Lès blankès dames (/ féyes) dins l' Bèljike walone, picarde èt gaumèse / Les fées en Belgique wallonne, picarde et gaumaise

Lès blankès dames (/ féyes) dins l’ Ârdène / Les fées (en w. “les dames en blanc”) en Ardenne: 

« Louline Vôye », li P’tit Albêrt èt matante Henriète, in : CW, 11, 1995, p.154

 

I gn-avot in côp, dins I’ timps, après l’ payis d’ Masbor, Mormont et avaurlà, in djon.ne gamin qu’on loumot l’ Pâtchoû. Dju n’ vous sauro dîire pa qué sint qu’ il avot èrité du ç’ nom sôbrikèt-là, maîs i gn-è rin avu ça…

Lu Pâtchoû, insi, avot sté nomé ièrdî du tropê comunâl. In bê mustî, douwau, pou in roufion qui d’meûre vlatî dins lès bwès et lès triches, èt qui laît couru sès tûsadjes triviêrs dès hés, oûte dès crèsses, pa-t’t-avau lès fausses vôyes èt lès routis. Non.nè, ô, i n’ put mau d’ s’ î piêde : i counut toutes lès nanches du payis come sa potche. Ça, c’ è-st-in plan pou rascontrer toutes sortes d’  èsprits, quu vous n’ saurîz dîre s’ is provenèt d’ djin, d’ Bon Diu û d’ diâle. ‘s-avèz come là lès nûtons, lès sôtês, lès dûhons, èt… lès féyes.

Pou dîre lu vrai û-ce qu’ il èst, i gn-è jamais iu bêcôp d’ féyes avau l’Ârdène, èt co mwins’ après la Faumène. Èles s’ avint tourtoutes suté r’mète pa-d’vès la Gaume. Pouqwè ? Dju n’ vous-è diraî rin.

Maîs enfin, dju n’ astans nin v’nu ou payis dès sondjes èt du l’ macrâlerîye

pou-z-î radjoker lès pwints et lès tchapês s’ lès-îs. Mètans qu’ i gn-avot v’nu dès féyes du l’ Gaume à voyadje à Masbor…

 

avou l’ aîdance da : scrîjadjes : Albert Lejeune jr, Henriette Lejeune, Aline Brolet.

 

Masbor : Masbourg.

i fwèt strindant : il fait une chaleur torride.

ièrdî : pâtre.

triche : terre en friche.

routi : piste non reconnue, livrant passage pour un champ enclavé.

radjoker : remettre sur un perchoir.

bridon : lien, en corde.

acolète : lien, en chaîne.

Tchinre dès Rotches : lieu-dit de Masbourg.

Tchin.ne : versant de colline.

 

Texte recueilli par Olivier BODART, d’après une légende bertrigeoise ( cf G.Laporte, “L’Académie des Baudets”, p.52, s.d.)

 

La vatche dou chatau dès fées (Bertrix)

 

Deu ç’  timps-là, i gn-avot, ni lon d’ Bèrtrè, in chatau qu’ on leumot l’ chatau dès fées. Lès fées avint eune vatche qu’ alot pasteurer aveu les-ôtes dou tropê d’ Bèrtrè. In vatchî èstot payî pou mon.ner les bêsses dins lès tchamps seu 1′ ban d’ Bèrtrè : on 1′ leumot 1′ èrdî.

On lî bayot ostant d’ pîces deu mounoye qu’ on lêchot naler d’ bêsses aveu 1′ tropê. Tchècun à leû tour, lès cinsîs d’vint nûri l’ èrdî eune seumwin.ne deurant.

Quand c’ èstot 1′ tour dès fées, noste èrdî trouvot toudi eune boune rnarinde acrotchîe à l’ con.ne drwate deu l’ bêsse, ratortîe dins in roudje tortchon.

Mès lès djins d’ Bèrtrè s’ deumandint bin pa dû ç’ queu lès fées rintrint la vatche dins leû staule. In bê djoûr, quand l’ èrdî ramounot lès bêsses à l’ intrée deu 1′ neut’ pou lès ravoyè dins lès cinses deu Bèrtrè, deus-oumes, in pau chaugnârds, ant chu la vatche dès fées qui deusvalot après lès Mûnôs.

Pou c’mècî, la vatche è fwêt crance deu rin… Pus tout d’ in côp, la v’là qui saute deudins in beuchon. Nos deus-oumes s’ arètant,  is r’wêtant come i faut dins 1′ beuchon èt t’t-âtoûr deu zeûs. Mès is n’ ant jamwês veû in pwal deu 1′ vatche dès fées. Leû londemwin, il ant reuc’mècî, èt co bin dès côps par après. Mês jamwês, au grand jamwês, is n’ ant veu ceu queu la bêsse deuvenot.

 

 

Lès féyes à Sint-Vau (Les fées à Saint-Vaast)

(in: Èl Mouchon d’ Aunia, 1975)