30 pèrsonadjes populaîres en Bèljike walone, picarde, gaumèse / 30 personnages populaires en Belgique wallonne, picarde et gaumaise

PLAN

1 Pèrsonadjes populaîres pa réjion en Bèljike walone, picarde èt gaumèse / Personnages populaires par région en Belgique wallonne, picarde et gaumaise

2 Pèrsonadjes populaîres ôte paut / Personnages populaires ailleurs

3 Anècse 

3.1 Michel Renart, Lès-aventures di Djan d’ Nivèle, èl fis dè s’ pére

3.2 Maurice Piron, Tchantchès, Histoire d’un type populaire

3.3 Alain Baudson, Claude Raucy, Lès-aventures du Djan d’ Mâdi en Gaume

1 Pèrsonadjes populaîres pa réjion en Bèljike walone, picarde èt gaumèse / Personnages populaires par région en Belgique wallonne, picarde et gaumaise

ouwès’-walon / ouest-wallon

Nivèle (Nivelles) - Djandjan

in: Willy Bal, Littérature dialectale de la Wallonie, Choix de textes, 3e tirage, Centre de dialectologie wallonne, Louvain-la-Neuve, 1979, p.63-68

 

En 1857, l’abbé Michel RENARD (Braine-l’Alleud, 1829 – Bruxelles, 1904) publiait la première édition de son “épopée” .

Le vers 102 renvoie à la note suivante : “Djè sé bé qu’ à dès Walons ,d’ pu causer d’ soûrciêres tant què d’ vu, qu’ i n’ mè crwèront toudi nî.”  

 

Djan s’est enfui de chez lui. Deux sorcières, Chonchon. la” mauvaise “, et Margot, la ” bonne “, se disputent à son sujet. Le Grimacé, le maître sorcier, permet à Chonchon de faire subir à Djan pendant six mois tout ce qu’elle voudra. Après ce moment, Margot aura tous les pouvoirs. Une série de malheurs commence alors à s’abattre sur Djan (Deux­ième chant). Arrivé au village flamand de Groûtèbik, Djan tombe amoureux de Finetchète. la fille du mayeûr. Une dernière méchanceté de Chonchon et les six mois sont passés. Djan peut se rendre à Nivelles, où il voulait aller dès le début de ses aventures. Il pour­ra y épouser Finetchète s’il ne se retourne pas vers elle avant d’arriver au centre de la ville. Le diable le tente et Djan se retourne. Immédiatement, Djan est transformé en jacquemart de cuivre. Finetchète devient béguine. Les habitants de Nivelles n’ont plus qu’à venir chercher leur jacquemart.

 

Michel Renard, Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle èl fis dè spére

[Extraits]

Preumî tchant (1-232)

 

/…/

In.ne histvêre, mès-amis, qui vos chènera bé bèle,

20  Pace que d’ va vos causer du fameûs Djan d’ Nivèle;

Dè no Djan qu’o vwèt cor, aussi fiêr qu’in Bayî,

Av’ in mârtia dins s’ min, à l’ coupète de s’ clokî,

Dè Djan, toudi planté come in soudârd au posse,

24 Ecor qu’i tchét dè 1′ nîve yèt dès grijas su s’ bosse;

C’è-st-in.ne istwêre, enfin, du pus vî dès Walons,

Digne dè toutes nos-oneûrs, digne dè toutes nos tchansons.

 

/…/

Djusse in intrant dins l’ bos, yèt vêlà dins-n-in gwin,

Deûs soûrciêres ratindin’ Djan d’ Nivèle su s’ tchimin.

Ieune ès’ noumeut Margot. C’èsteut ène boune coumére,

104 Qui viyeut volté Djan come s’èlle aveut stî s’ mére.

Ele saveut l’aventure; èle prétindeut min.ner

No crapaud d’ vwèyajeûr yu-ce qu’i vouleut d-aler.

L’aute, qui counicheut tout, t’t-aussi bé què 1′ preumiêre,

108 Passeut pou ‘ne mèchante djin yèt pou ‘ne tèribe soûrciêre.

Ele asteut léde à vîr; èle s’apèleut Chonchon;

(p.64) Elle aveut conte no Djan ène colére dè démon.

Elle âreut bé doné toute ène mitan dè s’ vîye

112 Pou lu djouwer s’ léd toû, come èle d-aveut l’invîye.

 

Pou vos mète au courant, djè dwè vos dîre asteûre

Què lès soûrciêres poûrtenèt dès lunètes à vapeûr.

S’i faut cwêre èm’ grand-mére, èle dit qu’ c’èst Polifin.me

Qui lès-a fét dè s’ timps; qu’èle chèrvenèt à lîre min.me

Çu qu’ène djint put pinser, çu qui s’ passe dins l’èsprit

D’ène saquî qui sondjereut yèt qu’on-âreut d’vant li.

V’là què l’ diâle d’instrumint instrwit nos deûs soûrciêres,

Yèt ieune sét comint qu’ l’aute vut fé d-aler l’s-afaîres.

 

In lu grignant lès dints, Chonchon va su Margot :

“Qu’est-ce què t’ fés ci? – di-st-èle – Al vint mile nom dè Zo !

Pète èvoye, ou sins ça, quand bé min.me t’ès m’ cousine,

Su t’ léd fayé mouson t’atraperas ‘ne lârdje târtine.”

“En’ fé nî tant dè t’ nez; djè t’ moustèrré t’t-aleûre

– Lu rèspond-èle Margot – què plin m’ vinte dj’é du keûr!”

“Si t’ demeûres co ‘ne sègonde (â! djè vu bé ièsse rousse.’)

Paf! come ène bale djè t’ clawe èm’ pougn dèdins 1′ frimousse!”

“Tè n’oûsereus!” “Cour pus Ion:” “‘pri tché !djè n’ boudjeré nî !.”

“Té! té! v’ià ‘ne mastèrloupe, yèt ç’ n’èst qu’ pou couminchî.”.’

Su 1′ visâdje dè Margot Chonchon aplike ès’ pate.

Pou ‘ne botram’ qu’èlle a r’çû, Margot lu d-è rind quate.

Lès diâblèsses ès’ tapenèt à plin.ne foûce, à rwèd bras,

In s’ donant tous lès nos dès pus grands sèlèrats.

O lès-intind clatchî. O dîreut qu’ c’èst l’arméye

Dès vârlèts qui féyenèt pèter leû-n-èscoréye!

Eles flayenèt ieune su l’aute, come o buche su l’èstrin

Quand 1′ cinsî vut qu’o 1′ bzte à-z-avwè 1′ dérin grin.

L’èscume bout dins leû bouche. Eles féyenèt dès grimaces :

Lès pus léds sindjes n’ont nî dès si vilin.nès faces.

Wétiz, si vos-oûsez, wétiz-lès toutes lès deûs

S’èrculer, fé leû saut, s’apougnî pa lès tch’veûs!

 

 

(p.65)

O dîreut vîr dès coks qui s’atrapenèt pa l’ crèsse

144  Yèt qui satchenèt là-d’ssus come pou s’arachî l’ tièsse.

Leû pwèy… i vole à flots. C’èst co pîre què dès tchats

Qui s’ batenèt, qui s’ grawenèt, qui s’ dèsplumenèt leûs pias.

Dès pus pwissants payis lès pus grantès-arméyes

148  Jamés n’ sè sont doné dès si rutès pingnéyes !

Djè n’ sâreu nî tout dîre;  yèt pourtant djè dwè co

Vos fé intinde souner lès tèribes coûps d’ chabot.

C’èsteut dès fameûs coups… Non ! l’ marchau qui s’anime

152  En’ tapereut nî pus foûrt dèssus 1′ tièsse dè s’n-èglime.

Toudi qu’ si 1′ Grimancé n’èsteut nî arivè,

Çu qu’o-z-âreut co vu, pèrson.ne au monde nè l’ sét.

Ç’ti-là du preumî coûp vos-a fét djokî l’ guère.

156  (In avocat d-insi n’arindjereut nî l’afaîre.)

Quand l’ Grimancé coumande, èl soûrciêre obèyit.

Ele passereut dins-n-in feu pou fé çu qu’il a dit.

El Grimancé, ç’ n’èst nî come in poûve mésse d’èscole

160 Qui pout s’ fé choûter suwe à pèrcer s’ camisole;

Ç’ n’èst nî in flauwe papa, ç’ n’èst nî ène boune maman,

Qui s’ léyenèt rîre au nez pa leû crapaud d’èfant.

C’è-st-in pwissant signeûr, c’èst 1′ grand rwè dès soûrciêres,

164 Yèt c’èst d’vant lu qu’à gnous èle disenèt leûs priyêres.

Il est foûrt, il èst grand, il èst gros come ène toû.

Il a ‘ne longue cwane à s’ tièsse èyèt ‘ne criniêre à s’ cou.

Dins ‘ne min i poûrte ès’ sâbe. Es’ baston, c’è-st-in tchin.ne

168 Deûs bons tch’vaus pou 1′ trin.ner dèspinserin’ leû-n-alin.ne.

Nos guèriers vîyenèt s’ cwane… Aye ! o finit l’ combat.

/…/

 

(p.66)

Deûsième tchant (233-432)

 

Djan arive lé l’ bos – El tounwêre crike èt crake – Djan inte dins l’ bos – I s’ trouve dins-n-ène pôsicion d’ tous lès diâbes – Il èst moulu d’ coûps – El vint ll’invole come ène plume – El garde champète Mitchî Cacawe l’èrtrouve tout près moûrt – El boun-ome l’èrpoûrte à s’ méso – Djan s’èrfét, mains i r’tét in brouyemint dins l’ tièsse – Comint qu’ ça s’ passe yèt contint qu’ Djan quite Mitchî Cacawe.

 

No Djan d’ Nivelé, pourtant, d-aleut come in pièrdu.

El payis d’ sès vîs péres coureut bé lon drî lu.

I s’aprocheut du bos… A pin.ne saveut-i 1′ cwêre :

236 I n’ viyeut pont d’ nuwâdje, il intindeut l’ tounwêre;

Ele crakeut t’t-autoû d’ li. Ça n’ vèneut nî d’ pus lon

Que si l’orâdje pèteut dins l’ drî d’ vo pantalon.

 

Djan s’ plante dwèt come ène pike, i d’meure èl bouche au lâdje,

240 I n’ sét sondjî qué diâbe èst-ce qui fét tant d’ tapâdje.

I wéte à gauche, à dwète; i wéte pa-d’vant, pa-drî;

I wéte si par asârd il èst bé rèvèyî.

A l’ fé, i s’èrcounèt; mins pourtant, djè dwè 1′ dîre,

244 Dins ç’ moumint-là 1′ gayârd en’ sondjeut wére à rîre.

Nî qu’il asteut chitau; mains lès pus couradjeûs

Arin’, t-aussi bé qu’ lu, sinti frumejî leûs tch’veûs.

I suweut, i s’ froteut; ès’ keûr d-aleut dok dok

248 Come on-intind d’ l’oûrlodje èl baguète qui barloke.

I n’ saveut nî què fé… Mins v’là què 1′ fiève èl prind;

I tire ès’ sâbe au clér yèt s’èva come in vint :

“Alons – di-st-i – Djan-Djan, èn’ pièrdons nî 1′ courâdje,

Quand bé min.me tous lès diâles sârin’ su no passâdje.

 

(p.67) Arivez, Bèlzébut’ ! arivez, Lucifêr!

Djè vos ratind t-tèrtous, léds-abitants d’ l’infêr.

Si d’ d-è vwè iun d’ vous-autes qu’âreut l’ér dè m’ fê ‘ne mine,

256 I passera pa mes mins; djè lu finderé l’èskine!”

In s’avançant lé 1′ bos, no Djan pârleut d-insi;

In gueûlant come l’infêr, l’orâdje crakeut toudi.

 

Djè vos l’avouwe asteûre, si d’ vu sûre Djan su s’ route,

260 Pou n’ nî tchér flauwe dè peû, dj’é dandjî d’ prinde ène goute.

Ene si tèribe istwêre (mi, djè n’ vu nî m’ vanter)

Djusqu’au fond d’ mès marones poûreut m’ fé triyèner.

Walons, d’ bwè pou deûs liârds à l’ santé d’ vos couméres,

264 A l’ santé d’ vos-èfants èy’ à 1′ santé d’ vos péres !

Après, dj’èrlètche mès lèpes, dj’èrprind m’ baston dins m’ min;

Come in brâve, avè Djan, d’ continuwe èm’ tchimin.

 

El gayârd inte dins 1′ bos. V’là l’ tounwêre qui r’doubèle.

268 O dîreut qu’ lès nuwâdjes ont atrapé ‘ne quèrèle,

Qu’is courenèt iun su l’ aute, furieûs come dès démons,

In gueûlant, in ûlant à d’brijî leûs poumons.

Asteûre, c’èst cor aute choûse. Djan n’ vwèt pupont d’ lumiêre.

272  Il èst come dins-n-in foûr èy’ i nache dins l’ fumiêre.

Il intind crîre lès leups yèt lès sèrpints chufler.

Es’ tièsse toûne come ène roûwe; i n’ sét pus yu d-aler.

Ene grosse tèribe nwêre pouye, av’ in long bètch à pwinte,

276  A grands coûps l’ pike dins 1′ dos, à grands coûps 1′ pike dins 1′ vinte;

Dès sâlès tchape-soris yèt dès crasseûs dragons

Djusqu’à su s’ nez féyenèt leûs létès comissions;

Dès tchats avè dès grifes come o n’ vwèt ré d’ parèy

280  Eles grawenèt dins 1′ visâdje èt lu pinchenèt l’orèye;

Dès djèyants come dès tchin.nes, avè dès pîds d’ pourcha,

Acourenèt su 1′ poûve diâbe in r’lèvant leû mârtia;

Dès sindjes grands come dès tch’vaus, avè dès queuwes dè vatche,

(p.68)

284  Vèn’nèt sauter su s’ dos yèt lu satchî s’ moustatche;

Dès skèlètes, dès vrés moûrts, abiyîs d’in drap d’ lit,

In f’jant clatchî leûs-ochs courenèt, dansenèt d’vant li.

Walons, v’là vint’-chîs-ans, on-a vu vo courâdje

288  Quand vos-avez d’né ‘ne pile au vî marchand d’ froumâdje;

O vos-a vu t-tèrtous d-aler come dès liyons

Conte èl mèchant Guiyaume yèt conte sès batayons;

Mins vos chiterîz pourtant, à l’ place dè Djan d’ Nivèle,

292 Austant qu’ lès-Olandès à l’ ploumure dè Brussèle.

 

Vîve Djandjan ! (aîr di mârche au sife / aire de marche au fifre)

djouwé dins lès mârches folklorikee di l’ Etur-Sambe-èt-Moûse (joué dans les marches folkloriques de l’Entre-Sambre-et-Meuse)

(s.r.)

Djan d' Nivèle (Robert Dascotte)

(in: MA, 1970)

Charles Gheude, Vîve Djan-Djan, Air « national »  des Aclots, in : EB, 80, 1956, p.101

 

I

V’là lon.mint qu’ a parètu

Su  l’ Toûr Madame Sinte-Djètru

No Djan-Djan à bèlès cotes

Pou dès-eûres markî lès notes.

 

REFRIN.

Vîve Djan-Djan (bis)

C’ èst l’ pus vî ome dè Nivèle

Vîve Djan-Djan (bis)

C’ èst l’pu vî d’ nos-habitants.

 

II

Dèspûs, ‘l  a d’moré toudi

À s’ posse pour no fé plési

Èyèt, sins lachî s’ mârtia,

Faît sès tibias.

 

III

Èl vint li fout’ bin dès clakes

Maîs li, rivè dèdins s’ casake,

I  l’ lèye à s’n-aîje bèrdèler

Èt s’ fout d’ li sins s’ èrtoûnér.

 

IV

Èl timpète, pou sè r’vindjî,

A mis s’ tchîn vèrt su l’ martchî.

L’ pôve Djan, asteûre, èst tout seû

Maîs rén n’ a candji dins s’ djeû.

 

V

In djoû, on l’ a dèskindu

Pou r’plakî du cûve à s’ cu.

Mais bîrade, il èst r’monté

Pou sè r’mète du bon costé.

 

VI

Quand lès Boches sont v’nus doûci,

Pou dè l’ file fé l’ racoûrci,

Il èest soûrti d’ èl mitraye

Sins domâdje èt sins-intaye.

 

Michel Renard (1829-1904), Lès-Aventures dè Djan d’ Nivèle, èl fis dè s’ pére, in: Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne, éd. Pierre Mardaga, 1979, p.198-200

 

Né à Braine-l’Alleud, mort à Bruxelles. Après avoir reçu la prêtrise en 1852, l’abbé Renard exerça son ministère à Orp-le-Grand et à Genval avant de devenir, en 1860, l’un des desservants de la paroisse Notre-Dame du Sablon à Bruxelles. Ayant refusé la cure qu’on lui offrait (« Je désire mourir céli­bataire » aurait-il répondu au cardinal-archevêque de Malines), il préféra se consacrer aux associations ouvrières de la capitale : son dévouement assumé dans la pauvreté lui valut le respect de tous, au sein d’une opinion publique que divisaient alors profondément les antagonismes sociaux et philosophiques.

S’il tâta du journalisme comme fondateur ou directeur de feuilles telles que la « Gazette de Nivelles » ou « Le Carillon », ce fut dans la littérature dia­lectale que son tempérament d’écrivain et sa bonne humeur trouvèrent à s’exprimer. L’abbé Renard reste en effet l’auteur d’un extraordinaire poème épique, Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle, èl fis dè s’ pére, édité sous l’ano­nymat dans sa version la plus simple et la meilleure en 1857, élargi mais édulcoré en 1878, entièrement refondu en 1890 pour être « relié à l’histoire du pays ». Des huit chants primitifs, on passait ainsi à douze, et de la figure du populaire Djan-Djan, jaquemart de Nivelles, à une affabulation, corsée d’emprunts à l’épopée classique (à l’Enéide entre autres), qui intégrait dans l’histoire des ducs de Bourgogne au xve siècle les tribulations légendaires d’un fils de Jean II de Montmorency assimilé au proverbial Jean de Nivelles dont le chien «s’enfuit quand on l’appelle»…

Si, dans sa troisième version, le Djan d’ Nivèle de l’abbé Renard apparaît comme une épopée où se mélangent l’héroï-comique et le burlesque, c’est le merveilleux qui, d’un état à l’autre du poème, lui assure son unité. Un merveilleux plaisant, on s’en doute, comme est plaisant un récit qui, pour relever du mythe, n’en baigne pas moins dans le réalisme le plus wallon.

On pourrait en dire presque autant de L’ Argayon, èl djèyant d’ Nivèle (1893), poème en huit chants qui narre l’origine fabuleuse et pantagruélique de l’Argayon, son mariage avec l’Argayone et la naissance de leur fils Lolô, les trois géants de la tradition nivelloise. Mais par son arrière-plan folklorique où l’on fait un sort aux coutumes, croyances et dictons du pays de Nivelles, cette seconde œuvre de l’abbé Renard privilégie l’intention régionaliste au détriment de la verve narrative.

Un troisième poème, Brin.nus’, consacré au village natal de l’auteur, était inachevé à sa mort; les chants 1 et 2 ont paru en 1914.

Les deux dernières œuvres de l’abbé Renard sont écrites dans le parler de Braine-l’Alleud, tandis que Djan d’ Nivèle a été composé, de l’aveu même du poète, dans une koïnê fondée sur les patois du Brabant wallon qu’on parle « depuis Monstreux et Bornival jusqu’à Jandrain et Jandrenouille ».

 

[Invocation]

 

Apolon, ô grand mésse dès vêrs yèt dès tchansons,      

rawétiz d’ in boun-ouy èl pus léd dès Walons !

Èm’ mére m’ a toudi dit, yèt c’ èst là ç’ qui m’ tourminte,

4 què dj’ é d’ l’ èsprit dins l1′ tièsse èstant què d’ d-é dins l’ vinte;

yèt maugré ça pourtant, dins m’ walon d’ vu tchanter.

Djè n’ pu qu’ bauyî sins vous. Mésse, i faut m’ assister !

À tch’vau su vo carote, â ! flankiz vos lunètes.

8 Ritoûrnez vos chuflots, vos tromboles, vos trompètes.

Chwèsichiz-me, chwèsichiz-me, au fond d’ vo magasin,

yèt plantez dins m’n-orèye in soûrcî d’ instrumint.

Par là, vos soufèlerez dins m’ misèrâbe caboche

12 èstant d’vêrs qu’ in vî jwif foure dès liârds dèdins s’ poche.

Ascoutiz-me audjoûrdu, djè vos prîye, Apolon.

Pou toudi, fuchiz seûr, djè sâré vo garçon.

— Mins d’ sin d’djà què l’ grand mésse èm’ chufèle ès’ ramâdje.

16 Du powême du payis, nos coumincherons l’ ouvrâdje.

Walons, drouvez l’ orèye assez pou l’ dèskirer !

C’ è-st-ène boutike d’infêr què d’ vu vos raconter;

in.ne istwêre, mès-amis, qui vos chènera bé bèle,

20 pace què d’ va vos causer du fameûs Djan d’ Nivèle;

dè no Djan qu’ o vwèt cor, aussi fiér qu’ in Bayî,

av’ in mârtia dins s’ min, à l’ coupète dè s’ clokî,

dè Djan, toudi planté come in soûdârd au posse

24 ècor qu’ i tchét dè l’ nîve yèt dès grijas su s’ bosse;

c’ è-st-in.ne istwêre, enfin, du pus vî dès Walons,

digne dè toutes nos-oneûrs, digne dè toutes nos tchansons.

 

 

2. Regardez d’un bon œil… — 4. … autant que j’en ai dans le ventre. — 6. bauyî, bâiller. — 7. carote, ici au fig. et par plaisanterie : nez (comp. franc, pop. truffe). — 7. chuflot, sifflet. — 10. … un sorcier d’instrument, c.-à-d. un instrument (pour chanter) ayant un pouvoir magique. — 14. Pour toujours, soyez sûr, je serai votre garçon, c.-à-d. votre serviteur. — 17. dèskirer, déchirer. — 18. La « boutique d’enfer » annonce les aventures extraordinaires qui forment le sujet du poème. — 21-22. … aussi fier qu’un Bailli / avec un marteau en main, au sommet de son clocher : allusion au jaquemart de cuivre, sur­nommé Jean, dressé « sur l’une des deux tours qui flanquent la flèche de la collégiale Sainte-Gertrude et qui, au moyen d’un marteau, frappait autrefois les heures sur la cloche placée à l’intérieur de la Tour » (J. Coppens, Dict. aclot, vo Djan d’ Nivèle). — 24. encore qu’il tombe de la neige ou des grêlons sur sa carcasse (litt. : sa bosse). — 25. C’est pour les besoins du grossissement épique que l’auteur fait de Jean de Nivelles « le plus vieux des Wallons »; la tradition locale se contente de voir en lui le plus vieux des Aclots (= des Nivellois). Son histoire où interfèrent des thèmes littéraires et folkloriques a été débrouillée par Oscar Colson dans Le « cycle » de Jean de Nivelle, 2″ éd., Nivelles, 1904; cette étude permet d’éclairer quelques-uns des motifs secondaires du poème de l’abbé Renard.

 

(p.200) « Les aventures de Jean d’ Nivelles, el fils de s’ paire. Poème épique », Bruxelles, 1857, pp. 9-10. On reproduit le texte de l’édition critique du P. Jean Guillaume, Namur, Facultés Universitaires (« Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres », fasc. 32), 1963, pp. 17-18.

 

Franz Dewandelaer (1909-1952), Djan d’ Nivèle [1928-1930], in: Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne, éd. Pierre Mardaga, 1979, p.522

 

1. d’ asto, de près; pifot, vieillerie; 3. Le second hémistiche fait allusion au jaquemart qui frappait autrefois les heures; 5. guèrja, grêlon; 6. … la pluie a craché dans son œil; 8. brére, pleurer; 9. pou ‘ne baye, pour longtemps; 10. rataye, trisaïeul; 11. … si on n’a pas marché droit; 13. Il me semble parfois; drouvi à craye, entrouvrir; 14. paf, étonné, surpris

 

1 Dè-d-lon, bokèt d’ solèy, d’ asto, pifot d’ guèrnî,

il èst, come tous lès-omes, sans keûr dèdins s’ carcasse,

mins li n’ f’ra jamés rî, nè fut-ce qu’ à l’ eûre qui passe,

4  yèt c’èst peû d’ fé du mau qu’ i fét ni mau, ni bî…

 

Èl nédje yèt lès guèrjas lî-z-ont tcheû d’ssus s’ tignasse,

èl solèy l’ a racût, ‘l pieuve a ratchî dins s’n-î.

I sét, dins l’ ér du temps, vîr èl misére qui s’ brasse,

 8 mins brére, ça n’ èst nî s’ gout, yèt rîre, ça n’ lî va nî…

 

Tél quél, si l’ bon Dieu l’ vût, il èst co voye pou ‘ne baye.

On pârlèra co d’ li qu’ nos sârons d’jà ratayes.

I sâra là pou dîre s’ o n’ a nî tchèryî dwèt.

 

12  Yèt quand d’ lî di queutefwès : « Ç’ti-lâl, c’ è-st-ène canaye »,

i m’ chène à vîr, pa-coups, qu’ i drouve ès’ bouche à craye,

yèt djè n’ sârou nî paf s’ i m’ rèspondrout : « Djè l’ vwè… »

 

 

li Djakemâr Djan d' Nivèle (le Jacquemart "Djean" de Nivelles)

(in: Le Folklore Brabançon, s.a., s.d.)

"Vîve Djandjan" (pârticion / partition) (harm. Stéphane Caillat)

"Vîve Djandjan" (coûte pârticion / partition courte)

Djandjan

(in: Le Folklore Brabançon, 125, 1950)

Tubize - èl Bètchârd (le Blagueur) (qui faît aler s' bètch (qui fait aller son bec pour faire des farces))

Gochelîye (Gosselies) - èl Tchot

Coûr (Cour-sur-Heure) - èl Bidôdus'

(in: Jules Vandereuse, Bidôdus à Cour-sur-Heure, FB, 85-86, 1935, p.113-114)