Li Sinte-Caterène en Bèljike walone, picarde, gaumèse / La Sainte-Catherine en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

 

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

1.2 Li Picardîye / La Picardie

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

1.6 Li Gaume / La Gaume

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques

5 Scrîjadjes / Littérature

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

7 Ôtès-afaîres / Divers

Lès caterinètes (Les catherinettes)

(Jean-Claude Servais)

0 Présintâcion / Présentation

in: A. Varagnac, M. Chollot-Varagnac, Les traditions populaires, PUF, 1978

 

NOVEMBRE-DECEMBRE

Les fêtes chrétiennes remplacèrent des cérémonies plus anciennes.

Le 25/11, la Sainte-Catherine excluait des filles nubiles celles qui, atteignant 25 ans, n’étaient normalement plus capables de l’irradiation vitale propre à la puberté et à la virginité.

 

in: Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

 

(p.52) La Sainte-Catherine

 

Catherine d’ Alexandrie

La roue garnie de pointes de son supplice en fait la patronne des fileuses.

 

Le 25 novembre

Le 25 novembre est la fête de sainte Catherine, à qui la Vierge est apparue en 1830.

Elle a remplacé Catherine d’Alexandrie, unie au Christ par le « mariage mystique » et devenue pour cela patronne des jeunes filles célibataires, dont la légende était trop fantaisiste.

 

La pourvoyeuse de maris

Par les Croisés, le culte s’est répandu chez nous dès le Moyen Age.

Dans beaucoup d’églises, les femmes célibataires venaient en procession couronner sa statue en effectuant des quêtes et des distributions de pains bénits, dans l’espoir de trouver un mari.

 

Les croyances pour trouver un époux

Ces pratiques existent partout : en Espagne, on prie saint Antoine de Padoue; au Portugal, saint Gonzalve… En Pologne, sainte Catherine devient la protectrice des jeunes gens.

 

Sainte-Catherine (d’ Alexandrie, IVe siècle) était la protectrice des jeunes filles en Orient ; Elle fut connue  en Occident grâce aux Croisés.

Le couvre-chef des ‘catherinettes’ est une parodie du chapeau de la jeune mariée.

 

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

in: E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

 

SAINTE  CATHERINE. 25 novembre

 

Monsieur Oscar Lambillotte nous a raconté qu’étant enfant, il s’af­fublait d’une chemise par-dessus ses vêtements et qu’il allait faire une quête dans tous les magasins. C’était là une survivance d’une coutume qui fut générale dans tout le Hainaut français sous l’ancien régime. Il y avait des comités de jeunesse qui organisaient, le 25 novembre, des processions avec cierges, bannières. Ils collectaient et distribuaient du pain bénit.

 

(p.165) A Dinant et dans les Ardennes, les filles qui fréquentaient l’école faisaient une quête, vêtues de blanc, et chantaient une chanson sur la mort de la sainte, symbole de pureté.

Sainte Catherine est la patronne des filles qui ne trouvent jamais mari.

Il est peut-être intéressant de noter ici pourquoi les jeunes filles ne jouaient jamais aux jeux d’argent. C’était observé généralement par­tout. Cela tient sans doute au fait que durant des siècles, on ne donna jamais d’argent de poche aux filles. Il leur était interdit de parier. C’est de là qu’est née l’habitude de laisser faire tous les frais aux jeunes gens. Aujourd’hui que les filles ont conquis l’égalité avec les garçons, cette habitude reste enracinée.

On disait : sainte Catherine ne vient jamais sans sa blanche her­mine.

On a donné le nom de la sainte aux chrysanthèmes.

Les jeunes filles, en se couchant, jetaient leurs bas par-dessus l’épaule en demandant à sainte Catherine de leur faire voir en rêve leur futur mari.

On prie sainte Catherine pour qu’elle fasse disparaître un tache eczémateuse qui se produit dans le visage et qu’on appelle roue sainte-Catherine.

 

(…) Rimette :

 

Sinte Caterine èst toudi là.

Qu’ èle s’ ègzèrce.

Sinte Catherine èst toudi là.

Qu’ èle s’ ègzèrce avou sint Nicolas.

 

A Souvret:

 

Sainte Catherine, patronne des meuniers, coiffait aussi le 25 novembre, les vieilles filles qui ne parvenaient pas à ‘se caser’ à 25 ans.

 

1.2 Li Picardîye / La Picardie - Mont (Mons) - Borinâje (Borinage)

(in: Alain Audin, Mons-Borinage, s.d.)

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

in: Fivèz Jules, Istwêre di Bièmeréye, èt di vint’-deûs-ôtes viladjes d’ avaurci dispûs noûf cints swèssante-quate, avou l’ concoûrs dès Bièrmèrwès, 1972

 

Li sinte Catrine (li 25 di nôvembe)

 

Po dîre li vraî, ç’ asteut pus rade ène pitite fièsse di famile èwou-ce qui l’ moman ou ène fîye si lomeut Catrine.

Di ç’ trèvint-là, lès Catrines n’ astint nin contin.nes si leû sinte patrone n’ aveut nin mètu s’ blanc mantia (dè 1′ nîve).

 

A l’ sinte Catrine, li bwès qu’on r’pike riprind racène.

 I gn-a co, li djoû d’ audjoûrdu, dès djins qui chuvenut ci vî dicton-là. C’ èst leû drwèt, non ?

 

in: Le folklore au pays de Namur, 1930, Guide-programme de l’exposition de folklore et d’industries anciennes, A.R. de Namur, p.20

 

Le 25 novembre, fête de Sainte Catherine, les fillettes dinantaises font la quête comme les garçonnets le firent à la Saint-Grégoire. A cette occasion elles disent la complainte Sainte-Catherine, dont voici le 1er couplet :

Son père était païen, sa mère, ne l’était pas Sainte Catherine était fille d’un roi

Ave Maria Sancta Catherina.

 

(Dwèche Romeréye / Doische – Romerée) (VA, 23/11/2013)

1.4 L' ès'-walon/ L'est-wallon

Recherches sur le folklore de Spa, in: Wallonia, 1899, p.187-196

 

(p.196) A la Sainte-Catherine, patronne des charretiers, ceux-ci « nu rotèt èt n’ vôturèt nin » (ne roulent et ne voiturent pas), sinon il est certain qu’il leur arriverait malheur dans l’année, qu’ils seraient pour le moins victimes d’un accident. Les meuniers aussi arrêtent la roue du moulin, ce jour-là.

 

(Spâ (Spa))

Hu (Huy) - Sinte-Caterène (Sainte-Catherine)

(VA, 17/12/2010) 

Êwèye (Aywaille) - li Sinte-Caterène (la Sainte-Catherine)

(Albert Humblet, in : Annonces de l’Ourthe, 20/11/2014)

Comblin (Comblain-au-Pont) - li Sinte-Caterène (la Sainte-Catherine)

(Emile Detaille, in: Echos de Comblain, 6, 1982)

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

Marcel Cornet (Tchèrin / Cherain): 

in: Jacky Adam, Des moulins et des hommes, L’Ourthe orientale, éd. Eole, 2001

(p.82) Marcel Cornet est né en 1899 au moulin du Vieux Château à Ortho où son père Joseph était meunier. Il se marie avec Alice fabry en 1934. Deux

(Je suis allé à Cherain, sur le moulin, en 1938. Là, j’y suis resté douze ans. Je crois qu’on payait huit mille francs pour l’année. Nous sommes restés douze ans mais c’était toujours le même prix.)

 

(p.82) Sainte-Catherine, la fête

 

« Sinte-Caterine, c’ èst l’ vint’-cink di nôvembe. On travayéve râremint,

c’ èst quand i faut, c’ èst quand i faléve bin, ôtrumint nin. A l’ fièsse,

on-z-aléve à mèsse èt pwîs, ç’ côp-là, on r’travayéve. Bin sovint, dji n’ aléve nin d’djà, dji n’ mousséve nin foû. Pace qui c’ èstéve dandjeureûs di

s’ foute one chike.

Lès cis qui v’nint à l’ sîse, c’ èstéve à pô près tot parèy qui mi. I gn-a dès cis qui v’nint au molin po aîder, ça dèpend çou qu’ on-z-ave à fé. Maîs ç’ âreût stî on dîmègne, one sôrt ou l’ ôte insi, bin gn-ave bin sovint qui v’nint insi. Po djouwer aus cwâtes, au couyon. »

 

(Sainte-Catherine, c’est le 25 novembre. On travaillait rarement, c’est quand il fallait, c’est quand il fallait bien, autrement pas. A la fête, on allait à la messe et puis, on retravaillait. Bien souvent je n’y allais pas, je ne sortais pas. Parce que c’était dangereux de ramasser une « cuite ».

Ceux qui venaient à la soirée, c’était à peu près tout pareil que moi. Il y en a qui venaient au moulin pour aider, ça dépend ce qu’on avait à faire. Mais si ça avait été un dimanche, ou une sorte ou l’autre ainsi, et bien il y en a qui venaient. Pour jouer aux cartes, au couyon.)

Houfalîje (Houffalize) - li Sinte-Caterène (la Sainte-Catherine)

(VA, 17/11/2014)

(LB, 16/11/2015)

(VA, 17/11/2015)

(VA, 22/11/2218)

(SudPresse, 03/11/2011)

(Mémoire collective d’Houffalize, 3×20, s.d.)

1950s - Nassogne: maîsse djon.ne feume (maître jeune femme)

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

Houfalîje (Houffalize) – li crâsse djote 

(VA, 17/11/2014)

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

A. Stratman (Nameur 1842-1926),  Priyére à sinte Caterine

 

Rèfrin

Sinte Caterine do Paradis,

Ô bone patrone,

Dji vos-è prîye dispeûy todi :

Avoyîz-me  on bonome !

 

I

Portant, dji sé plaîre.

Vraî, dj’ voûreûve bin m’ marier,

Maîs volà l’ istwêre,

c’ èst qui dj’ n’ è sé pont trover.

Portant, dji sé plaîre.

Mais li vraî nuk, audjoûrdu,

C’ èst d’ awè brâmint d’s-ècus.

 

II

S’ i m’ vêreûve on bia garçon.

Come dji vos l’ hapereûve !

Dji sèrereûve li bon coron,

Crinte qu’ i n’ sipitreûve,

Car ossitôt rèvolé,

Faît malauji l’ atraper !

 

III

Ni m’ l’ avoyîz nin trop vî,

Ô, bone Sinte Caterine.

Qu’ il eûche co bon-ouy, bon pîd

Avou one bèle mine,

Èt, dji v’s-è prîye di tot keûr :

One baube comme on vraî sapeûr.

 

IV

Sèrè-ce po l’ anéye qui vint

Ou bin por à Pauke ?

Prèssez-vos, car il èst timps,

Fioz vite on mirauke,

Car si vos m’ lèyîz meûri,

Dji so pièrdeuwe po todi.

 

                      V

Audjoûrdu, nos djon.nes lurons

Ont peî do mâriadje.

Ç’ qu’ i 1’zeû faut, c’ èst 1′ picayon

Po s’ mète è mwin.nadje.

Lès pus bias di nos apas,

Por zèls, c’ èst dès bias contrats.

 

VI

L’ péère Adam fièt bin do glot,

C’ èstèt l’ prumîr ome.

Moman Êve èt li scorlot

Lî ont faît crochi 1′ pome.

Asteûre, à nos bias gandins,

Is l’zeû faut des pomes d’ ârdjint.

 

VII

Qu’ on féye payî on-impôt

Aus célibataîres,

Qu’on lès-èvôye au Congo

Po fé les tchmins d’ fiêr

Ou fé l’ tchèsse aus-élèfants,

Tant qu’ is d’vêront pus galants.

Lu Gléhe (La Gleize) (ès'-walon / est-wallon)

(Joseph Dewez, A l’ Gléhe, Â long dè timps, s.d.) 

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques  (co rin trové / encore rien trouvé)

 

5 Scrîjadjes / Littérature

5.1 ouwès’-walon / ouest-wallon

Henri Van Cutsem, in: Tchabaréyes, Couillet, 1936

 

SINTE CATERINE

 

Come vos-avèz l’ ér disbautchîye,

Vijène ; pouqwè plissez vo front ?

Vos-areut-o fét dès-afronts ?

Dijèz-me l’ idéye qui vos cakîye!…

 

Èt vos soumadjèz min.me quékefîye :

vos p’tits-îs, rèfoncès t’t-au fond,

cachenut ‘ne saqwè, lauvau, bén lon ;

mins rén n’ fét, rén n’ vos rapaupîye !

 

C’ èst dispûs 1′ passâdje du facteûr.

Arîz conichance d’ in maleûr ?

Vos brèyèz ! Qwè-cequi vos chagrine ?

 

S’reut-ce à cause di vos vint’-cénk ans,

pace qui vos cwèfèz Sinte Caterine?…

Voulez, dji s’ré vo p’tit galant ?

 

 

 

5.2 picârd / borin (picard / borain)

(Albert Mahieu, s.r.)

6 Ôte paut en Bèljike, ... / Ailleurs en Belgique, ...

Sankt Vith – Katharinenmarkt

Grand-Duché / Lëtzebuerg - Ëlwen (Troisvierges)

(D’Gemeng Ëlwen, D’Katherinettenumzug zu Ehren der Schutzpatronin der Modistinnen, 29/11/1959)

(Li comune di Trwèsvièrjes, Li cortêje dès caterinètes è l’ oneûr dè l’ patrone dès modisses, 29/11/1959)

(La commune de Troisvierges, Le cortège des catherinettes en l’honneur de la patronne des modistes, 29/11/1959)