li 3 d' nôvimbe: li Sint-Hubêrt (le 3 novembre: la Saint-Hubert)

a (rinPLAN

 

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon (rin trové / néant)

1.2 Li Picardîye / La Picardie & Mont-Borinâje/ Mons-Borinage

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

1.6 Li Gaume / La Gaume

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques (rin trové / néant)

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales (rin trové / néant)

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques (rin trové / néant)

5 Scrîjadjes / Littérature (rin trové / néant)

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

0 Présintâcion / Présentation

 

A. Varagnac, M. Chollot-Varagnac, Les traditions populaires, PUF, 1978

 

NOV.-DEC.: fêtes chrétiennes < cérémonies + anciennes

(p.40)

3/11: la Saint-Hubert: < fête de chasseurs

 

Baron De Reinsberg-Düringsfeld, Traditions et légendes de Belgique, TII, 1870

 

3/11: St Hubert: (p.247) pèlerinage de tous les pays aux alentours

 

Willy Leroy, Li cwârp di sint Hubêrt, in : Lux. Dial., 4, 1990, p.25-28

 

One boune quèstion:   « Èwou-ce qui l’ cwârp da sint Hubêrt èst?

 

Bin ça,   gn-a pèrson.ne què l’ sét!

On-z-a crwèyu li r’trover en 1909 dins on tchèstia au bwârd do Rin…  Bèrnike!

 

Ci qu’ on sét

 

Sint Hubêrt a stî èvèke di Lîdje au 8e siéke, djusqu’en 727.  Lès Lîdjeûs l’ pudenut come li fondateûr di leû vile pace qui c’ èst là qu’ il avéve si palaîs èpiscopâl. Il a moru à Tervuren lu 30 di maîy 727. ll a stî ètèré à l’ èglîje Sint-Pîre addé l’ auté Sint-Aubwin (ç’ a stî s’ volonté).  I gn-a ieû bran.mint dès miraukes su s’ tombe.

 

743: On faît li r’conechance di s’ cwârp, one canonisâcion (vox populi, vox Dei).

817: Lès bènèdictins d’ Lîdje r’donenut vîye à l’ fondâcion d’ Andâje, dipus d’ cint-ans vî.  

 

825: Li cwârp di sint Hubêrt èst ramwin.né dins l’ Ârdène. Ç’ a stî one si grande afaîre qu’ Andâje a divenu Sint-Hubêrt. Dès masses di djins ont v’nus su s’ tombe, èt il at divenu l’ patron d’ l’ Ârdène.

 

Ci qu’ on n’ sét nin

 

À paurt qu’ il a stî èvèke, on n’ sét rin d’ li: si vikaîrîye, si famile. On-z-a dit qu’ ‘l astéve duk d’ Aquitaine, mârié à Ploribane, li fèye do comte di Lovin.

 

Lès tchèsseûs ènnn’ ont faît  leû patron.

On grand tchèsseû, c’ èst possibe: li tchèsse èstéve à l’ môde dé lès djins dè l’ hôte èwou-ce qu’ i gn-avéve brn.mint d’s-èvèkes, parèt-i…

 

Sint Hubêrt auréve putôt stî on camarâde da sint Lambêrt. Èst-ce qui sint Hubêrt a v’nu à Andâje divant 825 ? C’ èst possibe pace qui l’ prèmî covint d’ Andâje a stî bâti do timps qu’ il astéve co èvèke à Lîdje. On n  vèt nin comint-ce qu’ on-z-auréve bâti on covint sins s’ pitit côp d’ mwin  èt  sins qu’ l’ èvèke n’ auréve vinu.

 

Sint Hubêrt à Andâje

 

Li cwârp a stî ramwin.né avou bran.mint dès cèrèmonîyes.  I gn-avéve là dès-èvèkes, dès princes, dès mwin.nes èt bran.mint dès djins.

 

I parèt qu’ on-z-a r’tiré do vacha (F. cercueil) one ètole,  one sandale,

on bokèt di s’ crosse, on discramieû d’ églîje èt on côr di tchèsse.

Li cwârps a sti mètu dins l’ cripe (F. crypte), dins on vacha d’ pîre, parèt-i.

Lès tchèsseûs què l’ avint pris po patron, ont pris l’ abitude d’ ofri à « Mossieû sint Hubêrt » on pîd d’ ciêr, on chèvreû on bin on leup!

 

Prèmêrès discussions inte Otbêrt,  èvèke di Lîdje, èt  l monastêre.

 

Otbêrt fêt r’bâti l’ tchèstia d’ Mirwaut èt s’ mète do costé d’ l’ empèreûr.  

L’ abé d’ Sint-Hubêrt, li,  si mèt do costè do Pâpe.

Li monastêre, en 1099, ôrganise one porcèssion o tchèstia, avu l’   cwârp da sint Hubêrt (d’abôrd, il èst co là à ç’ momint-là).

 

1130: li feu: deûs nèfes èt  saquants tchapèles.

 

1261: li monastêre èst quausu tot brûlé, lès mwin.nes divenut min.me dimèrer ôte paut.

 

Mins on n’ sét todi rin dès rèlikes da sint Hubêrt.

Tos lès-abés dîyenut qu’ sint Hubêrt èst todi… à Sint-Hubêrt.

 

1525: li feu dins tote li vile,  l’ abîye,  l’ èglîje… qui va ièsse ribâtîye tot’ oute.

1526  : li prèmî cronikeû d’ l’ abîye: Dom Adolphe Happart.

 

1568:  li 13 d’ octôbe, lès Huguenots brûlenut l’ monastêre èt co l’ èglîje.   

On raconte qui Djan d’ Lamock,  què l’ savéve bin, a ieû l’ timps d’ catchî lès cwârps di  sint Hubêrt, di sinte Béréjise èt dès trwès viêrjes di  Cologne divant  l’ arivéye dès sôdârts.

 

On raconte co qu’ lès cwârps ont  stî r’trovés en 1616 quand l’ toû a stî r’faîte. One grosse pîre tchèyant d’ fwârt hôt, auréve disfoncé l’ pavéye èt douviè insi l’ catchète èwou-ce qui lès rèlikes èstin.n.

 

 

Ci qu’ ‘l è faut pinser

 

1871:  l’ abé Ballet,  aumonier dè l’ maujone pènitenciére di Sint-Hubêrt a scrît on-ârtike dijant qui l’ cwârps di sint Hubêrt n’ avéve sûremint nin stî distrût en 1568.

 

1575:  J. Molanus a d’mandé à l’ abé Djan d’ Lamock ci qu’ i ‘nn’ èstéve:  l’ abé a rèspondu qu’ en 1568, lès Huguenots avin.n tot distrût, mins is n’ avint djondu au cwârps di sint Hubêrt.

 

Dins on manuscrit (Fundatio Monaster II) do 17e sièke, on cause do 1568. On-z-î dit qu’ lès mwin.nes avin.n  chapé lès rèlikes en lès mètant « dins on trau d’ on meur ».

Dins on-ôte manuscrit  (Antiquas Monaster II), on dit qu’ l’ abé d’ St-Hubêrt a ieû l’ timps d’ catchî lès rèlikes dins one sûre catchète.   (L’ auteûr di cès paroles-ci è-st-Henri Menghen, l’ abé d’ Aurvau (F. Orval),  1638-1688), seûlemint c’ èst fwârt damaje qu’ on dit ça…  100 ans après?

 

Ci qu’ parèt drole

 

L’ abé de Lamock, qu’ èst  Ià en 1568, ni sét in ou n’ vout nin dîre en 1575 èwou-ce qui l’ cwârp èst.

 

Au c’mincemint do 17e  sîèke, i gn-a quausu 40 ans qui l  cwârps n’ a pus stî èspôsé èt lès mwin.nes comincenut à trover ça drole.

 

Li 17 di fèvrî 1611, on papî dès èchevins d’ Sint-Hubêrt dit « qu’ en 1568,   lès Huguenots ont arivé si rade qui lès mwin.nes ont djusse ieû l’ timps d’ couru èvôye!

 

Quèstions

 

Li cwârp di sint Hubêrt è-st-i dins l’ èglîje abaciâle, dins l’ anciène abîye ou bin ôte paut?

Li catchète dins on soutèrin qui va à Bûre, à Sint-Michèl, ou  …

L’  èspwêr faît viker.

 

 

Le culte de saint Hubert, in: Clio 70, 1974

 

1. Historique

 

Selon la tradition, Hubert, prince originaire d’Aquitaine, ayant quitté

son lieu natal, séjourna un moment à la cour de pépin de Herstal.

On connaît le récit légendaire de sa conversion : vers 683, alors qu’il

chassait dans la forêt de Champlon, un superbe cerf qu’il poursuivait, fit volte-face, tandis qu’au milieu de ses bois apparaissait une croix de feu et qu’une voix lui reprochait son manque de piété. On a situé l’endroit du miracle au lieu-dit La

Converserie.

La légende veut encore qu’il ait séjourné au monastère naissant d’Andage. Plus tard, alors qu’il se trouvait en pèlerinage à Rome, le pape Serge I lui conféra le titre épiscopal de Tongres devenu vacant depuis l’assassinat de saint Lambert.

En 708, Hubert établit le siège de son diocèse à Liège. Il mourut en 727 à Tervuren.

La légende prétend que lors de la cérémonie de son sacre épiscopal, un ange apparut à saint Hubert, porteur d’une étole miraculeuse et saint Pierre lui présenta une clé en or.

Ces visions n’allaient pas tarder à nourrir le culte. En 817, sa dépouille fut transférée à Andage (selon certains, il aurait en effet été le parent de la fondatrice du monastère, Plectrude). Une tradition miraculeuse s’étant installée, l’abbaye qui allait bientôt prendre le nom du saint, ne tarda pas à voir les pèlerins affluer. Malgré la disparition des reliques à la fin du XVlIle siècle, les pèlerins sont restés fidèles au sanctuaire ardennais. On vint à Saint-Hubert pour implorer sa protection contre les fléaux qui menaçaient les récoltes et les maladies qui décimaient les troupeaux.

Se référant aux visions du saint, on prit l’habitude de toucher les animaux de la clé pour les préserver de la rage. Quant aux personnes mordues par des bêtes enragées, elles subissaient la taille, c’est-à-dire que l’aumônier des pèlerins leur faisait une légère en taille au front et glissait un fil de la sainte étole sous la peau.

Les pèlerins rentrés chez eux se groupèrent en confréries pour entretenir le culte du saint, Eglises, chapelles, statues lui furent consacrées en grand nombre, Deux confréries encore existantes méritent d’être signalées : celles d’Andenne et de Lendersdorf en Allemagne. Les chasseurs de tous pays, se souvenant de l’amour du saint pour la chasse mais redoutant surtout le fléau de la rage pour leurs chevaux et leurs meutes, se sont rangés sous la bannière de saint Hubert. Sonneurs de trompes, batteurs de cuivre et bouchers les suivirent dans cette voie.

Dans les siècles passés, le jour de la fête du saint, l’église de Saint-Hubert devenait un rendez-vous des chasseurs de tous pays, Dès trois heures du matin, les trompes sonnaient le réveil et chasseurs et piqueurs se mettaient en route avec leurs chiens pour assister à la messe solennelle qui se célébrait aux flambeaux. Les trompes sonnaient lors de la consécration et de la bénédiction terminale. Puis le plus jeune chasseur faisait la quête, à laquelle ordinairement un nid de grive placé dans le pavillon de sa trompe lui servait de plateau.

La quête faite, tous s’empressaient d’entrer en chasse.

 

2. Les manifestations actuelles du culte saint Hubert

 

SAINT-HUBERT

 

Cette localité ardennaise lui consacre un nombre important de manifestations.

 

Le pèlerinage de Lendersdorf

 

Il a lieu le lundi avant la Pentecôte.

Créée en 1720, cette procession des Ardennes vient de Lendersdorf près de Düren. C’est un des derniers grands pèlerinages pédestres qui subsistent en Europe. Il revêt une allure Internationale en couvrant plus de 320 km à travers trois pays : l’Eifel allemand, l’Oesling luxembourgeois et l’Ardenne belge.

La procession traverse le bourg, croix en tête, bannières claquantes, drapelets levés, bâtons ornés, scandant les prières et les chants, les pains de saint Hubert portés dans des mannes.

 

Le pèlerinage d’ Andenne

 

Il n’a lieu que les années paires. En 1974, il se déroulera pour la 138e fois.

Les pèlerins venus d’ Andenne se rendent à pied par un circuit de

150 km (via Ciney et Rochefort) jusqu’à la Basilique de Saint-Hubert.

 

La journée internationale de la chasse

 

Elle se tient le premier dimanche de septembre.

A cette occasion, des milliers de curieux venus de Belgique, d’Allemagne, de France, d’Autriche et des Pays-Bas, chasseurs et non chasseurs, affluent dans la cité abbatiale pour assister à Ia grand-messe de 11 h. Celle-ci est rehaussée de la présence de sonneurs de trompes de chasse, de meutes avec piqueurs en tenue, de fauconniers et de très nombreuses personnalités. La Basilique regorge de pèlerins venus pour entendre la messe et recevoir le petit pain béni.

L’après-midi, dès 15 h, a lieu le cortège folklorique et historique.

A côté des groupes de danses, majorettes, harmonies, etc., trois cents figurants, en costumes d’époque, retracent l’histoire de la ville.

Sont évoqués : le modeste bourg d’Andage, la venue de saint Hubert, sa conversion face au cerf, la fondation et la construction de l’abbaye, la vie quotidienne des moines, les dévotions des anciens seigneurs, les confréries, les grands événements du passé de la ville, sans oublier la chasse avec ses sonneurs, ses équipages de chasse à courre, ses aigles et faucons, etc,

 

La journée des bouchers de la Confrérie de saint Hubert

 

Celle-ci se tient le dernier dimanche de septembre à 10 h.

Supprimée à la Révolution, la Confrérie des Bouchers reparut en 1958 et prit saint Hubert comme patron.

Lors de leur journée, les bouchers revêtent la tenue blanche et se rassemblent près de l’abattoir communal. Ensuite, ils se dirigent en cortège vers la Basilique pour y assister à l’office.

Les drapeaux des confréries belges et étrangères entourent la statue du saint, portée par quatre bouchers de haute taille.

 

La fête de saint Hubert

 

Elle a lieu le 3 novembre.

Plusieurs milliers de personnes (environ 4000), dont de nombreux pèlerins, assistent chaque année à la messe solennelle, à l’issue de laquelle a lieu la bénédiction des pains, des chiens et des chevaux.

 

 

DURBUY

 

La fête de saint Hubert

 

Une messe, suivie d’une bénédiction des pains, des meutes et des équipages, a lieu dans la cour du château de la localité (située sur l’Ourthe à 15 km de Marche-en-Famenne).

Cette manifestation se tient le dernier dimanche d’octobre.

 

 

TERVUREN

 

La fête de saint Hubert

 

Une procession défile à travers Tervuren (localité située à 12 km de Bruxelles sur la N 3) et une messe est célébrée devant la chapelle de Saint-Hubert à l’orée du parc, Ces manifestations ont lieu le premier dimanche qui suit la fête de saint Hubert (3 novembre).

Entre 10 h 30 et 10 h 45, une procession part de l’église paroissiale pour aller jusqu’à la chapelle, A 11 h, un office religieux est célébré en plein air, sur le parvis de l’oratoire, entrecoupé de sonneries de trompe. Ensuite, il y a une distribution de petits pains, un cortège de cavaliers et la bénédiction des

chevaux et des chiens.

La chapelle reconstruite grâce aux archiducs Albert et Isabelle, fut consacrée en 1617 Une confrérie vouée à saint Hubert avait été créée un peu plus tôt, en 1605.

Le culte de saint Hubert à Tervuren provient de ce que le saint y mourut le 20 mai 727.

 

TONGRES

 

Le pèlerinage de saint Hubert

pèlerinage à la chapelle de Saint-Hubert (Sint Hubertusweide) à Offelken, le dimanche qui suit le 3 novembre, vers 10 h 30.

Les chasseurs, les cavaliers et les propriétaires de chiens de race se rassemblent sur le Vrijthof, d’où ils se rendent en cortège à la chapelle; une messe y a lieu pendant laquelle résonnent les trompes de chasse. On bénit le pain, de même

que les chevaux et les chiens; la relique du saint est ensuite présentée. Puis, le cortège reprend la direction de la ville.

Avant la dernière guerre, d’aucuns avaient essayé de redonner éclat à cette manifestation. C’est en 1960, que la Ridderorde prit l’organisation en main, en collaboration avec les autorités religieuses et le cercle des Amis de Saint-Hubert.

 

Saint Hubert: évêque de Liège de 708 à 727

 

La tradition veut qu’un superbe cerf qu’il pourchassait, alors qu’il était en forêt d’Ardenne, fit volte face, tandis qu’au milieu de ses bois apparaissait une croix de feu et qu’une voix lui reprochait son manque de piété.  Cela se passa au lieu-dit « La Converserie ».

 

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

 

1.0 Priyéres pôpulaîres / Oraîson à sint Hubêrt - Prières populaires / Oraison à saint Hubert

(in: Wallonia, 1898)

Avou tradwîjadje dins l’ documint pa-d’zeû / Avec traduction dans le document ci-dessus: 

a) Mon(sieû) sint Hubêrt qu’ è-st-è s’ tchapèle, – Qui m’ apèle – Qu’ i m’ vôye waurder di treûs sôrts: – Dè l’ tonî èt d’ l’ aloumî – Èt dè l’ maule bièsse coraude – Qu’ èle ni pôye nè pus m’ aprèpî – Qui li p’tit siteûle dè cî. (Hêve / Herve)

b) Bon sint Houbêrt qui sît è s’ tchapèle – Qui nos houke èt qu’ nos-apèle – Qu’ i m’ wâde dè l’ tonîre – Di l’ aloumîre – Dè mâ d’ dint – Dè mâvas sièrpint – Dès tchins arèdjîs – Qu’ is n’ polihe m’ aprèpi – Nin pus qui lès steûles dè cîr èt dè paradis – Âmèn. (Bastogne)

1.2 Mont-Borinâje (Mons-Borinage) Confrèrîye di sint Hubêrt (Confrérie de Saint-Hubert) (Mont / Mons)

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

in: Christian Masset, Vitrival à cheval, VA 10/11/1999

 Bénédiction des chevaux et des chiens à la Saint-Hubert.

 

li Sint-Hubêrt à Nameur (la Saint-Hubert à Namur)

(in: VA, oct. 2014)

Inzès-Monts (Aisemont) ) li Sint-Hubêrt (la Saint-Hubert)

(inzès: dans les / Aise- en français est complètement absurde) 

(VA, 27/10/2014)

Dinant / li Sint-Hubêrt (la Saint-Hubert)

(in: VA, 15/11/2014)

Vêr-Custène (Ver-Custinne) - li Sint-Hubêrt (la Saint-Hubert)

(in: Notes folkloriques sur Ver-Custinne (suite), Le Guetteur wallon, 1935-36, p.159)

1.4 l’ ès’-walon / l’est-wallon

 

Li timps (Le temps)

 

À l’ Sint-Houbèrt

C’ èst co tofèr*

On timps d’ Tossint

Djalêye** èt vint.

 

* toujours; ** gelée

 

SOCIÉTÉ ROYALE SAINT HUBERT, in: Folklore wallon en bulles, éd. Dricot, 2010, p.60

 

Aubel se situe au cœur du pays de Herve. La Société Royale Saint Hubert est à l’origine une société de protection. Ancienne gilde armée, elle fut fondée en 1586 pour protéger la population.

Au 17e siècle, elle devient une confrérie à caractère mi-religieux, mi-récréatif; si elle participe aux processions de la Fête-Dieu en juin ainsi qu’à la solennité de Saint-Hubert en novembre, elle pratique le tir à l’arquebuse, puis à la carabine, encore de nos jours. Au XIXème siècle, elle prend le nom de Société Saint-Hubert.

Actuellement, elle est toujours bien vivante avec un avenir assuré grâce à la présence des petits chasseurs et porte-bannière. Elle possède aussi un joli patrimoine : la châsse, groupe en bois sculpté du 17e siècle, porté en procession ; la grande bannière ; d’autres bannières et oriflammes ; des flambeaux et surtout le collier en argent massif porté par le ROY de la Société. Elle organise la kermesse de juin et elle maintient le tir à l’oiseau pour désigner le ROY.

 

Åbe (Aubel) - li Sint-Houbêrt (la Saint-Hubert)

(s.r.)

(in: Province de Liège, s.t., s.d.)

Marcoûrt (Marcourt) - li Sint-Hubêrt (la Saint-Hubert)

(in: Annonces de l’Ourthe, 10/11/2011)

Theux /  La foire de Saint-Hubert, in: Clio 70, 1974

 

La foire de Theux a lieu le samedi qui suit le 2 novembre. Elle débute à midi par la bénédiction des chevaux.

Primitivement, cette foire, dont l’origine remonte à plusieurs siècles, était uniquement une foire aux bestiaux. Mais depuis que le nombre de bêtes vendues a diminué, s’est juxtaposée à la foire traditionnelle, une foire aux noix, avec des jeux populaires et des échoppes de marché.

Le soir, une messe de Saint-Hubert est célébrée après la foire.

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

li 3 d’ nôvimbe à Sint-Hubêrt (le 3 novembre à Saint-Hubert)

in: Pol Wascotte, Jacques Huart, Si Andenne vous était conté …, s.d., p.65

 

Tradition toujours respectée depuis quelque 280 ans :

LES TROIS JOURS DU PELERINAGE PEDESTRE BIENNAL, A SAINT-HUBERT

 

Le plus ancien des pèlerinages vers St-Hubert-en-Ardenne, aux approches de la Pentecôte, est incontestablement celui d’Andenne-sur-Meuse. Il en est d’autres, certes, qui, comme ceux venant d’Allemagne, rallient depuis fort longtemps la cité de l’illustre grand Veneur. Mais nous n’avons pas connaissance de groupes qui, comme celui de la Confrérie de St-Hubert, à Andenne, s’en vont ainsi pédestrement sur les routes des Ardennes, depuis plus de 275 ans et toujours selon un rite immuable. (Voir plus loin la notice historique).

Le samedi, veille de la Pentecôte, très tôt le matin (5 heures), les Andennais prennent la route de Ciney, longue et montante, accompagnée de leur aumônier qui vient de leur dire la messe coutumière à la collégiale Sainte-Begge. Ils sont toujours au moins une cinquantaine, hommes et femmes, jeunes et beaucoup moins jeunes, souvent un bâton à la main, portant tous en sautoir l’écharpe verte rehaussée des lettres jaunes de la Confrérie.

 

Chacun s’en va « sur son poids » et il arrive que de petits groupes, dès le début de la route, se distancent déjà, mais cela n’altère en rien l’ardeur du pèlerin et l’atmosphère générale. Les premiers kilomètres sont, en effet, en forte côte, jalonnés de noms charmants : Hautebise, Peu d’Eau, Sainte-Begge, Nalamont…

A Ciney, après une courte étape agrémentée d’un repas, ils repartent sur les routes agrestes du Condroz et le long ruban se déroule à nouveau. L’aumônier va d’un groupe à l’autre, s’informe, questionne, encourage aussi ceux dont quelques « cloches » apparaissent aux pieds. Les premiers déjà sont signalés à Haid-Haversin, à 15 heures pour la halte, avant la côte de Buissonville ; puis c’est la joyeuse descente vers Rochefort où les attend le gîte de la première étape.

Dimanche matin, fête de Pentecôte, dès 4 heures du matin, les plus courageux et les moins éprouvés s’activent fébrile­ment sur la route, les autres suivront bientôt et tous se retrouvent à l’entrée du bois de Saint-Hubert où d’usage se tient la récitation du chapelet en commun, le dos opposé à la cité du grand Patron. Vers les 10 h. 30, groupés à l’entrée de la ville, ils sont accueillis par le clergé, l’admi­nistration communale et le Syndicat d’Initiative et conduits processionnellement à la célèbre basilique pour une messe solennelle chantée à leurs intentions. A ce moment du pèlerinage, des dizaines d’autres Andennais ont rejoint les pédestrians pour la cérémonie.

 

(p.67) Le jour même, nos pèlerins reprendront le chemin qui va les ramener en vingt kilomètres à Rochefort, pour une deuxième nuit. Mais avant cela, à la sortie du bois de St-Hubert, nouvelle récitation du chapelet en commun, cette fois la face tournée vers la ville du patron des Ardennes. Avant l’étape encore, au carrefour d’Arville, les pèlerins et la foule des autres Andennais motorisés vont vivre quelques instants d’intense émotion. A cet en­droit, un monument de la reconnaissance et du souvenir borde la route, la Chapelle des Andennais, faite de pierre, de matériaux, avec ses plantations et même sa terre, en provenance de la vallée mosane… un peu du cœur de la cité de sainte Begge implanté au centre de l’Ardenne…

 

Grupont, Wavreille… Rochefort, à nouveau et le lendemain, lundi de la Pentecôte, nos marcheurs doivent encore accomplir, via Ciney, l’ultime étape qui les rendra à leur cité. En bas de la côte de Buissonville, on a tout d’abord « pause » à Haid, comme à l’aller, dans une ambiance d’omelette au jambon et de pain frais du pays. Une messe en plein air, suivant le temps, entre maintenant dans la tradition à cet endroit. Dîner à Ciney, puis en s’étirant à nouveau vers Sorée, le groupe accomplit sa plus redoutable étape. Route interminable, pieds ornés de sparadraps, ici se produisent — aussi traditionnellement — les premières défections; mais la voiture-balai est tout de même un peu là… A Sorée, bien des amis attendent déjà; certains vont achever, avec les marathoniens, les 13 km du dernier parcours.

 

A Peu d’Eau, à l’entrée d’Andenne, d’autres sympa­thisants s’en viennent à leur rencontre ; une demoiselle à cheval va précéder le groupe réuni jusqu’à l’église, voulant renouer avec une belle et vieille coutume. Un peu plus bas, à Hautebise, le clergé et les enfants de chœur rejoignent la Marche bien reformée, tandis que la statue de Saint-Hubert (1) — déposée traditionnellement à la ferme Olmechette — prend place dans le cortège, avec la lourde et vénérable bannière de la Confrérie (2). Pendant la descente en ville, des « campes » d’honneur claquent au sommet de la colline voisine du Calvaire, tandis que son­nent à toutes volées les cloches de la vieille collégiale Renaissance. Pèlerins et sympathisants pénètrent alors en ville au milieu d’une affluence souvent considérable.

A l’église enfin, c’est la grosse foule pour le salut de clôture autour de ces courageux soldats de Saint-Hubert, dont certains accusent, après une randonnée pédestre de deux fois septante kilomètres, une fatigue bien compré­hensible. M. le doyen félicite et remercie tout le monde et invite l’assistance entière à venir vénérer les reliques

 

(1)  II s’agit d’une statue de Richardot, artiste renommé ayant travaillé à Andenne et à Namur, au début du siècle passé (voir Musée de la Céramique).  Les pèlerins portent cette statue sur l’épaule au départ et  au  retour  du  marathon.  On connaît également  une  statue plus ancienne de Saint-Hubert au trésor de la Collégiale (voir supra).

(2) Cette bannière avait été achetée par le Ban des Mambourgs en 1890. Le pèlerinage est  placé  sous  la présidence d’un grand Mambourg, encore actuellement.

 

(p.68) du grand saint (1). Ainsi se termine, une fois de plus, une curieuse manifestation locale dont la longue tradition — jamais rompue depuis 1697 — est si chère à maints Andennais qu’ils se passent souvent, de père en fils, le fier relais de « Marcheur de Saint-Hubert ».

 

 

LA CONFRERIE DE SAINT-HUBERT

 

La Confrérie de Saint-Hubert existait déjà au XVe siècle à Andenne, comme le prouvent certains manuscrits (archives de l’Etat à Namur) relatant les manifestations célébrées avec fastes par le Chapitre des Dames nobles et la population du ban d’Andenne, en l’honneur du saint célébré à Andage (ancien nom de la ville de St-Hubert). Mais c’est à la mention de l’année 1697 que l’on trouve l’année de la création du fameux pèlerinage pédestre biennal. Il va sans dire que le vrai pèlerin est celui qui abat les quelque 150 km. du parcours à pied, en trois jours et en observant scrupuleusement toute la tradition. On sait aussi que le tracé actuel de l’itinéraire n’est plus exactement le même que jadis, en raison de la modification du tracé des routes. Et pourquoi enfin, le week-end prolongé de Pentecôte, comme date choisie ? Parce que c’était depuis fort longtemps, pour de nombreuses localités, communément la date la plus propice pour se rendre au chef-lieu du grand pèlerinage, certes le plus populaire de nos Ardennes.

 

(1)  II  s’agit  du  célèbre  olifant-reliquaire  du   trésor  de  la  collégiale (cfr supra).

Ofagne (Offagne) - sculture di sint Hubêrt (sculpture de saint Hubert)

Sint-Hubêrt (Saint-Hubert) - dèfilé dè l' Confrèrîye dès Boutchîs (défilé de la Confrérie des Bouchers)

chake dêrin dîmègne di sètimbe (chaque dernier samedi de septembre) (in: VA, 02/10/2014)

1.6 li sûd-walon / le sud-wallon

(VA, 22/11/2014)

6 ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

Tontel (Tontelange)

(Va, 09/11/2011 & 12/11/2014)

Tervuren & Tongeren (Tongres)

in: Le culte de saint Hubert, in: Clio 70, 1974

 

TERVUREN

 

La fête de saint Hubert

 

Une procession défile à travers Tervuren (localité située à 12 km de Bruxelles sur la N 3) et une messe est célébrée devant la chapelle de Saint-Hubert à l’orée du parc, Ces manifestations ont lieu le premier dimanche qui suit la fête de saint Hubert (3 novembre).

Entre 10 h 30 et 10 h 45, une procession part de l’église paroissiale pour aller jusqu’à la chapelle, A 11 h, un office religieux est célébré en plein air, sur le parvis de l’oratoire, entrecoupé de sonneries de trompe. Ensuite, il y a une distribution de petits pains, un cortège de cavaliers et la bénédiction des

chevaux et des chiens.

La chapelle reconstruite grâce aux archiducs Albert et Isabelle, fut consacrée en 1617 Une confrérie vouée à saint Hubert avait été créée un peu plus tôt, en 1605.

Le culte de saint Hubert à Tervuren provient de ce que le saint y mourut le 20 mai 727.

 

TONGRES

 

Le pèlerinage de saint Hubert

pèlerinage à la chapelle de Saint-Hubert (Sint Hubertusweide) à Offelken, le dimanche qui suit le 3 novembre, vers 10 h 30.

Les chasseurs, les cavaliers et les propriétaires de chiens de race se rassemblent sur le Vrijthof, d’où ils se rendent en cortège à la chapelle; une messe y a lieu pendant laquelle résonnent les trompes de chasse. On bénit le pain, de même

que les chevaux et les chiens; la relique du saint est ensuite présentée. Puis, le cortège reprend la direction de la ville.

Avant la dernière guerre, d’aucuns avaient essayé de redonner éclat à cette manifestation. C’est en 1960, que la Ridderorde prit l’organisation en main, en collaboration avec les autorités religieuses et le cercle des Amis de Saint-Hubert.

 

in Deutschland / en-Alemagne / en Allemagne…

in: Le culte de Saint Hubert en Ardenne / Die Verehrung des heiligen Hubertus im Rheinland, St Hubert en Ardenne, T6, 1995, Crédit Communal

 

Nur eine Wallfahrt verblieb

 

Erst seit dem 15. Jahrhundert verbindet sich mit dem Leben und Wirken des hl. Hubertus die Legende von der Erscheinung des Rothirsches bei der Jagd und seiner Bekehrung. Sie hat ihn sehr volkstümlich werden lassen. Die Erscheinung des kreuztragenden Hirsches wurde zuvor bereits Placidus, dem hl. Eustachius, zuge­sprochen, wie auch der bekannte Stich von Durer aus dem Jahre 1498 ausweist, und geht vermutlich auf den indischen Raum zurück, in dem die Bekehrung Buddhas durch eine weisse Gazelle angenommen wird. Warum für den 727 zunächst in Lüttich, später im Kloster Andain (= Andage), danach in Saint Hubert umbenannt, beigesetzten hl. Hubertus die Erscheinung des Hirsches erst so spät in sein Leben eingebracht wurde, mag, folgen wir ZENDER aus der spätmittelalterlichen Vorstellungswelt erklärbar sein: Hubertus war verheiratet, hatte einen Sohn. Eine markante Sinnesänderung, durch das Zusammentreffen mit dem kreuztragenden Hirsch auf der Jagd und sein fortan der Kirche zugewandtes Leben, mögen ein wünscheswertes Verständnis für sein Wirken als Heiliger gewesen sein. Hubertus werden zeitlich weit früher, ab dem 11. Jahrhundert, zwei wichtige Begebenheiten zugesprochen. So soll er in Rom von einem Engel seine heute noch in Saint Hubert aufbewahrte Stola erhalten haben und einen Schlüssel, ein Reliquiar,

in das ein Teil der Kette des hl. Petrus eingearbeitet war. Beide Symbole sind seit dem 11/12. Jahrhundert wichtige Bestandteile der Verehrung als Hilfreicher fur die Tollwuterkrankung und ihre Bekämpfung. Ein Faden aus der Stola wurde in einen Einschnitt in die Stirn gelegt. Mit dem Schlüssel wurden Hunde am Hubertustage gebrannt und Bisswunden behandelt. In der Kirche St. Martin in Hilberath bei Rheinbach, um bei einem weniger bekannten Beispiel rheinischer Kunst zu bleiben, zeigt ein Gemälde aus dem Jahre 1707 eine typische Szene. Links unten im Bilde sehen wir den Spender, darüber den hl. Hubertus mit dem in der Darstellung nur angedeuteten Hirsch, gleichgross zum Bischof die Person mit der Bisswunde, die mit dem Schlüssel gebrannt wird. Zur Heilung von Tollwut wallfahrtete oder pilgerte man nach Saint Hubert. Noch im frühen 19. Jahrhundert waren es mehrere hundert Personen, die dorthin pilgerten und als sogenannte Eingeschnittene, dies bedeutet, sie trugen einen Faden der Stola in einer Stirnwunde, registriert wurden. Mit der Entdeckung desTollwuterregers durch PASTEUR und Impfmöglichkeiten setzte ab 1880 ein starker Rückgang ein. Erhalten hat sich bis heute im Rheinland eine Wallfahrt, die der St. Michaelskirche in Lendersdorf bei Düren. Die nachstehenden Hinweise übermittelte Pfarrer GATTY 1994 mündlich. Danach wurde die Wallfahrt 1720 installiert, ausgehend von Kerpen, veranlasst durch das Auftreten von Tollwut und Schweinepest. Sie wurde seither im Prinzip ununterbrochen nach Saint Hubert vorgenommen. Der hl. Hubertus trat nach 1720 als Kirchenpatron an die zweite Stelle fur Maria Magdalena. In Kuferath, einer Filiale der Pfarre, errichtete man Ende der 50er Jahre eine Hubertus-kapelle, dort befindet sich ein von WEINERT geschaffenes Bronzerelief. In Bezug zur Wallfahrt steht auch ein Reliquiar (Abb. 15) in der St. Michaelskirche in Lendersdorf aus dem Jahre 1879. Da die Gebeine des hl. Hubertus als verschollen gelten müssen, enthält es eine Berührungsreliquie von der in Saint Hubert aufbewahrten Stola.

 

Ohne direkten Bezug zur Wallfahrt sind mittelalterliche Kunstgegenstände in Lendersdorf. Sie entstammen der abgerissenen Kapelle in Kenten und wurden 1900 auf Veranlassung von Pfarrer FUSSENICH nach Lendersdorf verbracht. Der in Abb. 16 im Ausschnitt dargestellte Seitenaltar kommt aus der Abtei Brauweiler, stammt aus dem Jahre 1555 und zeigt neben anderen Heiligen Hubertus mit dem typischen Symbol des Schlüssels. Die Überführung und Aufstellung finanzierte 1900 die Familie DE CLOUTH. In der Darstellung besonders ansprechend, wenn auch in schlichterer Arbeit ausgeführt, ist der gleichzeitig aufbewahrte Altaraufsatz. Das Retabel zeigt den Rothirsch mit dem Geweih des Achtenders. Häufig finden wir bei mittelalterlichen Darstellungen das Achtergeweih. Acht ist die Zahl der Vollkommenheit symbolisiert den achten Tag, den Beginn der neuen Schöpfung5). Die den Jäger begleitenden Hunde verharren vor dem kreuztragenden Hirsch, der Waidmann kniet, sein Pferd wird von dem Jägerburschen gehalten. Zeitlich ist das aus zwei Teilen bestehende Relief nicht sicher einzuordnen. Nach Pfarrer GATTY entstand die Arbeit vermutlich bald nach 1555, die Herkunft Brauweiler ist auch hier nicht auszuschliessen. Wir gehen sicherlich nicht fehl, die Szene als die der Bekehrung des hl. Hubertus anzusehen. Sie stellt eine besonders ansprechende Jagdszene dar und steht somit fur kulturelles Schaffen zur Jagd und dem hl. Hu­bertus im Rheinland.

 

Die Kirche St. Michael in Lendersdorf selbst ist im Chor und zwei Bögen des Langhauses spätgotisch von 1431, der vordere Teil mit Turm ist klassizistisch von 1843.

Eine Ortschaft trägt seinen Namen, St. Hubert in der Stadt Kempen. Nicht unerwähnt soll bleiben, dass der Ort St. Hubert, heute Teil von Kempen, den Namen des hl. Hubertus trägt. Folgen wir den Hinweisen Pfarrer ORTENS und der Literatur, ist nicht bekannt, seit wann die Ortsbezeichnung St. Hubert geführt wird. In den Ortschaften Broich und Orbroich bestand eine Kapelle, der Erzbischof DIETRICH VON MOERS 1446 die Bezeichnung St. Hubertus verlieh. Die erwähnten Ortschaften vereinigte man 1913 zur Gemeinde St. Hubert, 1970 erfolgte die Eingemeindung in die Stadt Kempen. Die Erhebung zur Pfarre durch die erzbischöfliche Urkunde datiert vom 7. Mai 1790. Der Turmbau der heutigen Kirche begann bereits 1424, die weiteren Teile errichtete man 1846. Kirchen- und Ortschaftsname spiegeln sich in kirchlichen Kunstschätzen wider, in Feiern aber auch im Ortsbild. So ist eine moderne Brunnengestaltung im Zentrum auf den hl. Hubertus ausgerichtet. Eine vom Wasser umspulte Mitra, davor ein stilisierter Hirsch, legen ebenso Zeugnis für St. Hubertus ab, wie die Wïndfahne auf einem Bürgerhaus, ausgegeben vom Heimatverein (Abb. 19). Berühmt und nach der Literatur von einem Meister der Kalkarer Schule um 1480 bis 1500 gefertigt, ist die Holzstatuette, die sich im Besitz von Frau RAHNEN, Beyertzhof, in St. Hubert befindet. Ob sie der Hubertuskapelle entstammt und etwa 1794 durch französische Revolutionstruppen entfernt wurde oder durch frühere Brandschatzung der Oranier in private Hände gelangte, ist ungewiss. Seit drei Generationen ist sie nach Frau RAHNEN (Mitteilung 1994) im Besitz der Familie. Sie wurde später farblich verändert, der Hirsch trägt ein Achtergeweih. Die in der Kirche stehende entsprechende Holzfigur soll aus der Zeit Anfang 1700 stammen und wäre nicht untypisch für diese Zeit. In der Kirche befindet sich ferner die 1950 gegossene Hubertusglocke mit einem Flachrelief, das den Schutzpatron vor einem Hirsch in Jagdkleidung zeigt, der Hirsch hat etwa entsprechende Grösse wie der Jäger.

 

Ein Gemälde am Hochaltar, eine schlichte Arbeit zum Hubertus, ist verschwunden.

Jeweils am Sonntag nach dem 3. November singt die Gemeinde in der Kirche das Hubertuslied, das nachstehend im Wortlaut wiedergegeben werden soll, und auch zugleich für die Verbindung zur Jagd im ländlichen Raum steht.

 

Résumé

 

Au cours des siècles, la vénération de saint Hubert a connu des aspects variés. De nombreuses églises et chapelles lui sont consacrées, et le nombre de statues, de peintures et de vitraux représentant la conversion du saint est très élevé. Alors que la croix entre les bois du cerf indique sa conversion, la présence du chien marque son patronage contre la rage.

C’est particulièrement dans les régions rurales que ces représentations sont très courantes, indices d’une religion populaire profondément enracinée. En outre, les confréries de chasseurs placées sous le patronage de saint Hubert sont très répandues en pays rhénan. La plupart d’entre-elles datent cependant du 19e siècle et sont en rapport avec son rôle de patron des chasseurs.

Autrefois, son importance comme protecteur contre la rage était considérable, car cette maladie était incurable.

Le pèlerinage de Lendersdorf, près de Düren, à Saint-Hubert en Ardenne a été institué en 1720 à la suite de cas de rage et de peste porcine, et s’est maintenu jusqu’à nos jours.

La localité de St. Hubert, aujourd’hui faubourg de Kempen, porte également le nom du saint. Ceci provient d’une chapelle consacrée au saint en 1446 par l’archevêque Dietrich von Moers. Il convient en outre de citer les différents ordres de Saint-Hubert. Le plus ancien a été fondé par le duc de Juliers après la bataille de Linnich le 3 novembre 1444. L’archevêque et prince-électeur Clemens-August (1700-1761) a également créé un ordre de Saint-Hubert, qui cependant est tombé en

désuétude après son décès en 1761.

Selon certains indices, les restes du saint seraient arrivés en Rhénanie par suite des troubles de la révolution française qui n’épargnèrent pas l’abbaye de Saint-Hubert.

On prétend qu’ils auraient été découverts en 1909 dans le château de Heltorf près de Düsseldorf, mais il n’en existe aucune preuve. Cependant, de telles affirmations montrent que le culte de saint Hubert est resté vivace, car ce saint est un de ceux qui sont les plus populaires en Rhénanie, et son image reste attachée au domaine culturel qui relève de la chasse.