin.  Mais nos témoins n’en savent pas davantage  à  propos de ce mal mystérieux.

 

7 I croke là-d’vins come divins do djavê (ou come o do djavê), dit-on de quelqu’un qui a un appétit pantagruélique.

8 Du francique mosa + suff. – arlcu, FEW, XVI, 567b + rem. 8.

 

(p.54) Qwand qu’ lès motons constipint, on lès sogneût avou do sé d’ Angleutère o do cafè. Is constipèt co sovint qwand qu’ is sont à sètch o l’ îvièr, quand ils sont au sec en hiver, c’est-à-dire quand leur alimentation se compose essentiellement de four­rage fané, i gn-a rin d’pus mâvas po fé constiper lès bièsses qui lès poufrins 9 d’ wèdje, les barbes d’orge. C’ è-st-one saqwè d’ dandjereûs, d’ mèchant (ou mètchant). Ces remarques valent pour toutes les bêtes à cornes, lès rodjès bièsses.

Les motons atrapèt co bin l’ cocote, la fièvre aphteuse. I gn-a pont di r’méde à çoula à pârt qu’on l’zî f’seût come dès-abeûres di farine di lin, sinon qu’on leur faisait des espèces de breuvages à base de farine de iin. On l’zî lâveût avou l’ gueûye avou do vinêgue èt dès-as, des ails, èf on l’zî trimpeût (ou froteût) lès pâtes avou do formol. Un symptôme : qwand lès bièsses ont l’ cocote, èles tchafetèt ‘°, râlent, èt bavèt. Eles ont dès clotchètes so l’ linwe.

On traite la mammite des brebis comme celle des vaches.

Lu tchèrbon, litt. : le charbon, è-st-one tèribe maladîye. I fât d’ on côp, immédiate­ment, abate li bièsse èt fé broûler l’ cwarp po n’ nin èpufkiner èt fé crèver tot li stâve, pour ne pas infecter et faire crever toute l’étable. Malheureusement, nous n’avons pu obtenir plus de renseignements sur cette question dont nos témoins se souvien­nent à peine.

Lu pîton èst l’ maladîye dès pîds. Is l’zî vint come dès blancs mas, sortes de pana­ris, ozès pîds èt is clèpèt, ils boitent. Èt pwis, on direût qui l’ pîd l’zî poûrich. I fât nètyi l’ pîd à fond èt l’ lâver avou d’ l’ êwe èt do savon. Parfois, on trempe les pattes dans du vitriol dilué. Lès motons ramassèt çoula di d’morer so do l’ frèche ansine, les moutons gagnent ce mal à force de demeurer sur du fumier humide, Le pîton chez les moutons correspond à peu près au crapôd chez les chevaux.

Lès burbus anoûrichèt lès wandions 13, les punaises.

 

La tonte.

Li tondadje si fét o mwès d’ may, la tonte se fait au mois de mai. Si on différait

 

9 Anc. fr. poulverin (DL et FEW, IX, 563 b).

10 D’origine onomatopéique. Notre sens, qui n’est pas signalé ni par le DL ni par le FEW (XI11/2, 355b) découle sans doute par métaphore de la trosième signi­fication donnée par le DL, faire du bruit en mangeant, d’où, dans notre cas, émet­tre un bruit comparable (ou semblable) à celui d’une bête qui mange bruyam­ment. — Une femme bavarde est appelée one tchafète à Brisy.

11 Pîton est connu dans le sens de piéton par le DL et le FEW (VIII, 129a). Avons-nous ici le même mot ? Si oui, « le rapport sémantique serait clair » selon Houziaux (p. 99). En tout cas, pîton a la même signification à Brisy qu’à Celles-lez-Dinant.

12 DL et FEW, XVII, 504a.

 

(p.55) cette opération, lès burbus ârint trop tchôd timps dès canicules.

Nous n’avons pu recueillir que des renseignements vagues et imprécis sur la manière dont on procédait.

On loyeût, liait, lès pates do moton èt l’ tondeûr èmantcheût l’ cwade o sès pîds avou on colant lès’, nœud coulant. L’ tondeû(r) èsteût assîs so on satch èt il aveût l’ burbus so sès djambes. Lu cote, la robe, était enlevée à l’aide d’ one èfwache 13, tondeuse (témoignage unique et très hésitant), constituée de deux branches action­nées par une poignée qui fait ressort.

Cependant, la plupart des témoins ne connaissent plus ce mot et parlent de cisètes, ciseaux.

Les vieilles brebis no donnent plus une laine très pure : li lin.ne dès vîchès burbus n’ èsteût nin pure ; i gn-aveût come des pwèls di tchin là-d’vins.

Le lavage de la laine exigeait plusieurs bains. On laveût deûs treûs côps l’ lin.ne à l’ éwe pure ; inte chake côp, on l’ lèyeût disgoter èt souwer ; po fini, on spameût 15 (ou rispameût), on lavait la laine on la laissait égoutter et sécher ; enfin, on rinçait.

Jadis, on filait la laine à l’aide d’un rouet : on fiyeût l’ lin.ne avou on molin èt pwis on l’ ravôtieût, et puis, on la mettait en boule. Les pauvres gens y trouvaient quelques revenus.

 

13 Même famille que le fr. forces qui a le même sens (DL et FEW,  III, 710a  + note 1).

14  Ci qui vout bate on tchin trouve todi on baston, litt. : celui qui veut battre un chien  trouve toujours  un  bâton  (— celui  qui  cherche  une  mauvaise  querelle trouve toujours un prétexte).

15  Même famille que le fr. paume (DL et FEW, VII, 510a).